[Drôme] de ferme en ferme – au pied des Monts du Matin

Les Monts du Matin, depuis Rochefort Samson

Le week-end dernier avait lieu l’édition 2021 de l’opération De Ferme En Ferme. Après être allée visiter des exploitations agricoles dans la vallée de la Drôme l’an dernier (où en raison de la situation sanitaire, ces journées avaient été décalées en septembre), je suis cette fois allée du côté des Monts du Matin.

*******************

Premier arrêt : Sensations équestres, la ferme équestre de Julie Rozeron qui fabrique des savons avec le lait de ses ânesses sous la marque Juli’Anesse. J’ai connu les savons de Julie par hasard en m’arrêtant au printemps 2019 sur le petit marché de Rochefort Samson où elle est présente (et où elle était accompagnée d’un ânon ce jour-là !) alors que je rentrais d’une balade à La Baume d’Hostun. C’était donc une belle occasion d’aller voir in situ la ferme que j’avais aperçue dans le beau reportage consacré à Julie dans l’émission Faut pas rêver sur « Les amoureux de la Drôme ».

Située sur les contreforts du Vercors, sur les hauteurs de Rochefort Samson, la ferme est située dans un cadre magique. Sur place, le parking se fait à une petite distance de la ferme afin de pouvoir disposer d’un champ qui ne soit pas trop pentu pour y laisser les voitures. C’est aussi l’occasion d’une jolie petite balade pour finir d’arriver à la ferme pendant laquelle on ne peut qu’admirer les paysages environnants.

Le clou de la visite, ce sont bien sûr les ânesses… et surtout les ânons de l’année. Le plus jeune a 3 semaines. Même s’il est encore un peu farouche et ne s’approche pas pour chercher les caresses, difficile de ne pas craquer !

Au pied des Monts du Matin
Maman et bébé
Le dernier-né sur la ferme de Julie
Regard d’âne…
Les deux autres ânons
Vue sur la vallée de l’Isère
Un dernier coup d’œil aux montagnes avant de repartir…

(*) Sensations Equestres & Juli’Anesse, les Ravets, 26300 Rochefort Samson

*******************

Deuxième arrêt : Noix & Compagnie / Terres des Matras, une exploitation diversifiée autour des noix et des lavandes.

L’arrivée à la ferme se fait entre champs de lavandes et noyeraies. Le parking est à l’ombre des noyers, ce qui compte-tenu du soleil et de la chaleur de ce samedi est bienvenu ! Une fois stationnée, je ne peux pas m’empêcher de longuement photographier le champ de lavande situé au bord de l’espace de stationnement. En effet, la perspective avec la ferme-manoir en toile de fond est vraiment superbe.

Comme je suis seule, je patiente un peu avant l’arrivée d’autres visiteurs pour une visite guidée des installations de préparation des noix après récolte. J’en profite pour aller voir les moutons qui paissent sous les noyers un peu plus bas. Une pierre de sel est la source de petits conflits entre eux, et l’on entend de temps à autre les cornes s’entrechoquer.

Puis, il est temps de commencer à en apprendre plus sur la culture de la noix. L’exploitation fait partie de l’AOP Noix de Grenoble mais produit aussi des noix du Dauphiné. En fait, l’AOP exige certaines variétés et un calibrage minimal. Aussi, les autres variétés cultivées sur la ferme ou de calibre n’entrant pas dans le cahier des charges de l’AOP ne peuvent être vendues comme noix de Grenoble, et sont donc des noix du Dauphiné.

Nous découvrons ensuite l’ensemble de la chaîne de lavage, séchage et calibrage des noix. C’est un long cheminement, mélange d’opérations mécanisées et manuelles, et j’avoue que je n’imaginais pas une telle complexité avant l’ensachage quand je mangeais des noix ! Notre guide nous parle enfin des préparations qu’ils réalisent à partir des noix avant de nous conduire à l’espace dégustation.

