[Drôme] aller à la Grotte de la Dame

Un samedi après-midi d’hiver, après avoir déposé Mr 1er et Melle 3e au centre équestre, nous avons décidé d’aller faire un tour du côté de la Grotte de la Dame avec Mr 2e.

Le soleil brille, et à travers la frondaison des arbres, le ciel est bien bleu. Nous prenons le petit chemin en direction de la cascade du Rif. Elle porte encore quelques traces des gelées des jours précédents. Cette fois encore, la lumière arrive pile sur l’eau, créant une ambiance particulièrement magique. Nous restons un long moment au bord de la mare à admirer l’effet des rayons du soleil filtrés par les branches des arbres sur l’eau qui s’écoule. Le lieu est tellement paisible que c’est chaque fois un bonheur de pouvoir profiter de ces instants.

Nous décidons de poursuivre notre chemin, en prenant le sentier qui monte vers la grotte de la Dame, puis de monter l’escalier métallique (attention, les marches ne sont pas très pratiques, et par temps humide, elles glissent !) afin de gagner la cavité. L’histoire de cette grotte est fortement liée au protestantisme. En effet, la Dame en question est Catherine de Cornillan, seigneur des lieux, qui a rejoint la Réforme, et entrainé avec elle l’ensemble du village. La grotte sert alors de lieu de repli pour les réformés lors des attaques durant les guerres de religion. Puis, lorsque l’édit de Nantes sera révoqué par Louis XIV, la grotte sera utilisée pour le culte au désert. (Aujourd’hui encore, le village de la Baume Cornillane est resté attaché au protestantisme et il ne comporte pas d’église, seulement un temple.) La grotte est de grande dimension, et offre depuis son porche une très belle vue sur les environs et la plaine de Valence.

Après une petite pause pour admirer la vue, nous reprenons le chemin en sens inverse pour regagner la voiture que nous avions laissée au bord de la route.

Le ciel est bleu et la température fraîche… une belle journée d’hiver !
Au pied de la cascade du Rif
Les rayons du soleil viennent éclairer la cascade
Magie d’un instant
Depuis le porche de la Grotte de la Dame, vue sur la plaine de Valence

La Baume Cornillane – Drôme – janvier 2022

[petits moments] de la magie dans l’air

Début octobre, alors qu’il avait beaucoup plu quelques jours avant, je suis retournée voir la cascade à La Baume Cornillane. Je suis arrivée au pied de celle-ci pile quand un rayon de soleil parvenait à se frayer un chemin à travers les feuillages des arbres, créant un cercle de lumière là où l’eau chute. Il flottait de la magie dans l’air !

Je suis restée très longtemps à contempler le spectacle. J’ai réussi à faire le tour de la mare en passant dans l’autre côté du ruisseau en aval pour avoir une meilleure vue. C’était doux, calme, relaxant…

Puis, la course du soleil l’a fait passer derrière les arbres. La rai de lumière s’est assombri… Il était temps pour moi de rebrousser chemin !

Cascade du Rif – La Baume Cornillane – octobre 2021

[Drôme] balade d’hiver à La Baume Cornillane

En janvier, après quelques journées très froides, je suis de nouveau allée à la cascade du Rif à La Baume Cornillane. Le chemin d’accès était gelé, et finalement bien moins glissant que lors de mon précédent passage.

Arrivée au pied de la cascade, j’ai trouvé, comme je m’y attendais, quelques stalactites de glace qui ajoutaient une touche de féérie. Après un long moment à observer le ballet de l’eau qui tombe dans cet environnement glacé, j’ai eu envie d’aller voir le haut de la cascade.

Je suis donc partie en direction de la grotte de la Dame d’où j’ai jeté un coup d’oeil au château des Cornillans à travers les branches, puis j’ai contourné le rocher où se trouve la grotte pour monter à l’arrière de celui-ci. Un petit sentier, pas toujours bien marqué et parfois envahi par la végétation, permet d’accéder au ruisseau qui se déverse dans la cascade. Il suffit alors de suivre le ruisseau pour surplomber la cascade.

