[projet 52-2021] semaine 8 – boisson chaude

Autant le dire tout de suite, je n’ai pas eu le temps de faire une photo cette semaine pour le thème boisson chaude, entre le travail et une entorse assez conséquente.

Pourtant, ce thème se prêtait bien à une jolie photo : du latte art sur une écume de lait, de la chantilly fondant doucement sur le bord d’une tasse, le café qui se mélange au lait dans un verre, une fleur de thé qui s’épanouit, un reflet dans une tasse de café, des mini-marshmallows sur un chocolat chaud…. Ce ne sont vraiment pas les idées que me faisaient défaut !

Quand j’ai dû me résoudre à utiliser une photo de mes archives, j’ai immédiatement su laquelle j’allais utiliser. On m’a servi ce café sur une terrasse de Lübeck en Allemagne en 2008 et j’avais été marquée par la façon dont il était servi avec sa petite cafetière. (Quelques jours avant, c’était un litre de café à partager qui nous avait été servi à Odense au Danemark, c’était pittoresque aussi mais je n’avais pas pris le temps de prendre une photo…)

****************

Pour voir les boissons chaudes des autres participants, il suffit de suivre les liens dans les commentaires.

NB : Certains commentaires partent en modération, et je dois les valider manuellement pour qu’ils soient visibles. Je ne suis pas certaine de disposer de beaucoup de temps ce samedi, donc ne paniquez pas si vos commentaires mettent un peu de temps à apparaître : ce sera que je n’ai pas eu le temps d’aller les valider encore. Mais je le ferai dès que possible.

[projet 52-2021] semaine 6 – tôt ou tard

Quand j’ai mis ce thème sur la liste, j’ai vraiment pensé à prendre quelque chose en photo très tôt le matin ou très tard le soir. Mais comment faire comprendre qu’il est très tôt ou très tard ? Finalement, la nuit ne tombe pas si tard que cela et le jour ne se lève pas si tôt…

Je me suis alors demandée quel était ce moment où il était à la fois très tard et très tôt, ce moment où on va se coucher sans trop savoir si c’est encore le soir ou déjà le matin (que ce soit après avoir passé un bon moment partagé, avoir veillé trop tard avec un bon livre ou avoir regardé trop longtemps une série…). Je me suis surtout attaché à ce que l’on ressent à ce moment-là : une sorte de demi-sommeil, de brouillard qui rend les contours un peu flous…

Ce soir-là (ou était-ce un matin ?), le brouillard nimbait le village et floutait les contours des maisons…

***********

Pour voir comment les autres participants se comportent tôt ou tard, il suffit de suivre les liens dans les commentaires…

[projet 52-2021] semaine 4 – réverbère(s)

La photo que j’ai choisie pour illustrer le thème Réverbère(s) du projet 52 s’est imposée comme une évidence.

En effet, je l’ai prise un soir où je faisais des photos des décorations lumineuses pour Noël durant le mois de décembre. Juste avant, j’avais décidé de mettre ce thème sur la liste des thèmes pour 2021. Et, en rentrant après avoir photographié les lumières multicolores, j’ai aperçu ce lampadaire qui éclairait à travers les branches d’un arbre, soulignant quelques toiles d’araignée suspendues à celles-ci. Alors, j’ai pris une photo en sachant que je l’utiliserai pour ce thème et en sachant aussi que je la traiterais en noir-et-blanc.

***********************

Pour voir quels sont les réverbères choisis par les autres participants, il suffit de suivre les liens dans les commentaires.

[petits moments] après la neige

La semaine dernière, dans la nuit de samedi à dimanche, il est tombé de la neige. Vers 21.00, les flocons ont commencé à virevolter et s’accrocher au paysage. Vers 23.00, tout est uniformément blanc. Mais au petit matin, la neige avait déjà bien entamé sa fonte au profit de températures très légèrement positives. Si nous voulions profiter des paysages enneigés, il n’allait pas falloir tarder !

Alors, avec Melle 3e, sitôt le petit déjeuner pris, nous avons enfilé nos chaussures de randonnée et sommes parties à pied dans les environs de la maison, pour profiter de la campagne sous son voile blanc. Le radoucissement, en faisant fondre la neige, générait aussi un léger brouillard, apportant une ambiance quasi irréelle au paysage.

Dès que j’ai sorti mon appareil photo, j’ai su que je traiterais ces images en noir et blanc, tant cela me semblait adapté au ressenti que j’avais alors.

Chabeuil – Drôme – 17 janvier 2021

[les états d’esprit du vendredi] 16 octobre 2020

Les états d’esprit du vendredi sont un exercice de style lancé par Zenopia et The Postman (qui ne bloguent plus maintenant). La règle est simple : on complète les différentes rubriques le vendredi.

[Vendredi 16 octobre 2020] – [début xx.xx] [rédigé jeudi 15 octobre tard… et programmé]

Fatigue : Lundi prochain, c’est congé et rien que l’idée d’une journée off est réconfortante !

