[Haute-Savoie] à la découverte de la vieille ville d’Annecy

Après nos balades à Bout-du-Lac et à Duingt, nous avons pris largement le temps de découvrir Annecy, et en particulier la vieille ville. Nous avons laissé la voiture sur un parking à côté de la préfecture pour partir à pied dans les rues du centre.

************************

Flânerie dans le centre ancien.

Nous avons commencé notre découverte par le bord du lac en traversant le Pâquier pour rejoindre le Pont des Amours. En longeant le canal du Vassé qui permet aux eaux du lac de se déverser dans les canaux de la ville, la vue sur le pont est charmante, et fait partie des nombreuses « vues de carte postale » de la ville d’Annecy.

Après avoir traversé le pont, nous avons longé l’autre rive du canal, puis rejoint le bord du Thiou, rivière issue du lac. Nous entrons alors dans la vieille ville, en longeant le cours d’eau. Face à nous, le Palais de l’Île se dresse, autre « vue de carte postale » de la ville. Construit au XIIe siècle, il a été un palais pour le châtelain local puis d’une utilisation à l’autre, a terminé comme prison avant de devenir un musée local. (Nous nous sommes promenées en ville un mardi après-midi, et il était donc fermé, aussi nous n’avons pas pu nous rendre dans la cour.)

A partir de là, nous avons flâné de rues en ruelles, de ponts en parcs, sans suivre d’itinéraire précis. Nous sommes bien sûr passées dans la si touristique rue Sainte Claire, bordée d’arcades (dont nous découvrirons finalement le vrai charme le lendemain matin de bonne heure, avant l’affluence…). Nous sommes montées au pied du château (également fermé le mardi, jour où nous étions à Annecy). Et nous en sommes redescendues par de toutes petites ruelles aux maisons fleuries. Nous avons quitté les axes touristiques pour traverser des parcs ou marcher le long de canaux ombragés. Nous avons aperçu des petits ponts entre des bâtiments qui nous ont fait penser aux images de Venise. Nous avons découvert des rues commerçantes bordées d’immeubles anciens aux façades splendides. Nous avons tourné, viré, sommes parfois revenues sur nos pas, puis reparties dans une autre direction.

Le canal du Vassé et le Pont des Amours
Le Palais de l’Île sur le Thiou
Balade au bord du Thiou
En s’éloignant des rues les plus touristiques…
… on découvre des endroits pleins de charme
Façades anciennes dans les rues commerçantes
Tomber par hasard sur de charmantes ruelles, au calme et pourtant à quelques pas de l’agitation touristique
Au cœur de la ville ancienne
Prêter attention aux façades dans les rues moins touristiques
Annecy mérite son surnom de « Venise des Alpes »

************************

Douceur d’une fin de journée.

Au bout de quelques heures à ce rythme, nos pieds ont demandé à faire une pause. Alors, nous sommes allées (toujours à pied) poser nos valises à l’hôtel. Puis, en fin d’après-midi, nous sommes reparties pour une promenade le long du lac, sur le Pâquier et dans les jardins de l’Europe, baignés d’une douce lumière. Le ciel s’était complètement dégagé et la vue sur les montagnes de l’autre côté du lac était magique. Nous avons profité de cette ambiance très printanière pour refaire un tour le long du Thiou. Le flot des touristes avait quitté la ville qui semblait avoir été reprise en mains par ses habitants. Nous avons pris le temps de savourer la douceur du soir…

Au bord du lac, vue sur l’île des Cygnes
Le canal du Vassé vu depuis le Pont des Amours
Promenade au bord du lac
Façades sur rivière
Hôtel particulier et maisons colorées
Annecy, côté carte postale
douceur d’une fin de journée au bord du Thiou
Après la départ du flot des touristes

************************

Le Musée du Film d’Animation, un musée original.

Il était annoncé de la pluie pour notre séjour à Annecy. Aussi, je m’étais renseignée sur les différents musées de la ville. Outre le Palais de l’Île et le château, j’avais repéré le Musée du Film d’Animation. Si finalement la pluie ne s’est pas (trop) invitée, nous sommes allées voir le Musée du Film d’Animation dont la thématique originale nous plaisait. Contrairement à ce que l’on pourrait penser, le musée n’est pas une cinémathèque dédiée au dessin animé. Il s’agit d’une structure qui raconte l’histoire de l’image animée, depuis les lanternes magiques jusqu’à l’animation numérique. On découvre ainsi les débuts de l’histoire des studios de dessins animés, tant en Europe qu’aux Etats-Unis, ainsi que les différentes techniques d’animation : dessin image par image, stop motion avec des marionnettes ou de la pâte à modeler, papiers découpés, écrans d’aiguilles… Si le musée n’est pas très vaste, il est cependant très intéressant et didactique et permet d’en apprendre plus sur la production d’une œuvre en images animées.

