[Auvergne] Street Art City, capitale autoproclamée du street art

J’avais repéré Street Art City lorsque j’avais regardé les balades à faire dans les environs de Montluçon au printemps. Finalement, le planning du séjour printanier ne m’avait pas permis d’y aller, mais j’avais gardé l’idée dans un coin de ma tête. C’est en rentrant de Bretagne cet été que nous sommes passées par l’Allier avec Melle 3e et que nous en avons profité pour une immersion dans Street Art City, capitale du street art en France…

Un lieu atypique

Street Art City, c’est un lieu atypique et une histoire qui ne l’est pas moins. Situé au cœur de la campagne bourbonnaise, cet ancien centre de formation des PTT n’avait pas particulièrement vocation à devenir un haut lieu du street art en France. Abandonné dans les années 1990, l’endroit, perdu au milieu de nulle part ne semblait pas prédisposé à devenir cette résidence artistique dédiée à l’art urbain. Et pourtant…

En 2015, Sylvie promenait Bijou, son chien, quand elle a eu une idée géniale : transformer ce site abandonné pour lui donner des couleurs avec « ce que l’on voit sur les périphériques, dans les villes, dans les gares ». Avec son époux Gilles, ils creusent cette idée, se renseignent sur cet univers artistique, et rachètent l’ancien centre de formation.

Dès 2016, des artistes investissent les lieux, créant des fresques monumentales mais aussi décorant petit à petit les 128 chambres de l’hôtel du centre de formation.

Aujourd’hui, Street Art City, ce sont 22 500 m² d’œuvres en perpétuel renouvellement dans un lieu qui ne sera pas démoli (à la différence d’autres lieux investis par les street artistes pour quelques mois d’exposition avant démolition), en faisant ainsi une référence mondiale.

le visage de la fillette est une oeuvre de Stinkfish, dessous un lettrage un peu old school par Soir2 et Zeso

Un parcours extérieur hors normes

Quand on arrive à Street Art City, on a l’impression de s’enfoncer dans le bocage bourbonnais jusqu’à ce qu’on arrive au panneau d’entrée de la « ville » au détour d’un virage. Déjà, on aperçoit les fresques immenses et l’effet est saisissant.

Après un petit arrêt au portail d’entrée pour valider notre billet (nous l’avions préacheté via internet mais il est possible de payer sur place), et récupérer le guide de visite ainsi que quelques conseils, nous nous dirigeons vers le parking, à l’intérieur même du site. Nous mesurons alors réellement l’ampleur des lieux, et commençons à comprendre pourquoi il est conseillé de passer une journée complète sur place. Nous avons bien fait d’arriver à l’ouverture, à 11.00 du matin !

Nous commençons notre découverte par les espaces extérieurs. L’ensemble des bâtiments est recouverts de fresques monumentales. Des dizaines d’artistes sont ainsi exposés, et les univers picturaux sont multiples, tout comme les techniques utilisées. Dire que nous en prenons plein les yeux est un euphémisme !

Bien entendu, comme dans toute exposition, certaines œuvres nous plaisent plus que d’autres, nous parlent plus que d’autres. Mais l’ensemble est indéniablement époustouflant !

Le guide de visite nous permet de découvrir le nom de l’artiste (ou du groupe d’artistes) ayant réalisé la fresque, ainsi que quelques éléments de contextualisation. Mais je dois avouer que nous avons préféré nous laisser porter par nos ressentis sans chercher à trop intellectualiser l’expérience.

Coup de coeur pour la délicatesse du trait de SimpleG

Des galeries d’art au cœur de la campagne

Mais Street Art City, ce ne sont pas que des fresques gigantesques en extérieur. En effet, l’intérieur des bâtiments a également été exploité et une partie transformée en galeries d’art.

Nous avons parcouru avec plaisir les différentes galeries, expositions d’œuvres plus intimistes réalisées par des artistes ayant aussi mené des projets de fresque à l’extérieur.

