[Drôme] rendez-vous au sommet… de la Tour de Crest

Trois semaines après être allée en famille visiter la Tour de Crest, j’ai été invitée à m’y rendre de nouveau par Terres de Drôme, un collectif sur Instagram qui met en avant les jolis lieux de notre beau département. Sur place, j’ai retrouvé une quinzaine d’autres instagrameurs et blogueurs pour une visite en fin de journée. (Et cette fois, je n’avais pas oublié mon appareil photo !)

Guidés par Pierre-Paul-Alexandre de Montrond, Major de la Tour de Crest au XVIIIe siècle, nous sommes partis à la découverte des histoires qui se cachent dans les cellules du donjon. En effet, si au départ la Tour est bel et bien le vestige d’une ancienne place forte médiévale, elle est devenue Prison d’Etat au XVIe siècle. Les prisonniers par lettre de cachet y seront nombreux et cela vaudra à la tour le surnom de Bastille du Sud. Au fil des siècles, la tour accueillera des populations carcérales diverses. Huguenots, canuts ou encore opposants à Napoléon III seront parmi les plus nombreux et leurs conditions de détention varieront selon les époques et les motifs de leur emprisonnement.

Quelques tentatives d’évasion auront également lieu. La plus accrobatique sera celle de Philippe Rivoire dont je vous ai déjà parlé. Mais certains tenteront aussi de soudoyer les gardiens et de passer par l’unique point d’accès à la Tour : la grosse porte d’entrée (par laquelle on passe toujours aujourd’hui).

Petit à petit, nous arrivons vers le sommet de la Tour. Sur la terrasse couverte, la lumière dorée du soir nous accueille. Nous nous émerveillons de la vue. Puis nous continuons notre ascension jusqu’à la plus haute terrasse. Nous avons monté 257 marches, nous sommes à 300 mètres d’altitude au sommet d’un donjon de 52 mètres de haut… et le spectacle du soleil couchant se déploie sous nos regards.

C’est l’appel du chocolat qui nous fera redescendre. En effet, la chocolaterie Frigoulette de Beaufort sur Gervanne s’est associée à la cave Jaillance de Die pour nous proposer une dégustation. Nous en apprenons un peu plus sur la philosophie de la chocolaterie Frigoulette et ses engagements : bio, vegan, utilisation d’un maximum de matières premières localement sourcées, et du chocolat équitable issu de plantations de Sao Tomé sélectionnées. Le chocolat est vraiment excellent (et je note donc d’aller faire un tour à la chocolaterie début décembre…) et l’on sent toute la passion des chocolatiers quand ils parlent de leurs produits. Une coupe de clairette Cuvée Impériale nous permet de trinquer au bon moment que nous avons passé (je note d’ailleurs également qu’il faudrait que je fasse un saut à Die en prévision des fêtes de fin d’année).

La nuit est tombée. Il est temps de redescendre dans la tour déserte et silencieuse pour gagner la sortie…

Le Major Pierre-Paul-Alexandre de Montrond nous guide dans la Tour de Crest
Au fil de l’ascension, le paysage se dévoile
Profiter de la vue…
Le soleil se couche sur la vallée de la Drôme
Heure dorée sur le synclinal de Saoû
La lumière dorée du couchant passe à travers les fenêtres.
Du haut de la Tour, on aperçoit les Trois Croix de Crest
Coucher de soleil
Sur la terrasse couverte (qui était à l’origine un toit-terrasse permettant la récupération des eaux pluviales, mais manquait d’étanchéité. Une toiture en tuiles lui a été ajouté, tout en gardant un principe de récupération de l’eau de pluie)
Dégustation de chocolats et de clairette

Tour de Crest – Drôme – septembre 2021

(*) La clairette est toujours à consommer avec modération !

[projet 52-2021] semaine 28 – fruit(s)

Cette semaine, dans le projet 52, il est question de fruits. Il faut dire que nous sommes en pleine saison pour les abricots, les pêches (et toutes leurs déclinaisons), les melons, les tomates, mais aussi encore les fraises et les framboises… J’avais donc en positionnant ce thème à cette période de l’année, pensé à des photos colorées de teintes rouges et oranges…

Mais finalement, mes fruits sont… verts !

