[Drôme] admirer le panorama depuis le belvédère de Révoulat

La météo s’annonçait agréable pour ce samedi-là, aussi avec Mr 1er, nous avons décidé d’aller faire un tour dans le Vercors. Et plutôt que d’aller une nouvelle fois vers des secteurs déjà parcourus, il a lancé « et il y a quoi vers La Chapelle en Vercors ? ». Je n’en avais aucune idée mais comme c’est situé en plein milieu du Vercors, il y aurait forcément quelques jolis paysages… Et sur ce point, nous n’avons pas été déçus !

Déjà, nous sommes arrivés par Sainte Eulalie en Royans et la route des Grands Goulets. Même si la route vertigineuse historique a été remplacée par un tunnel nettement moins époustouflant, la montée au dessus de la vallée de la Vernaison offre des paysages assez grandioses. Nous n’avons d’ailleurs pas manqué de faire un arrêt photo avant de nous engager dans le tunnel en admirant les montagnes environnantes…

En arrivant à La Chapelle, c’est jour de marché et cela tombe bien car si nous avons prévu un pique nique, il nous manque tout de même du pain et des fruits. Après nos emplettes, nous avisons le bureau de l’office de tourisme. Notre requête est simple : nous cherchons « une petite balade sympa dans les environs à faire tout de suite ». La personne à l’accueil sort une petite fiche et nous propose d’aller voir le panorama au belvédère de Révoulat, nous promettant une vue grandiose sur… la vallée de la Vernaison et les Grand Goulets !

Nous reprenons donc la voiture pour nous rendre à la Croix de Châtelard d’où part la randonnée. Là, au niveau du col, nous stationnons la voiture sur un petit parking, et, compte-tenu de l’heure, profitons d’une zone en herbe pour pique-niquer. Après avoir reposé le sac de pique-nique dans le coffre et mis les gourdes d’eau dans le sac à dos, c’est le départ pour la petite boucle qui nous mènera au point de vue.

Au début de la petite montée, je sens clairement que les alternances confinement/entorse des derniers mois ont laissé quelques traces mais cela ne m’empêche pas d’admirer le paysage ! Finalement, assez vite, je reprends un rythme un peu plus soutenu. Le chemin passe en sous-bois, entre les champs d’épicéas, offrant une ombre bienvenue. Nous ne manquons pas regarder les petites fleurs qui poussent en bordure.

Puis, le sentier s’enfonce dans la hêtraie. Le sol se fait plus souple, l’humus encore humide de l’eau des dernières pluies. Au bord de ce tapis de faînes, j’aperçois un pied de lys martagon. Cette fleur ne pousse pas partout et ce n’est finalement que la deuxième fois que j’ai le plaisir d’en croiser.

Encore un petit effort et nous débouchons sur le belvédère de Révoulat, au dessus de la vallée de la Vernaison. Nous nous frayons un chemin à travers les lapiaz et arrivons au bord de la falaise. Nous dominons toute la vallée, et pouvons apercevoir la route historique des Grands Goulets. Nous repérons également l’endroit d’où nous avons pris des photos le matin.

Après un bon moment à observer le paysage sous toutes ses coutures, nous prenons le chemin de la descente. Nous suivons un autre sentier que celui pris à la montée, que nous trouvons un peu moins agréable. Aussi, nous choisissons de bifurquer pour revenir sur le chemin de l’aller quand l’occasion se présente.

De retour à la voiture, nous profitons encore un peu du paysage avant de prendre le chemin du retour à la maison en nous offrant un supplément de jolis points de vue. Nous passons donc par Vassieux en Vercors puis Font d’Urle, où nous nous arrêterons afin de prendre un goûter…

Avant l’entrée du tunnel des Grands Goulets, vue sur les montagnes… et le belvédère de Révoulat !
Depuis le parking de la Croix de Châtelard
Au col de la Croix de Châtelard
Au départ de la randonnée vers le belvédère de Révoulat
Dans la forêt…
Fleurs des bords de chemins
Champ d’épicéas…
Lys martagon
Découvrir le panorama sur la vallée de la Vernaison
Les lacets montant aux Grands Goulets
Au bord de la falaise
La route historique des Grands Goulets, à flanc de montagne
Vue sur le plateau et la Grande Moucherolle au fond