Il est également possible de déjeuner au cœur même de Street Art City, soit en ayant apporté son pique-nique et profitant des espaces enherbés avec vue sur les fresques, soit en s’asseyant au restaurant du site installé au milieu d’une galerie d’art. C’est pour cette seconde option que nous avons opté, et nous n’avons pas regretté notre choix. Déjeuner (frais et local) au milieu des œuvres était une belle expérience.

Rimbaud version post-covidienne par L8Zon

L’expérience immersive de l’Hôtel 128

Après le déjeuner, nous nous sommes rendues à l’Hôtel 128 pour une expérience immersive. En effet, il a été proposé aux artistes en résidence à Street Art City de prendre possession chacun d’une chambre du bâtiment d’hébergement de cet ancien centre de formation des PTT. Avant d’entrer dans l’hôtel, un petit film nous explique les consignes de sécurité à appliquer afin de profiter pleinement de l’expérience tout en préservant les œuvres.

On nous remet alors à chacune une lampe frontale puis on nous assigne un des quatre étages pour débuter la visite (cela permet de répartir le flux des visiteurs sur l’ensemble du bâtiment pour avoir des conditions de visite pour chacun plus agréables). Les couloirs sont plongés dans l’obscurité, et les portes fermées. Melle 3e étant assez grande, nous pouvons profiter de façon individuelle de l’expérience en entrant chacune seule dans les chambres, une par une. C’est alors un parcours nous emportant littéralement à l’intérieur des univers de chaque artiste que nous débutons.

L’expérience, pleinement immersive, est également très intense, renforcée par l’effet de surprise à l’ouverture de chaque porte et le côté Shining de ces longs couloirs sombres. Certaines chambres sont vraiment « remuantes », parfois perturbantes aussi. Il est difficile de rester insensible et quasiment chaque porte poussée est un aller simple vers des émotions parfois fortes.

J’ai pour ma part été contrainte de stopper (à regret) l’expérience au bout d’un étage et demi, laissant Melle 3e terminer à son rythme. En effet, les couloirs sont recouverts de moquette murale qui n’a pas vu un aspirateur depuis des décennies, et cela m’a déclenché une crise allergique. Commençant à suffoquer, j’ai préféré retourner à l’air libre ! Malgré cela, j’ai vraiment apprécié l’expérience Hôtel 128 et je trouve que c’est une idée absolument géniale !

Intérieur/extérieur – à travers la vitre

Ensuite, nous avons pris le temps de terminer le tour de bâtiments mais aussi d’aller revoir nos fresques préférées. L’après-midi touchait à sa fin quand nous sommes reparties, des couleurs plein la tête !

Une des premières fresques de Street Art City par Crey One
De gauche à droite, des oeuvres de Dépose, Aéro et Rast
« Auprès de sous mon arbre » – Georges Brassens par Pink’Art Roz
Inspiration Mucha et Roy Lichtenstein pour cette fresque par Solo et Diamond
Ted Nomad – une des belles découvertes faites à Street Art City !
oeuvres de Kal Dea, Anna Conda et Antonin Rêveur
Futurisme par Sakew
Visages par Ted Nomad
Alice par Zeso et BKFOXX
Japonismes par Zeso
Au centre, œuvre de Ted Nomad

Street Art City – Allier – août 2022

(*) Street Art City est situé sur la commune de Lurcy-Lévis, dans le nord du département de l’Allier. C’est ouvert du printemps à l’automne et les informations pratiques sont à retrouver sur leur site internet.

(**) Vous ne verrez pas ici de photos des galeries ni de l’Hôtel 128 car j’ai respecté la consigne de ne pas en faire à l’intérieur des bâtiments..

[Bretagne x Normandie] Cancale & Granville, extrémités de la Baie du Mont Saint Michel

Cancale et Granville sont situées chacune à une extrémité de la Baie du Mont Saint Michel et ce sont leurs pointes rocheuses qui marquent les limites de celle-ci : la pointe du Grouin côté Bretagne et la pointe du Roc côté Normandie. Les deux villes font partie de nos destinations de balades lors de nos vacances bretonnes, et nous avons un peu nos habitudes des deux côtés de la Baie !


