[Drôme] profiter de la vue depuis le belvédère des Méjeans

Dans les vignes de Larnage

C’est le hasard, ou plutôt la pluie, qui m’a conduit au belvédère des Méjeans ! J’étais en effet partie pour faire une balade sur la colline de l’Hermitage au dessus de Tain quand une averse est arrivée. J’ai alors décidé de continuer un peu plus loin en voiture, espérant une éclaircie.

Cela faisait plusieurs fois que les panneaux indiquant la route des belvédères avaient attiré mon attention. J’ai donc suivi la direction du belvédère des Méjeans, sans vraiment savoir où celui-ci se situe.

Après avoir dépassé Larnage et les ruines de son château (il pleuvait encore beaucoup trop pour songer s’y promener !), j’ai continué mon chemin sur les routes étroites se faufilant entre les vignobles, espérant plus d’une fois ne pas avoir à croiser de voiture (la mienne, pourtant pas si imposante, me semblait prendre toute la largeur…).

Je suis finalement arrivée au panneau indiquant le belvédère des Méjeans alors que la pluie avait cessé depuis peu. J’ai donc laissé ma voiture pour une brève balade (la pluie a repris peu après…) qui m’a menée jusqu’au bout de la route !

Du belvédère, je surplombe la vallée du Rhône, juste au nord de Tain. A mes pieds, le fleuve déploie son ruban, longé par la Nationale 7 et la voie ferrée. De là où je me trouve, je domine le village de Crozes-Hermitage et son vignoble. J’ai aussi une vue panoramique sur l’arrière de la colline de l’Hermitage et du belvédère de Pierre-Aiguille où j’avais déjà eu l’occasion de me rendre. Et de l’autre côté du promontoire qui me fait face, je peux apercevoir le Rhône qui poursuit sa route en un méandre le menant vers le massif de Crussol.

Bien que courte, la balade m’aura permis de prendre un peu l’air en cette journée pluvieuse. Il me reste alors à redescendre jusqu’à Tain, pour faire quelques achats à la cave coopérative…

Dominer le belvédère de Pierre-Aiguille
Jusqu’au bout de la route !
Dans les vignes, au dessus de Crozes-Hermitage
Vue sur la montagne ardéchoise
Le Rhône, la Nationale 7 et la voie ferrée, au pied du belvédère de Pierre-Aiguille
Coin de ciel bleu au dessus de l’Ardèche
Couleurs d’automne à l’arrière de Pierre-Aiguille et de la colline de l’Hermitage
Éclaircie !

Belvédère des Méjeans – Crozes-Hermitage – Drôme – novembre 2021

[petits moments] automne/hiver au pied du Vercors

Une pause déjeuner un jour de télétravail, la nécessité de déplacer la voiture, et la décision de partir avec un pique-nique léger quelques kilomètres plus loin pour profiter d’une balade en pleine nature… C’était jeudi midi. Il restait encore un peu de la neige tombée le week-end précédent. Depuis mon précédent passage, les feuilles étaient quasiment toutes tombées des arbres. Seuls les fruits éclos des fusains apportaient une petite touche colorée.

Les arbres sont maintenant dégarnis et la neige a fait son apparition au pied du Vercors
Traces de neige au pied de la Vierge du Voeu
La couleur rose éclatante des fruits du fusain
Automne/hiver
Sur les troncs, les mousses sont gorgées de l’eau issue de la fonte de la neige des jours précédents
Vue sur la plaine de Valence, le massif de Crussol et la montagne ardéchoise
Automne/hiver (bis)
Automne/hiver (ter)

Peyrus – Drôme – décembre 2021

**********************

Bonus : un aperçu de la neige dimanche 29 novembre au matin par la fenêtre

[Drôme] couleurs d’automne au pied du Vercors

Chaque saison apporte son lot de petits plaisirs. Parmi ceux de l’automne, il y a les couleurs que revêt la nature. Cette année, je trouve d’ailleurs que l’automne a été particulièrement lumineux, et à l’approche de l’hiver, je suis allée encore une fois profiter des teintes orangées au pied du Vercors, à l’occasion d’une pause déjeuner où j’avais besoin de prendre un peu l’air.