La Chapelle en Vercors – Vercors – Drôme

(*) la boucle pour le belvédère de Révoulat depuis la Croix de Châtelard fait environ 5.6 km et est annoncée pour 2h15 de marche. C’est à peu près le temps que nous avons mis, avec les nombreuses pauses photos, y compris une très longue au sommet… mais nos temps sont toujours inférieurs à ceux annoncés : nous marchons plutôt vite.
L’itinéraire est bien balisé en jaune/vert sur l’ensemble du parcours.

**************

Terrasse avec vue !
Crêpe à la confiture de myrtilles

Font d’Urle – Vercors – Drôme

Juillet 2021

[projet 52-2021] semaine 29 – dehors

Je passe pas mal de temps dehors toute l’année, mais c’est évidement encore plus le cas en été… C’est sans doute pour cela que ce thème tombe au mois de juillet !

Vous l’avez sans doute remarqué mais je pars assez régulièrement en randonnée, ou en balade dans la nature. Habitant au pied du Vercors, c’est forcément un de mes terrains de jeux favoris.

Ce jour-là, j’étais montée au cœur du massif, au dessus de La Chapelle en Vercors pour une jolie randonnée (dont je vous reparlerai). Le parcours se faisait en grande partie en sous bois, ce qui en début d’après-midi avec le soleil qui tapait était vraiment agréable. Avant d’arriver dans la hêtraie avec son sol riche en humus, le chemin traversait de grands champs d’épicéas aux troncs rectilignes.

*************************

Pour découvrir où les autres participants ont décidé d’aller dehors, il suffit de suivre les liens dans les commentaires.

A noter : en cette période estivale, je vais préférer profiter de moments en famille à passer du temps devant mon ordinateur. Aussi, je ne garantis pas de délai de validation des commentaires qui passeraient en modération (mais je les validerai dès que possible, c’est certain ! ). Profitez bien vous aussi de votre week-end !

[Drôme] au cœur de la forêt de Saoû

Chaque jour, j’aperçois le synclinal de Saoû qui se détache à l’horizon… et pourtant, je n’étais allée qu’une seule fois en son cœur ! Aussi, j’ai profité d’un samedi ensoleillé pour aller faire un tour dans la forêt de Saoû.

Arrivée depuis la vallée de la Drôme par le pas de Lauzun, j’ai continué jusqu’au carrefour du Pertuis pour emprunter la si bien nommée Route Touristique. Celle-ci se faufile en effet au fond de la cuvette du synclinal et permet d’appréhender l’ensemble des montagnes alentour.

En effet, un synclinal est en effet la conséquence d’un plissement du terrain, au centre duquel les couches géologiques les plus récentes se retrouvent « pincées ». La particularité de celui de Saoû est qu’il est « perché » car l’érosion a dégagé les terrains alentours, et il est ainsi l’un des plus hauts synclinaux perchés d’Europe. Il donne l’impression d’être une coque de bateau posée au milieu de la vallée de la Drôme.

En son centre, la forêt est un espace naturel sensible, véritable repaire de biodiversité, protégé par les hautes murailles du synclinal. Au début du XXe siècle, les prémices d’un tourisme vert se mettent en place au cœur du synclinal de Saoû. Le propriétaire des lieux, Maurice Burrus, plante de nombreuses espèces végétales et y fait construire des aménagements : la route d’accès dite Route Touristique, un chemin de randonnée qui fait le tour de la forêt et l’auberge des Dauphins, un restaurant dont le plan est inspiré du Petit Trianon de Versailles et qui sera bien vite récompensé par deux étoiles dans le jeune Guide Michelin. Longtemps fermée, l’auberge des Dauphins est en travaux pour être mise aux normes et devenir la maison de site de la Forêt de Saoû.

