[Bretagne] autour de la pointe des Daules

Durant ces quelques jours passés en Bretagne pour Noël, nous avons profité d’une course à faire à Cancale pour une petite balade en bord de mer. Contrairement à nos habitudes cancalaises, nous ne nous sommes pas dirigés vers le marché aux huîtres pour faire un tour sur la grève. Cette fois, nous avons continué à longer la côte en voiture au delà de la Pointe du Grouin. Nous avons laissé la voiture au dessus de la plage du Verger et sommes partis rejoindre le GR34 au niveau de la pointe des Daules.

Au sommet de la pointe, dominant l’ensemble du paysage environnant, se trouve un ancien corps de garde. Construit au milieu du XVIIIe siècle, l’édifice diffère des autres corps de garde que l’on peut retrouver le long des côtes de la Manche par la présence d’une tourelle de guet faisant penser à un clocher. Restauré il y a une dizaine d’années, il est mis en valeur par la pelouse d’herbe qui l’entoure.

De là, nous avons pris la direction du bout de la pointe des Daules, cheminant sur la lande aux couleurs hivernales entre les ajoncs commençant à fleurir et l’ocre des fougères séchées. Un sentier permet d’approcher l’extrémité de la pointe et ses rochers de granit surplombant la mer.

Nous reprenons ensuite le GR34 jusqu’à la plage du Petit Port sur laquelle nous descendons. En effet, la marée basse a dégagé les rochers environnant la plage, et nous découvrons un très intéressant terrain de jeu photographique. Après avoir joué avec les perspectives, nous avisons une mare tout en longueur au cœur même des rochers. En l’absence de vent, les reflets dans l’eau claire sont bien marqués et nous jouons un bon moment à photographier ceux-ci.

Ne voulant pas rentrer trop tardivement, et ayant toujours notre course à faire à Cancale, nous finissons par rebrousser chemin sans être allés jusqu’à la pointe du Nid qui nous fait face. Ce sera l’occasion de revenir !

Le corps de garde de la pointe des Daules
Depuis le corps de garde de la pointe des Daules, dominer la plage du Verger
A travers la lande
En direction de l’extrémité de la pointe des Daules
Face à la mer…
Sur le GR34
la plage du Petit Port et la pointe du Nid
Sur la plage du Petit Port
Perspective…
Jouer avec les reflets

Pointe des Daules & plage du Petit Port – Cancale – Ille-et-Vilaine – décembre 2021

(*) Plusieurs parkings sont disponibles à proximité de la plage du Verger d’où il est possible de rejoindre facilement le corps de garde de la Pointe des Daules et le GR34

[Normandie] le long de la Baie du Mont Saint Michel en hiver

Cela faisait deux ans que nous n’étions pas venus dans la région en hiver. Entre deux courses pour les festivités de Noël et deux averses, nous avons profité d’une éclaircie pour aller en direction de la pointe du Grouin du Sud dans la baie du Mont Saint Michel.

Cependant, afin de changer un peu de point de vue, nous avons laissé la voiture dans le village de Saint Léonard sur la commune de Vains. De là, il est aisé de gagner l’herbu et de rejoindre le GR223. Nous avons donc longé la baie du Mont Saint Michel pendant quasiment 1.5 km jusqu’au niveau de la pointe avant de faire demi-tour.

Marcher au bord de l’herbu, avec la silhouette du Mont Saint Michel sur la ligne d’horizon est toujours très ressourçant. Nous avons également profité de la balade pour escalader un peu les rochers, observer les oiseaux et les végétaux, et prendre beaucoup de photos (parce qu’en réalité dans ce genre de sortie, je ne suis pas la seule à m’arrêter régulièrement pour attraper quelques images : les ados de la maison sont aussi très fort à ce petit jeu ! ).

Sur le trajet de retour à la voiture, nous sommes passés par l’écomusée de la baie, fermé à cette saison. Toutefois, la lumière mettait bien en valeur la jolie couleur de la pierre de cette ancienne longère.

Malgré le froid mordant de cette journée d’hiver, c’était vraiment la balade idéale pour initier ce court séjour de fin d’année !

