[Normandie] une journée autour du Mont Saint Michel

Le Mont Saint Michel n’est pas très loin de chez mes parents, et il a vraiment fait partie de mon paysage d’enfance. Lorsque nous allons en Bretagne (oui, le Mont est en Normandie, mais la maison de mes parents est en Bretagne..), nous ne manquons pas d’aller le voir. La dernière fois, c’est quasiment une journée complète que nous avons passée au Mont Saint Michel et autour…


L’après-midi sur l’herbu

Parmi nos promenades classiques, il y a celle sur l’herbu du Mont Saint Michel où nous partons soit à la rencontre des moutons, soit sur le rivage jusqu’aux lits des fleuves (et parfois, nous cumulons même les deux !). Notre départ se fait soit rive gauche du Couesnon, soit rive droite selon notre envie du moment. Des deux côtés, la vue sur le Mont Saint Michel est magique et chaque côté apporte un point de vue différent, plus sauvage côté Bretagne, plus monumental côté Normandie. Quant à la position exacte de départ, elle dépend ensuite uniquement de là où nous trouvons une place pour laisser la voiture… En plein été, les aires de stationnement les plus faciles d’accès sont souvent prises d’assaut alors nous nous éloignons pour des secteurs plus discrets, et donc plus calmes.

Cette année, c’est depuis un de ces endroits moins fréquentés situé non loin de la pointe de la Roche Torin que nous sommes partis. Le chemin d’accès à l’herbu est presque invisible sous la végétation, et il faut traverser un tapis d’orties, mais le chemin existe bien et conduit à une entrée pour randonneurs sur l’herbu. Il ne reste alors plus qu’à escalader la barrière à l’aide des aides qui sont en place. C’est finalement la partie la plus technique de la balade !

Une fois sur l’herbu, nous ne suivons pas particulièrement une direction (la pointe rocheuse nous offrira un point de repère suffisant pour nous retrouver au bon endroit pour retrouver la voiture). Comme chaque fois, nous nous laissons guider par les sentiers tracés par les moutons jusqu’à arriver au bord des crevasses taillées par la mer dans la tangue. Selon de quand date la dernière marée (et/ou la dernière forte pluie), on peut les traverser ou pas. Certaines peuvent abriter des poches de sables mouvants : il faut donc être prudent !

Cette année, l’herbu était tellement sec que nous avons pu passer partout sans souci, jusqu’à arriver à l’approche du lit des fleuves. Les salicornes poussent dans le sable qui s’est déposé au fil des marées. Leur couleur verte tranche avec le blond du sol !

L’eau n’est plus qu’à quelques mètres mais nous n’iront pas plus loin. A partir de là, le terrain devient plus instable et ce ne serait pas prudent de s’y aventurer sans un guide certifié (et pourtant je connais très bien ce secteur de la baie où j’ai passé énormément de temps en toutes saisons, ou peut-être justement parce que je connais très bien ce secteur….).

De toutes façons, il est temps de rentrer car une autre aventure nous attend plus tard dans la journée !

Depuis le chemin d’approche, on voit déjà le Mont Saint Michel
Tout autour, les champs ont été moissonnés
Je n’ai pas souvenir d’avoir déjà vu l’herbu aussi jaune
Sur le rivage…
A l’approche du lit des fleuves
Salicornes sur sable

Herbu du Mont Saint Michel – Courtils – Manche – août 2022


Le soir, Si le Mont m’était conté….

Chaque été (ou presque), je profite d’une soirée au Mont Saint Michel pour parcourir l’abbaye dans le cadre des nocturnes. La formule a pas mal évolué depuis la toute première édition (au milieu des années 1990, et l’abbaye abritait alors des musiciens en live que l’on écoutait au fil d’une déambulation dans les salles). Ces dernières années, nous avions eu les Chroniques du Mont, dont les différents chapitres avaient été étalés sur plusieurs saisons. Cet été inaugurait un nouveau cycle : Si le Mont m’était conté…

Nous sommes arrivés vers 20.00 au Mont Saint Michel et sommes montés à l’abbaye par la grande rue. A cette heure, la plupart des touristes ont quitté les lieux et boutiques et restaurants étaient presque tous fermés.