De très nombreux sentiers de randonnées (pédestres, équestres et à VTT) jalonnent le site, surveillé par des éco-gardes à cheval. De difficultés différentes, allant de la simple balade à la randonnée en montagne, ils permettent à chacun de profiter de la forêt de Saoû et ses richesses.

Je ne disposais pas de beaucoup de temps le jour où j’y suis allée, aussi, je me suis contentée d’une jolie balade le long des anciennes allées desservant l’auberge des Dauphins. A l’ombre des grands sapins, le long d’un ruisseau canalisé, j’ai profité d’une fraicheur bienvenue en ce jour d’été (j’ai toutefois résisté à la tentation de mettre les pieds dans l’eau… mais il s’en est fallu de peu !). Les lieux sont calmes. Bercée par le léger vent dans les arbres, le glouglou du ruisseau et le chant des oiseaux, j’en suis repartie apaisée.

Forêt de Saoû – Drôme – juin 2021

(*) La forêt est librement accessible. Plusieurs parkings sont disponibles sur le site. Il est interdit de se stationner en dehors de ceux-ci. Vous trouverez les renseignements pratiques (accès, circuits de randonnée, réglementation applicable, jours de chasse…. ) sur le site internet de l’office de tourisme de la vallée de la Drôme ou au bureau des écogardes, à côté de l’auberge des Dauphins.

L’ouverture complète de la maison de site dans l’auberge des Dauphins est prévue d’ici le printemps 2022 (et ce sera une bonne raison pour moi d’y retourner ! ). Le salon doré de l’auberge a ouvert au public le week-end dernier.

[Drôme] de la vallée de la Drôme à la Drôme Provençale

J’avais un jour de congé à solder avant fin mai. Alors j’ai décidé d’en profiter pour un petit road-trip solo en direction de la Drôme Provençale. J’avais voulu le faire un peu plus tôt dans le mois mais la météo incertaine m’avait fait rentrer chez moi après avoir découvert Le Poët Célard.

*****************

Cette fois, j’ai commencé mon expédition par un arrêt à La Roche sur Grâne. J’étais plusieurs fois passée auprès du village sans jamais prendre le temps de m’y arrêter. Il était temps d’y remédier.

La Roche sur Grâne est un village perché de la vallée de la Drôme. Du village, la vue sur le synclinal de Saoû est impressionnante. La silhouette de ses différents sommets se détachait particulièrement bien en ce début de journée.

Partant du pied du village, j’ai remonté les ruelles en escaliers et les calades pour arriver au niveau des anciennes fortifications dont il reste plusieurs tours. L’ensemble est charmant, et les rosiers en fleurs apportent une petite touche de délicatesse à cet univers très minéral.

Mais il ne faut pas s’éloigner beaucoup pour se retrouver au milieu des champs, parsemés de coquelicots à cette période de l’année.

La Roche sur Grâne – Drôme – mai 2021

******************

J’ai ensuite repris la route avec dans l’idée de rejoindre Rochebaudin que j’avais aperçu lors d’un précédent passage en Drôme Provençale et que j’avais très envie de découvrir plus en détail.

Sur le trajet, j’ai fait une première pause à Roynac, attirée par le lavoir et sa fontaine.

Roynac – Drôme – mai 2021

*****************

Puis, je me suis arrêtée à Manas, un village botanique de la plaine de la Valdaine. De nombreux massifs jalonnent en effet les petites rues du village. J’ai particulièrement remarqué un passage sous les habitations, nommé Trou du Loup !

Manas – Drôme – mai 2021

******************

Enfin, je suis arrivée à Rochebaudin. Je fait un arrêt photo au niveau du cimetière où se trouve l’église de l’ancienne abbaye Notre Dame de Sénisse. J’en ai profité pour admirer la vue sur la montagne.

Puis, j’ai rejoint le village en lui-même. Niché au creux d’un ravin sur la Malle, un affluent de la Rimandoule, Rochebaudin est un village surprenant. L’actuelle route passe sur un pont qui domine le bourg originel et s’engage dans un court tunnel creusé dans la montagne à la fin du XIXe siècle. Auparavant le passage de la rivière s’effectuait via deux ponts, le premier situé nettement en contrebas et habité et le second à l’autre bout du village, débouchant au pied des anciennes fortifications.