Je suis partie sur les chemins autour de Peyrus (en partant du cimetière, comme je le fais souvent… surtout lorsque je dispose de peu de temps). Les couleurs des arbres étaient assorties à celle des champs fraichement labourés.

Je me suis beaucoup retournée sur le début du chemin, afin de regarder la petite chapelle Saint Pierre qui trône au milieu du cimetière, et d’admirer la vue sur la plaine de Valence. Un champ planté de thym m’offre d’ailleurs de jolies perspectives sur l’ensemble.

La météo est agréable. Le soleil fait ressortir le jaune vif et l’ocre des feuilles. Je profite de chaque instant car ma pause déjeuner touche bientôt à sa fin…. tout comme l’automne qui va doucement céder sa place à l’hiver !

La chapelle Saint Pierre, au cœur du cimetière
Sur les chemins…
Admirer la vue sur la plaine de Valence
Jaune vif des feuilles aux couleurs d’automne
Petite feuille esseulée !
Depuis les lignes dessinées par les cultures de thym
Un dernier regard avant de repartir…

En repartant, je suis passée par la route de Saint Apollinaire, et, pour une fois, j’ai eu la chance que les daims ne soient pas cachés. Je n’ai donc pas pu résister à les photographier !

Peyrus – Drôme – novembre 2021

*****************

Quelques jours plus tard, du côté de Combovin, l’ambiance était bien différente ! Si les couleurs automnales étaient encore là, un brouillard a persisté tout au long de la journée, créant une ambiance beaucoup plus hivernale… et mystérieuse.

Partant du parking du cimetière (décidément, je me rends compte que j’ai souvent des départs de balades depuis les cimetières ! ), j’ai commencé par aller jeter un œil à la Véore. Alors que je pensais monter à la chapelle Sainte Marguerite ou à la Tour de Barcelonne, l’absence ou presque de visibilité m’a dissuadée. Je suis donc partie de l’autre côté du village, sur des chemins que je ne connaissais pas.

J’ai suivi une toute petite route jusqu’au panneau indiquant le Relais à quelques centaines de mètres. La visibilité très faible ne m’a pas permis de trouver le sentier à suivre à cet endroit. C’est donc là que j’ai rebroussé chemin. En effet, la fin d’après-midi approchait et le brouillard se densifiait encore.

J’ai toutefois apprécié cette petite balade aux allures d’automne-hiver, particulièrement le contraste entre les feuilles encore bien présentes sur les arbres et le brouillard très hivernal. Ce n’était clairement pas un temps à rechercher de grands paysages, mais cette petite route m’a offert une jolie promenade tranquille et revigorante.

Dans le brouillard…
Au bord de la Véore
Encore en automne mais déjà un peu en hiver..
Silhouettes d’arbres…
Lumières automnales
Sur la route…
Il y a quand même eu un bref coin de ciel bleu dans la journée…
Alors que le brouillard se densifie en fin d’après-midi…

Combovin – Drôme – novembre 2021

[Seine-et-Marne] Halloween à Disneyland

Nous avions eu comme cadeau de Noël 2019 un séjour à Disneyland Paris. Nous avions initialement envisagé d’y aller au printemps ou durant l’été 2020, puis au printemps 2021. La situation sanitaire, et la fermeture du parc qui en a découlé, ne nous ont pas permis de le réaliser à ces moments-là. N’étant pas tous disponibles au cours de l’été dernier, c’est finalement pour le week-end de la Toussaint, en plein Festival Halloween, que nous y sommes allés.