Dessins préparatoires pour la série animée « Les Shadocks »

(*) Le Musée du Film d’Animation est situé dans les locaux du Conservatoire Départemental d’Art et d’Histoire, au 18 rue de Trésum. Il est facilement accessible à pied depuis le centre ancien de la ville. Il est, comme le Palais de l’Île et le Château-Musée fermé le mardi. Aussi, nous y sommes allées le mercredi matin avant de repartir d’Annecy.

************************

Annecy – Haute-Savoie – avril 2022

(*) Pour préparer notre balade à Annecy, et afin de m’assurer de ne pas passer à côté d’un must-see, j’avais consulté le site de l’office de tourisme du lac d’Annecy.

[Haute-Savoie] une journée au bord du lac d’Annecy

Pendant les vacances scolaires, nous sommes parties, Melle 3e et moi, passer deux jours sur les bords du lac d’Annecy. Nous sommes arrivées sous un ciel couvert, et des averses passagères ont tenté de nous faire renoncer à nos plans de balades… Mais il en faut bien plus pour nous arrêter !

**********************

Bout-du-Lac, panorama sur le lac

Notre premier arrêt a été à Bout-du-Lac. C’est ce nom, tout droit sorti d’une géographie de la Comté (pour ceux qui n’auraient pas la référence, la Comté est le pays des Hobbits dans Le Seigneur des Anneaux de Tolkien), qui nous a donné envie de nous y promener. Laissant la voiture au niveau du port, nous sommes parties à pied vers la rive du lac. Après une exploration du petit port, et être tombées sous le charme de l’embarcadère de la compagnie des bateaux du lac d’Annecy, nous avons traversé un cours d’eau pour rejoindre un espace de verdure servant de piste d’atterrissage aux très nombreux parapentistes survolant le lac après s’être élancés des montagnes environnantes.

Nous nous sommes éloignées de cette agitation et avons gagné le marais et la réserve naturelle du bout du lac. Des pontons nous invitent à nous balader au cœur de la ripisylve en direction des roselières. Nos pas sont bercés par le chant des oiseaux. Nous parvenons d’ailleurs à en observer certains, peu farouches si l’on reste discrets. Nous apercevons également un écureuil se faufilant à travers les arbres.

Nous trouvons l’endroit parfait pour pique-niquer : un banc avec vue sur le lac et les montagnes. Nous en profitons pour sortir notre repas du sac (et nous faisons bien attention à ne rien laisser comme déchet sur place, même pas de déchets alimentaires qui pourraient provoquer des troubles à un animal sauvage qui les mangeraient).

Nous repartons en direction de la plage et de la voiture : nous avons repéré d’autres endroits que nous souhaitons explorer sur le bord du lac !

Au port de Doussard
Panorama sur le lac d’Annecy et les montagnes
Le village de Doussard au pied de la montagne
Le charme un peu désuet de l’embarcadère de la compagnie des bateaux du lac d’Annecy
Reflets dans la rivière
Au bord de la roselière

Bout-du-Lac – Doussard – Haute-Savoie – avril 2022

**********************

Duingt, paysage de conte de fées

Notre étape suivante est le village de Duingt. Il faut dire qu’il a beaucoup d’atouts pour nous séduire…. et que le soleil a décidé de percer les nuages et d’apporter une vue plus dégagées sur les montagnes !

Nous laissons la voiture sur le parking de l’église, et partons à pied en direction du lac. Là, nous avons un joli point de vue sur le château de Duingt posé au bord de l’eau, avec la montagne en toile de fond. Nous continuons en longeant le lac au plus près et arrivons au débarcadère de Duingt, à deux pas du château. Depuis le ponton, la vue sur le château a des allures d’architecture de conte de fées.

Entre deux passages de nuages, nous apercevons de la neige persistante sur le sommet qui nous fait face. Aussi, nous décidons de profiter du soleil pour faire une petite pause, assises sur le ponton, en attendant que la vue se dégage. Notre patience n’est que moyennement récompensée mais il est tellement agréable de prendre le soleil au bord de l’eau que ce n’est pas bien grave.

Pour retourner vers l’église, nous choisissons de passer par le centre du vieux village de Duingt. Les rues étroites sont bordées de maisons anciennes et nous conduisent jusqu’au vieux cimetière. De là, le point de vue sur le lac est magnifique.

Nous hésitons à nous engager sur le chemin de la montagne du Taillefer pour aller voir le point de vue depuis la grotte de Notre Dame du Lac, mais nous n’avons pas repéré l’itinéraire, ne sommes pas spécialement chaussées pour randonner et surtout le ciel s’obscurcit de nouveau.