Cancale, la bretonne

Une de nos sorties favorites à Cancale consiste à descendre nous promener sur la grève lorsque la marée le permet (sinon, nous empruntons le sentier des douaniers). Le jour où nous y sommes allées avec Melle 3e, la grève était largement accessible. Aussi, après avoir stationné la voiture, nous sommes parties directement vers un petit chemin nous permettant de descendre jusqu’à la mer. De là, nous avons pris le temps de flâner, d’escalader les rochers, d’admirer les points de vue, d’observer les oiseaux marins… Je crois que c’est finalement tout l’intérêt de cette promenade que nous avons fait tant de fois depuis « toujours » : prendre son temps, ne pas être dans une recherche de découverte… Et s’apercevoir que c’est cependant chaque fois différent, chaque fois superbe !

Après cela, notre routine nous emmène en général faire quelques achats sur le port de la Houle. Cette fois, nous reviendrons avec un ciré pour moi (le mien commençait à dater un peu trop et à être abîmé) et des conserves de poissons (nous faisons ainsi le plein une à deux fois par an). Bien entendu, avant de repartir, nous n’avons pas manqué d’aller prendre une crêpe pour le goûter !

Je suis toujours émerveillée par la couleur de l’eau…
Bleu sur bleu
En descendant vers la grève, jeter un œil à la piscine de mer
Crapahuter dans les rochers…
Comment se lasser d’un tel paysage…

Cancale – Ille-et-Vilaine – août 2022


Granville, la normande

A Granville, nos sorties débutent en général par la pointe du Roc, d’où nous rejoignons la Haute Ville. Nous descendons ensuite en direction du Plat Gousset et du centre-ville.

Si cette fois, nous avons bien commencé notre promenade dans la Haute Ville, passant devant une jolie fresque au pied de l’église Notre Dame du Cap Lihou, nous n’avons pas filé vers le bord de la plage. En effet, en arrivant devant le Musée d’Art Moderne Richard Anacréon, nous avons été intrigués par l’affiche annonçant Bestiaires, l’exposition en cours des sculptures du couple François-Xavier et Claude Lalanne. Nous avions déjà vu il y a quelques années une exposition dans ce petit musée et l’avions appréciée. Aussi, nous nous sommes laissés tenter.

Je n’ai pas regretté le choix de re-visiter ce musée. En effet, malgré sa petite surface, il présente un riche choix d’œuvres, essentiellement du début du XXe siècle. Richard Anacréon, né à Granville, était un libraire et collectionneur important de la première moitié du XXe siècle. Il avait fait don à sa ville natale de 280 œuvres issues de ses collections, ainsi que de 550 livres en édition originale et une partie de sa correspondance avec les principaux auteurs de cette période, dont Colette avec qui il avait noué une amitié très forte. Cette collection est complétée par des prêts de grands musées nationaux.

Quant à l’exposition sur les œuvres du couple Lalanne, je m’aperçois que certaines me sont déjà familières, comme L’Homme à la tête de chou, utilisée par Serge Gainsbourg en illustration de son album éponyme, ou encore les bancs feuilles de la boutique parisienne de Christian Dior (un granvillais lui aussi). Je découvre tout un travail autour des représentations animalières, dont un amusant bestiaire illustré. J’apprécie en particulier les sculptures aux courbes douces, qui font un peu penser également au travail du sculpteur Pompon.

Après cette visite, nous poursuivons notre après-midi par quelques achats en ville : vaisselle anglaise, thé, livres… avant de prendre la route du retour chez mes parents.

Bleu sur bleu (bis)
Notre Dame du Cap Lihou
Tableau d’André Lhôte, le peintre surréaliste qui avait eu un coup de cœur pour Mirmande
Courbes douces… (sculpture de F.X. et C. Lalanne)
Jouer avec les ombres (sculpture de F.X. et C. Lalanne)
Le perroquet sur sa branche – F.X. et C. Lalanne
Singe pensif (sculpture de F.X. et C. Lalanne)
Par un bel après-midi d’été…

Granville – Manche – août 2022

[Ardèche] street art au Pont des Lônes

Cela faisait très longtemps que je n’étais pas allée faire un tour du côté du Pont des Lônes. Ayant vu passer quelques photos sur les réseaux sociaux de nouvelles œuvres de street art, j’ai profité d’un dimanche ensoleillé pour y faire un saut.