Afin de profiter au maximum de l’expérience (et après plusieurs mini-séjours que nous n’avons pas faits au cours des deux dernières années), nous avions 3 jours et 2 nuits sur place. Je suis ainsi arrivée le vendredi matin avec Melle 3e (les garçons avaient cours et nous ont rejoint dans la soirée en venant en TGV). Après avoir récupéré nos Magic Pass et fait le check-in à l’hôtel, nous avons commencé notre exploration… par les abords immédiats de l’hôtel New-York / Art of Marvel où j’avais fait la surprise aux ados de réserver. En sortant, au bord du lac, nous n’avons pas pu manquer les statues aux effigies de Iron Man, Captain Marvel et Black Panther.

Nous avons commencé par le parc Walt Disney Studios que je ne connaissais pas du tout. En effet, notre précédente visite remontait à 14 ans. Les enfants étaient alors petits et le parc Disneyland était déjà bien assez vaste à explorer. Très vite, nous avons été frappées par la longueur des files d’attente ! Aussi, après avoir déjeuné au Disney Village, nous sommes allées dans le parc Disneyland.

Là, l’atmosphère d’Halloween était un peu plus présente, essentiellement sur Main Street et dans Frontierland. Nous avons eu la chance de croiser presque immédiatement le dragon Maléfique, avant d’apercevoir le char des princesses. Les parades étaient ainsi réduites à leurs portions congrues ! Lors de notre passage, le château de la Belle au Bois Dormant était partiellement en travaux, de même que plusieurs attractions.

Quelques attractions plus tard, nous sommes allées prendre possession de notre chambre, très confortable et très calme. Après plusieurs heures entourées de musique, le silence avait un effet très réconfortant.

Nous sommes retournées faire un tour dans le parc Disneyland une fois la nuit tombée. La foule avait commencé à quitter les lieux, et l’ambiance était vraiment sympa. Il était hélas trop tard quand Mr 1er et Mr 2e sont arrivés pour qu’ils puissent en profiter.

Le lendemain matin, nous avions rendez-vous avec Spiderman pour une séance photos dans différents décors issus du monde Marvel. Après un petit couac lié aux dysfonctionnements de l’application (spoiler alert : je n’ai pas réussi à la faire fonctionner correctement ni en amont du séjour ni durant le séjour… il semblerait qu’il faille à la fois une super connexion et un téléphone dernier cri… et encore, même ainsi ce n’était pas forcément gagné ! ) mais résolu grâce à la gentillesse du personnel, nous avons bien profité de ce moment !

Nous avons ensuite pris la direction du parc Disneyland, profitant d’un peu de temps supplémentaire le matin (1h est réservée le matin aux clients de hôtels avant l’ouverture officielle du parc) qui nous a permis de faire sans trop d’attente des attractions très courues : Buzz l’Eclair et Space Mountain. Nous nous sommes ensuite baladés dans les différents mondes, essayant d’esquiver au mieux les files d’attente trop longues (sans toutefois avoir recours aux billets coupe-file, payants et hors de prix…).

En milieu d’après-midi, nous sommes retournés nous reposer à l’hôtel et y profiter de la chouette piscine, quasi déserte ! Comme la veille, nous sommes retournés à la nuit tombée dans le parc, à contre courant de la foule. Cela nous a en particulier permis de refaire encore (et encore, 5 fois en tout) Pirates des Caraïbes (qui reste donc toujours mon attraction préférée !). Le soir venu, nous étions bien contents de retrouver le calme de notre chambre..

Le dimanche, nous avons commencé par un tour au Parc Walt Disney Studio. Je pense que c’est là que nous avons fait notre plus longue attente : quasiment 1h pour accéder à Ratatouille (qui du coup nous a semblé un peu décevant…). Après avoir vu Stitch Live, nous sommes sortis pour déjeuner dans le Village et retourner dans le Parc Disneyland pour quelques attractions supplémentaires.