La vue sur le village depuis le pont principal mérite de prendre le temps de s’y attarder. Les maisons semblent accrochées aux flancs du ravin de la Malle, serrées les unes contre les autres, avec au premier plan les habitations situées sur le vieux pont.

La chapelle Notre Dame surplombe le village et son clocher se dresse largement au dessus de sa toiture lui confère une silhouette que l’on ne peut pas manquer de remarquer en passant par Rochebaudin. Il est possible d’emprunter des escaliers en pierres sèches pour, de terrasse en terrasse, accéder à l’entrée de la chapelle. En cette fin du mois de mai, les genêts fleuris coloraient la scène et surtout apportait une note de suavité sucrée dans l’air.

Je prends mon temps pour flâner dans le village. J’aperçois un chat à une fenêtre qui semble surveiller les passages dans la rue. J’ai bien fait de revenir voir Rochebaudin de plus près : c’est une petite pépite !

Rochebaudin – Drôme – mai 2021

[les états d’esprit du vendredi] 25 juin 2021

Les états d’esprit du vendredi sont un exercice de style lancé par Zenopia et The Postman (qui ne bloguent plus maintenant). La règle est simple : on complète les différentes rubriques le vendredi.

[Vendredi 25 juin 2021] – [début xx.xx] [rédigé jeudi 24 juin tard… et programmé]

Fatigue : Normale

Humeur : Excellente

Estomac : le nouveau pain de la boulangerie à côté du bureau avec du sarrasin est vraiment délicieux.

Condition physique : rien de particulier

Esprit : vagabond

Boulot : Un déplacement à Paris, des réunions dans tous les sens, … La semaine n’a pas été très calme !

Culture : On a regardé Raya et le dernier dragon, le dernier Disney… et on a été agréablement surpris ! Déjà, ce n’est pas en mode comédie musicale : il y a une chouette bande son mais pas de passages chantés. Ensuite, le thème abordé, la confiance (et un peu aussi « l’union fait la force »), n’avait jamais vraiment été exploré chez Disney. Enfin, on a devant deux héroïnes qui sont bien loin de leurs statuts de princesses, qui prennent leur destin en main, et qui n’ont pas besoin d’un prince pour les aider à quoi que ce soit. Et puis, le film est visuellement très réussi !

Penser à : prendre un rendez-vous chez le vétérinaire pour le vaccin de Vador

Avis perso : certains sont parfois un peu compliqués à comprendre

Message perso : vivement les vacances !

Loulous : Ca y est, Mr 2e a terminé ses épreuves du bac. Résultats le 6 juillet.
Melle 3e se prépare à passer le brevet en début de semaine prochaine. Et Mr 1er est en stage depuis déjà 2 semaines.

Amitiés : C’est sympa de retrouver les collègues et de déjeuner ensemble.

Sorties :  je crois que je vais aller faire un tour De ferme en ferme, j’ai en particulier repéré des producteurs de plantes aromatiques.

Divers : Vador n’aime pas les orages et grogne à leur approche

Courses : cela sera sans doute un mix entre le marché, la baraque à fruits et les magasins de proximité

Envie de :  prendre l’air

Pic : fin de journée au pied du Vercors…

[fin xx.xx ]

[Drôme] randonnée printanière à Peyrus

Ce moi de mai ayant été particulièrement pluvieux, j’ai essayé de saisir chaque moment de beau temps pour aller me promener (en dehors de mes heures de travail, bien entendu…). C’est ainsi qu’après plusieurs jours de pluie, nous avons, avec Mr 2e, enfilé nos chaussures de rando pour une balade au pied du Vercors à Peyrus.

Nous sommes partis du fond du ravin des Chichats par le chemin des Moines. Nous étions déjà allés nous promener par là l’hiver dernier, avec la neige. Cette fois, les paysages sont nettement plus verdoyants. Arrivés au niveau du croisement avec le chemin de Drogue, au lieu de continuer à monter, nous avons opté pour la direction des Condamines, sur notre gauche.