Dans l’abbaye, équipés d’un audioguide dernière génération (les audios se déclenchent automatiquement lorsque nous pénétrons dans une pièce via un système de boucle bluetooth), nous commençons notre découverte par la salle des Gros Piliers. Nous irons ensuite de pièce en pièce, passant par des escaliers plus ou moins dérobés, jusqu’à terminer sur la plateforme devant l’abbatiale à l’heure du coucher du soleil.

Dans nos oreilles, la voix qui nous raconte le Mont au Moyen-Âge nous est familière. En effet, c’est Stéphane Bern qui a été choisi pour être le narrateur de l’histoire du Mont. Un acteur, dans le rôle d’un moine de l’abbaye, vient ajouter une touche de vie aux explications plutôt académiques. L’ensemble est plaisant et sans doute plus instructif que les précédentes éditions nettement plus portées sur l’aspect esthétique. Toutefois, les éclairages sont intéressants et permettent de se fondre dans l’ambiance un peu mystérieuse du Mont la nuit.

Nous avons été un peu déçus que la visite ne permette pas de vraiment (re)découvrir l’abbatiale où l’on ne fait que passer (des travaux de restauration sont en cours sur l’abbaye et certains lieux ne peuvent pas être rendus accessibles). Mais nous attendons avec impatience le chapitre suivant sur la Renaissance, prévu pour l’été 2023.

En arrivant sur la terrasse qui s’ouvre devant l’église, nous avons eu la belle surprise de constater que la marée était presque haute. La mer venait chatouiller doucement les pieds du Mont Saint Michel, tandis que le soleil déclinait. Nous avons pris le temps d’attendre que le soleil se couche sur l’horizon depuis ce belvédère somptueux sur l’ensemble de la Baie.

Puis, nous sommes redescendus en empruntant le chemin des jardins et la montée des Fanils, nous amusant à observer les goélands sur les toits. Au pied du Mont, nous avons encore un peu pris le temps de regarder la nuit tomber complètement, avant de repartir à pied vers le parking, non sans un regard en arrière vers le Mont de temps à autre !

En descendant de la navette Le Passeur à l’arrêt Mont Saint Michel
Dans la salle des hôtes
Dans le cloître
La mer commence à entourer le Mont Saint Michel tandis que le jour décline
Coucher du soleil sur la mer
Goélands sur les toits (attendant que les touristes les laissent un peu tranquilles pour la nuit ?)
Au pied de l’abbaye
Fin de journée dans la Baie
Quand le Mont s’apprête à dormir…

Le Mont Saint Michel – Manche – août 2022

(*) Nous avons fait le choix de revenir au parking à pied car il y avait beaucoup de monde à attendre la navette lorsque nous sommes arrivés à l’arrêt : selon notre estimation, nous n’aurions pu prendre que la 2e voire la 3e navette à se présenter. Or, à cette heure-là, la fréquence des navettes est moindre et nous savons par expérience qu’il n’est alors pas plus long de rentrer à pied. Cela s’est encore vérifié car les personnes qui sont descendues de la navette quand nous sommes arrivés au parking faisaient la queue lorsque nous étions passés…
Il y a environ 2,5 km du rocher au parking. Si la nuit est claire, il n’y a pas besoin d’avoir un éclairage, mais il vaut mieux prévoir d’avoir une lampe (notez qu’aujourd’hui, nombre de téléphones portables offrent cette possibilité). Le temps moyen de parcours annoncé se situe autour de 45 min selon le trajet emprunté (nous mettons généralement une bonne demie-heure car nous marchons plutôt vite).
Revenir à pied au parking offre en outre l’avantage de points de vue assez sympathique sur le Mont pour peu qu’on prenne le temps de se retourner !

[petits moments] du street art aux Locaux Rock

Les Locaux Rock et la Fabrique à Valence sont le spot incontournable de street art dans la ville. Sur l’ensemble du bâtiment et des murs adjacents, les artistes graffeurs expriment leur créativité. Chaque nouveau passage est l’occasion de découvrir de nouvelles fresques colorées.