Mais la foule, très dense, et les files d’attente, très longues, nous ont dissuadé de nous attarder. Nous avons donc quitté Disneyland en milieu d’après-midi, très fatigués par ces trois jours où nous avons beaucoup marché, et aussi attendu (même si globalement nous avons plutôt réussi notre challenge de ne jamais avoir à attendre trop longtemps pour une attraction).

Nous sommes repartis avec une impression très mitigée. A la fois, nous avons passé de fabuleux moments et nous avons eu l’impression que tout était fait pour nous faire dépenser le plus d’argent possible (sollicitations permanentes, prix excessifs, vente des billets coupe-file….), beaucoup plus en tous cas qu’il y a 15 ans. Finalement, nous ne sommes pas sûrs d’avoir envie d’y revenir !

Iron Man
Iron Man devant l’hôtel New York
Black Panther
Buzz l’Eclair
Les détails de l’univers parisien de Ratatouille
Hyponomopomatophilie…
L’entrée du Parc Disneyland
Ambiance Halloween sur Main Plazza
Le Dragon Maléfique
Avec les bâches de chantier, un cadrage haut sur le château était obligatoire
Chevaux de bois
Dans le labyrinthe d’Alice
Au cœur du monde des pirates
Dias de los Muertos – ambiance « Coco »
Hallween à Frontierland
Big Thunder Mountain
Couleurs d’automne au bord du lac à Frontierland
Hallween à Frontierland
Dans le fort des trappeurs
Dias de los Muertos – ambiance « Coco »
L’arbre des Robinson, encore plus sympa de nuit…
…Tout comme le bateau pirate !

Disneyland Paris – octobre 2021

[Bourgogne] la magie d’une fin de journée à Auxerre

Nous avons fait étape à Auxerre alors que nous étions sur la route entre la Drôme et la région parisienne où nous nous rendions. Après avoir visité Guédelon et posé nos valises à l’hôtel, nous sommes parties faire un tour en ville en toute fin de journée.

Nous avons laissé la voiture à proximité de l’ancienne abbaye Saint Germain, et quand nous sommes arrivées sur le parvis, le jour commençait déjà à décliner. Nous avons alors décidé de filer vers les rives de l’Yonne pour y capter les lumières de la fin de la journée.

Nous avons forcément pris un peu de temps dans les rues qui étaient vraiment mignonnes. Et après avoir croisé une surprenante cabine téléphonique rouge anglaise, nous avons pris un moment pour admirer les maisons à pans de bois. L’espace d’un instant, nous avons été projetées dans le monde magique d’Harry Potter. Du moins, c’est la seule explication que nous avons envisagée pour expliquer la présence de cette cabine téléphonique à deux pas de ce qui semblait être Diagon Alley !

Une fois au bord de la rivière, la magie a d’ailleurs continué à opérer. Les lumières du couchant étaient très douces, et se mélangeaient en un élégant tableau avec les couleurs de l’automne et les reflets parfaits sur l’eau…

Nous avons un temps longé la rivière avant de remonter en ville pour découvrir l’imposante cathédrale Saint Etienne qui se détachait sur le ciel à l’heure bleue. Une porte était ouverte, et une lueur s’en échappait. Alors, nous nous sommes glissées à l’intérieur pour une discrète incursion dans la nef. Une messe était en cours dans une des chapelles derrière le chœur ; nous ne sommes donc pas allées plus loin. Mais cette petite visite semi-nocturne a ajouté une petite touche d’extraordinaire et de magie complémentaire à notre balade.

Il était temps pour nous de nous mettre en quête d’un lieu pour le diner. La nuit s’était de toutes façons bien installée, et ne nous permettait plus de découvrir la ville. Nous avons donc noté de revenir lors d’une prochaine étape… en arrivant un peu plus tôt pour avoir plus de temps pour profiter des charmes d’Auxerre !