Là, le ruisseau s’est frayé un chemin en creusant la roche au fil des millénaires. Je me suis avancée avec prudence (une glissade m’aurait valu une chute de plusieurs dizaines de mètres, je préférais ne pas essayer !) jusqu’au saut du ruisseau. Assise sur le rocher, j’ai pris le temps d’admirer le paysage à travers l’échancrure creusée par l’eau.

En revenant sur mes pas, j’ai pu admirer les points de vue sur la Raye enneigée. Les nuages qui passaient permettaient au soleil de jouer à cache-cache et d’éclairer différents lieux les uns après les autres, créant d’éphémères ambiances de contes de fées.

Enfin, en retournant sur la route qui me ramenait à la voiture, c’est le château des Cornillans, majestueux, que j’avais en point de mire… Une fin parfaite pour cette randonnée… une fin qui ne pouvait que me donner envie de revenir, encore !

Stalactites de glace autour de la cascade
Vue sur le château des Cornillans à travers les arbres depuis la Grotte de la Dame
Le ruisseau a creusé son lit dans le rocher…
Vue sur les environs depuis le haut de la cascade
Le saut du ruisseau du Rif
Montagnes enneigées…
Magie de l’hiver…
Paysages fantasmagoriques…
Vue sur la Raye
En se retournant, admirer le château des Cornillans…
Invitation à revenir randonner par ici…

La Baume Cornillane – Drôme – janvier 2021

(*) L’accès au haut de la cascade est dangereux. Le chemin d’accès au ruisseau demande de « mettre les mains » par endroits, et est très peu marqué. Les rochers aux abords du saut du ruisseau peuvent être très glissants en fonction des conditions météo. La cascade fait plusieurs dizaines de mètres de haut ! Il convient donc d’y aller avec la plus extrême prudence…

[Drôme] aller voir la cascade après les pluies

Après plusieurs jours de pluie en décembre, je suis retournée voir la cascade du Rif à La Baume Cornillane. En effet, compte-tenu de la nature des sols, les niveaux des ruisseaux et rivières sont très sensibles aux fortes pluies.

Dès que je me suis engagée sur le petit chemin dans la forêt qui mène à la cascade, j’ai entendu le bruit du ruisseau, nettement plus fort que lors de mes précédentes visites.

En allant y jeter un coup d’oeil, l’impression s’est confirmée : son débit était bien plus important que d’autres fois.

A l’approche de la cascade, en longeant le ruisseau, j’ai commencé à l’entendre d’assez loin. Et dès que je l’ai aperçue, plus aucun doute n’était possible : la cascade du Rif coulait avec un fort débit…

Après l’avoir admirée de loin, je me suis approchée de la mare qui se trouve à sa base, en essayant de ne pas glisser sur la pente saturée en eau (spoiler : je n’ai pas réussi et j’ai dévalé de façon peu contrôlée une partie de la pente… heureusement, l’eau fraîche de la cascade m’a permis de me laver les mains afin de pouvoir continuer à utiliser l’appareil photo).

J’ai passé un long moment à regarder l’eau dévaler le flanc de la montagne, à me laisser hypnotiser par le mouvement de l’eau et le bruit de la cascade (tout en essayant de ne pas trop me mouiller les pieds)….

C’est d’ailleurs un peu à regret que j’ai rebroussé chemin pour retourner à la voiture et rentrer me sécher à la maison…

Au bord du chemin en sous-bois, s’attarder sur les dessins de champignons de souches….

Cascade du Rif – La Baume Cornillane – Drôme – décembre 2020

(*) Vous l’aurez compris : après les fortes pluies, l’accès à la cascade est fortement glissant, non seulement aux abords même de celle-ci mais également tout le long du chemin. Si le sentier ne présente pas de difficulté particulière en temps normal, il convient donc d’être un peu plus prudent après un épisode pluvieux.