Balade familiale
Après les grandes marées et les tempêtes, l’herbu est bien humide !
Passer sous les arbres et apercevoir le Mont Saint Michel
L’accès au GR223 sur l’herbu – très humide ce jour-là ! – se fait par des portails à la forme typique des portails de Basse-Normandie
Silhouette presque fantomatique du Mont au loin…
Le soleil fait miroiter la tangue gorgée d’eau
La longère de l’écomusée de la baie

Saint Léonard – Vains – Manche – décembre 2021

(*) Quelques stationnements sont disponibles dans le hameau de Saint Léonard. L’accès au chemin de randonnée GR223 se fait par un portail (à refermer après passage) donnant sur les prés salés au niveau de « La Chaussée »

[petits moments] pause déjeuner à Peyrus

Quand la journée de télétravail a déjà un peu trop duré à l’approche de l’heure du déjeuner (j’ai tendance à commencer à travailler très tôt quand je le fais depuis chez moi), et que j’ai besoin d’une vraie pause, il est fréquent que je me rende à Peyrus.

En effet, ce n’est pas très loin de chez moi, le stationnement y est facile (au niveau du cimetière, il y a un très grand parking) et plusieurs chemins de randonnée partent de là pour des balades qui n’ont pas nécessairement à être très longues.

Ce jour-là, le ciel était plutôt couvert et les sentiers boueux mais la température était clémente. Alors après avoir mangé mon sandwich, j’ai marché un bon moment avec la vue sur les montagnes…. De quoi recharger les batteries et revenir en pleine forme pour un après-midi de travail !

Peyrus – Drôme – décembre 2021

[projet 52-2022] semaine 2 – hiver

Hors de question de me laisser prendre par le temps deux semaines de suite dès le début du projet 52 ! Alors pour ce thème Hiver, j’ai profité d’une sortie dans la nature sur les contreforts du Vercors samedi dernier pour prendre ma photo (j’aurai l’occasion de revenir en détail sur cette jolie randonnée un peu sportive).

En effet, la neige était tombée dans la matinée sur les hauteurs et avait déposé un petit voilà blanc sur les rochers. Cumulé avec les branches nues des arbres, j’avais de quoi illustrer la saison hivernale !

Dans les ruines du château de Rochefort-Samson (Drôme)

**********************

Pour voir à quoi ressemble l’hiver chez les autres participants, il suffit de suivre les liens dans les commentaires.

NB : Parfois, certains commentaires sont envoyés dans la pile de modération par la plateforme du blog. Je ne suis pas connectée non stop sur celle-ci, mais je vais passer plusieurs fois dessus dans la journée pour vérifier et valider les commentaires concernés. Aussi il peut se passer un petit délai avant que votre commentaire n’apparaisse.

[Drôme] sur la butte du Châtelard à Chateauneuf sur Isère

Sur les chemins de sable

Cela faisait un moment que j’avais repéré la balade sur la colline du Châtelard à Chateauneuf-sur-Isère sans jamais avoir pris le temps d’aller la faire. Mi-décembre, j’ai profité de devoir me rendre dans ce secteur pour enfin aller découvrir les lieux.

Située au cœur du village la butte du Châtelard est un espace naturel protégé. Un sentier en fait le tour. Suite à un incendie qui avait bien endommagé les bois ceignant la colline, il n’est plus possible d’aller partout et il convient de rester sur le chemin balisé (pour des raisons de sécurité d’une part et pour permettre à la nature de reprendre sa place dans les zones brûlées d’autre part).

Le sentier nous emmène sur les chemins de sable en direction des carrières de molasse. En effet, le Châtelard est une butte de molasse qui a été exploitée depuis l’Antiquité jusqu’à la fin du XIXe siècle pour fournir des pierres de construction pour les villes alentours. Sous l’effet de l’érosion, la molasse devient sable et les couches supérieures, pas assez « tassées », ne sont pas utilisables pour la construction. C’est pour cela que les carrières de molasse ont été creusées dans les couches inférieures de la roche. Sur le Châtelard, on repère aisément deux fronts d’extraction, de part et d’autre de la butte.

Depuis les anciennes carrières, le chemin s’enfonce dans les bois en direction du sommet de la butte. Des escaliers ont été aménagés au milieu des chênes pour permettre de grimper plus aisément la pente, assez forte.

