[Paris] attendre le train au jardin Atlantique

A deux pas de la Tour Montparnasse

Mon dernier voyage en Bretagne a été un peu épique…. Je devais avoir une correspondance courte à Marne-la-Vallée mais une panne au nord de Lyon m’a fait la rater, et après avoir refusé le trajet de report proposé par la SNCF (deux heures d’attente à Marne puis deux heures d’attente à Massy….. des gares où il n’y a rien ni sur place ni à proximité), j’ai réussi à obtenir un trajet de substitution par Paris Montparnasse (et outre qu’il y a plus de choses à faire autour de Montparnasse, cela me faisait aussi arriver 1h15 plus vite à Rennes !). Après avoir rejoint la gare de Montparnasse, il me restait toutefois presque deux heures encore avant le départ du premier TGV qui n’était pas complet.

Alors, j’ai acheté un café à emporter et je suis allée faire un tour au jardin Atlantique. Peu connu des voyageurs, c’est un petit îlot de verdure situé pile au dessus de la gare Montparnasse. Il a été conçu en 1994 sur la dalle protégeant les quais et les voies, construite au moment de l’aménagement de la gare Montparnasse pour le TGV Atlantique. De nombreuses trémies disséminées dans le jardin permettent de ventiler les espaces de la gare et du parking adjacent.

Le jardin est entièrement entouré des immeubles de l’ensemble Maine-Montparnasse et déjà, dans le projet initial des années 1960, il avait été envisagé d’installer un espace vert à cet endroit.

Le jardin se compose d’un grand espace de pelouse central et d’allées s’enfonçant dans la verdure, au milieu d’aménagements paysagers formant autant de sous-jardins dont certains sont des aires de jeux pour enfants. Une passerelle en bois permet de longer le jardin en le surplombant légèrement.

Les végétaux rappellent les espèces de la façade atlantique : agapanthes, hortensias, fougères,… et même digitales ! Quelques bandes de lavandes font le bonheur des butineurs à cette période de l’année.

Dans un coin de la dalle, on trouve même un petit potager/jardin partagé que des habitantes du quartier étaient en train de désherber lorsque je suis passée.

Fleurs d’hibiscus au pied de l’immeuble Mouchotte
Ambiance sous-bois
La passerelle s’enfonçant dans la verdure
Digitale pourpre
hortensias
Jardin partagé au cœur des immeubles
Dans les lavandes…

Jardin Atlantique – Paris – juin 2020

(*) L’accès au jardin Atlantique peut se faire depuis la gare Montparnasse par un escalier au niveau de la voie n°1, depuis la rue du Commandant Mouchotte à l’aide d’un ascenseur situé presque en face l’accès à la gare par ce côté ou depuis la place des Cinq Martyrs du Lycée Buffon en passant sous les immeubles.

[projet 52-2020] semaine 19 – l’art dans la ville

Quand j’ai proposé le thème L’art dans la ville, j’avais différentes idées en tête.

En effet, nos villes et villages ne manquent pas de sculptures, monuments, fresques qu’ils soient récents ou plus anciens. Je pensais par exemple à la Fontaine Monumentale de Valence, au parvis du Trocadéro à Paris, aux fresques de street art du Pont des Lônes entre Drôme et Ardèche, à la statue représentant la République dans le village de mon enfance, ….

Avec le confinement, je ne suis guère sortie ces derniers temps à part pour faire mes courses.. et j’avais un peu oublié le thème de la semaine (sinon, j’aurais pu prendre en photo les sculptures Art Déco du monument aux morts de mon village devant lequel je passe par exemple).

Je me suis donc plongée dans mes archives sans chercher de photo particulière. Le thème, vaste, s’y prêtait.

C’est comme cela que je suis retombée sur une série de photos familiales faites à Saint Germain en Laye en 2008. A l’époque, je n’habitais pas très loin et il nous arrivait le dimanche matin d’aller faire quelques courses au marché de la ville et de profiter ensuite du soleil sur les terrasses bordant la place principale puis de faire un tour dans le parc du château (avec sa splendide perspective et sa vue sur toute la boucle de la Seine). Il faut dire que le château de Saint Germain est situé en pleine ville, véritable oeuvre d’art offerte aux yeux des passants dès la sortie du RER…. et c’est sa façade que je vous propose aujourd’hui.

