[petits moments] derniers instants avant Noël

Avant de déconnecter (un peu) pour profiter de la fête de Noël en famille, j’avais envie de partager avec vous quelques dernières photos des décorations et illuminations de fête croisées ces dernières semaines.

**************************

On commence par la gare de Lyon-Part-Dieu où des structures lumineuses ont été installées cette année pour la première fois. Et forcément, j’ai tenté un selfie dans une des boules du sapin !

**************************

En déplacement professionnel à Paris, je suis tombée sous le charme de l’ambiance de Noël dans le lobby.

Hôtel Magenta 38 – boulevard Magenta – Paris 10e

************************

Lors de la grande soirée des fééries d’hiver à Valence, je n’avais pas eu le temps de faire le tour de toutes les illuminations disséminées dans le centre-ville. Je suis donc retournée un soir à la nuit tombée afin d’aller voir les lampadaires et lustres autour du kiosque Peynet, ainsi que la structure Mon Cœur Valence située près de l’Hôtel de Ville avant de retrouver le Père Noël sur les boulevards.

[Drôme] une soirée féérique à Valence

Les Fééries de l’Hiver sont de retour à Valence… et c’est le samedi 4 décembre qu’avait lieu le feu d’artifice. A cette occasion, j’ai été conviée par Valence Romans Tourisme à vivre une soirée lumineuse et… féérique !

Le rendez-vous était donné devant le Musée de Valence à la tombée de la nuit. Après avoir retrouvé les autres instagrameurs, nous avons découvert la jolie surprise qui nous attendait : un atelier de lightpainting ! Bien encadrés, adéquatement guidés, nous nous sommes essayés à la création de photos lumineuses en solo ou en groupe dans le cadre magique des jardins du Musée…. (Cette expérience m’a tellement plu que je reviendrai spécialement dessus dans un prochain article)

Nous avons ensuite gagné la terrasse du musée et sa vue panoramique sur le Champ de Mars d’où était tiré le feu d’artifice. Ainsi placés, nous avons pu profiter de l’intégralité du spectacle avec un point de vue exceptionnel. Le dernier feu d’artifice tiré depuis le Champ de Mars remontait à 2 ans (ceux des deux derniers 14 juillet et celui de l’hiver dernier ayant été annulés à cause de la situation sanitaire). Aussi, cette fois, la ville a proposé plus de 20 minutes d’un spectacle pyrotechnique grandiose et éblouissant.

Après un dernier regard au musée (presque) endormi, nous sommes partis en direction du Village de Noël. Après la parade et le feu d’artifice, nous sommes loin d’être les seuls à vouloir faire un tour entre les chalets. L’ambiance est festive, et l’on devine les sourires sous les masques. Notre activité suivante nous fait face, imposante….

Nous nous dirigeons en effet vers la grande roue, située à l’angle des boulevards, à côté de la fontaine monumentale. Parée de son habit de lumière, elle attire le regard. Mais, surtout, elle permet de s’élever à 35 mètres de hauteur, et de dominer complètement la ville. Nous embarquons donc pour un voyage circulaire, et redécouvrons avec bonheur le plaisir enfantin d’un tour de manège tout en profitant de la vue.

Avant de nous séparer, nous nous arrêtons sous le ciel étoilé où les chalets proposent à manger et à boire. Si certains optent pour la limonade artisanale de la Brasserie des 3 Becs, je choisis pour ma part un vin chaud, petit plaisir des marchés de Noël (et ceux qui me suivaient il y a un an se rappellent peut-être que l’absence de vin chaud, faute de marchés de Noël, avait été une de mes frustrations de Noël 2020… je ne pouvais donc pas laisser passer cette occasion !). Quelques discussions plus tard, il est temps de rentrer, avec de jolis souvenirs et des étoiles plein les yeux !

Coup d’œil dans le musée désert à travers la fenêtre…
Aux premières loges pour voir le feu d’artifice depuis la terrasse du Musée de Valence
Avant de redescendre, un regard sur la place des Ormeaux et la cathédrale
Les musées de nuit ont un quelque chose qui m’attire et me fascine…
En arrivant au village de Noël !
Au pied de la grande roue, attendre avec impatience son tour !
Noël au cœur de la ville…

Fééries d’hiver – Valence – Drôme
4 décembre 2021

(*) Merci Valence Romans Tourisme pour l’organisation et l’invitation et au Musée de Valence pour nous avoir accueillis après la fermeture.