En haut, à 80 mètres au dessus de la rivière, une Vierge du Voeu domine le village et la vallée de l’Isère. Juste au-dessus, une table d’orientation permet de découvrir les environs. De là, on peut admirer une vue panoramique sur la montagne ardéchoise, la vallée du Rhône avec le défilé de Tain-Tournon et la colline de l’Hermitage, la plaine de Valence, et l’Isère avec le barrage amont de l’usine hydroélectrique de Beaumont-Monteux.

L’endroit invite clairement à la contemplation… Mais l’heure tourne et j’ai un rendez-vous à honorer. Je prends donc le chemin de la descente, en continuant à faire le tour de la colline pour revenir à mon point de départ.

Faire le tour des carrières de molasse
Au cœur des carrières de molasse
Quelques chênes ont encore leurs parures automnales
Ça grimpe !
Vue sur la montagne ardéchoise
Le barrage sur l’Isère et l’amorce du canal de dérivation vers la centrale hydroélectrique
Front d’extraction de la molasse

Chateauneuf-sur-Isère – Drôme – décembre 2021

(*) La butte du Châtelard se trouve en face de l’église de Chateauneuf sur Isère. L’accès au chemin de randonnée faisant le tour de la colline est situé un peu plus haut. Il est également possible de se stationner au niveau d’une école au pied de la butte, en prenant la direction du cimetière

[petits moments] Noël en Bretagne – 2021

De retour de quelques trop courts jours (seulement trois passés sur place) en Bretagne afin de passer Noël en famille, voici quelques instantanés avant de vous préparer quelques articles sur les balades que nous avons pu faire.

************************

Nous sommes partis en voiture et lors du trajet aller, nous avons traversé le Forez entièrement givré. Il y avait un côté féérique à traverser ces forêts blanchis d’un givre intense. Comme nous étions sur l’autoroute, les possibilités d’arrêt étaient limitées, et l’aire du Haut Forez était complètement engloutie dans le brouillard. J’ai toutefois pu prendre quelques photos depuis une aire à la limite de la Loire et du Puy-de-Dôme. A cet endroit, le givre était un peu moins prononcé qu’au cœur du massif, mais cela restait joli !

« La colonne brisée » de Anne et Patrick Poirier a été installée dans les années 80
Il y avait même un peu de neige…
Lever de soleil sur le Forez

Aire des Suchères – A89 – Loire/Puy-de-Dôme

************************

Pas d’hiver en Bretagne sans un feu chaque soir dans la cheminée….

************************

En rentrant d’aller faire les courses, nous nous sommes arrêtés dans le marais de Sougeal pour y faire un tour. Il est nettement moins plein que d’autres années à la même période (par exemple, il y a deux ans) et on peut encore le traverser à pied.

Balade au cœur du marais
Observer les cygnes…

Marais de Sougeal – Ille-et-Vilaine – décembre 2021

************************

Pour le réveillon de Noël, nous avons trouvé une jolie composition florale pour poser sur la table…

Oui, ce sont bien des boudoirs qui entourent les fleurs, façon charlotte !

(*) Fleur de R’Eve – route de St James – Fougères (35)

************************

Liste des articles relatifs à ce séjour :

[petits moments] automne/hiver au pied du Vercors

Une pause déjeuner un jour de télétravail, la nécessité de déplacer la voiture, et la décision de partir avec un pique-nique léger quelques kilomètres plus loin pour profiter d’une balade en pleine nature… C’était jeudi midi. Il restait encore un peu de la neige tombée le week-end précédent. Depuis mon précédent passage, les feuilles étaient quasiment toutes tombées des arbres. Seuls les fruits éclos des fusains apportaient une petite touche colorée.

Les arbres sont maintenant dégarnis et la neige a fait son apparition au pied du Vercors
Traces de neige au pied de la Vierge du Voeu
La couleur rose éclatante des fruits du fusain
Automne/hiver
Sur les troncs, les mousses sont gorgées de l’eau issue de la fonte de la neige des jours précédents
Vue sur la plaine de Valence, le massif de Crussol et la montagne ardéchoise
Automne/hiver (bis)
Automne/hiver (ter)

Peyrus – Drôme – décembre 2021

**********************

Bonus : un aperçu de la neige dimanche 29 novembre au matin par la fenêtre

[Drôme] couleurs d’automne au pied du Vercors

Chaque saison apporte son lot de petits plaisirs. Parmi ceux de l’automne, il y a les couleurs que revêt la nature. Cette année, je trouve d’ailleurs que l’automne a été particulièrement lumineux, et à l’approche de l’hiver, je suis allée encore une fois profiter des teintes orangées au pied du Vercors, à l’occasion d’une pause déjeuner où j’avais besoin de prendre un peu l’air.