A l’ombre des noyers (toujours aussi bienvenue), il est temps de goûter les spécialités salées et sucrées de Noix et Compagnie, mais aussi le sirop et les huiles essentielles de lavande et lavandin ou encore l’huile de tournesol au vrai goût de tournesol (celle vendue dans le commerce est désodorisée pour devenir une huile neutre).

Les lavandes en fleurs
Autour de la pierre de sel
Noix de Grenoble vs noix du Dauphiné
Un dernier coup d’œil aux lavandes….

(*) Noix & Compagnie / Terres des Matras, impasse des Matras, 26300 Beauregard-Baret

********************

Troisième arrêt : sur le chemin du retour, j’ai fait un crochet par Bourg-lès-Valence afin de découvrir Les arômes de Genas dont j’avais plusieurs fois entendu parler. Ce producteur de plantes aromatiques propose toute une gamme de confits et sirops à partir de ses cultures. Je n’ai pas fait beaucoup de photos car à cette saison, les plantes n’étaient pas en fleurs… mais je suis complètement tombée sous le charme du lieu.

Le manoir de Genas est en effet un manoir du XVe siècle ayant été construit par François de Genas, trésorier de Louis XI. Résidant à Valence, il a fait construire la Maison Dupré-Latour. Le manoir de Genas était sa maison de campagne.

(*) Les arômes de Genas, quartier Genas, 26500 Bourg-lès-Valence

**********************

Et bien entendu, je ne suis pas rentrée les mains vides de ces visites….

De Ferme En Ferme édition 2021 – Drôme – 26 juin 2021

[petits moments] dans les champs de lavandes en fleurs

Chaque année, le retour de la floraison des lavandes est un véritable plaisir. La semaine dernière déjà, j’avais aperçu que les champs à Divajeu commençaient à être déjà très bleus. J’avais alors fait un petit crochet pour voir ceux de La Baume Cornillane où j’étais allée l’an dernier, mais la floraison n’y avait pas encore débuté. La météo ayant été belle et chaude toute la semaine, j’y suis retournée hier… et j’ai bien fait !

Les champs de lavandes sont donc actuellement en pleines fleurs à La Baume Cornillane, pour le plus grand plaisir de mes yeux, mais également de mon odorat. A proximité des cultures, l’odeur suave et apaisante de la lavande se diffuse dans l’air. C’est un vrai bonheur !

J’ai donc une nouvelle fois pris plein de photos… Je me suis arrêtée au bord de cinq champs différents, dans différents secteurs de La Baume Cornillane. Trois faisaient partie de ceux vus l’an dernier, mais les deux autres ont été une belle surprise au détour d’un virage !

La Baume Cornillane – Drôme – juin 2021

[les états d’esprit du vendredi] 18 juin 2021

Les états d’esprit du vendredi sont un exercice de style lancé par Zenopia et The Postman (qui ne bloguent plus maintenant). La règle est simple : on complète les différentes rubriques le vendredi.

[Vendredi 18 juin 2021] – [début xx.xx] [rédigé jeudi 17 juin tard… et programmé]

Fatigue : Après un dimanche bien long et bien rempli, le début de semaine a été un peu au radar !

Humeur : toujours excellente

Estomac : Les melons sont de nouveau sur les étals, ainsi que les abricots !

Condition physique : avec la chaleur, la cheville où j’ai eu une entorse à la fin de l’hiver gonfle beaucoup et devient douloureuse en fin de journée. Alors, c’est poche de glace tous les soirs.

Esprit : vagabond

Boulot : C’est le retour des déplacements professionnels avec une journée de réunion à Paris prévue la semaine prochaine.. et ce sera aussi un retour un peu plus intensif au bureau, avec 3 jours par semaine.

Culture : Je suis en train de relire les Technopères de Jadorowski. J’aime un peu moins cette série que celle des Méta-barons, mais c’était celle qui était à la médiathèque !