La semaine dernière, dans les états d’esprit, j’ai évoqué le vin de noix que j’ai mis en macération après avoir trouvé des noix vertes au marché. En effet, le vin de noix se fait à partir des « noix de la Saint Jean » (cette année compte-tenu de la météo du printemps, il a fallu attendre une quinzaine de jours supplémentaires… ). Voici donc mes noix vertes découpées (et je vous mets la recette en fin d’article).

***********************

Pour voir les fruits des autres participants, il suffit de suivre les liens dans les commentaires.

A noter : en cette période estivale, je vais préférer profiter de moments en famille à passer du temps devant mon ordinateur. Aussi, je ne garantis pas de délai de validation des commentaires qui passeraient en modération (mais je les validerai dès que possible, c’est certain ! ). Profitez bien vous aussi de votre week-end !

***********************

Et pour les plus curieux, ou ceux qui voudraient tenter l’année prochaine, voici la recette du vin de noix !

Ingrédients :

  • 30 à 40 noix vertes
  • 1 litre d’alcool à fruits
  • 1 kg de sucre
  • du vin rouge pour compléter une dame-jeanne de 5 litres

Et après ?

Couper les noix en 4. Les mettre au fond de la dame-jeanne. Ajouter le sucre, l’alcool et le vin rouge par dessus. Bien mélanger. Fermer et mettre dans un endroit frais et sec pour 3 mois.

On peut mélanger de temps à autre mais ce n’est pas indispensable (en fait, j’oublie de le faire… ). Le vin de noix est prêt quand le goût acre du brou de noix est passé. Il suffit alors de verser le liquide filtré en bouteilles, et de consommer à l’apéritif avec modération !

[Drôme] le château la Rolière et le vignoble de Brézème

Lors de l’édition 2020 De Ferme en Ferme, nous sommes allés visiter le Château La Rolière. C’était aussi l’occasion de découvrir le vignoble de Brézème.

Celui-ci s’étend sur à peine une trentaine d’hectares sur le coteau et le plateau surplombant Livron et la vallée de la Drôme, là où elle s’apprête à rejoindre le Rhône. Avec sa superficie, il est trop petit pour bénéficier de son appellation propre et fait donc officiellement partie des vins de l’AOP Côtes du Rhône. Afin de les démarquer des autres secteurs des Côtes du Rhône (qui vont de Vienne à Avignon), il est sous-titré Brézème.

En effet, les vignes se développent sur un terroir particulier, à la limite méridionale des Côtes du Rhône septentrionales. En résumé, Brézème est le vignoble qui fait la jonction entre le nord et le sud de l’appellation Côtes du Rhône.

Le château La Rolière est situé sur le plateau. Ce domaine, entièrement clos de murs, s’étend sur 8 hectares de sols alluviaux et de galets roulés. Il bénéficie d’une exposition sud/sud-est où la chaleur du soleil est contrebalancée par le vent porté par la rivière Drôme en provenance du Vercors. Sa situation géographique le protège également du mistral de la vallée du Rhône.

Sur le domaine, les pieds de Syrah, Grenache, Viognier, Roussanne et Marsanne murissent leurs grains. Ils sont ensuite vendangés à la main : la configuration du terrain et le choix de conserver les vignes anciennes ne permettent pas un travail mécanique. La vinification puis la mise en bouteilles se fait ensuite dans le chai sur la propriété.

Des vignes sont cultivées sur le domaine depuis le milieu du XIXe siècle mais c’est dans les années 1970 que celles-ci sont remises en état pour produire le vin de Brézème au Château La Rolière. C’est depuis une histoire familiale où chacun s’investit pour faire vivre le domaine (il y a également des productions fruitières sur celui-ci).

La visite nous a permis de découvrir les vignes d’abord, avec leurs murs de clôture, et d’appréhender leur situation géographique par lecture de paysage.
Puis, nous avons pris la direction du chai de vinification pour en découvrir les différentes étapes (et se rendre compte par nous-même que la fermentation est exothermique…). Enfin, nous avons conclu cette visite par une dégustation de quelques vins produits sur le domaine.