(**) Pour prolonger la balade, vous pouvez continuer jusqu’à la grotte de la Dame, située à proximité immédiate (le chemin pour accéder à la grotte passe par la cascade). Les escaliers menant à la grotte peuvent être glissants par temps humide.

[projet 52-2020] semaine 44 – un peu de moi

J’avoue que j’avais mis ce thème un peu comme un défi…. et que j’ai été bien embêtée pour trouver sous quel angle le traiter !

Un peu de moi…. Je ne suis pas douée pour les selfies et j’ai très peu de photos sur lesquelles j’apparais puisque c’est essentiellement moi qui les prend (même si je soupçonne les enfants d’en faire de moi en douce et de les garder pour eux !).

Avec ma manie de me retrouver les pieds dans l’eau, j’ai bien quelques selfeets mais j’en ai déjà partagé plusieurs ces derniers mois. Mais en y pensant, je me suis rappelée que je ne suis pas la seule dans la famille à régulièrement me retrouver ainsi les pieds dans l’eau : Mr 2e est ainsi du genre à immanquablement chercher à passer au plus près du bord de la rivière, jouer dans les fontaines, s’avancer au plus près de là où les vagues finissent leur vie sur la plage….

Cet été alors que nous randonnions en Chartreuse et découvrions la cascade de la Pisserotte, il n’a ainsi pas manqué d’aller voir de plus près la mare créée par la chute d’eau….

Et même si j’ai déjà partagé cette photo, elle m’a semblé idéale pour ce thème parce que, tout comme son frère et sa soeur, il tient… un peu de moi !

******************

Pour découvrir un petit peu des autres participants, il suffit de suivre les liens dans les commentaires….

[Drôme] au pied de la cascade blanche

Fin août, alors que le week-end était pluvieux, j’ai profité d’une accalmie entre deux averses pour aller (enfin !) découvrir la cascade blanche.

Située à Sainte Eulalie en Royans, elle tire son nom du rideau d’eau qui la compose. Depuis le village, elle est très facile d’accès, ce qui en fait un coin de pique-nique et de baignade particulièrement apprécié en été.

Avec la pluie des jours précédents, la Vernaison avait un débit assez important, et la cascade était bien formée. J’ai passé un bon moment à l’admirer et la photographier (les pieds dans l’eau). La météo incertaine m’a permis de profiter du site quasi vide, donnant à l’ensemble une impression de bout du monde

Cascade blanche – Sainte Eulalie en Royans – Vercors
Drôme – août 2020

(*) L’accès à la cascade blanche se fait depuis le village de Sainte Eulalie. Elle est bien fléchée depuis la sortie du village en direction des Petits (et Grands) Goulets.

(**) J’avais initialement envisagé d’aller aussi voir la cascade verte située un peu en amont sur la Vernaison, mais la météo très changeante et l’arrivé de la pluie m’en ont dissuadée. Ce sera pour une prochaine fois !

[Normandie] à la découverte des plus grandes cascades de l’ouest

Les cascades de Mortain ont la réputation d’être les plus grandes de l’ouest de la France. Situées en Normandie, à l’extrémité de l’ancien massif armoricain,elles ont été taillées par 2 rivières : la Cance et son affluent, le Cançon.

Nous laissons la voiture dans le centre de Mortain, à quelques pas de la collégiale Saint Evroult, fondée par Robert de Mortain, demi-frère de Guillaume le Conquérant. Et nous descendons vers le rocher de l’Aiguille et la petite cascade.

Après avoir longé un site d’escalade, nous arrivons à un ancien moulin et commençons à remonter le cours du Cançon à travers un petit canyon. Rapidement, nous apercevons les cascadelles qui composent la petite cascade. A cette saison de l’année, il n’y a pas beaucoup d’eau mais le site est ravissant et le chemin monte le long de la cascade, jusqu’au petit lavoir situé juste au dessus. Il y a beaucoup de monde (tant sur le chemin qu’installés au bord de la rivière) et nous ne nous attardons pas.