[Drôme] retrouver une âme d’enfant pour Noël à Romans

Romans a lancé la saison des illuminations de Noël dès la fin du mois de novembre. Le hasard a fait que je devais me rendre à Romans le jour du lancement des lumières de Noël. Je me suis donc arrangée pour y aller à la tombée de la nuit, et il y a beaucoup de monde bien décidé à profiter de cette première soirée d’illuminations.

Comme l’an dernier, l’essentiel des installations est situé sur la place Jean Jaurès. Là, on retrouve la maison du Père Noël et de nombreuses structures lumineuses. Si on reconnait le gros nounours ski aux pieds ou le paquet cadeau de Noël, d’autres sont nouvelles. De toutes façons, la mise en place est une nouvelle fois complètement renouvelée.

Je dois avouer que je n’ai pas mis bien longtemps à retrouver mon âme d’enfant. En effet, le traineau du Père Noël a attiré mon œil immédiatement, et la magie a commencé à opérer ! Déambulant d’installation en installation, je découvre tout un univers fantastique…. Et parmi les figures traditionnelles, je remarque des petits intrus colorés, à mi-chemin entre extra-terrestres de cinéma et monstres de dessins animés. Je dois dire qu’ils me plaisent bien avec leurs grands sourires qui ajoutent une touche un peu décalée à l’ensemble.

De la place Jean Jaurès, je décide de gagner les berges de l’Isère pour me rendre devant la collégiale Saint Barnard. Il m’a semblé apercevoir une petite forêt lumineuse quand je suis arrivée en voiture par le Pont Vieux. En passant, je vais jeter un œil au kiosque à musique joliment éclairé, ainsi qu’aux installations sur la place devant la mairie. Le grand sapin se trouve cette année devant les Cordeliers, mais je m’amuse quand même à essayer d’y trouver quelques reflets… qui se terminent en selfies ! En arrivant le long de la rivière, je profite du joli reflet du pont sur l’Isère. Et, si la petite place devant la collégiale est joliment éclairée, elle n’est pas facile à photographier avec la circulation. En remontant, je fais un crochet par la place Ernest Gailly où le Père Noël accompagné d’un lutin farceur est prêt à prendre la direction des pistes de ski.

Mon tour des lumières de Noël à Romans s’arrête là. La soirée est fraîche et je commence à ressentir le froid au bout des doigts ! Je crois qu’un sourire n’a pas quitté mon visage depuis que je suis arrivée sur la place Jean Jaurès. Cette année encore, la magie de Noël a frappé sur les places et dans les rues romanaises…

Je suis loin d’être la seule à profiter de cette première soirée d’illuminations !
Monstre de dessin animé ou extra-terrestre de cinéma ?
Mon coup de cœur de l’année va sans doute à cette allée de lumière qui offre de jolies perspectives
Monstre de dessin animé ou extra-terrestre de cinéma ? (bis)
A côté de la maison du Père Noël, un robot est prêt à s’activer !
Petits et grands profitent des installations lumineuses…
Le kiosque à musique est joliment mis en valeur par les lumières de Noël
Au pied de la collégiale, une forêt de lumière s’est installée
Prêts au départ !
Auto-portrait

Bonus hors illuminations de Noël : le beau reflet du Pont Vieux sur l’Isère

Romans – Drôme – 26 novembre 2021

[projet 52-2021] semaine 48 – à la tombée de la nuit

Avec l’arrivée de l’hiver, la nuit tombe de plus en plus tôt… Ce qui nous arrange plutôt pour traiter le thème de la semaine !

Avec l’approche des fêtes de fin d’année, villes et villages ont commencé à se parer de leurs lumières de fêtes. C’est le cas de Romans qui a lancé ses illuminations en fin de semaine dernière. Comme le hasard fait bien les choses (promis, c’était vraiment le hasard !), j’avais besoin d’aller à Romans le jour où les lumières ont été allumées ! J’en suis revenue avec « quelques » photos, prises à la tombée de la nuit. Je vous prépare un article complet mais en attendant, voici déjà un extrait…

*****************

Pour voir ce qu’il se passe à la tombée de la nuit chez les autres participants, il suffit de suivre les liens dans les commentaires…

[Drôme] un soir d’été en Drôme Provençale

Depuis plusieurs années, j’avais envie d’aller à Grignan profiter d’une représentation théâtrale lors des Fêtes Nocturnes dans la cour du château. Mais jusqu’à présent, celles-ci se déroulaient soit pendant que j’étais en vacances en dehors de la région, soit alors que je travaillais. Cette année, la chronologie de mon été m’a permis d’y aller. C’était l’occasion d’une soirée en Drôme Provençale.