Le paysage y est plus ouvert et nous offre de jolis points de vue en direction de la plaine de Valence et plus loin à l’horizon des montagnes ardéchoises. Tout autour de nous, le printemps s’épanouit. Les prés sont colorés d’une multitude de petites fleurs, tandis que les ruisseaux glougloutent, gonflés par les récentes pluies.

En continuant sur le chemin, nous arrivons d’ailleurs à un gué : le ruisseau traverse le chemin avant de cascader et de s’enfoncer au cœur des prés. Quelques bêlements de moutons viennent à peine troubler le calme des lieux. puis, le sentier monte légèrement et nous conduit à la lisière d’un bois.

Là, dans la prairie, je repère rapidement quelques orchidées sauvages, des orchis singes (orchis simia) dont le rose contraste avec le vert de l’herbe de printemps. Puis en m’approchant, je remarque quelques orchis brûlés (neotinea ustulata) et enfin je vois des céphalanthères à longues feuilles (Cephalanthera longifolia). Je suis particulièrement ravie de voir plusieurs individus de celles-ci qui manquaient un peu à mon tableau de chasse photographique (j’en avais juste vu une, une seule fois, sur les hauteurs de Combovin, mais elle était un peu abîmée). Enfin, en regardant dans le sous-bois, pile dans un rayon de soleil, ce sont quelques orchis mâles (orchis mascula) qui m’attendaient.

Après cette récolte photographique fructueuse, nous avons pris le chemin du retour en repartant sur nos pas… et en jouant encore un peu dans le gué du ruisseau !

Après les pluies, les ruisseaux ont un joli débit
Vue sur les roches de Treillaras
Vert printemps !
Marcher au pied de la montagne
Au loin, on devine la montagne ardéchoise
Prairie fleurie
Suivre le chemin…
Orchis singe (orchis simia)
Orchis brûlé (neotina ustulata)
Orchis mâle (orchis mascula)
céphalanthère à longues feuilles (Cephalanthera longifolia)

Peyrus – Drôme – mai 2021

[Drôme] Le Poët Célard, entre Drôme Provençale et vallée de la Drôme

Initialement, j’avais prévu une randonnée en forêt de Saoû mais la météo était très incertaine, et les averses avaient tendance à se succéder. Comme j’étais déjà dans le secteur de Saoû, j’ai cherché une alternative… C’est ainsi que je me suis retrouvée sur les petites routes entre Drôme Provençale et vallée de la Drôme, et que j’ai fait un arrêt pour visiter le village du Poët Célard.

Le Poët Célard est un village perché, dominé par son château médiéval. Celui-ci après avoir failli disparaître a été racheté par un groupe d’habitants du village qui y ont installé un hôtel restaurant. Une bonne partie des espaces extérieurs est restée libre d’accès et permet d’avoir un panorama impressionnant d’où l’on découvre par delà la vallée du Roubion le bord méridional du synclinal de Saoû.

Pour y accéder, il suffit de monter par les calades et escaliers qui jalonnent le vieux village. Cette courte balade permet de s’imprégner de l’ambiance mi-médiévale mi-provençale du village. Une fois la porte du château passée, il est possible de se rendre dans différents jardins suspendus, petits havres de calme invitant au repos et à la contemplation. Je fais également le tour du bâtiment pour profiter de la terrasse panoramique (et je me dis que j’y aurais bien pris un café si la situation avait permis que le bar soit ouvert… )

Après avoir largement profité des différents points de vue, il me faut me résoudre à redescendre. Je passe alors par une des anciennes portes fortifiées du village, et je remarque deux vieilles plaques de cocher situées là. Un plan de la ville indique un lavoir-fontaine un peu plus loin. Effectivement à quelques dizaines de mètres de là, je découvre un charmant petit lavoir, bordé d’un talus fleuri et dont la fontaine coule activement.

Si le village du Poët Célard n’est pas très grand, il mérite à coup sûr un arrêt !