**************

Pour voir où les autres participants ont trouvé de l’art en ville, il suffit de suivre les liens dans les commentaires….

[les états d'esprit du vendredi] 20 mars 2020

Les états d’esprit du vendredi sont un exercice de style lancé par Zenopia et The Postman (qui ne bloguent plus maintenant). La règle est simple : on complète les différentes rubriques le vendredi.

[Vendredi 20 mars 2020] – [début xx.xx] [rédigé jeudi 19 mars tard… et programmé]

Fatigue : comme tout n’est jamais négatif dans une situation donnée : je peux me lever plus tard le matin (tout en commençant plus tôt à travailler), et sans les heures de trajets, j’économise beaucoup de fatigue !

Humeur : on va la garder bonne !

Estomac : a envie de petits plats réconfortants et de gâteaux gourmands !

Condition physique : je crois qu’on va oublier la marche pour quelques temps !

Esprit : vagabond

Boulot : après plusieurs jours d’incertitudes et de flottements pendant lesquels le télétravail était soumis à beaucoup de conditions restrictives (liées essentiellement à la garde d’enfants de moins de 16 ans), un nouvelle note de direction est arrivée dimanche à 17.00 (oui, j’ai vérifié mes mails pro tout le week-end…) : la présence sur le lieu de travail n’était plus obligatoire à compter de lundi et le télétravail devait être favorisé. Je suis donc en télétravail pour une durée indéterminée.
Par contre, niveau intensité de l’activité, on n’a pas chômé cette semaine avec la mise en place du plan de continuité d’activité et l’accompagnement qui en a découlé ! Les journées ont été fort longues et le week-end sera bienvenu.

Culture : replays, DVDs, livres…. on a du temps pour cela !

Penser à : se laver les mains au savon… souvent, très souvent !

Avis perso : les réseaux sociaux n’auront jamais aussi bien porté leur nom qu’en cette période de confinement….

Message perso : Prenez soin de vous !

Loulous : sont tous à la maison… Ils sont cependant plutôt bien occupés avec les leçons et devoirs fournis par leurs enseignants.

Amitiés : vivent les apéros-Teams ! (et les déjeuners-Teams sont en projet…)

Sorties :  clairement, ce n’est pas dans l’air du temps !

Divers : la voiture a eu la bonne idée de réussir son contrôle technique (après quelques péripéties… mais ça a fini par fonctionner ! )

Courses : minimales ( dois-je rappeler que le sur-stockage est inutile et contre-productif ou ça ira ?) et en magasin de proximité (avec l’attestation dûment remplie..)

Envie de :  prendre l’air (et c’est là que je suis bien contente d’avoir au moins une petite cour)

Pic : je ne me lasse pas des vues sur les toits parisiens…. mais il risque de se passer un moment avant que je puisse de nouveau en profiter !

Vue depuis la chambre de l’hôtel il y a 8 jours….

[fin xx.xx ]

[Paris] flânerie montmartroise

200225_Paris_1

De passage à Paris, j’ai eu besoin de me dégourdir les jambes après une grosse journée de travail…  Je suis donc partie à l’assaut de Montmartre et de ses marches….

Arrivée par le métro, je suis descendue à la station Anvers. De là, le Sacré Coeur en ligne de mire, impossible de se tromper de chemin : c’est tout droit ! Au pied de la butte, j’avise le funiculaire et les escaliers. Comme je suis venue là parce que j’ai besoin de marcher, je me lance à l’assaut des escaliers. 222 marches plus tard, je suis au pied de la basilique et Paris semble s’étaler à mes pieds.

Mais les lieux sont fort fréquentés, un peu trop touristiques et donnent finalement peu envie de s’y attarder. Mon regard se porte toutefois sur un immeuble haussmannien paré de rouge qui émerge au coin d’une pelouse en pente. Je reconnais l’une des vues stars parisiennes sur Instagram : si l’on rectifie l’horizon le long de la pente herbeuse, l’immeuble semble en train de s’enfoncer dans le sol. Je fais rapidement une photo car j’ai envie de voir si je réussis moi aussi à reproduire l’effet (trêve de suspense : la réponse est oui, j’y suis parvenue !).