Descendre vers l’Yonne
English style !
A la tombée de la nuit
Le charme des maisons à pans de bois
Je pense que ce croisement de rues sur deux niveaux avec les maisons à pans de bois a beaucoup joué dans mon coup de cœur pour Auxerre !
Ceci dit les reflets sur l’Yonne ont eu un impact sur ma perception de la ville également…
Instant de calme au bord de l’Yonne
Le temps nous a manqué pour profiter pleinement de la douceur de la soirée sur les bords de l’Yonne
La façade de la cathédrale
Ambiance nocturne dans la nef de la cathédrale
une cathédrale à la tour inachevée…

Auxerre – Yonne – octobre 2021

[projet 52-2021] semaine 45 – goutte(s)

Cette semaine, dans le projet 52, je vous invite à nous montrer une ou plusieurs gouttes. Pour ma part, j’ai choisi des gouttes de pluie pour lesquelles j’ai une certaine fascination. Elles semblent en effet recéler tout un monde en elles, doucement déposées sur les feuilles des arbres ou les pétales des fleurs.

Je ne suis pas allée très loin pour prendre ma photo puisque ce chrysanthème est dans ma cour, planté pour apporter un peu de couleur durant cet automne. Lorsqu’il pleut, les gouttes de pluie s’accumulent joliment sur les pétales.

(la photo a été prise avec un téléphone, et ne rend pas aussi bien que ce que j’aurais espéré. En particulier, les contours des gouttes et pétales manquent de netteté… Je ferai mieux – avec l’appareil photo – une prochaine fois !)

**********************

Pour voir les gouttes des autres participants, il suffit de suivre les liens dans les commentaires.

NB : comme chaque semaine, j’entends profiter de mon week-end en famille le plus possible. Je ne sais donc pas quand je pourrai passer voir vos participations. Toutefois, si vos commentaires partent en modération, j’essaierai de les valider rapidement.

[Drôme] du col de la Bataille aux rochers de la Sausse

Alors que l’été cédait doucement sa place à l’automne, nous sommes partis avec Mr 2e pour une randonnée dans le secteur du col de la Bataille. En approchant, il y avait foule. Aussi, nous avons laissé la voiture sur un petit parking d’exploitation forestière à environ 500 mètres du col. De là, nous avons choisi d’aller du côté des Rochers de la Sausse, moins fréquentés que les chemins vers Ambel de l’autre côté du col.

Avant l’entrée du tunnel, nous avons commencé à grimper afin d’accéder au col naturel et à la vue, splendide, que l’on a de cet endroit. Face à nous, la montée vers le plateau d’Ambel se dresse, majestueuse. Nous pouvions également apercevoir à la lisière du bois, le chemin où nous étions allés l’an dernier profiter de couleurs automnales.

Nous nous sommes engagés sur le sentier en direction des Rochers de la Sausse. Situé en bordure de la ligne de crête, il offre un panorama somptueux sur Omblèze et la haute-vallée de la Gervanne. Doucement, nous sommes montés tout en admirant le paysage. Les arbres commencaient à prendre des teintes dorées. Nous avons repéré quelques curiosités géologiques : des grottes bien sûr, mais également une petite arche en contrebas.

Au point culminant des Rochers de la Sausse, nous avons fait une pause au soleil. Le vent soufflait mais le soleil bien présent nous réchauffait. Puis, il a fallu envisager de rentrer. Nous avons fait demi-tour mais n’avons pas manqué de prendre encore le temps de profiter du paysage tout au long de la descente…

Face à Ambel…
Voir le chemin à parcourir
Vue sur la combe de Bouvante
C’est parti ! (regardez bien, on aperçoit Mr 2e !)
Vue sur la vallée d’Omblèze
Sur la crête…
On approche du but !
Couleurs d’automne et arche naturelle
Découvrir des grottes à flanc de falaise
Admirer encore une fois le paysage

Col de la Bataille – Vercors – Drôme – octobre 2021

[projet 52-2021] semaine 44 – automne

Alors que le mois de novembre est maintenant commencé, l’automne bat son plein (voire même se prépare à laisser doucement sa place à l’hiver). J’aime beaucoup les couleurs et les lumières de l’automne, ce que vous avez peut-être déjà compris (et il y a encore des billets très automnaux dans les tuyaux). Alors pour cette semaine du projet 52, j’ai choisi de cumuler à la fois la douceur des lumières automnales de fin de journée avec les couleurs si vives des feuilles.