Nous traversons la rivière pour nous enfoncer dans la forêt et rejoindre la charmante petite chapelle Saint Vital, accrochée au massif. Nous continuons ensuite jusqu’au point de vue du Rocher Brûlé qui après un escalier taillé à même le rocher nous permet de voir la ville et ses environs.

Après être redescendus, nous empruntons la voie verte jusqu’au Neufbourg où nous contournons la jolie petite église de style anglo-normand avant de nous diriger vers la grande cascade. C’est a priori la plus impressionnante des deux mais il y a réellement foule : nous avions eu une impression de monde à la petite cascade mais ce n’était rien à côté de ce que nous constatons ici. L’endroit, rafraichissant et proche de la ville, est très couru. Beaucoup de familles sont installées au bord de la cascade et s’y baignent. Nous ne ferons donc que passer sans vraiment profiter de la beauté des lieux…

Nous retournons ensuite à la voiture en longeant la route principale. Bien fatigués après cette randonnée en forêt (et une chute dans la petite cascade… les pierres y sont très glissantes), nous n’avons pas fait le crochet par l’abbaye blanche, ni ne sommes allés à la côté 314. Cela nous donnera l’occasion de revenir dans le Mortainais !

Au pied de l’ancien moulin
Traverser de jolis petits ponts de bois
A l’approche de la petite cascade….
Au pied de la petite cascade….
La chapelle Saint Vital, entre rocher et forêt
Escalier taillé dans la roche pour rejoindre le point de vue du Rocher Brûlé

Mortain – Manche – août 2020

(*) Les cascades sont facilement accessibles à pied depuis le centre de Mortain. Il est recommandé de porter de bonnes chaussures car le terrain est assez caillouteux et escarpé.
En été, les cascades semblent vraiment être un point de rassemblements de familles et de petits groupes et elles sont littéralement prises d’assaut. Il faut, si on en a la possibilité, privilégier une visite en automne ou en hiver.
Le circuit que nous avons suivi est fléché : nous n’avions pas regardé les possibilités à l’avance mais vous pouvez trouver le livret correspondant à l’office de tourisme. Cela correspond également partiellement à ce topo.

[Isère x Savoie] paysages envoûtants au cirque de Saint Même

A cheval entre Savoie et Isère, au cœur du massif de la Chartreuse, le cirque de Saint Même faisait partie de ces endroits que j’avais très envie de découvrir en vrai après les avoir vu souvent en photos. D’ailleurs, je craignais d’être déçue par la réalité tant les images que j’avais croisées sur les réseaux sociaux étaient magiques… Je vous rassure tout de suite : il n’en a rien été et les lieux m’ont complètement envoûtée !

La météo avait été pluvieuse en fin de nuit et bien que la matinée soit déjà très avancée, les nuages s’accrochaient encore largement aux montagnes quand nous sommes arrivés à l’entrée du site. Nous avons laissé la voiture sur le parking et sommes partis à pied le long de la rivière.

Dès l’entrée dans le cirque, le paysage enrobé de nuages se dévoile à la fois grandiose et magique. Nous continuons à remonter la rivière jusqu’à trouver un gros rocher où nous installer pour le pique-nique.

Après la pause, nous décidons de remonter la rivière en suivant le sentier du tour du cirque pour accéder à la Pisse du Guiers, la cascade la plus basse. Après une première partie très facile, nous arrivons à un charmant petit pont en bois. Ensuite, le sentier s’engage dans les rochers, mais la progression reste globalement facile. Nous avons bientôt la cascade en point de mire. Pour arriver jusqu’au pied, il faut escalader un peu dans les rochers. Le jeu en vaut la chandelle car une fois au pied de la cascade, le spectacle est vraiment fascinant. Nous restons un long moment à admirer la chute d’eau… et ne décidons de partir que parce qu’un autre sentier nous attend.

Un petit retour sur nos pas et nous revenons à la bifurcation pour partir sur le sentier des cascades afin d’accéder aux cascades situées plus haut dans le cirque.