Les Locaux Rock / La Fabrique – Valence – Drôme – août 2021

[Drôme] quand la façade de la cathédrale de Valence prend vie

191203_Valence_lumieres_1

Dans le cadre des Féeries d’hiver et de la Région des Lumières, chaque soir la façade de la cathédrale de Valence s’anime pour une fresque lumineuse. Durant 20 minutes, les tableaux se succèdent rendant hommage aux grands personnages, à l’histoire et à l’identité de la région.

Le voyage débute dans l’Antiquité avec les dolia et les mosaïques conservées au Musée de Valence. Au fil des images, nous croisons Napoléon Bonaparte, les Spahis, Anne-Sophie Pic, Tante Hilda, le chat rayé d’Une Vie de Chat, … Nous apercevons les lavandes, les vignes et les arbres fruitiers. Les voitures filent sur la Nationale 7. La douceur de vivre ne manque pas à l’appel.

Chaque tableau fait éclater ses couleurs lumineuses. La façade se fait écran géant et sert de support à un mapping hypnotique. On se laisse entraîner par les images et la musique. On cherche les références (et on se dit qu’on en a forcément loupé… qu’il faudra revenir pour tenter de les attraper).

Je me suis laissée emporter par les tableaux proposés. Je n’ai pas vu le temps passer alors que les températures étaient pourtant proches de 0°C…. et je sais déjà que je vais y retourner !

191203_Valence_lumieres_2
De l’Antiquité…

191203_Valence_lumieres_3
… au Moyen-Âge

191203_Valence_lumieres_4
Napoléon à Valence

191203_Valence_lumieres_5

191203_Valence_lumieres_6

191203_Valence_lumieres_7

191203_Valence_lumieres_8

191203_Valence_lumieres_9

Valence – Drôme – décembre 2019

 

(*) Les projections lumineuses sur la façade de la cathédrale de Valence (place des Ormeaux) ont lieu chaque soir de 18.00 à 20.30 jusqu’au 11 janvier 2020.
L’animation est proposée dans le cadre des Féeries d’hiver de la ville de Valence et de la Région des Lumières de la région Auvergne-Rhône-Alpes (les spectacles de Puy de Lumières vus au Puy-en-Velay l’été dernier font aussi partie de la démarchez de la Région des Lumières). Le spectacle est entièrement gratuit. Il est projeté en boucle.

 

[Auvergne] un soir au Puy en Velay

190820_puy_en_lumieres_1

Après notre journée à monter et descendre au Puy en Velay, un peu de repos à l’hôtel et un repas chaud, nous avons décidé d’assister aux spectacles de Puy de Lumières. Force est de constater que les projections de mapping vidéo sur les monuments ont actuellement le vent en poupe, et après Chartres l’année dernière et Bourges au début de l’été, nous étions curieux de voir ce que cela allait donner au Puy en Velay.

Nous avons donc commencé par attendre patiemment la tombée de la nuit, en prenant place au pied du rocher Corneille, face au rocher Saint Michel où a lieu l’une des projections. Tout en assistant au coucher du soleil, nous avons admiré la mise en valeur du site de la chapelle Saint Michel d’Aighuile par les éclairages.

Puis, le noir s’est fait sur le rocher et les projections ont commencé. Chaque spectacle dure une bonne dizaine de minutes. Nous avons suivi les indications du plan pour nous placer aux bons endroits afin d’y assister.

Après la chapelle et le rocher Saint Michel, nous avons vu successivement les projections sur la chapelle Saint Alexis dans la cour de l’hôtel du département, la façade de la cathédrale, la place du Plot et la façade de la mairie.

Nous avions initialement envisagé de poursuivre avec les façades du théâtre et du musée Crozatier, mais après une journée de pluie et de balades, il faisait bien frais (un peu moins de 10°C quand nous sommes rentrés à l’hôtel) et nous étions plus fatigués que motivés !

Nous avons toutefois apprécié les différentes projections auxquelles nous avons assistées, et passé une bonne soirée à découvrir autrement le patrimoine de la ville.

190820_puy_en_lumieres_2

190820_puy_en_lumieres_3

190820_puy_en_lumieres_4

190820_puy_en_lumieres_5

Le Puy en Velay – Haute-Loire – août 2019

****************

(*) L’ensemble des informations pratiques concernant le parcours et les horaires est disponible sur un dépliant papier que l’on trouve aisément à l’office de tourisme et dans ce nombreux lieux au Puy en Velay (il nous a été remis à notre arrivée à l’hôtel pour notre part), ainsi que sur le site internet du Puy de Lumières. Il est conseillé de télécharger l’application mobile pour bénéficier du son avec ses écouteurs. En effet, pour préserver la quiétude des riverains, le son est minimal sur la plupart des projections et en particulier sur celle de la cathédrale.