Je contourne le Sacré Coeur par la gauche, m’éloignant du Montmartre touristique. Je croise plusieurs volées d’escaliers. Le printemps commence à pendre ses marques dans les arbustes des jardinets qui les longent.

J’arrive à l’arrière de la grande église. Je ne croise plus que des habitants du quartier venant récupérer leurs enfants à la crèche ou à la garderie.

Le soleil décline, et dore les immeubles. Les rues pentues bordées d’immeubles Art Déco succèdent aux villas. Les vignes n’ont pas encore retrouvé leurs feuilles. Et la bicoque qui héberge le Lapin Agile semble sortie d’un autre temps, vestige d’une époque où les immeubles voisins n’existaient pas et où Montmartre était un quartier de bohème.

Je descends la rue des Saules et je quitte la Butte Montmartre. La journée s’achève… Il est temps pour moi d’aller me reposer…

200225_Paris_2
Le fameux « immeuble qui tombe »….

200225_Paris_3
Escaliers montmartrois

200225_Paris_4
Basilique du Sacré Coeur

200225_Paris_5
Rue du Mont Cenis

200225_Paris_6
Rue des Saules

200225_Paris_7
Le cabaret « Au lapin agile »

 

200225_Paris_8
Porte d’immeuble dans les escaliers de la rue des Saules

Butte Montmartre – Paris – février 2020

[projet 52-2020] semaine 10 – lettre(s)

En proposant ce thème, j’ai aimé que lettre(s) puisse désigner une correspondance, un ouvrage littéraire mais aussi faire référence à n’importe quelle écriture…

J’aime beaucoup les enseignes aux jolies typographies. J’aime beaucoup les jolies typographies un peu partout d’ailleurs. Je me suis un temps essayée à la calligraphie (mais je manque de patience pour arriver à des résultats probants).

J’aime donc les jolies lettres (du moins, celles que moi je trouve jolies ! )…. et je les prends en photo chaque fois que c’est possible. J’ai donc dans mon stock un nombre certain de devantures plus ou moins récentes qui auraient tout à fait eu leur place ici.

Mais lors de mon dernier déplacement (professionnel) à Paris, je suis passée par hasard à côté de l’entrée de la station de métro Lamarck-Caulaincourt dans le 18e arrondissement. Entre l’escalier, le panneau à la typographie art déco et le fléchage sur le lampadaire, elle est plutôt photogénique et elle fait sans doute partie des entrées de stations de métro les plus photographiées de Paris ! Et je n’ai pas pu résister…. surtout que j’ai trouvé qu’elle serait parfaite pour illustrer les lettres….

52-2020_S10_lettre-s-
Station de métro Lamarck-Caulaincourt – Paris – février 2020

******************

Pour voir les lettres des autres participants, il suffit de suivre les liens dans les commentaires….

 

[fourre-tout de la semaine] 1er mars 2020

Finir la journée par un petit tour au centre commercial avec Melle 3e et se laisser subjuguer par le coucher du soleil….

200221_coucher_soleil_marques_av

Marques Avenue – Romans – Drôme

*******************

Flâner dans les rues de Paris avant l’ouverture des restaurants….

200225_Paris_

Montmartre – Paris

*****************

Attraper des bouts de printemps dans la cour…

200228_crocus
Crocus

200228_muscari
Muscari

 

[Paris] au fil de la Seine

200129_Paris_8

Un soir de déplacement professionnel, j’ai eu envie d’aller faire un tour au pied de l’Arc de Triomphe. J’ai eu la chance d’arriver à l’heure où le soleil se couche, nimbant le monument d’une lueur presque irréelle.

J’ai ensuite commencé à descendre les Champs Elysées. Mais entre la foule et les néons, j’ai vite perdu tout intérêt pour les lieux. J’ai alors bifurqué en direction de la Seine. J’avais dans l’idée de jeter un oeil à la Tour Eiffel et marcher un peu le long des quais.

En arrivant au pont de l’Alma, je n’ai pas pu manquer les vastes panneaux indiquant les bateaux-mouches, ni les nombreux navires amarrés au quai. Plusieurs cars s’agglutinait sur le parking et le dernier venait de libérer un groupe de touristes asiatiques qui se précipitaient vers les portillons d’accès aux bateaux.