Le château, le lac et la montagne… paysage de carte postale
Le château, posé au bord du lac
En regardant vers Bout-du-Lac
Face à la montagne
Le charme du vieux village de Duingt

Duingt – Haute-Savoie – avril 2022

**********************

L’ancienne voie ferrée, transformée en voie verte

Si nous sommes à pied (et en voiture), nous avons noté que le tour du lac est faisable à vélo. En particulier, l’ancienne voie ferrée a été reconvertie en voie verte. Et au niveau du village de Duingt, celle-ci passe dans un tunnel. Notre curiosité nous a donc poussées à aller explorer ce tunnel (et faire une petite séance de photos…).

Ambiance mystérieuse dans le tunnel…

Ancienne voie ferrée – au niveau du village de Duingt – Haute-Savoie – avril 2022

**********************

Nous n’explorerons pas l’autre rive du lac au cours de ce séjour car nous avons préféré profiter de nos balades plutôt que nous presser pour cocher un maximum de lieux sur une liste. Après ces deux arrêts, il est temps pour nous de partir en direction d’Annecy, afin d’aller découvrir la vieille ville….

(à suivre)

**********************

(*) Pour trouver des idées de balades et de lieux à découvrir, j’avais consulté avant le départ le site de l’office de tourisme du lac d’Annecy qui est très fourni. Il propose entre autres des suggestions pour des séjours de quelques jours autour du lac.

[Drôme] printemps zen

Ce samedi-là, la météo n’avait pas été spécialement agréable le matin et je sortais d’une semaine de travail assez éreintante. Il n’était donc pas question de partir randonner en montagne. Alors qu’en début d’après-midi, je me dirigeais vers Romans où j’avais une course à faire, l’idée d’une promenade de printemps au jardin zen d’Erik Borja est venue m’effleurer l’esprit. Le soleil semblait décidé à se montrer alors je suis partie pour un voyage express au Japon.

J’étais déjà allée au jardin zen à différentes saisons, en particulier en automne et à la fin du printemps. C’est chaque fois un paysage différent qui se dessine.

Dès l’entrée dans le jardin, le bruit de l’eau qui s’écoule invite à l’apaisement. Les couleurs douces des bruyères en fleurs augmentent encore cette sensation de calme. Je fais une première pause au belvédère qui surplombe l’ensemble du jardin. Le paysage s’ouvre grandiose jusqu’au pied du Vercors.

Puis, je descends doucement vers le cœur du jardin. Je prends le temps d’observer un oiseau qui vient s’abreuver dans la flaque créée par le débordement d’une fontaine (après quelques jours de pluie, les sources qui alimentent le jardin coulent à flots). J’admire quelques iris aux couleurs douces avant de rejoindre le bord de la pièce d’eau du jardin de promenade.

Les cerisiers en fleurs attirent mon regard. Ils sont en pleine floraison. Doucement, je fais le tour de l’étang et rejoins le jardin sec. Les vagues de sable dessinent une géographie minérale hypnotisante dans laquelle mon regard se perd. Après en avoir fait le tour, je gagne la bambouseraie.

La forêt de bambous me transporte dans un autre univers, et me guide jusqu’au bord de l’Herbasse, la rivière qui coule au pied du jardin. Gonflée elle aussi par les pluies des jours précédents, elle dévoile néanmoins une plage sur laquelle il doit être agréable de s’installer les chaudes journées d’été, les pieds dans l’eau fraîche. Je me perds un long moment dans la contemplation des flots vifs.

Tranquillement, je remonte alors vers le jardin du dragon où je suis accueillie par le chant des grenouilles. Je les cherche du regard mais elles sont timides et se jettent à l’eau dès que je m’approche d’un peu trop près, ne me laissant deviner leur emplacement qu’au « plouf » et aux ronds ridant la surface !

En arrière-plan, la bambouseraie continue sur les rives de l’Herbasse et son éclaircissement récent par les jardiniers permet de jolies perspectives sur l’eau vive, contraste avec les eaux calmes de l’étang.

Les pâquerettes ont envahi les zones enherbées. Le printemps s’étale dans sa simplicité sous mes pieds, et me guide jusqu’au torii situé tout au bout du jardin. Le doute ne semble plus possible : j’ai changé de continent !

Je retourne au bord de l’étang du dragon. Je sais que j’ai bientôt fait le tour des lieux mais je n’ai pas envie de les quitter trop vite. Alors je prends mon temps, je retourne dans le jardin de promenade. Je cherche les carpes koi du regard. Je vais refaire le tour du jardin minéral. Je m’assied sur un banc, puis sur un autre, profitant de l’instant présent et savourant la vue apaisante.