Le chemin s’engage dans la forêt dans une montée rapide. Entre les arbres, la vue sur la vallée et les montagnes environnantes prend de l’ampleur. Nous apercevons également une cascade qui semble surgir au cœur de la forêt. Le sentier continue à monter…. avant d’amorcer une descente entre racines et cailloux.

Nous arrivons à la Grande Cascade. Entre la météo hésitante et la crise sanitaire, il y a peu de monde dans cet endroit habituellement plein de touristes. Nous pouvons profiter de la vue sans être gênés. De là où nous sommes, nous apercevons la cascade la plus haute, celle qui chute de la grotte où la rivière prend sa source. Nous descendons dans le lit de la rivière pour une vue grandiose sur la Grande Cascade. Puis nous empruntons la passerelle des resquilleurs qui apporte une touche de photogénie supplémentaire aux lieux et amorçons la descente.

Dans la forêt, de nombreux rochers attirent les enfants qui n’hésitent guère à les escalader (les rochers ont une attirance un peu magnétique sur eux ! ). Nous retrouvons la rivière dans la prairie où nous la traversons sur des petits ponts en bois….

Nous terminons là notre promenade dans le cirque de Saint Même, totalement sous le charme.

Un air de Canada en Chartreuse
Le petit pont de bois sur le Guiers Vif avant d’arriver à la Pisse du Guiers
Cascade de la Pisse du Guiers
C’est reparti pour le sentier des cascades !
Et dans la forêt apercevoir une cascade
La Grande Cascade et au dessus la cascade de la source
la Grande Cascade
La Grande Cascade et le pont des resquilleurs
On se retourne une dernière fois ….

Cirque de Saint Même – Chartreuse – entre Isère et Savoie – juillet 2020

(*) Le cirque de Saint Même est entièrement piéton. Des parkings sont prévus à l’entrée du site, auxquels l’accès est normalement payant en haute saison (mais cette année, l’accès était gratuit). Un péage est installé sur la route avant le village de Saint Même le Haut.
Le sentier du tour du cirque est facile en dehors de la toute fin, mais vaut la peine même sans aller jusqu’au bout.
Le sentier des cascades est un peu plus sportif en raison de la forte montée dans la forêt, mais il peut être fait par des enfants qui marchent bien. Il convient d’être bien chaussé en raison des nombreux cailloux et racines sur le chemin.
Avec l’humidité des cascades, certains passages peuvent être glissants.
Même en cas de météo grise, il est mieux de partir avec de l’eau en quantité suffisante (surtout avec la montée un peu sportive ! ).

Sentier des cascades : environ 5 km pour 150 mètres de dénivelé positif, il est indiqué pour 1h30 (c’est grosso modo ce que nous avons mis, pauses photos comprises)
Sentier du tour du cirque : presque pas de dénivelé, indiqué pour 30 minutes (nous avons mis à peu près ce temps là mais nous avons passé pas mal de temps à nous amuser dans les rochers et à prendre des photos)

[Isère] la cascade de la Pisserotte

Juste avant de redescendre du massif de la Chartreuse, nous avons fait un petit crochet pour aller découvrir la cascade de la Pisserotte. Située à Saint Joseph de Rivière, cette cascade haute de 64 mètres tombe de la Grande Sure.

Du parking de la cascade, il y a environ 1 km pour arriver au pied de la cascade. La direction est bien indiquée sur le poteau et il suffit ensuite de suivre le seul chemin possible, à savoir le lit secondaire de la rivière… Celui-ci forme un large chemin très caillouteux en montée.

La balade est agréable, rafraichissante entre le couvert des arbres et le ruisseau voisin.