Afin de profiter du beau temps, j’ai choisi de ne pas aller jusqu’aux arches peintes du pont en voiture mais de marcher un peu pour y arriver. La sortie a donc commencé comme une balade bucolique, le long d’une petite route. L’automne déploie ses couleurs et sa lumière sur les lônes, ces petits bras du Rhône en marge du lit principal du fleuve.

Assez vite, j’arrive au niveau du pont des Lônes et surtout de sa demi-douzaine d’arches recouvertes de fresques. Le pont des Lônes est en effet un pont routier construit au début des années 2000 au sud de Valence pour traverser le Rhône. Sur la rive côté Ardèche, les dessous de la culée d’accès au pont offrent un magnifique spot pour les collectifs d’artistes graffeurs de la région. On y retrouve ainsi des artistes dont on peut croiser les œuvres également aux Locaux Rock.

Il faut ainsi revenir de temps à autre car les fresques changent régulièrement, recouvertes par d’autres œuvres, toujours aussi monumentales. Les nombreux hommages au graffeur Ivory, décédé accidentellement en juin 2019, laissent peu à peu la place à d’autres œuvres. Sweety graffitis, la dernière fresque du collectif valentinois Sorry Graffiti, tout en rose bonbon et autres couleurs acidulées, a ainsi le goût de l’enfance douce et heureuse : Bisounours, My Little Poney, Gummi Bears, Hello Kitty et autres petits animaux kawai s’étalent ainsi que les murs….

Après avoir fait le tour des lieux, il est temps de repartir à travers la campagne, le long des lônes…

Ambiance bucolique sur les lônes
J’aime beaucoup ce petit personnage peint par Alone
Ce marchand de sable est un reste d’une ancienne fresque partiellement recouverte
Hommage à Ivory
Hommage à Ivory
Bisounours….
My Little Pony par Lemak
Où l’on retrouve le petit personnage d’Alone
Trop kawai !
Douceur de l’automne sur les lônes

Pont des Lônes – Soyons – Ardèche – novembre 2021

(*) L’accès aux fresques du pont des Lônes se fait depuis la rive ardéchoise du Rhône. A Soyons, au niveau de l’entrée du pont, il faut suivre la direction de la Via Rhôna et de la Voie Bleue (2 voies douces passant sous le pont). Des parkings pour accéder à ces voies douces sont disponibles et permettent de se stationner à proximité du pont. Il est aussi possible de continuer jusques sous le pont par la route. Des espaces permettent de se stationner juste à côté.

[petits moments] du street art aux Locaux Rock

Les Locaux Rock et la Fabrique à Valence sont le spot incontournable de street art dans la ville. Sur l’ensemble du bâtiment et des murs adjacents, les artistes graffeurs expriment leur créativité. Chaque nouveau passage est l’occasion de découvrir de nouvelles fresques colorées.

Les Locaux Rock / La Fabrique – Valence – Drôme – août 2021

[petits moments] les moutons suspendus de Pontorson

Après les ballons de Romans, ce sont les moutons de Pontorson que j’ai découvert cet été ! Au dessus de la rue de Tanis, 150 moutons colorés se balancent au gré du vent dans un amusant ballet. De quoi mettre de la bonne humeur dans cette ancienne rue très commerçante et qui fait toujours le lien entre la passante rue de Couesnon et les places de l’Hôtel de ville et de l’église où se tient le marché du mercredi matin.

Rue de Tanis – Pontorson – Manche – juillet 2021

[petits moments] entre Bretagne et Normandie – juillet 2021

Je viens de passer deux semaines de vacances en Bretagne, à deux pas de la Normandie, dans la maison de mon enfance… Au programme : des randonnées, des moments en famille, de la culture, du soleil, et plein de jolis souvenirs…
Avant l’arrivée des articles détaillés (dont je vous mettrai la liste à la fin de ce billet), voici donc quelques instantanés.