De retour vers l’accueil, je fais un tour dans la boutique qui propose des objets japonais. Les Maneki Neko en particulier m’attirent avec leurs formes douces et leur côté sympathique. Je ne peux me résoudre à quitter déjà le jardin zen. Alors je décide de prendre un thé sur la terrasse qui fait face à la boutique et à l’accueil. Le soleil brille, et après plusieurs jours gris, c’est un vrai bonheur de profiter des doux rayons. Mon regard se perd dans la contemplation des cerfs volants Koinobori qui ondulent dans le vent.

Je laisse le temps s’écouler tranquillement…

Dès l’entrée dans le jardin, être transportée dans un pays lointain…
Les couleurs des bruyères en fleurs
Japanese way of life
Vue d’ensemble sur le jardin de promenade
Hanami
Rivière minérale
La bambouseraie se déploie le long de l’Herbasse
Vert printemps
Reflets dans l’étang du jardin du dragon
Torii
Le jardin zen invite au calme et à la méditation
Au bord de l’étang du jardin de promenade
Sous les cerisiers du Japon en fleurs
Délicats iris
Doucement, terminer la visite…

Jardin Zen d’Erik Borja – Beaumont-Monteux – Drôme – avril 2022

(*) Le jardin zen d’Erik Borja est situé à Beaumont-Monteux. Il peut se découvrir en toutes saisons. Les jours et horaires d’ouverture varient selon les saisons et sont à vérifier sur leur site internet.

[Drôme] Montmeyran, par hasard

Parfois, je pars me balader en sachant exactement où j’ai envie d’aller, mais il m’arrive également de n’avoir aucune idée, de ne pas avoir pensé à mon lieu de promenade. Alors, je fais en sorte de laisser le hasard décider pour moi. Ce samedi-là, j’étais dans cette situation… et je me suis retrouvée à Montmeyran.

Après avoir déposé Melle 3e au centre équestre puis Mr 1er à Valence, je n’avais aucune idée d’où me promener. Je savais juste que je ne voulais pas d’une sortie longue, car j’étais déjà bien fatiguée de la semaine écoulée. D’une petite route à la suivante, je suis arrivée à proximité de Montmeyran.

C’est un village où je suis souvent passée en voiture car il était sur le trajet quand j’emmenais Vador à son hôtel (en fait, une pension pour chats) avant de partir en vacances. Je m’y étais ainsi quelquefois arrêtée pour une course rapide. Mais je n’avais jamais remarqué la colline surplombant le village !

Je ne sais pas si quelque chose a changé (des arbres qui auraient été coupés ? ) ou si c’est la façon dont le soleil l’éclairait, mais soudainement, j’ai « vu » cette colline… J’ai même cru y deviner une Vierge du Vœu (ce sont des statues de la Vierge Marie, érigées dans les villages drômois épargnés par les bombes en 1944 et qui font suite à un vœu émis par l’évêque de l’époque). Plus de doute, c’était là qu’il fallait que j’aille !

Après avoir stationné ma voiture sur le parking de la mairie, je suis partie un peu au hasard à l’assaut de la butte qui domine le village. J’ai croisé quelques chats au regard interrogateur. J’ai fait demi-tour au fond de plusieurs impasses. Mais, finalement, j’ai fini par trouver une rue en pente qui se poursuivait par un chemin piéton.

Très vite, le sentier quitte le couvert des arbres et monte à l’assaut d’une colline aux pentes couvertes de végétation rase. Partout autour de moi, des petites fleurs jaunes poussent sur la terre sèche. Je lève les yeux, et au pied de la Vierge du Vœu, j’aperçois un groupe d’ados à VTT. Certains scrutent le ciel avec jumelles et lunette d’observation. De là où je suis, la scène a de faux airs d’un remake de Stranger Things (même si je n’ai jamais entendu parler d’un laboratoire secret dans le secteur…).

Je poursuis jusqu’à arriver au pied de la statue. De là, j’ai une vue à 360° sur les environs : la montagne de la Raye, le synclinal de Saoû, la plaine de Valence… La lumière crue du début d’après-midi tranche avec la brume de chaleur qui enserre le paysage.

Alors que je m’apprête à redescendre, j’avise dans le sous bois voisin un vestige de mur arrondi. Je comprends alors pourquoi la rue que j’ai empruntée s’appelle « rue de la Tour ». Je suis à proximité des ruines de l’ancien château médiéval de Montmeyran… dont je ne savais pas qu’elles existaient ! Cependant, compte-tenu de la vue dégagée, je ne suis pas étonnée qu’un château ait été construit ici au Moyen-Âge.