C’est alors que j’ai remarqué l’absence de queue à la caisse et une indication du prochain départ 5 minutes après. Plusieurs fois, j’avais hésité à m’offrir cette croisière (comme se plaisent à l’appeler les différentes compagnies de bateaux promenant les touristes sur la Seine). L’occasion était trop belle pour la manquer ! Quelques instants plus tard, je prenais place sur le pont supérieur, m’asseyant sur tribord, le long du bastingage.

19.00 en janvier, inutile de préciser qu’il faisait déjà nuit noire.. et que les températures n’étaient pas bien élevées. Je m’emmitouflais donc dans mon manteau, resserrant mon écharpe autour de mon cou, bien décidée à profiter des monuments by night.

Passer sous les ponts en entendant l’écho des bruits de notre bateau. Regarder les rares passants sur les quais aux ambiances de films noirs. Croiser les bars et restaurants flottants. Admirer les façades majestueuses. Apercevoir le chantier de Notre Dame. Deviner des vies dans les bâtiments. S’émerveiller devant la Tour Eiffel, qui s’est mise à scintiller à notre passage.

La promenade sur la Seine a duré un peu plus d’une heure, vite passée malgré le froid qui commençait à m’engourdir les orteils, et nous étions de retour au port de l’Alma….

Une prochaine fois, je le ferai de jour pour avoir encore une autre vision de la ville !

200129_Paris_1
Fin de journée au pied de l’Arc de Triomphe

200129_Paris_3
La Tour Eiffel depuis la port de la Conférence

200129_Paris_4
L’hôtel de la Monnaie de Paris

200129_Paris_6
Passer sous les ponts

200129_Paris_5
Ambiance de film noir sur les quais

200129_Paris_7
Fin de promenade sur la Seine

Promenade en bateau-mouche – Paris – janvier 2020

 

(*) Le hasard m’a fait emprunter la compagnie des bateaux-mouche mais plusieurs autres compagnies proposent des prestations similaires à des tarifs comparables sur la Seine. Chaque compagnie propose son point de départ, plusieurs sont situés aux environs de la Tour Eiffel mais il y en a aussi qui partent de l’île de la Cité.

[Paris] autour de la Butte Montmartre

200128_Paris_2

Lors d’un de mes derniers séjours professionnels à Paris, j’ai pris le temps d’une balade à pied autour de la Butte Montmartre.

Partie de derrière la gare Saint Lazare, j’ai commencé par me laisser hypnotiser par les voies ferrées. Cet enchevêtrement de rails est un véritable appel au voyage et à la découverte !

Rapidement arrivée place Blanche, je suis passé à côté du Moulin Rouge. Puis j’ai remonté la rue Lepic en direction de la Butte. La pluie a alors décidé de s’inviter, histoire d’apporter une autre ambiance…

Au niveau des vignes de Montmartre, si les gouttes étaient nombreuses, elles rendaient les rues désertes. Alors que la nuit était tout juste tombée, l’ambiance était vraiment particulière aux alentours du Sacré Coeur et de la place du Tertre vidée de ses peintres et des touristes.

J’ai pris des escaliers un peu au hasard pour descendre, loin des circuits classiques. J’ai fini par arriver au pied du funiculaire. De là, la vue en contre-plongée sur le Sacré Coeur est impressionnante.

Les magasins de tissus et les merceries du quartier étaient en train de fermer leurs portes et de tirer leurs rideaux de fer derrière les derniers clients.

Un dernier coup d’oeil depuis le coin de la halle Saint Pierre sur l’église et j’ai filé prendre le métro le plus proche pour me mettre à l’abri d’une pluie de plus en plus battante….

200128_Paris_1
Les voies ferrées de la gare Saint Lazare depuis la place de l’Europe

200128_Paris_7
Rue Lepic

200128_Paris_3
la fontaine du château d’eau, où se trouve le siège de la Commanderie du Clos Montmartre

200128_Paris_4
Le Consulat, institution montmartroise, que l’on retrouve sur un tableau de Maurice Utrillo

200128_Paris_5b
rue Saint Rustique

200128_Paris_6
vue sur le Sacré Coeur depuis la halle Saint Pierre

quartier de Montmartre – Paris – janvier 2020

 

[les états d’esprit du vendredi] 21 février 2020

Les états d’esprit du vendredi sont un exercice de style lancé par Zenopia et The Postman (qui ne bloguent plus maintenant). La règle est simple : on répond aux questions dans l’ordre et le vendredi.