Arrivés assez tôt pour avoir le temps de nous promener un peu avant l’ouverture de la billetterie où nous devions récupérer nos billets et du Bar du Bosquet où nous avions réservé pour un diner léger, nous avons fait un crochet par Chamaret.

Le village est blotti au pied de sa tour en un dédale de calades médiévales, et se poursuit autour de la butte avec les constructions du XIXe siècle, dont un charmant lavoir communal. Le jour où nous y étions, le mistral soufflait très fort et s’engouffrait dans les ouvertures des ruines de l’ancien château. De l’esplanade au pied de la tour de Chamaret, la vue sur les alentours est grandiose. Nous repérons assez facilement Grignan d’un coté et le Mont Ventoux de l’autre. Avec le vent, nous n’avons toutefois pas très envie de nous attarder sur place, aussi, nous repartons en direction de Grignan.

Après avoir laissé la voiture sur l’un des grands parkings (en herbe) aux abords du centre, nous remontons la rue (piétonnisée) vers le cœur du village. Nous repérons de charmantes façades, et arrivons rapidement à la place où une statue de Madame de Sévigné, décédée et inhumée à Grignan, a été installée au XIXe siècle.

Connaissant déjà le village de Grignan, nous profitons de la terrasse abritée du vent du café des Vignerons pour déguster un verre de vin de l’appellation Grignan-les-Adhémar (et faisons également quelques emplettes). Puis, nous prenons la direction du château pour notre soirée.

Après un diner léger sur la terrasse du Bar du Bosquet, installé dans les jardins du château, nous allons admirer le coucher du soleil depuis les terrasses. La lumière déclinante dore les murs du château. Nous profitons de la douceur de l’instant.

L’heure de rejoindre nos places dans les gradins sonne. Nous assistons à la représentation de Fracasse, d’après le roman de Théophile Gautier, mis en scène par Jean-Christophe Hembert (Karadoc dans Kaamelott) avec Thomas Cousseau (Lancelot dans Kaamelott) dans le rôle du baron de Sigognac/Fracasse. Deux heures de spectacle que nous ne voyons pas passer, embarqués par la mise en scène vive et moderne et le jeu magistral des acteurs.

Après avoir longuement applaudi, nous retournons sur les terrasses jeter un dernier coup d’œil à la majestueuse façade Renaissance du château… et découvrir d’étranges colorations sur le parvis de la collégiale tandis que les calages des futures projections monumentales sont en cours.

Minuit approche. Nous avons encore une heure de route pour rentrer. Il est temps de repartir !

La tour de Chamaret depuis la place du village
Dans le vieux village de Chamaret
Grignan depuis Chamaret
Au pied de la tour de Chamaret
Vue sur les Baronnies depuis la tour de Chamaret
Du village médiéval au village moderne

Chamaret

Hôtel particulier « Grand Siècle »
La statue de Madame de Sévigné installée au XIXe siècle
Coucher de soleil depuis les terrasses du château
Fin de journée sur les terrasses du château
Coucher de soleil depuis les terrasses du château
Coucher de soleil sur les terrasses du château
La façade Renaissance de nuit
Calage des futures projections monumentales sur le parvis de la collégiale
Calage des futures projections monumentales sur le parvis de la collégiale

Grignan
Drôme – août 2021

(*) Les Fêtes Nocturnes de Grignan sont des spectacles de théâtre joués dans la cour du château qui sert de décor. Elles y sont organisées chaque été (la pièce change chaque année) par le Conseil Départemental de la Drôme.

[Normandie] Les chroniques du Mont – La Merveille

Chaque année, nous essayons d’aller faire un tour dans l’abbaye du Mont Saint Michel à la faveur d’une visite semi-nocturne. Cet été, c’est le quatrième volet des Chroniques du Mont qui est présenté. Celui-ci est sous-titré Merveille.

Le sens de parcours et les pièces traversées varient d’une année à l’autre. Cette fois, nous débutons la visite par le parvis de l’abbatiale. Le soleil commence à baisser sur l’horizon, les ombres s’allongent et la baie se dévoile à marée encore basse. Nous nous laissons hypnotiser un temps par le ballet des goélands.

Puis, nous entrons dans l’église qui résonne d’une musique d’orgue. Le soleil joue dans les vitraux. L’endroit invite au calme. Nous gagnons ensuite un passage secret qui s’enfonce vers les entrailles du Mont. J’ai l’impression de jouer avec la carte du maraudeur dans Harry Potter !