Je m’engage donc sur la petite sente qui conduit à la tour ruinée. De là, j’aperçois un pan de mur vertical un peu plus loin dans le bois, un peu plus haut que la tour également. Là encore, l’accès se fait via un petit sentier dessiné à travers la végétation. Si la tour avait des airs de construction défensive, ce mur semble avoir appartenu à une partie plus habitée de l’ancien château. (Il y a une autre tour que j’ai aperçue un peu plus bas sur la colline, à l’opposé du village, mais je n’étais pas chaussée pour une marche sur un sentier plus hasardeux et je n’y suis pas allée. Après quelques recherches sur internet, il semblerait que cette 3e tour soit sur une propriété privée de toutes façons.)

En redescendant de la colline, je repense aux concours de circonstances qui m’ont conduite à y venir et à trouver ces ruines. Je me demande comment je n’ai jamais entendu parler de ces vestiges situés à même pas 10 kilomètres de chez moi. Mais surtout, je me réjouis car si après 10 ans, je parviens à être surprise à moins de 10 km de la maison, c’est qu’il me reste encore plein de lieux à découvrir sans avoir besoin d’aller loin !

Stranger Things ?
Au fond, on distingue la montagne de la Raye
Tapis de fleurs jaunes
La Vierge du Vœu de Montmeyran
Dans la végétation, apercevoir un mur arrondi….
Ruine médiévale
Dans les rues du village

Montmeyran – Drôme – mars 2022

(*) L’accès à la colline et donc à la Vierge du Vœu et aux deux vestiges que je montre dans cet article est entièrement libre. Il faut bien entendu être prudent, surtout au pied des ruines.

(**) J’ajoute donc Montmeyran à la liste des châteaux ruinés que j’ai pu voir dans les environs. Il rejoint ainsi en particulier la colline de la Gontarde à Chabeuil, le château des Cornillans, les ruines de Rochefort Samson, le château des Pellafols, la Tour de Crest, Chateau Rompu à Chateaudouble, la Tour de Barcelonne

(***) Parmi les Vierges du Vœu des environs, vous pouvez apercevoir ici celles de Chabeuil, Upie, Peyrus, Chateauneuf-sur-Isère, …

[petits moments] mars 2022 en vrac

Si l’actualité internationale est bien préoccupante ce mois-ci, j’ai essayé de profiter de l’arrivée du printemps pour prendre l’air chaque fois que c’était possible.

********************

Alors que le printemps n’avait pas encore complètement commencer à montrer le bout de son nez, j’ai fait un tour au Bois des Naix.

Bois des Naix – Bourg de Péage – Drôme

********************

Profitant d’une course à faire à proximité, je suis allée me balader le long du Rhône en amont du barrage de Bourg-lès-Valence.

Regarder les bateaux passer sur le Rhône
Le barrage de Bourg-lès-Valence – Drôme

********************

Même si les fruits et légumes sont encore bien hivernaux, j’aime aller au marché !

« ne pas mettre tous ses œufs dans le même panier »

Marché de la place des Clercs – Valence – Drôme – le samedi matin

********************

Avec Mr 2e, nous sommes retournés boire une bière à la Brasserie de la Pleine Lune.

Brasserie de la Pleine Lune – Chabeuil – Drôme

********************

Il y a encore eu des dimanches CSO ce mois-ci avec Melle 3e !

********************

J’ai eu besoin d’aller à côté de l’ESISAR, l’école d’ingénieurs en systèmes embarqués et réseaux de Grenoble INP, située à Valence. Cela a été l’occasion d’aller jeter un œil à l’œuvre de Ruedi Baur qui en recouvre la façade. Installée dans le cadre du 1% culturel lors de la construction du bâtiment en 1997, elle est composée de 0 et de 1 et permet également d’assurer l’isolation phonique du bâtiment situé à proximité d’une voie très passante.

ESISAR – Valence – Drôme

********************

Je n’avais pas souvent eu l’occasion de passer de nuit devant le temple de Chabeuil alors que la lumière était allumée à l’intérieur. C’est chaque fois l’occasion de mieux voir son architecture et son jeu de vitraux.

Temple – Chabeuil – Drôme

[Ardèche] à la découverte de Viviers et ses environs

Durant les dernières vacances d’hiver, avec Melle 3e, nous sommes parties faire un mini road-trip sur les routes ardéchoises autour de Viviers.

*********************

Notre première étape s’est faite au passage du Rhône par le Pont du Robinet. Ce pont suspendu est situé au débouché du défilé de Donzère. Datant du milieu du XIXe siècle, le pont du Robinet a eu une histoire mouvementée, entre les dommages dus aux tempêtes et crues, la destruction d’une partie du tablier par la Résistance lors de la 2e guerre mondiale et les menaces de fermeture pour raisons de sécurité dans les années 1970… Finalement, il sera sécurisé, rouvert à la circulation à la fin des années 1970, classé au titre des Monuments Historiques en 1985 et sa chaussée en platelage de bois sera asphaltée en 2010. Aujourd’hui, le pont du Robinet, long d’environ 300 mètres, continue à assurer la liaison routière entre les deux rives du Rhône. Il est un des derniers ponts de type Seguin sur le Rhône.