On finit par arriver au pied d’un rocher de poudingue au cœur duquel le ruisseau a creusé une cluse ( c’est la photo en tête de ce billet). Pour le passer, il n’y a pas beaucoup de choix possibles : il faut l’escalader ! Heureusement la poudingue permet des prises assez aisées tant pour les pieds que pour les mains. (J’ai également repéré quelques pitons qui permettent l’attache d’une corde)

Le parcours impose ensuite de remonter dans le lit du ruisseau qui prend toute la largeur… Il est donc préférable d’avoir des chaussures qui ne craignent pas l’eau !

Mais une fois les derniers arbres dépassés, le spectacle qui s’offre à nous valait les quelques efforts fournis : la cascade tombe au cœur d’un cirque de poudingue et se déverse dans une jolie mare.

Nous restons un bon moment à contempler les lieux… et à prendre des photos ! Puis, après avoir ramassé quelques cailloux, nous rebroussons chemin pour revenir à notre point de départ.

La fin du parcours se fait directement dans le lit du ruisseau

Vue sur le haut de la cascade
En pluie fine au niveau de la mare
Aller se mettre sous la cascade !
64 mètres de chute d’eau dans un cirque de poudingue….

Cascade de la Pisserotte – Saint Joseph de Rivière – Chartreuse – Isère – juillet 2020

(*) Pour accéder au parking de la cascade, il faut entrer dans le hameau des Grollets entre Saint Joseph de Rivière et le col de la Placette, puis continuer tout droit sur la route jusqu’à l’entrée de la forêt où se situe le parking. On aperçoit la cascade depuis la route quand on vient du col de la Placette.
Le temps de parcours du parking à la cascade est donné pour 20 minutes sur le poteau indicateur. Nous avons mis un peu moins de 15 minutes malgré un arrêt photos en cours de route.
Le chemin étant très caillouteux, il est impératif d’être correctement chaussé (mais c’est faisable en basket). La randonnée est classée comme facile sur le topo, mais l’approche finale de la cascade (escalade de la petite cluse et marche dans le ruisseau aux galets glissants) est un peu plus délicate et peut être difficile à gérer avec de jeunes enfants.

[Etats-Unis] le Northshore et Gooseberry Falls State Park

Préambule : avec le confinement, je suis partie en exploration dans mes archives. Les photos de ce billet ont été faites lors d’un voyage aux Etats-Unis en 2002. J’utilisais alors un appareil argentique. La numérisation des clichés a été faite directement par le laboratoire de développement (c’était pour moi d’une part une sécurité pour le retour : je faisais voyager d’un côté les pellicules et de l’autre les CDs, mais aussi une façon de laisser une copie des photos à ma soeur chez qui j’ai passé ce séjour). J’ai fait le choix de ne pas reprendre les couleurs sur les photos afin de conserver le côté un peu vintage qu’elles ont ainsi.

**************

Gooseberry Falls State Park

Lors de mon séjour dans le Minnesota, j’ai fait un voyage dans le voyage : nous avons fait un court séjour sur le Northshore, au bord du lac Supérieur.

L’aventure vers le Nord a commencé une fin de journée, où nous avons pris les voitures pour filer sur l’autoroute. L’aspect rectiligne de celle-ci surprend ceux qui comme nous sont habitués à un peu plus de courbes. Parmi les véhicules que nous avons croisé, je n’ai pas pu m’empêcher de remarquer les voitures de la patrouille d’état.

Lors d’un arrêt sur une aire afin de nous dégourdir les jambes, nous sommes tombés nez à nez avec plusieurs beaux lapins qui semblaient profiter sans souci des lieux.

Nous sommes arrivés à Duluth en début de soirée, avons trouvé un motel sans âme mais dont l’aspect n’est pas glauque, posé rapidement nos valises dans les chambres avant d’aller diner dans une pizzeria dont mon beau-frère connaissait le gérant. Sur place, après avoir fait savoir qui nous étions, l’employée a appelé son patron et celui-ci (qui avait manifestement déjà consommé une quantité non négligeable d’alcool) a indiqué à la serveuse que notre repas serait on the house ! Nous avons eu un peu de mal à y croire mais nous n’aurons aucune mauvaise surprise au moment de l’addition… et il nous aura même poussés à prendre les plats les plus chers :  « pour une fois que vous pouvez y goûter sans que cela ne vous coûte quelque chose, profitez-en »….