En effet, la semaine dernière, à Auxerre, sur les bords de l’Yonne, la soirée était douce et les reflets très intéressants (et je vous reparlerai d’Auxerre qui a été une très jolie surprise).

************************

Pour voir ce que l’automne inspire aux autres participants, il suffit de suivre les liens dans les commentaires.

NB : avec les ados qui s’émancipent, les week-ends sont les rares moments où nous pouvons encore réussir à passer du temps ensemble. Aussi, je ne suis pas certaine de disposer du temps nécessaire pour passer par ici ! Je viendrai donc découvrir vos participations un peu plus tard. Si vos commentaires partaient en modération, je ferai en sorte de les valider le plus vite possible.

[Drôme] la magie des couleurs de l’automne

L’automne, c’est la saison des couleurs flamboyantes, de feuillages mordorés, des ambiances magiques dans les sous-bois. Quel que soit le chemin emprunté, que ce soit en pleine campagne ou en ville, les variations sont multiples et les couleurs chatoyantes.

Il y a une quinzaine de jours, j’avais vu passer sur les réseaux sociaux des photos prises dans le secteur par des copains et sur lesquelles les couleurs de l’automne semblaient bien installées. Alors, après une journée de télétravail, j’ai fait un crochet par Peyrus en allant faire des courses. Les couleurs étaient effectivement au rendez-vous, magnifiées par la lumière dorée du soleil déclinant.

Autour de Peyrus
Vue sur le cirque de Peyrus

Plutôt que de rentrer directement, j’ai donc décidé d’aller faire un tour du côté du château de contes de fées. Quand j’y suis arrivée, le soleil était encore assez haut pour nimber les lieux d’une aura dorée et les reflets dans les eaux calmes des douves étaient fascinants. Le roux des feuilles était ainsi décuplé. L’ambiance était complètement hors du temps et la magie était totale.

Fin de journée
Le soleil de fin de journée rehausse l’or des feuilles
Magie des reflets autour du château de Monteynard
Effet miroir dans les douves du château
Comme dans un conte de fées
Jeux de reflets
Tapis de feuilles aux couleurs de l’automne

Quelques jours plus tard, lors d’un passage dans le parc de l’Epervière à Valence, le soleil faisait briller les feuilles, que ce soit sur les branches ou sur le sol. Le ciel était d’un bleu limpide qui contrastait si joliment avec les couleurs chaudes des feuilles. Tout incitait à la contemplation de ces petits bouts de nature.

L’or des feuilles et le bleu du ciel… les couleurs vives de l’automne !
Dans un rayon de soleil

Peyrus / Montélier / Valence – Drôme – octobre 2021

[petits moments] de la magie dans l’air

Début octobre, alors qu’il avait beaucoup plu quelques jours avant, je suis retournée voir la cascade à La Baume Cornillane. Je suis arrivée au pied de celle-ci pile quand un rayon de soleil parvenait à se frayer un chemin à travers les feuillages des arbres, créant un cercle de lumière là où l’eau chute. Il flottait de la magie dans l’air !

Je suis restée très longtemps à contempler le spectacle. J’ai réussi à faire le tour de la mare en passant dans l’autre côté du ruisseau en aval pour avoir une meilleure vue. C’était doux, calme, relaxant…

Puis, la course du soleil l’a fait passer derrière les arbres. La rai de lumière s’est assombri… Il était temps pour moi de rebrousser chemin !

Cascade du Rif – La Baume Cornillane – octobre 2021