Depuis la rive ardéchoise du Rhône
Au pied de l’entrée ardéchoise du pont
Le pont du Robinet est situé au pied du défilé de Donzère
Vue sur le défilé de Donzère
Reflets…

Pont du Robinet – entre Drôme et Ardèche – février 2022

(*) Le passage du pont du Robinet est possible en voiture dans les deux sens de circulation. Il se situe au niveau de Donzère, et est (plutôt) bien indiqué.

*********************

Nous avons ensuite pris la direction de Viviers dont nous souhaitions découvrir le secteur sauvegardé. Siège de l’évêché depuis le IVe siècle, Viviers a été une cité florissante tout au long du Moyen-Âge et de la Renaissance, réussissant à être globalement épargnée par les différents conflits. Ainsi, elle nous présente aujourd’hui un plan médiéval quasiment intact, tant en ville basse, celle des marchands, qu’en ville haute dans le quartier canonial encore entouré de ses murs.

Après avoir laissé la voiture à l’entrée de la vieille ville, nous sommes parties dans les ruelles et calades découvrir au fil de nos pas les anciennes maisons romanes et gothiques, les passages voûtés, les hôtels particuliers mais aussi les monuments emblématiques de Viviers. Parmi ceux-ci, on note la Maison des Chevaliers, dont la façade Renaissance a été commandée par Noël Albert, un marchand ayant fait fortune dans le commerce du sel (mais également très opportuniste lors des guerres de religion…). La façade, rénovée de façon récente grâce à la Mission Bern, a retrouvé toute sa splendeur (et un grand projet est en cours concernant l’intérieur de la maison).

Puis, nous sommes montées dans l’ancienne cité épiscopale. La cathédrale Saint Vincent est la plus petite cathédrale en activité de France. Elle est aussi un joyau du gothique flamboyant avec un chœur au plafond magnifiquement décoré et le couronnement extérieur du chevet est splendide. Lors de notre passage, les tapisseries des Gobelins qui ornent normalement le chœur de la cathédrale étaient en restauration, faisant paraitre les murs bien vides… Quant au clocher, il est intégré dans une tour campanile située sur l’ancienne porte d’accès à la cité canoniale.

De là, nous gagnons le belvédère de Chateauvieux situé à l’extrémité du rocher sur lequel la ville ancienne est construite. Le point du vue nous permet de découvrir d’un côté le Rhône, dominé par les montagnes avec le Vercors et le Diois au loin, et de l’autre la ville que nous dominons alors complètement.

C’est dans le jardin du belvédère, au pied de l’ancienne tour, que nous nous installerons d’ailleurs pour faire notre pique-nique du midi.

la façade de la Maison des Chevaliers
Au cœur de la Maison des Chevaliers
Dans la vieille ville
Depuis le belvédère de Chateauvieux
…vue sur la vieille ville… On remarque la Maison des Chevaliers sur la droite
Depuis le jardin du belvédère, vue sur la cité épiscopale et la cathédrale
Simplicité de l’intérieur de la cathédrale
Magnificence du couronnement gothique flamboyant de la cathédrale
Flâner dans les rues de la vieille ville…
Hôtel de Beaulieu
Hôtel de Tourville

Viviers – Ardèche – février 2022

(*) La cathédrale est ouverte en journée (9.00/17.00 en hiver et 9.00/18.00 en été). Il ne faut pas hésiter à en pousser la porte !

*********************

Après Viviers, nous avons choisi d’aller découvrir le village de caractère de Saint Montan, situé à une dizaine de kilomètres. Situé sur un promontoire rocheux, entouré de montagnes calcaires, le vieux village de Saint Montan se dévoile au détour de la route qui y mène depuis la vallée du Rhône.

Quasiment détruit, envahi de végétation, le village n’avait pas fière allure à la fin des années 1960. Il a fallu toute l’énergie et la détermination d’un groupe de passionnés ainsi que de nombreux chantiers de jeunesse pour que le bourg médiéval et son château se relèvent de leurs ruines. Grâce à eux, nous pouvons maintenant parcourir les calades du village telles qu’elles étaient des siècles en arrière, et profiter des points de vue sur la vallée et les montagnes environnantes.

Partir dans les calades
Ocre des façades
Imbrication des habitations et des ruelles
Au pied du château

Saint Montan – Ardèche – février 2022

(*) Le jour de notre passage à Saint Montan, le château n’était pas ouvert mais il aurait été un complément intéressant au parcours et à la découverte des ruelles du vieux village.