Les salles se succèdent. Les murs servent d’écran pour des projections monumentales. Des bougies créent des ambiances mystérieuses. Des projecteurs colorés donnent des ambiances étranges.

Dans la salle des gros piliers, la lumière s’anime le long des arcades. Cette salle reste décidément une des mes préférées dans l’abbaye. Sa simplicité met en valeur sa raison d’être : porter le chœur de l’abbaye !

Cette année encore, nous avons le cloître quasiment pour nous seuls, et c’est une nouvelle fois, un véritable privilège de pouvoir contempler les fines et élégantes colonnettes bordant le jardin et celles sculptées dans les murs en face pour apporter de la symétrie.

Un passage par le réfectoire désert puis par le scriptorium qui abrite une jolie projection, et il est temps de quitter les lieux par un escalier dérobé.

Nous serons restés un peu plus d’une heure à déambuler à notre rythme dans les salles sonorisées et illuminées. Il est temps de quitter ce monde onirique pour revenir dans notre siècle !

La traversée du village
L’arrivée au pied de l’abbatiale par le grand degré
La simplicité de la façade classique de l’abbatiale
Lumières de fin de journée sur la baie
Quelques rayons de soleil percent encore les vitraux
Calme et sérénité dans l’abbatiale
Passage secret
Dans la salle des gros piliers
Couloir mystérieux
Élégantes colonnettes du cloître
Colonnettes décoratives pour accentuer la symétrie
Dans le réfectoire
Quitter le scriptorium sur la pointe des pieds

Mont Saint Michel – Manche – juillet 2021

(*) Le volet Merveille des Chroniques du Mont est présenté à l’abbaye du Mont Saint Michel jusqu’au 28 août 2021. Vous trouverez les informations pratiques (horaires, conditions de visite, tarifs) sur le site internet des Chroniques.

[Drôme] la région des lumières à Valence

Cet hiver, la région des lumières s’est de nouveau installée à Valence pour proposer des projections monumentales sur la façade de la cathédrale de Valence.

Le spectacle proposé est le même que l’an dernier mais c’était un vrai plaisir de retourner le voir malgré le froid !

Pendant vingt minutes, les murs prennent vie et racontent Valence et ses environs. On croise ainsi Mandrin et Napoléon Bonaparte. On se promène dans les vergers en fleurs, les vignes, les champs de lavande ou aux abords de la Nationale 7. On salive devant les Suisses de Valence. On sourit devant les personnages des studios d’animation valentinois. On plonge dans l’histoire de la ville. On vibre avec les mappings hypnotiques sur les vieilles pierres.

Le spectacle est parfait pour mettre de la lumière et de la couleur dans cette période de fin d’année 2020/début d’année 2021 !

Valence – Drôme – décembre 2020

(*) Le spectacle est projeté sur la façade de la cathédrale de Valence, côté place des Ormeaux, chaque soir de 17.30 à 19.30 jusqu’au dimanche 10 janvier 2021. Le spectacle dure 20 minutes et est projeté en boucle. L’accès est gratuit mais, en raison du contexte sanitaire, il y a une jauge de spectateurs présents en simultané sur la place, aussi les accès sont filtrés.

[Drôme] derniers préparatifs avant Noël….

Très rapidement, et avant que Noël ne soit passé, je vous présente presque sans commentaires quelques photos prises rapidement lors des dernières courses en prévision de ce soir et demain….

Chabeuil – Drôme – décembre 2020

***************

Passez une soirée la plus douce possible, en ces circonstances particulières…. (et essayez d’appeler vos proches si vous ne pouvez pas les voir cette année ! Ce sera mon cas… )

[Drôme] s’émerveiller pour Noël à Romans

Cette année encore, une forêt enchantée a pris place à Romans… Je m’y suis arrêtée alors que j’allais faire quelques achats dans les boutiques du centre ville (en particulier, plusieurs jolies boutiques artisanales sont installées Côte Jacquemart).

J’y étais en fin d’après-midi, à l’heure où la nuit tombe… et où les enfants sortent de l’école et les plus grands du collège ou du lycée. Il y avait donc foule autour des installations lumineuses. Et c’était très amusant d’entendre les plus petits s’exclamer quand ils déclenchaient une musique de Noël ou qu’ils pouvaient s’installer au pied d’un nounours pour se faire prendre en photo, mais aussi de voir les plus grands se prendre en photos en petits groupes ! L’émerveillement n’est pas réservé aux classes de maternelle…

D’ailleurs, moi-même, j’ai largement profité de cette magie lumineuse, allant d’installation en installation. Je suis, comme l’an dernier, sous le charme. J’aime beaucoup l’idée d’avoir installé des guirlandes lumineuses le long des petites barrières bordant les chemins du petit parc de la place.