Dans le vieux village
L’ancienne église du village
Prendre le temps au cœur des jardins suspendus
Vue depuis la terrasse panoramique du château
En redescendant du château
La fontaine-lavoir
Plaques de cocher
Point de situation géographique

Le Poët Célard – Drôme – mai 2021

*******************

Lors de mon petit road-trip, j’ai également fait un arrêt au bord du Roubion à Bourdeaux… (et l’on y constate bien le côté menaçant de certains nuages…)

Bourdeaux – Drôme – mai 2021

*******************

Je voulais aussi passer par Rochebaudin que j’avais aperçu lors d’un précédent passage dans le secteur, mais des travaux sur la route m’auraient contraint à un gros détour… alors j’ai fait demi-tour à Félines-sur-Rimandoule (dont j’aime beaucoup le nom) pour retourner vers Crest.

Félines-sur-Rimandoule – Drôme – mai 2021

[Drôme] en balade entre Peyrus et Saint Vincent la Commanderie

Au début du mois de mai, alors que le ciel hésitait entre pluie et soleil, je suis allée faire un tour entre Peyrus et Saint Vincent la Commanderie. Après avoir laissé la voiture sur le parking du cimetière, et hésité à rentrer directement chez moi à cause d’une averse, j’ai rejoint le sentier qui part de l’autre côté de la chapelle Saint Pierre.

Après être montée le long des champs, au lieu d’aller vers la droite et le village de Peyrus, j’ai tourné vers la gauche sur le chemin qui longe le pied de la colline. De là, j’ai rejoint la route des Carrats. Après les pluies abondantes des jours précédents, le ruisseau était gonflé et s’écoulait rapidement, formant ici ou là des mini-cascades.

J’ai suivi la route qui longeait le ruisseau. Assez vite, la vue s’est dégagée et je me suis retrouvée avec les roches de Treillaras en point de mire. Au pied de la montagne, le printemps s’épanouissait en de multiples nuances de verts.

J’ai continué sur la route jusqu’à arriver au hameau des Carrats, toujours bercée par le son du ruisseau. Des prairies ont commencé à occuper l’espace plus large entre les collines. Quelques orchidées faisaient les belles, plus ou moins discrètement.

Alors, j’ai fait demi-tour, et en revenant vers le cimetière, j’ai croisé des champs d’aromatiques aux lignes graphiques. Finalement, le soleil avait brillé tout au long de ma balade, lui donnant par moment des allures quasi estivales.

En sous-bois, le chemin était bordé de renoncules « boutons d’or »
Délicatesse des fleurs sauvages
Orchis pourpre
On commence à apercevoir les falaises du Vercors
Orchis singe
Prairies verdoyantes
Au hameau des Carrats
Vue sur les roches de Treillaras
Orchis « homme pendu »
Au bord du ruisseau
Lignes graphiques des champs d’aromatiques

Quelque part entre Peyrus et Saint Vincent la Commanderie – Drôme – mai 2021

[Drôme] autour du domaine équestre des Pialoux

Durant les vacances de printemps, alors que Mr 1er et Melle 3e prenaient une leçon d’équitation, j’ai profité du soleil de la fin d’après-midi pour aller (enfin) découvrir ce qui se cache sur les hauteurs du centre équestre. En effet, cela fait bientôt 10 ans que je fréquente de façon régulière les lieux… et je ne m’étais jamais aventurée sur certains sentiers qui partent dans la montagne au dessus du domaine des Pialoux !

Partant du parking, j’ai d’abord suivi la route, puis au bout de celle-ci, j’ai pris la piste sur la droite. Celle-ci mène à différents prés occupés par les chevaux. A cette saison, les prés sont couverts de fleurs jaunes, et les couleurs éclatantes. Certains chevaux me jettent vaguement un regard mais ils sont trop occupés à brouter l’herbe verte pour vraiment s’intéresser à moi.

Je continue mon ascension, toujours sur la piste. Je croise un ruisseau que je retrouverai un peu plus loin. Je découvre de nouveaux points de vue sur la montagne de la Raye. J’admire le panorama sur la plaine de Valence avec la montagne ardéchoise qui se dessine à l’horizon.