*********************

Avant de terminer cet article sur notre mini road-trip aux alentours de Viviers, je ne peux pas m’empêcher de partager avec vous ces deux photos de chats croisés ce jour-là, l’un à Viviers au pied de la cathédrale, l’autre dans une calade de Saint Montan.

Devant la cathédrale de Viviers
Au coeur du vieux village de Saint Montan

[Drôme] profiter du soleil au parc de l’Île Girodet

Situé le long du Rhône, à Bourg-lès-Valence, le parc de l’île Girodet est l’endroit parfait pour profiter du soleil… Réaménagé au cours des dernières années, il est un lieu qui incite à la détente.

Des chemins sinueux parcourent de vastes pelouses, face au fleuve et au massif de Crussol. On s’y voit bien pique-niquer au coucher du soleil, ou paresser dans la journée (surtout que des brumisateurs et autres aménagements rafraichissants sont installés à proximité pour les journées estivales).

J’y suis allée pour ma part un dimanche de janvier, alors que le soleil brillait et invitait largement à flâner. Laissant ma voiture à côté du théâtre Le Rhône, j’ai eu un vrai coup de cœur en arrivant dans le parc pour la géométrie des chemins parcourant les pelouses de leurs lignes courbes. Traversé par la Via Rhôna, le parc de l’île Girodet est un superbe espace aussi pour l’apprentissage du vélo avec ses allées de ciment.

J’ai suivi le bord du fleuve jusqu’au bassin de joutes. Je me suis arrêtée un temps sur les gradins pour profiter du soleil. Puis, je suis repartie par le haut du parc, longeant les aires de jeux pour enfants, et me disant qu’il faudrait revenir à la belle saison prendre un verre au Plein Air, la guinguette installée dans le parc…

Le long du Rhône
Face au massif de Crussol
Des lignes courbes pour profiter de l’espace…
Au creux de la courbe du Rhône, on aperçoit le clocher de la cathédrale de Valence
Profiter du soleil….
Des aménagements jusqu’au bord du fleuve..

Parc de l’Île Girodet – Bourg-lès-Valence -Drôme – janvier 2022

[petits moments] Noël en Bretagne – 2021

De retour de quelques trop courts jours (seulement trois passés sur place) en Bretagne afin de passer Noël en famille, voici quelques instantanés avant de vous préparer quelques articles sur les balades que nous avons pu faire.

************************

Nous sommes partis en voiture et lors du trajet aller, nous avons traversé le Forez entièrement givré. Il y avait un côté féérique à traverser ces forêts blanchis d’un givre intense. Comme nous étions sur l’autoroute, les possibilités d’arrêt étaient limitées, et l’aire du Haut Forez était complètement engloutie dans le brouillard. J’ai toutefois pu prendre quelques photos depuis une aire à la limite de la Loire et du Puy-de-Dôme. A cet endroit, le givre était un peu moins prononcé qu’au cœur du massif, mais cela restait joli !

« La colonne brisée » de Anne et Patrick Poirier a été installée dans les années 80
Il y avait même un peu de neige…
Lever de soleil sur le Forez

Aire des Suchères – A89 – Loire/Puy-de-Dôme

************************

Pas d’hiver en Bretagne sans un feu chaque soir dans la cheminée….

************************

En rentrant d’aller faire les courses, nous nous sommes arrêtés dans le marais de Sougeal pour y faire un tour. Il est nettement moins plein que d’autres années à la même période (par exemple, il y a deux ans) et on peut encore le traverser à pied.

Balade au cœur du marais
Observer les cygnes…

Marais de Sougeal – Ille-et-Vilaine – décembre 2021

************************

Pour le réveillon de Noël, nous avons trouvé une jolie composition florale pour poser sur la table…

Oui, ce sont bien des boudoirs qui entourent les fleurs, façon charlotte !

(*) Fleur de R’Eve – route de St James – Fougères (35)

************************

Liste des articles relatifs à ce séjour :

[Drôme] Crèches & sapins à Saint Vincent la Commanderie

Je connaissais déjà Saint Vincent la Commanderie pour y avoir fait quelques randonnées, mais je n’avais pas encore eu l’occasion de m’y rendre en période de Noël. C’est après un post de La Valentinoise sur Instagram que j’ai décidé d’y aller pour découvrir l’animation Crèches & Sapins dont c’est la 9e saison.

Dans tout le village, les habitants ont installé des crèches, décoré les arbres, construit des sapins. C’est une véritable plongée dans l’ambiance de Noël.

Chaque crèche, chaque « sapin » a un style différent et au côté de quelques décorations issues du commerce, on trouve surtout énormément de créations maison. Parmi les crèches, j’ai beaucoup aimé celles en galets peints, en bois récupéré, en petits cailloux, en perles, peinte sur des tuiles… J’avoue que je ne sais pas vraiment dire quelle est ma préférée !

