[projet 52-2020] semaine 12 – prêt au départ

En proposant ce thème, je pensais aux départs en vacances, aux quais de gare, aux valises, …. Mais il faut bien admettre que depuis une semaine, ce n’est plus vraiment dans l’air du temps….

Alors je suis allée chercher dans mes archives, pour un autre départ : celui en concours d’équitation. Mais je n’avais pas de jolie photo de ce moment où il faut brosser les chevaux, leurs mettre les protections pour le transport et les faire embarquer dans le camion. Je crois que l’heure (très) matinale où cela se passe a un impact directement négatif sur la qualité et la pertinence des photos à ce moment-là !

Cependant, il y avait celle-ci… C’était de nos derniers concours à l’extérieur, un joli matin de novembre. Un cavalier et sa monture étaient tout à fait prêts à se lancer pour s’échauffer avant d’entrer sur la piste, prêts au départ donc !

****************

Pour voir de quelle façon les autres participants sont prêts au départ, il suffit de suivre les liens dans les commentaires….

[Drôme] au coeur de la Combe d’Oyans

200141_combe_oyans_2

Chaque fois que je passais sur la route entre Rochefort-Samson et Beauregard-Baret, je me disais qu’il faudrait que j’aille faire un tour dans la combe d’Oyans dont on aperçoit l’entrée des gorges, telle un coup de couteau dans la montagne.

C’est presque par hasard que je me suis décidée à m’y arrêter ce matin-là de janvier. J’avais initialement envisagé d’aller vers La Baume d’Hostun (ce n’est que partie remise !) mais en passant au droit de la combe, je me suis dit que ce ne serait pas une mauvaise idée d’aller y jeter un oeil.

J’ai laissé ma voiture au niveau du camping de la Combe d’Oyans. A cet endroit, nous sommes à l’extrémité de la combe qui se déploie ensuite dans la vallée. J’ai commencé à remonter la combe, espérant trouver un chemin qui longerait le lit du ruisseau qui l’a creusée.

Arrivée aux Marelles, la route semblait partir en impasse vers une ferme et j’ai alors suivi le chemin (balisé) qui monte dans le bois en direction du parking d’escalade des Ducs. En effet, les gorges forment un site d’escalade géré par le CAF de Romans.

Une fois le hameau des Ducs passé, l’ouverture des gorges semble prendre tout le paysage ! Suivant le chemin en direction du site d’escalade, je suis entrée dans un pré où paissait un troupeau de chevaux. Parmi eux, j’ai vite remarqué plusieurs poulains et s’ils étaient loin de moi à l’aller, je savais qu’il faudrait que je sois prudente au retour afin de ne pas les effrayer s’ils venaient à se rapprocher du sentier.

J’ai vite progressé jusqu’à l’entrée des gorges desquelles le ruisseau s’écoulait, coupant le chemin. Plusieurs panneaux mettent en garde à l’entrée du site d’escalade, en particulier sur les risques de chutes de pierres, et recommandent le port d’un casque. Vu comment les rochers sont « griffés », effectivement, cela doit régulièrement parpiner !

En l’absence de grimpeurs sur les parois et compte-tenu que nous n’étions pas en période de dégel, j’ai estimé le risque assez limité pour m’aventurer dans le canyon.

Au fond de celui-ci, on se sent vraiment tout petit, avec les falaises nous dominant de quelques centaines de mètres !

Plus loin, le ruisseau a creusé la roche profondément. Je repère quelques anciennes amorces de marmites maintenant situées un peu trop haut pour être régulièrement remplies.

Des chaînes fixes permettent de s’aider dans les passages un peu plus difficiles qui permettent de gagner les départs de certaines voies d’escalade. Le chemin se transforme en mini via ferrata… Etant seule ce jour-là, sans équipement et le téléphone ne captant pas dans le fond des gorges, je ne m’aventurerai pas plus loin par prudence !

Je retourne donc sur mes pas… Je fais un petit crochet sur l’autre versant du pré, situé sous la montagne de Motteret. Puis je remonte en direction du parking d’escalade.