Mais ce qui m’a le plus amusée, c’est de découvrir des reflets dans les boules du grand sapin. J’ai passé un long moment à jouer avec ceux-ci, à essayer différentes profondeurs de champs, à tenter d’attraper les reflets des structures lumineuses sans que mon propre reflet n’entre dans l’image… et finalement, à faire quelques autoportraits !

Romans – Drôme – décembre 2020

(*) Les illuminations à Romans sont visibles jusqu’au 3 janvier 2021

[les états d’esprit du vendredi] 18 décembre 2020

Les états d’esprit du vendredi sont un exercice de style lancé par Zenopia et The Postman (qui ne bloguent plus maintenant). La règle est simple : on complète les différentes rubriques le vendredi.

[Vendredi 18 décembre 2020] – [début xx.xx] [rédigé jeudi 17 décembre tard… et programmé]

Fatigue : je compte les jours avant les vacances… ça approche, ça approche !

Humeur : de Noël !

Estomac : il m’a été demandé de cuisiner un bœuf bourguignon… ce sera pour ce week-end donc !

Condition physique : une crise de migraine en fin de semaine dernière sur deux jours : une journée où j’ai réussi à la contenir, et une où elle m’a terrassée un bon moment…

Esprit : vagabond

Boulot : après avoir envoyé un mail depuis une adresse commune au lieu de ma boîte mail personnelle, j’ai aussi écrit à la mauvaise adresse mail de support, ce qui est donc revenu à m’auto-envoyer un mail… Au moins, j’ai fait rire mes collègues !

Culture : J’ai regardé la 1ère saison de Motherland – Fort Salem. Le scénario est efficace et m’a fait penser un peu à Quantico (1ère saison… les suivantes étaient moins bien), mais avec des sorcières.
On a regardé Piège de Cristal avec Mr 2e (il ne l’avait jamais vu). Même si c’est assez daté, cela reste très efficace ! Du coup, on a enchaîné sur 58 minutes pour vivre, qui est de moins bonne facture, surtout quand on connait déjà l’histoire et ses rebondissements…

Penser à : emballer les cadeaux de Noël…

Avis perso : Je n’ai jamais autant profité de mon sapin de Noël que cette année. En télétravail à 100% ce mois de décembre, je le vois avec plaisir clignoter toute la journée !

Message perso : Noël moins une semaine !!!!

Loulous : Melle 3e a participé à une vidéo faite par son collège pour expliquer les bases du tir couché en biathlon. Sinon, elle termine son stage ce vendredi et ce seront les vacances. Les garçons aussi sont en vacances. Cela fait un moment que nous n’avons pas été tous à la maison ensemble !

Amitiés : Je ne vais pas tarder à commencer à écrire mes cartes de voeux….

Sorties :  la météo sera un critère prépondérant…

Divers : c’est amusant de voir comment certains objets peuvent (re)devenir à la mode. Quand j’étais allée au Danemark, j’avais acheté deux petits photophores chez un brocanteur pour une bouchée de pain (enfin pour le prix d’un baguette de pain). A vue de nez, je les avais datés de la fin des années 1960/début des années 1970. Je les avais trouvés mignons, et il y avait exactement les mêmes dans un autre coloris dans la maison que nous louions : ils faisaient donc un joli souvenir à rapporter. Cette semaine en furetant sur internet, je tombe sur une céramique porte-bougie sur le site d’un galeriste spécialisé en objets design et je lui trouve un sacré air de ressemblance avec mes photophores. Vérification faite, ils sortent bien de la même poterie artisanale de l’île de Langeland ! L’atelier a fermé au début des années 1980, et il semblerait que depuis quelques années, leur style de poterie soit l’objet d’un retour de mode…

Courses : il va falloir penser à celles pour les repas de fêtes !

Envie de :  vin chaud (oui toujours… mais en même temps, je n’en ai pas encore préparé et il n’y a pas de marchés de Noël donc…. )

Pic : un peu de lumières de Noël en passant rapidement au centre commercial (désert en fin de journée en semaine) pour quelques achats..

[fin xx.xx ]