Penser à : faire quelques courriers administratifs

Avis perso : Le réveil pour partir avant 5.00 du matin un dimanche, la journée à marcher, piétiner dans la poussière au soleil jusqu’à plus de 20.00, le temps passé à attendre, le retour à presque 22.00 à la maison, bien fatiguée (et sale !), ça pourrait sembler pas terrible sur le papier… mais en vrai c’était une belle journée de CSO !
En plus, la vue depuis le centre équestre (à Saint Péray, en Ardèche) où cela se passait était sympa !

6.30 du matin – depuis le parking du centre équestre de La Syrah – vue sur la montagne de Crussol
Fin d’après-midi – depuis le centre équestre de La Syrah – vue sur les vignes de Saint Péray et Cornas

Message perso : Vivement les vacances !

Loulous : Melle 3e a donc repris les concours d’équitation dimanche dernier.

Mademoiselle Troisième avec Pilou

Amitiés : je suis ravie à la perspective qu’on puisse se voir ce vendredi !

Sorties : pour profiter du beau temps…

Divers : En passant à Romans le week-end dernier, je suis retournée au Terrarium, la céramiste chez qui j’avais acheté un de mes cadeaux de Noël. Je suis allée acheter une tasse, qui était ma première idée pour Noël (j’avais finalement pris un ravissant photophore et une assiette). J’aime beaucoup son travail, et je dois chaque fois me freiner pour ne pas acheter plusieurs objets (bon, OK, pour ne pas acheter plus de 2 objets quand je venais pour 1… je suis donc – encore – repartie avec une assiette en plus).

Courses : des fruits, des fruits et un peu de légumes…

Envie de :  prendre l’air !

Pic : au bord de la route, les premières lavandes en fleurs

Divajeu – Drôme

[fin xx.xx ]

[projet 52-2021] semaine 7 – fleurs séchées

Les fleurs séchées reviennent à la mode et on en trouve chez presque tous les fleuristes, que ce soit pour composer des bouquets ou créer des décorations. C’est après avoir vu plein de jolies photos sur les réseaux sociaux en fin d’année dernière que j’ai ajouté ce thème à la liste du projet 52.

Je pense que je me demandais à quel moment je craquerais moi aussi pour une composition de fleurs séchées à suspendre. Quoi qu’il en soit, je n’ai toujours pas craqué. Je ne peux donc pas vous montrer cela en photo !

Mais ce n’est pas très grave car des histoires de fleurs séchées, j’en ai en stock (et pas uniquement sous forme de sachets de lavande dans mes tiroirs..). Quand j’étais enfant, ma grand-mère faisait cultiver à mon grand-père des fleurs qu’elle appelait Immortelles (leur nom complet est immortelles à bractées). Rien que le nom évoquait pour moi un monde extrêmement romantique (au sens littéral) et me fascinait. A la fin de l’été, nous ne faisions des bouquets que nous faisions sécher et que l’on gardait ensuite toute l’année.

Il y avait aussi ces Lavandes de mer (des limoniums qui font partie de la famille des statices) que j’allais ramasser sur la grève de Saint Briac avec une amie. Plus tard, j’ai plusieurs fois fait sécher des fleurs d’hortensias, des branches d’eucalyptus ou des statices.

Bref, j’aime les bouquets secs depuis bien avant qu’ils soient (reviennent) à la mode…. D’ailleurs, depuis que je vis dans la Drôme, un de mes plaisirs estivaux est d’acheter un bouquet de lavande fraîche que je laisse ensuite sécher et qui décore au moins jusqu’à l’été suivant. C’est celui de l’été 2020 que j’ai donc pris en photo pour illustrer le thème de la semaine.

******************

Pour découvrir les fleurs séchées des autres participants, il suffit de suivre les liens dans les commentaires.

[projet 52-2020] semaine 27 – apaisant

Le thème de la semaine du projet 52 est apaisant…

Parmi les odeurs que je trouve apaisantes, il y a celle de la fleur d’oranger et celle de la lavande. Or actuellement, les lavandes sont en pleines fleurs un peu partout. Je tenais donc mon sujet….