Après le diner, nous sommes retournés à l’hôtel où je me suis rendue compte qu’il y avait une piscine mais que nous n’avions pas nos maillots (pas de baignade matinale donc) et que la réception prêtait des jeux. J’en ai profité pour emprunter de quoi occuper un peu Mr 1er avant de dormir. Les stations services vendant du lait, nous avions donc pu faire le plein en prévision de la soirée pour Mr 1er qui avait pour habitude de prendre un grand biberon au coucher.

Au petit déjeuner, nous avons fait connaissance avec un couple âgé ayant des origines italiennes (donc presque la France puisque c’est aussi en Europe). Puis, nous reprenons la route pour Gooseberry Falls State Park.

Un State Park est un parc d’état donc de moindre importance qu’un parc national, mais pas sans intérêt. La forêt aux alentours du parc m’a plongée dans les clichés que je me faisais du grand nord : dense, avec de hauts sapins. Je m’attendais à croiser un élan à chaque virage… ou un grizzli ! (Nous n’avons aperçu ni l’un ni l’autre.)  Il y avait un côté rêve éveillé à se trouver au milieu de ces paysages…

Arrivés à Gooseberry Falls, nous sommes passés payer notre droit d’entrée au Visitor Center et avons commencé à descendre le long du chemin pour approcher les chutes d’eau, environ 1 mile plus loin ! Celles-ci sont impressionnantes et nous étions déjà satisfaits de notre promenade. Nous avons cependant décidé de nous aventurer le long de la rivière, même si nous savions que nous n’irions pas jusqu’à l’endroit où elle se jette dans le Lac Supérieur (il y avait pas loin de 30 km encore, j’avais des espadrilles aux pieds et Mr 1er, encore tout petit, n’aurait pas été capable de marcher aussi longtemps…). Ma soeur et mon beau-frère étaient, eux, restés sur le chemin avec ma nièce de 2 mois, sa poussette et celle de Mr 1er.

Arrivés au bord de la rivière, nous n’avons pas tardé à parvenir à une autre chute d’eau. Les points de vue sur la forêt, et la rivière se sont ensuite succédés. J’ai pris plein de photos. Nous avons mis les mains dans l’eau fraîche, tenté des ricochets… Nous étions des explorateurs ! Après en avoir longuement profité, c’est sans regret que nous sommes remontés aux voitures.

Malgré le petit déjeuner très copieux, la faim a commencé à se faire sentir alors que nous étions toujours dans la forêt. Toutefois, à la traversée d’un petit village, hors de tout circuit touristique, nous avons aperçu un petit restaurant où nous avons décidé de nous arrêter. Et là, j’ai commencé à prendre la mesure de l’expression Amérique profonde… Nous avions un peu l’impression de débarquer au milieu de nulle part, nous sentant d’autant plus étrangers que nous parlions français entre nous, mais bien vite, les regards sous les casquettes John Deere se sont détourné et chacun a repris son repas là où il en était quelques instants auparavant. Pour notre part, si la carte n’était pas excentrique, assurément la tarte aux myrtilles était une spécialité de la maison.

Nous avons terminé notre périple dans le Northshore par un arrêt au port de Duluth. Le port de commerce est impressionnant, immense : un vrai port maritime, sauf que c’est de l’eau douce sous les coques des navires ! Il ne faut pas oublier que le Lac Supérieur via les autres grands lacs et quelques canaux est relié à l’Océan Atlantique… Nous avons fait un tour au Lake Superior Maritime Visitor Center puis une promenade le long des quais, nous sentant minuscules au pied des grands bateaux. Puis, nous avons pris la route du retour.

Gooseberry Falls State Park
Gooseberry Falls State Park
Gooseberry Falls State Park
Port de Duluth, sur le Lac Supérieur

Minnesota – États-Unis – août 2002