Deux projections ont également lieu en dehors de la ville du Puy, à Brives-Charensac. Nous ne nous y sommes pas rendus non plus.

[Vendée] 2 jours hors du temps au Puy du Fou

190731_Puy_du_fou_1

Le Puy du Fou me tentait depuis un moment déjà, sans que l’occasion d’y aller ne se soit présentée. Finalement, c’est le Père Noël qui nous a fait une très belle surprise en nous déposant un séjour au pied du sapin à Noël dernier ! J’avais donc réservé l’hôtel sur place début janvier, et le restaurant pour le diner quelques semaines plus tard. Je crois que jamais encore je n’avais réservé aussi longtemps à l’avance pour des vacances ! (Ceux qui me connaissent savent que je suis plutôt « dernier moment » que « prévu de longue date »)

Le jour tant attendu a fini par arriver fin juillet. Comme indiqué dans les mails reçus, nous nous sommes dirigés directement vers le parking de l’hôtel puis la réception de celui-ci pour récupérer les différents documents relatifs à notre séjour. Aussitôt, nous sommes transportés dans un autre temps : nous avons choisi de séjourner à La Citadelle, et nous venons littéralement d’entrer dans un château fort ! Le ton est donné !

Vu l’heure, nous nous dirigeons vers l’entrée du parc et y arrivons juste avant l’ouverture. Depuis la Cité Nocturne (les hôtels du parc), l’entrée se fait à côté de la Cité Médiévale. Nous sommes dans les tous premiers à parcourir les rues du village et c’est un vrai plaisir que de les découvrir quasiment vides.

Nous avons pris soin de prendre le programme avec les horaires des différents spectacles et retenu les consignes données : il faut être au moins 30 minutes avant le début aux plus grands spectacles afin d’optimiser les chances de pouvoir obtenir une place. J’ai donc coché les spectacles aux horaires qui nous intéressent afin de ne pas avoir trop de questions à se poser entre 2 spectacles. Nous sommes là pour deux journées, nous ne visons donc pas de faire tous les gros spectacles dans la journée (je ne pense pas que ce soit possible d’ailleurs ! ).

Nous commençons par le Bal des Oiseaux Fantômes, où nous sommes fascinés par le vol des oiseaux. En sortant, nous traversons la Cité Médiévale et sans nous presser, arrivons à temps pour les Chevaliers de la Table Ronde. Nous pique-niquons tôt, en profitons pour faire faire des photos souvenirs déguisés dans une des maisons du village… Puis, nous nous dirigeons vers le stadium gallo-romain et ses 7000 places ! L’attente en plein soleil est un peu pénible mais nous faisons des photos avec le centurion, avant d’entrer dans le stadium…. Le lieu est vraiment impressionnant ! Le Signe du Triomphe nous raconte une histoire un peu fantasmée mais le spectacle est au rendez-vous !

La chaleur aussi est au rendez-vous et après un rafraichissement bienvenu dans le village XVIIIe, nous nous aventurons dans les spectacles couverts à entrée permanente : les Amoureux de Verdun, le Mystère de Lapérouse, le Premier Royaume…. Chacun nous plonge dans un univers différent. L’immersion est totale, les effets spéciaux bluffants !

Un petit tour dans le Bourg 1900 où nous nous faisons prendre en photo façon sépia, et nous partons pour le Secret de la Lance, au temps des chevaliers. Encore une fois, le spectacle est beau, prenant, surprenant….

La journée est bien entamée et nous repartons vers l’hôtel pour poser nos valises et nous reposer un peu avant de ressortir dîner. J’ai choisi d’aller sur les Îles de Clovis, plonger dans le temps des mérovingiens (en fait, j’ai surtout choisi en fonction du menu proposé tout en cherchant à découvrir une autre ambiance que celle de l’hôtel). Les bâtiments sont disposés au dessus d’un petit lac, les passages sont sur pilotis : c’est charmant.