Restait à choisir une photo, parmi celles de cette année et en évitant celles déjà publiées…. Finalement, c’est une photo parisienne que je vous propose, prise au Jardin Atlantique alors que j’attendais mon TGV à Paris pour Rennes.

************

Pour faire un tour apaisant dans les commentaires, il suffit de suivre les liens dans les commentaires….

[Drôme] balade dans les lavandes

Vous le savez maintenant, j’aime beaucoup les fleurs… alors chaque année, je suis avec attention les floraisons dans les environs de chez moi.

Après les iris, les orchidées, les coquelicots (que j’ai peu pris en photo cette année pour cause de confinement… mais je n’ai pas dit mon dernier mot), et avant les tournesols, c’est la saison des lavandes !

Il y a une dizaine de jours, j’avais vu que les champs autour de Barbières commençaient à doucement bleuir. Le week-end dernier, je suis donc partie auprès de La Baume Cornillane. J’y avais en effet repéré plusieurs champs cet hiver d’où il serait possible d’avoir de jolis points de vue.

Les champs auxquels je pensais n’en étaient encore qu’au début de la floraison. Malgré tout, leur teinte bleutée associée au vert des sillons offre déjà un joli paysage. Avec le mistral, les brins oscillent doucement en un mouvement hypnotique.

De la route, j’avais cependant aperçu des tâches violettes dans le paysage, ne laissant aucun doute sur ce qui était cultivé là…. Au pied de la Raye et face aux reliefs de l’Ardèche, les rangées de lavandes en fleurs se déployaient en un feu d’artifice végétal.

J’ai donc laissé ma voiture à proximité du village pour revenir voir de plus près et à pied cela. J’ai commencé par les champs les moins avancés afin de terminer par ceux en pleine floraison.

Les couleurs sont explosives. Je prends énormément de photos : chaque angle me semble plus beau que le précédent. Je regarde les abeilles butiner. Je profite du soleil. Tout cela a un petit goût de vacances….

Champs de lavandes et montagnes d’Ardèche
Le ballet des lavandes dans le mistral
Conjugaison du vert et du bleu….
Au pied du Vercors
Abeilles au travail
Champ de lavandes au pied de la Raye et du château des Cornillans
On dirait le Sud…
En rang !
Comme un tableau de Cathelin….

La Baume Cornillane – Drôme – juin 2020

(*) Si les lavandes sont plus nombreuses en Drôme Provençale, dans le Diois ou dans le Vaucluse, on trouve des champs également dans les environs de Valence. Outre à La Baume Cornillane, j’en ai vu à Barbières, Peyrus, Divajeu (Crest)… Il suffit d’ouvrir l’oeil quand on traverse la campagne par les petites routes : à cette saison, ils sont faciles à repérer !

[petits moments] du 30 mai au 5 juin 2020

DIMANCHE 31 MAI. J’ai choisi un petit bouquet d’oeillets pour apporter une touche colorée et parfumée dans la maison.

FLASH-BACK. Pour un challenge photo sur Instagram, j’ai ressorti une photo du Mont Saint Michel prise lors des congés de fin d’année.

LUNDI 1er JUIN. Les lavandes commencent doucement à fleurir au pied du Vercors. Il va bientôt être temps de programmer une « expédition lavandes » en Drôme Provençale…

Barbières – Drôme

On a enfin pu faire le repas d’anniversaire de Melle 3e pour fêter cela un peu mieux que durant le confinement.

MERCREDI 3 JUIN. C’est le retour au bureau… et donc à la gare. Je suis arrivée alors que le soleil venait tout juste de passer au dessus du bâtiment, quasi désert. Etrange ambiance….

Gare de Valence TGV – Drôme

JEUDI 4 JUIN. Les orages se succèdent et au moment du coucher du soleil, alors qu’une nouvelle averse se prépare, le ciel prend une teinte orangée à l’est qui se reflète dans les vieilles pierres des maisons et contraste avec le sombre de nuages en approche.

*******************

BONNE FÊTE DES MÈRES !