La piste me mène dans une cluse, creusée par le ruisseau que j’entends s’écouler plus bas, au pied des parois rocheuses. L’environnement est alors plus minéral, plus austère. Mais bien vite, je rejoins une combe. Là, l’espace est suffisant pour permettre une activité agricole dans un vaste champ bordé de forêts et longé par le ruisseau. Face à moi, la piste devient chemin et mène en direction des hauteurs de Combovin, vers Combe Grand et les Terres Blanches.

Pour ma part, je fais demi-tour : j’ai un horaire à respecter ! En redescendant, je remarque plusieurs orchis pourpres que je n’avais pas vu en montant, alors que j’étais focalisée sur le paysage…

Un dernier coup d’œil aux chevaux, et je rejoins mon point de départ.

Chevaux au pré
Vue furtive sur la montagne de la Raye
En direction de la cluse
Arrivée dans la combe de l’Abbaye
Vue sur la montagne de la Raye
Panorama sur la plaine de Valence

Domaine équestre des Pialoux – Montvendre – avril 2021

[Drôme] Combovin, randonnée autour des Terres Blanches

Mi-avril, j’ai repris la randonnée dans le Vercors (après l’entorse de la cheville que je m’étais faite en février). Je ne souhaitais donc pas m’aventurer sur des chemins que je ne connaissais pas , et j’étais également contrainte par la limitation des 10 km. Aussi, j’ai choisi d’aller dans le secteur de Combovin : l’idée de départ était de monter jusqu’à la chapelle Sainte Marguerite où je suis allée plusieurs fois cet hiver.

Avec Mr 2e, nous sommes donc partis du centre du village et avons attaqué la montée. Un épisode de gel intense avait fait de gros dégâts quelques jours plus tôt dans la région et au bord du chemin, nombre d’arbustes avaient des fleurs, des bourgeons ou des jeunes feuilles brûlés. Certaines floraisons, moins fragiles ou situées sur des endroits plus abrités, avaient toutefois résisté. Le printemps avait effectivement commencé à s’installer.

Une fois arrivé à la chapelle et après avoir un temps admiré la vue sur la plaine de Valence d’un côté et sur les différents vallons des ruisseaux de Combovin de l’autre, nous avons décidé de continuer vers les Terres Blanches plutôt que de redescendre par le chemin pris à l’aller.

Rapidement, la Tour de Barcelonne est devenue notre point de mire. Nous apercevions régulièrement sa silhouette dans les trouées de la forêt. Arrivés aux Terres Blanches, nous avons poursuivi sur la crête, histoire d’aller chercher quelques jolis points de vue supplémentaires. Au delà de la pinède, et de la Tour de Barcelonne, nous dominions la plaine de Valence, tandis que de l’autre côté, nous apercevions le hameau des Durons au fond du vallon de la Véore.

Dans ce secteur, le paysage n’est plus le même que du côté de la chapelle ou même de la tour. Le sol devient sable, et se couvre d’une végétation qui rappelle la garrigue. Je me suis rappelé alors une phrase entendue quelques jours avant dans l’épisode sur la Drôme de l’émission télévisée Faut pas rêver : « la Drôme, ce n’est plus vraiment les Alpes et pas encore tout à fait la Provence ». Et j’avais vraiment l’impression que le paysage sous mes yeux en était une illustration adéquate.

Partis sans carte, nous n’avons pas osé nous aventurer plus loin, faute de savoir à quoi nous attendre en terme de distance, dénivelés et destinations… Mais j’ai bien noté pour une prochaine fois de commencer par monter aux Terres Blanches, filer sur la crête et faire le tour du Vallon de la Véore !

Au bord du chemin, le printemps s’installe
Au sommet du coteau Saint Georges, arrivée à la chapelle Sainte Marguerite
Vue sur le vallon de la Véore
La Tour de Barcelonne en point de mire
En direction des Terres Blanches
L’ambiance devient plus méditerranéenne
Dominer la plaine de Valence
Le hameau des Durons
Prairie jaune « pissenlit » en redescendant des Terres Blanches vers le village

Combovin – Drôme – avril 2021