Humeur : je m’efforce de la garder toujours bonne….

Estomac : a envie de soupes bien réconfortantes.

Condition physique : j’ai clairement besoin de prendre l’air…

Esprit : vagabond

Boulot : Tout le monde fatigue : on est toujours en sous-effectif, donc en surcharge, ça dure depuis début mars… mais visiblement, ce n’est pas encore assez pour décider qu’il y a un besoin urgent de recruter !

Culture : J’ai terminé la saison 7 de Once Upon a Time… Comme la saison 8 est sur un tout nouvel arc narratif, je n’ai pas enchainé sur celle-ci.
Par contre, j’ai commencé, bien longtemps après tout le monde, à regarder Mad Men.

Penser à : prendre le thermos de café dimanche…

Avis perso : « J’ai bien peur que cette année soit l’année de l’adaptation » : c’est une citation d’un prof de sport du collège/lycée des enfants et ça résume bien la situation.

Message perso : prenez soin de vous !

Loulous : les deux plus jeunes sont en vacances ce soir et ils en ont besoin. Mr 1er a encore une semaine de cours et quelques examens avant de pouvoir faire un break.

Amitiés : Prenez soin de vous !

Sorties :  Normalement, il y a CSO dimanche pour Melle 3e….

Divers : on avait initialement prévu un tour à Grenoble avec un arrêt au bar à chats pendant les vacances, mais avec les mesures sanitaires, il est fermé…. Ce sera pour une prochaine fois !

Courses : il va falloir y penser, surtout qu’avec les vacances scolaires, il va y avoir plus de repas à prendre à la maison…

Envie de :  pizza….

Pic : Winter is coming…

[fin xx.xx ]

[Drôme] en passant par la Drôme des Collines

La Drôme des Collines couvre le nord du département. Rapidement au-dessus de Romans, on trouve un paysage vallonné offrant de jolis points de vue sur le Vercors et parsemé de charmants villages. Dans ce secteur qui domine la vallée de l’Isère, la culture de la noix est très présente.

Parmi les villages, j’avais entendu parler de Montmiral pour le panorama que l’on peut y découvrir. Mais Montmiral, c’est aussi une église monumentale qui domine l’ensemble. Elle comporte en effet deux clochers de deux époques bien différentes : un du XIIe siècle et un autre du XIXe siècle. Le clocher le plus ancien domine l’abside et ses absidioles à l’arrière du bâtiment, tandis que le clocher-porcher du XIXe siècle s’ouvre sur la nef reconstruite à cette époque.

La rue principale conduit de l’église à la mairie, située dans l’ancien château. Une fontaine est installée dans la cour de la mairie, et, détail surprenant, d’anciens murs qui ne sont plus inclus dans le bâtiment ont conservé leurs volets.

Quant au panorama sur le Vercors et la campagne environnante, il ne m’a pas déçue ! Que ce soit depuis la mairie ou depuis le parvis de l’église, la vue qui s’offre au passant est majestueuse…. Mais la vue sur le village depuis le sud est aussi très imposante (l’astuce consiste à se stationner au cimetière pour en profiter).

Vue sur le village de Montmiral depuis le parking du cimetière
Deux clochers, deux époques
L’imposant clocher-porche de l’église Saint Christophe
D’anciens volets ont été conservés sur un mur qui ne délimite plus qu’un parking….
Jouer avec l’eau de la fontaine…
« Tire la chevillette et la bobinette cherra…. »
Vue sur les collines et le Vercors

Montmiral – Drôme – septembre 2020

*************

Sur le chemin du retour, j’ai fait un crochet pour aller découvrir l’abbaye bénédictine Notre Dame de Triors dont on m’avait parlé. Rattachée à la congrégation de Solesmes, elle a été fondée dans les années 1980 par l’abbaye de Fontgombault. L’église abbatiale a été construite en 1992/1993 et présente une architecture très sobre, en lien avec la règle de Saint Benoit .

Abbaye Notre Dame de Triors – Drôme – septembre 2020

[Paris] au fil de la Seine

200129_Paris_8

Un soir de déplacement professionnel, j’ai eu envie d’aller faire un tour au pied de l’Arc de Triomphe. J’ai eu la chance d’arriver à l’heure où le soleil se couche, nimbant le monument d’une lueur presque irréelle.

J’ai ensuite commencé à descendre les Champs Elysées. Mais entre la foule et les néons, j’ai vite perdu tout intérêt pour les lieux. J’ai alors bifurqué en direction de la Seine. J’avais dans l’idée de jeter un oeil à la Tour Eiffel et marcher un peu le long des quais.

En arrivant au pont de l’Alma, je n’ai pas pu manquer les vastes panneaux indiquant les bateaux-mouches, ni les nombreux navires amarrés au quai. Plusieurs cars s’agglutinait sur le parking et le dernier venait de libérer un groupe de touristes asiatiques qui se précipitaient vers les portillons d’accès aux bateaux.