*****************

METTRE LES PIEDS DANS L’EAU

Cancale – Ille-et-Vilaine

*******************

MANGER DES GLACES

Ananas & gingembre – sur le port de Cancale – Ille-et-Vilaine

********************

ADMIRER LES HORTENSIAS

**********************

PRENDRE UN GOUTER CHEZ PICORETTE

Coulant au chocolat et thé glacé

(*) Picorette, 24 rue Saint Sauveur, 50400 Granville

****************

DÉCOUVRIR DU STREET ART

Rodéomar – Granville – Manche

****************

DINER AU RESTAURANT

Tartare Huître & Bar / Saint Pierre cuit sur le dos

(*) Le Point G, route de Saint Malo, 35120 Saint Broladre

******************

CHERCHER LES PAPILLONS

Falaises de Carolles – Manche

*********************

OBSERVER LES DAIMS (et acheter des caramels à la ferme)

(*) Ferme des Cara-Meuh, 11 route de Saint Léonard, 50300 Vains

*********************

CUEILLIR UN BOUQUET DE LAVANDE DE MER (pour le faire sécher ensuite)

Pointe du Grouin du Sud – Manche

(*) ATTENTION : la lavande de mer est une espèce réglementée La cueillette n’est pas autorisée partout et nécessite de se renseigner au préalable.

********************

JOUER AVEC LES MOTS

Dinan – Côtes d’Armor

*******************

ALLER VOIR AILLEURS….

Magasin de souvenirs – Dinan – Côtes d’Armor

*******************

FAIRE LE Marché

*******************

REGARDER LE SOLEIL SE COUCHER

Mont Saint Michel – Manche

*******************

ÉCOUTER LA CONVERSATION DES GOÉLANDS

*******************

VISITER DES LIEUX DE Mémoire du débarquement

Sainte Mère Eglise – Manche
Simulateur de vol – D Day Experience
reconstitution d’une scène de rue photographiée en juin 1944 à Carentan – D Day Experience

(*) D Day Experience – Dead Man’s Corner Museum à Saint Côme du Mont (Manche) est un musée présentant une très grande collection d’objets allemands et américains autour de la bataille de Carentan et en particulier des évènements ayant eu lieu au Dead Man’s Corner, dans la ferme même où la musée a pris place. Il propose aussi une expérience de simulation de vol au dessus de la Manche dans un avion de transport de parachutistes le jour du débarquement. L’ancien musée du Dead Man’s Corner était déjà parmi les plus intéressants que j’avais visité. Cette nouvelle version est encore plus intéressante !

*******************

SE RESSOURCER FACE à LA MER

Carteret – Manche

*******************

DÉGUSTER UNE PÂTISSERIE CHEZ GRAIN DE VANILLE

Pavlova & Café à la poudre Kawa

(*) Grain de Vanille, 12 place de la Victoire, 35 Cancale

****************

Liste des articles relatifs à ce séjour entre Bretagne et Normandie :

[projet 52-2020] semaine 49 – boîte aux lettres

Il faut être honnête : en mettant un thème boîte aux lettres en décembre, j’avais pensé aux lettres au Père Noël et aux jolies boîtes colorées qui fleurissent un peu partout en cette saison.

Mais, entre les restrictions de déplacement, les illuminations de Noël qui n’ont pas encore été lancées partout autour de chez moi, et la météo qui n’est pas toujours très coopérative en ce moment, je n’ai pas encore eu l’occasion d’aller voir les décorations mises en place dans les villes et villages des environs cette année. Je compte bien me rattraper d’ici la fin du mois de décembre mais cela ne me servira pas pour le thème de cette semaine.

J’ai donc décidé d’aller voir dans mes archives en pensant à une photo bien précise prise un été lors d’une petite randonnée autour de chez mes parents : une des boîtes aux lettres du village était littéralement engoncée dans un gros massif d’hortensias fleuris. Mais en allant chercher cette photo, je suis retombée sur une autre photo de boîte aux lettres en Bretagne, prise le même été à la gare de Rennes.

Ar Fulikin sème des radis un peu partout dans la ville de Rennes depuis plusieurs années maintenant. En 2013, il avait ainsi emballé plusieurs boîtes aux lettres dans divers lieux de la ville. Et lorsqu’en arrivant au milieu de la nuit à la gare, j’ai croisé celle-ci, j’ai (forcément) souri !