Côté « sapins », mes coups de coeur vont sans hésiter au sapin en grillage à poule décoré de couverts installé devant l’auberge et à un groupe de trois sapins en rondelles de branches accroché sur une porte de grange.

C’est une jolie façon de découvrir le charmant village de Saint Vincent la Commanderie qui permettra de motiver les plus jeunes à une promenade à pied !

Devant l’école sont installées les décorations créées par les enfants
Chaque recoin permet d’accueillir une crèche
La simplicité de cette crèche en bois récupéré gravé m’a beaucoup touchée
J’aime beaucoup la fontaine de Saint Vincent la Commanderie, sur sa jolie petite place
Le sapin en grillage et couverts devant l’auberge
Peinture stylisée sur des gros cailloux pour cette petite crèche
Une crèche en galets peints à la sortie du village
Des petits cailloux, un peu de colle et beaucoup d’imagination…
Des styles très variés et originaux…
Une petite famille de chats en rondins vraiment adorable
Crèche en perles de bois
Tout le monde est rassemblé autour de la crèche

J’en ai également profité pour une petite balade autour du village, qui m’a d’ailleurs permis de repérer quelques départs de randonnées qui pourraient être sympas (et cela m’a également rappelé de chouettes balades que j’ai pu faire déjà dans ce secteur) !

Je ne sais pas dire pourquoi mais ce tracteur à moitié caché dans une grange, avec la porte de ce qui pourrait être une soue à cochons derrière m’a vraiment attiré l’œil…
J’avais fait une balade par là il y a quelques années… au printemps, on y trouve des orchidées.
Je suis également déjà allée marcher du côté des gorges. Je m’étais dit qu’il faudrait qu’une prochaine fois, j’aille en voiture au delà des gorges pour profiter des paysages du pied du Vercors… sans encore avoir eu le temps de le faire !

Saint Vincent la Commanderie – Drôme – décembre 2021

(*) Les crèches et sapins sont installés jusqu’au 8 janvier 2022

[Ardèche] street art au Pont des Lônes

Cela faisait très longtemps que je n’étais pas allée faire un tour du côté du Pont des Lônes. Ayant vu passer quelques photos sur les réseaux sociaux de nouvelles œuvres de street art, j’ai profité d’un dimanche ensoleillé pour y faire un saut.

Afin de profiter du beau temps, j’ai choisi de ne pas aller jusqu’aux arches peintes du pont en voiture mais de marcher un peu pour y arriver. La sortie a donc commencé comme une balade bucolique, le long d’une petite route. L’automne déploie ses couleurs et sa lumière sur les lônes, ces petits bras du Rhône en marge du lit principal du fleuve.

Assez vite, j’arrive au niveau du pont des Lônes et surtout de sa demi-douzaine d’arches recouvertes de fresques. Le pont des Lônes est en effet un pont routier construit au début des années 2000 au sud de Valence pour traverser le Rhône. Sur la rive côté Ardèche, les dessous de la culée d’accès au pont offrent un magnifique spot pour les collectifs d’artistes graffeurs de la région. On y retrouve ainsi des artistes dont on peut croiser les œuvres également aux Locaux Rock.

Il faut ainsi revenir de temps à autre car les fresques changent régulièrement, recouvertes par d’autres œuvres, toujours aussi monumentales. Les nombreux hommages au graffeur Ivory, décédé accidentellement en juin 2019, laissent peu à peu la place à d’autres œuvres. Sweety graffitis, la dernière fresque du collectif valentinois Sorry Graffiti, tout en rose bonbon et autres couleurs acidulées, a ainsi le goût de l’enfance douce et heureuse : Bisounours, My Little Poney, Gummi Bears, Hello Kitty et autres petits animaux kawai s’étalent ainsi que les murs….

Après avoir fait le tour des lieux, il est temps de repartir à travers la campagne, le long des lônes…

Ambiance bucolique sur les lônes
J’aime beaucoup ce petit personnage peint par Alone
Ce marchand de sable est un reste d’une ancienne fresque partiellement recouverte
Hommage à Ivory
Hommage à Ivory
Bisounours….
My Little Pony par Lemak
Où l’on retrouve le petit personnage d’Alone
Trop kawai !
Douceur de l’automne sur les lônes

Pont des Lônes – Soyons – Ardèche – novembre 2021

(*) L’accès aux fresques du pont des Lônes se fait depuis la rive ardéchoise du Rhône. A Soyons, au niveau de l’entrée du pont, il faut suivre la direction de la Via Rhôna et de la Voie Bleue (2 voies douces passant sous le pont). Des parkings pour accéder à ces voies douces sont disponibles et permettent de se stationner à proximité du pont. Il est aussi possible de continuer jusques sous le pont par la route. Des espaces permettent de se stationner juste à côté.