C’est alors que j’ai remarqué l’absence de queue à la caisse et une indication du prochain départ 5 minutes après. Plusieurs fois, j’avais hésité à m’offrir cette croisière (comme se plaisent à l’appeler les différentes compagnies de bateaux promenant les touristes sur la Seine). L’occasion était trop belle pour la manquer ! Quelques instants plus tard, je prenais place sur le pont supérieur, m’asseyant sur tribord, le long du bastingage.

19.00 en janvier, inutile de préciser qu’il faisait déjà nuit noire.. et que les températures n’étaient pas bien élevées. Je m’emmitouflais donc dans mon manteau, resserrant mon écharpe autour de mon cou, bien décidée à profiter des monuments by night.

Passer sous les ponts en entendant l’écho des bruits de notre bateau. Regarder les rares passants sur les quais aux ambiances de films noirs. Croiser les bars et restaurants flottants. Admirer les façades majestueuses. Apercevoir le chantier de Notre Dame. Deviner des vies dans les bâtiments. S’émerveiller devant la Tour Eiffel, qui s’est mise à scintiller à notre passage.

La promenade sur la Seine a duré un peu plus d’une heure, vite passée malgré le froid qui commençait à m’engourdir les orteils, et nous étions de retour au port de l’Alma….

Une prochaine fois, je le ferai de jour pour avoir encore une autre vision de la ville !

200129_Paris_1
Fin de journée au pied de l’Arc de Triomphe

200129_Paris_3
La Tour Eiffel depuis la port de la Conférence

200129_Paris_4
L’hôtel de la Monnaie de Paris

200129_Paris_6
Passer sous les ponts

200129_Paris_5
Ambiance de film noir sur les quais

200129_Paris_7
Fin de promenade sur la Seine

Promenade en bateau-mouche – Paris – janvier 2020

 

(*) Le hasard m’a fait emprunter la compagnie des bateaux-mouche mais plusieurs autres compagnies proposent des prestations similaires à des tarifs comparables sur la Seine. Chaque compagnie propose son point de départ, plusieurs sont situés aux environs de la Tour Eiffel mais il y en a aussi qui partent de l’île de la Cité.

[Paris] autour de la Butte Montmartre

200128_Paris_2

Lors d’un de mes derniers séjours professionnels à Paris, j’ai pris le temps d’une balade à pied autour de la Butte Montmartre.

Partie de derrière la gare Saint Lazare, j’ai commencé par me laisser hypnotiser par les voies ferrées. Cet enchevêtrement de rails est un véritable appel au voyage et à la découverte !

Rapidement arrivée place Blanche, je suis passé à côté du Moulin Rouge. Puis j’ai remonté la rue Lepic en direction de la Butte. La pluie a alors décidé de s’inviter, histoire d’apporter une autre ambiance…

Au niveau des vignes de Montmartre, si les gouttes étaient nombreuses, elles rendaient les rues désertes. Alors que la nuit était tout juste tombée, l’ambiance était vraiment particulière aux alentours du Sacré Coeur et de la place du Tertre vidée de ses peintres et des touristes.

J’ai pris des escaliers un peu au hasard pour descendre, loin des circuits classiques. J’ai fini par arriver au pied du funiculaire. De là, la vue en contre-plongée sur le Sacré Coeur est impressionnante.

Les magasins de tissus et les merceries du quartier étaient en train de fermer leurs portes et de tirer leurs rideaux de fer derrière les derniers clients.

Un dernier coup d’oeil depuis le coin de la halle Saint Pierre sur l’église et j’ai filé prendre le métro le plus proche pour me mettre à l’abri d’une pluie de plus en plus battante….

200128_Paris_1
Les voies ferrées de la gare Saint Lazare depuis la place de l’Europe

200128_Paris_7
Rue Lepic

200128_Paris_3
la fontaine du château d’eau, où se trouve le siège de la Commanderie du Clos Montmartre

200128_Paris_4
Le Consulat, institution montmartroise, que l’on retrouve sur un tableau de Maurice Utrillo

200128_Paris_5b
rue Saint Rustique

200128_Paris_6
vue sur le Sacré Coeur depuis la halle Saint Pierre

quartier de Montmartre – Paris – janvier 2020

 

[projet 52-2020] semaine 3 – motif

J’avoue avoir hésité pas mal sur la façon de traiter le thème « motif » de cette 3e semaine du projet 52-2020….

Au départ, j’ai pensé à un joli sol, avec par exemple des carreaux de ciment. J’ai en effet la manie de les prendre en photo lorsque j’en croise des jolis… Puis, j’ai repensé à ces superbes sol en marbres de différentes couleurs au Musée du Louvre.

Mais en allant chercher mes photos du Louvre, je suis retombée sur celles de la Cité de l’Architecture et du Patrimoine. En particulier, il y a celle d’un moulage d’une chapelle dont le vitrail en grisaille présente un motif à croisillons et le mur un motif à hermines….

52-2020_S3_motif

******************

Pour voir les motifs des autres participants, il suffit de suivre les liens dans les commentaires.