[Vendredi 21 février 2020] – [début xx.xx] [rédigé jeudi 19 février tard… et programmé]

Fatigue : encore une semaine avant les vacances…

Humeur : reste bonne !

Estomac : a des envies de thé vert…. (il n’y a aucun message caché, c’est juste que j’ai des périodes où je suis plus thé vert ou thé noir ou tisane ou café… ça change très souvent en fait)

Condition physique : convenable

Esprit : vagabond

Boulot : les choses commencent à bouger, doucement…

Culture : je suis allée visiter l’exposition sur Philolaos au musée de Valence. j’ai beaucoup apprécié et je vous en ai déjà parlé.

Penser à : passer à la librairie

Avis perso : je n’aime pas croiser des gens en sachant que je les connais mais sans réussir à me souvenir de qui ils sont !

Message perso : il y a forcément des solutions !

Loulous : sont tous en vacances ce soir.

Amitiés : c’est toujours sympa de croiser des copains en ville par hasard et de discuter un peu…

Sorties :  un saut à Grenoble, une balade dehors si la météo le permet ou un ciné ?

Divers :  il va falloir que je m’occupe de réserver mes billets de train pour le déplacement pro à Paris d’après les vacances avant de partir en vacances…

Courses : minimales

Envie de : prendre le temps

Pic : en fin de semaine dernière, après une journée de travail à Paris, explorer le quartier des Batignolles.

200213_Batignolles_1

 

 

 

[fin xx.xx ]

[Paris] architecture contemporaine dans le quartier Clichy-Batignolles

200213_Batignolles_3

Après une journée de travail à Paris, j’aime bien me balader, histoire de décompresser après des réunions souvent intenses.

J’avais aperçu des images du nouveau tribunal de Paris, situé Porte de Clichy, entre les boulevards des maréchaux et le boulevard périphérique, et cela avait piqué ma curiosité. Je me suis donc dirigée vers le quartier Clichy-Batignolles et c’est tout un monde d’architecture contemporaine que j’ai découvert !

Clichy-Batignolles, c’est un nouveau quartier en pleine construction. Situé entre le quartier ancien des Batignolles (qui fut même une commune indépendante avant l’édification des fortifications de Thiers et son rattachement à Paris en 1860), et le périphérique, cet écoquartier résulte de l’aménagement d’anciennes friches ferroviaires de la SNCF.

Le site avait d’abord été envisagé pour accueillir le village olympique dans le cadre de la candidature de Paris à l’organisation des jeux olympiques de 2012. Londres ayant été préférée à Paris pour les jeux olympiques, c’est un autre projet urbain qui voit le jour pour réaménager le quartier. Depuis une dizaine d’années, le quartier sort progressivement de terre, entre immeubles d’habitation, bureaux, et le grand parc urbain Martin Luther King (qui était fermé lorsque je suis passée… période hivernale oblige).

Des passerelles ont été installées au dessus du faisceau de voies de la gare Saint Lazare afin de relier le nouveau quartier à celui de la Plaine Monceau. L’architecture contemporaine trouve là un formidable terrain d’expression, et chaque immeuble apporte sa petite touche d’originalité.

Tout au bout du quartier, le nouveau tribunal de Paris s’offre en point de mire. Ce bâtiment formé de trois parallépipèdes de verre, imaginé par l’architecte Renzo Piano (à qui l’on doit aussi, entre autres, le Centre Pompidou à Paris et la Cité Internationale à Lyon), dresse ses 160 mètres de haut au delà du boulevard du Maréchal Berthier.  Il s’agit du deuxième plus haut bâtiment « habité » de Paris, après la Tour Montparnasse et il marque déjà le paysage parisien de sa silhouette originale.

Le quartier Clichy-Batignolles n’a pas encore terminé sa mutation et il sera intéressant d’y revenir dans quelques années pour avoir une vision de l’ensemble achevé.

200213_Batignolles_2

200213_Batignolles_4
La passerelle Marcelle Henry au dessus du faisceau de voies ferrées de la gare Saint Lazare

200213_Batignolles_5
Le Tribunal de Paris, conçu par Renzo Piano

200213_Batignolles_6
Le Tribunal de Paris, conçu par Renzo Piano

Paris – février 2020