Je suis partie sur les chemins autour de Peyrus (en partant du cimetière, comme je le fais souvent… surtout lorsque je dispose de peu de temps). Les couleurs des arbres étaient assorties à celle des champs fraichement labourés.

Je me suis beaucoup retournée sur le début du chemin, afin de regarder la petite chapelle Saint Pierre qui trône au milieu du cimetière, et d’admirer la vue sur la plaine de Valence. Un champ planté de thym m’offre d’ailleurs de jolies perspectives sur l’ensemble.

La météo est agréable. Le soleil fait ressortir le jaune vif et l’ocre des feuilles. Je profite de chaque instant car ma pause déjeuner touche bientôt à sa fin…. tout comme l’automne qui va doucement céder sa place à l’hiver !

La chapelle Saint Pierre, au cœur du cimetière
Sur les chemins…
Admirer la vue sur la plaine de Valence
Jaune vif des feuilles aux couleurs d’automne
Petite feuille esseulée !
Depuis les lignes dessinées par les cultures de thym
Un dernier regard avant de repartir…

En repartant, je suis passée par la route de Saint Apollinaire, et, pour une fois, j’ai eu la chance que les daims ne soient pas cachés. Je n’ai donc pas pu résister à les photographier !

Peyrus – Drôme – novembre 2021

*****************

Quelques jours plus tard, du côté de Combovin, l’ambiance était bien différente ! Si les couleurs automnales étaient encore là, un brouillard a persisté tout au long de la journée, créant une ambiance beaucoup plus hivernale… et mystérieuse.

Partant du parking du cimetière (décidément, je me rends compte que j’ai souvent des départs de balades depuis les cimetières ! ), j’ai commencé par aller jeter un œil à la Véore. Alors que je pensais monter à la chapelle Sainte Marguerite ou à la Tour de Barcelonne, l’absence ou presque de visibilité m’a dissuadée. Je suis donc partie de l’autre côté du village, sur des chemins que je ne connaissais pas.

J’ai suivi une toute petite route jusqu’au panneau indiquant le Relais à quelques centaines de mètres. La visibilité très faible ne m’a pas permis de trouver le sentier à suivre à cet endroit. C’est donc là que j’ai rebroussé chemin. En effet, la fin d’après-midi approchait et le brouillard se densifiait encore.

J’ai toutefois apprécié cette petite balade aux allures d’automne-hiver, particulièrement le contraste entre les feuilles encore bien présentes sur les arbres et le brouillard très hivernal. Ce n’était clairement pas un temps à rechercher de grands paysages, mais cette petite route m’a offert une jolie promenade tranquille et revigorante.

Dans le brouillard…
Au bord de la Véore
Encore en automne mais déjà un peu en hiver..
Silhouettes d’arbres…
Lumières automnales
Sur la route…
Il y a quand même eu un bref coin de ciel bleu dans la journée…
Alors que le brouillard se densifie en fin d’après-midi…

Combovin – Drôme – novembre 2021

[Drôme] du col de la Bataille aux rochers de la Sausse

Alors que l’été cédait doucement sa place à l’automne, nous sommes partis avec Mr 2e pour une randonnée dans le secteur du col de la Bataille. En approchant, il y avait foule. Aussi, nous avons laissé la voiture sur un petit parking d’exploitation forestière à environ 500 mètres du col. De là, nous avons choisi d’aller du côté des Rochers de la Sausse, moins fréquentés que les chemins vers Ambel de l’autre côté du col.

Avant l’entrée du tunnel, nous avons commencé à grimper afin d’accéder au col naturel et à la vue, splendide, que l’on a de cet endroit. Face à nous, la montée vers le plateau d’Ambel se dresse, majestueuse. Nous pouvions également apercevoir à la lisière du bois, le chemin où nous étions allés l’an dernier profiter de couleurs automnales.