Depuis les vignes vue sur la montagne ardéchoise
Un domaine clos de murs
Grapillons laissés sur les vignes après les vendanges, faute d’être assez mûrs.
Les murs du domaine sont en galets roulés
Vue sur la vallée de la Drôme et le synclinal de Saoû
le chai de vinification
Vins en cours de vieillissement
Tonneaux…
Vue sur les 3 Becs et le synclinal de Saoû depuis la cour du chai
Dégustation du vin rosé

Château La Rolière – Livron sur Drôme – Drôme – septembre 2020

(*) La taille du vignoble de Brézème en fait le terroir de vins intimistes, peu distribués. Ceux du Château La Rolière sont accessibles uniquement en vente directe à la propriété.

[petits moments] du 20 au 26 juin 2020

SAMEDI 20 JUIN. Arrêt à Moulins sur le retour de Bretagne. C’est l’occasion de découvrir la ville et ses jolis bâtiments. Au détour d’une rue, sur une boîte aux lettres, j’ai repéré un pochoir de Christian Guémy / C215.

place d’Allier – Moulins – Allier

La météo était parfaitement adaptée pour prendre la première glace de l’année à emporter…

Citron jaune / cassis noir

Le hasard a mis sur mon chemin une boutique des Bougies de Charroux… Impossible de ne pas craquer !

Myrtille, Cèdre du Liban, Herbe coupée

Et pour finir la journée, profiter des derniers rayons du soleil en terrasse, sur la place d’Allier…

Place d’Allier – Moulins – Allier

DIMANCHE 21 JUIN. Prendre le petit déjeuner au lit, voilà qui ne m’était pas arrivé depuis des années !

Toujours à Moulins, à côté du pont Régemortes, sur la rive gauche, il y avait une exposition de vaches décorées…. avec la vue sur les flèches de l’église du Sacré Coeur et de la cathédrale, au delà de la rivière Allier.

Moulins – Allier

[Drôme] soirée speed-tasting au Valence en Gastronomie Festival

190919_speed_tasting_0

Ce week-end a eu lieu l’édition 2019 de Valence en Gastronomie Festival. J’ai eu la chance d’être invitée par Valence Romans Tourisme à participer à la soirée speed-tasting en compagnie d’un petit groupe d’instagramers.

Le concept de la soirée repose sur des dégustations d’accords mets/vins orchestrées par les futurs sommeliers des grandes maisons, actuellement en fin de formation au lycée hôtelier de Tain l’Hermitage.

Les jeunes sommeliers en binôme proposent une dégustation commentée d’un vin accompagné d’une petite bouchée en accord, et partagent avec passion leur amour du vin.

Lorsque le coup de gong retentit, il est temps de passer à l’atelier suivant pour découvrir un autre vin et un nouvel accompagnement. La soirée est donc très rythmée et on n’a pas le temps de s’ennuyer.

Ce sont ainsi six vins que nous avons eu le plaisir de déguster : la superbe clairette en biodynamie de Jaillance (que j’avais déjà eu le plaisir de découvrir lors d’une visite de la cave il y a quelques années), un Chignin-Bergeron (vin blanc de Savoie), un Saint Peray du Domaine Colombo, un intéressant rosé d’Auvergne (dont j’ai stupidement omis de noter le nom ! ), un Morgon (qui montre clairement que le Beaujolais est un terroir riche de vins aux arômes nettement plus riches que ceux du Beaujolais Nouveau), et enfin un Grignan-les-Adhémar rouge.

Pour terminer la soirée sur des notes locales, nous sont proposés quelques ravioles cuites au bouillon de volaille, un jus de fruits bio de la ferme Margerie et un thé glacé des Jardins de l’Hermitage, dont j’apprécie déjà les tisanes et thés (coups de coeur en ce moment à la maison pour le Chant des Grillons, les Alpages  et le Jardin de Majorelle).

190919_speed_tasting_1

190919_speed_tasting_2

190919_speed_tasting_3

190919_speed_tasting_4

190919_speed_tasting_5

190919_speed_tasting_6

190919_speed_tasting_7

190919_speed_tasting_8

Festival Valence en Gastronomie – Drôme
19 septembre 2019

 

(*) bien entendu, la dégustation de vins doit se faire avec modération….

(**) Merci Valence Romans Tourisme pour l’invitation à partager cette expérience et le bon moment passé !