Gare de Rennes – Ille-et-Vilaine – juillet 2013

********************

Pour voir à quoi ressemblent les boîtes aux lettres des autres participants, il suffit de suivre les liens dans les commentaires…

[petits moments] l’art dans la rue

Dimanche dernier, en allant me promener au Parc des Trinitaires à Valence (je vous en reparlerai), j’ai fait un crochet par les locaux rock. En effet, les murs y sont recouverts de street art. A chaque fois, il y a du changement… et cette fois, il y avait moins de fresques et plus de lettrages que d’autres fois.

Je suis aussi passée devant cette maison du quartier de Valensolles où plusieurs sculptures contemporaines ont trouvé leur place.

Valence – Drôme – octobre 2020

[petits moments] du 20 au 26 juin 2020

SAMEDI 20 JUIN. Arrêt à Moulins sur le retour de Bretagne. C’est l’occasion de découvrir la ville et ses jolis bâtiments. Au détour d’une rue, sur une boîte aux lettres, j’ai repéré un pochoir de Christian Guémy / C215.

place d’Allier – Moulins – Allier

La météo était parfaitement adaptée pour prendre la première glace de l’année à emporter…

Citron jaune / cassis noir

Le hasard a mis sur mon chemin une boutique des Bougies de Charroux… Impossible de ne pas craquer !

Myrtille, Cèdre du Liban, Herbe coupée

Et pour finir la journée, profiter des derniers rayons du soleil en terrasse, sur la place d’Allier…

Place d’Allier – Moulins – Allier

DIMANCHE 21 JUIN. Prendre le petit déjeuner au lit, voilà qui ne m’était pas arrivé depuis des années !

Toujours à Moulins, à côté du pont Régemortes, sur la rive gauche, il y avait une exposition de vaches décorées…. avec la vue sur les flèches de l’église du Sacré Coeur et de la cathédrale, au delà de la rivière Allier.

Moulins – Allier

[projet 52-2020] semaine 21 – bibliothèque

Pour cette vingt-et-unième semaine du projet 52, et son thème bibliothèque, j’avais pensé aller faire quelques photos dans une jolie bibliothèque ou médiathèque, montrer les rangées de livres ou les espaces de lecture et de travail…. Mais ces lieux ne sont pas encore rouverts autour de chez moi.

A la maison, les livres sont un peu partout, colonisant des étagères par ci par là. J’avais toutefois fini par me résoudre à faire une photo du bibus à l’entrée qui est ce que l’on peut le plus considérer comme une bibliothèque chez moi…

Mais en me promenant jeudi, j’ai stationné ma voiture à deux pas d’une école primaire dont le mur était peint. Sur celui-ci, on découvre une magnifique bibliothèque imaginaire où chaque enfant a écrit un livre.

Ecole Victor Boiron – La Baume d’Hostun – Drôme

***************

Pour voir les bibliothèques des autres participants, il suffit de suivre les liens dans les commentaires…

(*) et pour les curieux, Victor Boiron était un résistant originaire de La Baume d’Hostun. Après avoir combattu lors de la première guerre mondiale, il s’est installé comme entrepreneur en travaux électriques à Romans. Inquiété une première fois en 1941, il est acquitté en raison de ses antécédents au service de la nation. Il adhère au mouvement Libération en 1942. Il est arrêté après une manifestation anti-STO à Romans en mars 1943, et envoyé en résidence surveillée à Die. La police de Vichy trouvant Die trop proche de Romans, il est exilé à Bédarrides dans le Vaucluse d’où il s’échappe pour revenir à Romans où il devient membre du comité local de résistance. Il monte dans le Vercors en juin 1944 et participe aux combats de Vassieux le 21 juillet de la même année. A l’issue de ceux-ci, il se terre avec un camarade pendant quatre jours avant d’être arrêtés. Torturés puis chargés d’enterrer les morts, ils doivent être fusillés mais le chauffeur du camion les informe et leur permet de s’échapper. Il participe à la libération de Romans le 22 août, et est fauché par un tir de char embusqué à Saint Nazaire en Royans le 28 août.