Nous nous sommes engagés sur le sentier en direction des Rochers de la Sausse. Situé en bordure de la ligne de crête, il offre un panorama somptueux sur Omblèze et la haute-vallée de la Gervanne. Doucement, nous sommes montés tout en admirant le paysage. Les arbres commencaient à prendre des teintes dorées. Nous avons repéré quelques curiosités géologiques : des grottes bien sûr, mais également une petite arche en contrebas.

Au point culminant des Rochers de la Sausse, nous avons fait une pause au soleil. Le vent soufflait mais le soleil bien présent nous réchauffait. Puis, il a fallu envisager de rentrer. Nous avons fait demi-tour mais n’avons pas manqué de prendre encore le temps de profiter du paysage tout au long de la descente…

Face à Ambel…
Voir le chemin à parcourir
Vue sur la combe de Bouvante
C’est parti ! (regardez bien, on aperçoit Mr 2e !)
Vue sur la vallée d’Omblèze
Sur la crête…
On approche du but !
Couleurs d’automne et arche naturelle
Découvrir des grottes à flanc de falaise
Admirer encore une fois le paysage

Col de la Bataille – Vercors – Drôme – octobre 2021

[Drôme] monter à la Croix du Vellan

Le rocher du Vellan, surmonté de sa croix, depuis l’entrée de Plan de Baix

Cela faisait longtemps que je n’étais pas montée jusqu’à la Croix du Vellan. Aussi quand il fallu illustrer le thème Métallique du projet 52, je me suis dit qu’elle ferait un bon sujet et que ce serait une belle occasion d’y retourner.

Je suis donc partie un samedi matin en direction de Plan de Baix. Le soleil brillait et en approchant du village, on distinguait la croix sur le sommet du rocher du Vellan. Une fois la voiture stationnée, j’ai commencé l’ascension à pied. J’avais choisi de laisser la voiture sur le parking de randonnée situé sur la route du col de Bacchus. Là, quelques vaches étaient au pré et leurs cloches rythmaient mes premiers pas.

Progressivement, au cours de la montée, le ciel a commencé à se couvrir. Des orages étaient annoncés pour l’après-midi et le vent poussait les nuages à s’agglutiner sur les sommets.

Alors que j’avançais sur le plateau, ce sont des chevaux qui paissaient l’herbe rase entre les pierriers, vestiges de la période glaciaire. La croix se détachait sur le gris du ciel, s’y fondant par moments dans un camaïeu de gris.

Je me suis approchée du bord du plateau. Le paysage se déployait, grandiose, à mes pieds. De là, la vue embrasse le synclinal de Saoû, les gorges d’Omblèze et le plateau d’Ambel, le Diois, et porte même jusqu’au Dévoluy. Le banc au pied de la croix invite à la contemplation. Alors, je me suis assise. J’ai sorti ma thermos de café. Et tout en me réchauffant du vent glacé, j’ai admiré les silhouettes des montagnes.

Il était temps de redescendre. Je ne voulais pas trop tarder car j’avais aussi envie de faire un arrêt à Beaufort sur Gervanne en redescendant (et d’y être avant la fermeture de la boulangerie pour m’assurer d’avoir du pain pour mon pique-nique !). J’ai jeté un dernier coup d’œil à la croix, puis je suis retournée retrouver les tintements des cloches des vaches, un peu plus bas…

Vaches à cloche
Quand les nuages commencent à s’accumuler
pâture à chevaux sur le plateau du Vellan
Ambiance mystique
Invitation à la contemplation
Dominer les environs
Silhouettes de montagnes
Se retourner une dernière fois avant de redescendre

Croix du Vellan – Vercors – Drôme – septembre 2021

(*) L’accès à la Croix du Vellan peut se faire directement depuis le village de Plan de Baix (en suivant le GR9 par exemple) ou bien depuis un parking pour randonneurs situé à proximité de la route du col de Bacchus (direction Léoncel/La Vacherie depuis Plan de Baix). L’accès depuis le parking présente un peu moins de dénivelé que celui depuis le village, et se fait essentiellement sur route. Il offre cependant des vues très dégagées sur les alentours.