Par curiosité, nous irons prendre le café au bar de la Villa Gallo-Romaine, dans le jardin aux allures toscanes.

Avant la tombée de la nuit, nous retournons dans le parc faire le tour des volières : les rapaces nocturnes se réveillent, certains prennet leur dîner. Nous sommes seuls dans la forêt avec les oiseaux.

Puis, nous nous trouvons une place au bord du lac pour attendre le spectacle nocturne des Orgues de Feu et en prendre une fois encore plein les yeux !

Nous ne mettrons pas longtemps à nous endormir après tout cela !

Le lendemain matin, après un bon petit déjeuner, nous embarquons le programme du jour, dûment coché… et faisons de nouveau l’ouverture du parc.Nous commençons par aller nous faire prendre en photo habillés en reine et chevaliers…. A cette heure matinale, nous sommes seuls !

Nous débutons la journée de spectacles par les Mousquetaires de Richelieu, enchaînons sur un pique-nique, puis le Dernier Panache.Les théâtres sont immenses, le spectacle grandiose.

Nous flânons un peu dans les allées, explorons le fort de l’an Mil, et allons prendre notre place dans la queue pour les Vikings. Ce spectacle est un des plus anciens du parc. J’en avais donc vu pas mal d’images mais j’ai été stupéfaite tout de même !

Après cela, nous remontons vers le château originel du Puy du Fou, le seul élément vraiment historique des lieux, pour la Renaissance du Château. L’après-midi se termine, encore un petit tour dans les boutiques, et il est temps de repartir.

Sur le retour à la voiture, nous nous arrêtons au calme pour prendre un dernier verre au bar de Mérovée. Après 2 jours hors du temps, où nous avons été d’émerveillement en émerveillement, de spectacle grandiose en spectacle grandiose, après avoir parcouru plein de kilomètres (je n’ai pas activé d’applications comptant la distance parcouru mais il y a 25 km de sentiers dans le parc, tous parcourus au cours de ces deux jours, souvent plusieurs fois !), nous repartons…. enchantés !

190731_Puy_du_fou_2
La Citadelle

190731_Puy_du_fou_3
La cité médiévale

190731_Puy_du_fou_4
La cité médiévale

190731_Puy_du_fou_5
Le bal des oiseaux fantômes

190731_Puy_du_fou_6
Le bal des oiseaux fantômes

190731_Puy_du_fou_7
Les chevaliers de la Table Ronde

190731_Puy_du_fou_8
Le signe du triomphe

190731_Puy_du_fou_9
Le mystère de la lance

190731_Puy_du_fou_10
le jardin de la Villa Gallo-romaine

190801_puy_du_fou_1
Les vikings

190801_puy_du_fou_2

Le Puy du Fou – Vendée – été 2019

(*) Il est impossible de tout voir en une seule journée. Deux jours est le minimum et demande une bonne organisation (horaire des spectacles, optimisation des déplacements d’un bout à l’autre du parc… ) pour tout faire.. mais c’est possible : nous l’avons fait !

(**) Inutile de chercher la vérité historique : elle est régulièrement bafouée… D’ailleurs, le parc revendique avoir voulu une interprétation de l’histoire à l’aune de l’imaginaire collectif. On n’échappe donc à aucun cliché, aucune légende quelle que soit l’époque traversée ! De même, le parti-pris catholique est clairement assumé et les allusions même si elles sont parfois subtiles ne laissent aucun doute. Cela n’a pas gâché le plaisir de ma visite, parce que je le savais, et que ma culture personnelle me permet de voir ce qui est cliché ou parti-pris (du moins une grande partie de ceux-ci…), et donc de ne pas prendre ce qui est un spectacle à effets spéciaux pour une vérité absolue. (Jouer à trouver les erreurs/approximations/raccourcis historiques et autres allusions non-neutres nous a d’ailleurs occupés dans les files d’attente…. )
Il faut donc en garder des décors fabuleux, des spectacles grandioses avec des effets spéciaux, des cascades, des chevaux…. Du grand spectacle à regarder comme du spectacle, comme on regarde un film de divertissement. Le Puy du Fou, c’est un film hollywoodien en direct ! Et ce serait dommage de bouder son plaisir….