Juments et poulains sont maintenant sur le chemin. Je m’approche doucement, leur parlant pour qu’ils m’entendent arriver tant qu’ils sont de dos. Je passe tranquillement, fixant les mères du regard et ne jetant qu’un oeil furtif aux poulains afin de n’inquiéter ni les unes, ni les autres. J’essaie également de ne pas me retrouver entre la mère et son petit. Je ne veux pas qu’ils me considèrent comme une menace (soyons clairs : ils me battent tous allègrement à la course et je ne fais absolument pas le poids ! ). Les oreilles des juments me rassurent sur la façon dont elles me perçoivent mais je continue toutefois sans m’arrêter jusqu’à avoir passé la barrière en haut du pré.

Je jette un dernier coup d’oeil à la montagne.. et aux chevaux, puis je retourne jusqu’au camping où j’ai laissé ma voiture.

200141_combe_oyans_1
Vue sur le Vercors depuis les Marelles

200141_combe_oyans_3
L’entrée des gorges se dessine…

200141_combe_oyans_4
A l’entrée du site d’escalade

200141_combe_oyans_5
Être dominé par les falaises

200141_combe_oyans_6
Progresser dans le fond des gorges

200141_combe_oyans_7
Au coeur de la combe d’Oyans

200141_combe_oyans_8
Le ruisseau a creusé la montagne pour se faire un passage

200141_combe_oyans_9
Quand la Drôme a de faux airs d’Écosse…

200141_combe_oyans_10
Le plus vieux des poulains se fait rassurer par sa mère

200141_combe_oyans_11
Le jeune poulain est inquiet de ma présence et commence à paniquer

200141_combe_oyans_12
Minéral et végétal…

Combe d’Oyans – Rochefort-Samson – Vercors – Drôme – janvier 2020

 

(*) Le site d’escalade présente pas mal de dangers. Il est important d’en tenir compte et de ne pas s’y aventurer sans précautions. Le port d’un casque en particulier est fortement conseillé compte-tenu des forts risques de chutes de cailloux.
Plusieurs randonnées permettent de voir les gorges « d’en haut » : grotte des Ussets, Pas du Loup, Col de Saint Genis, etc… Les ruines du château de Rochefort Samson dominent également la combe d’Oyans (je crois que ce sera le but d’une prochaine sortie…)

[projet 52-2020] semaine 2 – début

Début pour une 2e semaine de projet 52…. et le début des difficultés pour moi : même pas un mois après avoir choisi les thèmes, je commence à me demander ce à quoi je pouvais bien penser.

Avec le recul, je pense que ce thème fait partie de ceux que j’ai ajouté sur la liste alors que j’étais fatiguée. En tous cas, je ne parviens pas à trouver d’autre explication !

Quoi qu’il en soit, il a fallu trouver une photo pour illustrer le thème. J’avais pensé à un lever de soleil, marquant le début d’une journée mais j’ai plus de photos de couchers de soleil que de petits matins.

Puis, j’ai pensé au début d’une vie… et à toutes les photos de bébés animaux que je peux avoir prises au fil du temps.

Voici donc un poulain, avec sa mère, que j’avais photographié il y a quelques temps au centre équestre.

52-2020_S02-debut

 

******************

Pour voir à quoi ressemblent les débuts des autres participants, il faut suivre les liens dans les commentaires…

[Drôme] une matinée au jumping de Valence

Voilà plusieurs années que nous ne pouvions pas aller au jumping de Valence pour des raisons de contraintes personnelles et autres impératifs de dates. Cette année, nous n’avions pas un gros créneau disponible mais avec Melle 3e, il n’était pas question de le laisser passer !

Ce matin, nous avons donc pris la route du Haras des Grillons en Drôme des Collines pour assister à une épreuve de CSI 3*. Pendant plus d’1h30, nous avons donc admiré les couples cavalier/cheval sauter les barres à 1,50 m….

Comme je ne suis pas assez bien organisée, je n’ai pas repéré quel cavalier figure sur quelle photo…

190901_jumping_Valence_0

190901_jumping_Valence_1

190901_jumping_Valence_2

190901_jumping_Valence_3

190901_jumping_Valence_4

190901_jumping_Valence_5

190901_jumping_Valence_6

190901_jumping_Valence_7

190901_jumping_Valence_8

Prix Hubside / CSI 3* – Jumping de Valence – 1er septembre 2019