[Ardèche] panoramas d’automne entre volcans et Tanargue

Mi-octobre, Ardèche Tourisme m’avait conviée avec d’autres éclaireurs Partir Ici à un instameet sur le territoire d’Ardèche Sources et Volcans. Il s’agissait de partir à la recherche de la magie des couleurs d’automne sur les flancs des volcans ardéchois et dans le massif du Tanargue. Le programme, alléchant, nous promettait donc de jolies découvertes et des paysages grandioses. Et, nous n’avons pas été déçus. Suivez-nous, je vous emmène passer une journée sur les sentiers au milieu des châtaigniers et en haut des rochers face à des panoramas à couper le souffle.

Au col de Meyrand

Préambule – une soirée à Aubenas

Le rendez-vous était donné un samedi matin à Jaujac. J’avais regardé la carte et il me fallait environ 1h30 de route pour m’y rendre. Afin de ne pas avoir à me lever trop tôt après une grosse semaine de travail, j’avais décidé de partir le vendredi soir. J’ai choisi de dormir à Aubenas qui présentait le double avantage d’être une ville et de se situer à une quinzaine de minutes de Jaujac. Cela me permettait donc de dormir un peu plus tard le samedi matin, tout en n’ayant pas à trop me soucier de trouver un endroit pour diner en arrivant en toute fin de journée le vendredi.

J’ai choisi d’emprunter la route du col de l’Escrinet pour me rendre à Aubenas depuis la plaine de Valence. En hiver, elle peut s’avérer compliquée car elle est souvent enneigée mais à cette saison, elle permet de profiter de jolis points de vue. D’ailleurs à peine le col passé, j’ai eu l’impression que la météo changeait, passant de couverte côté vallée du Rhône à un ciel plus dégagé de l’autre côté où le soleil perçant à travers les nuages baignait les montagnes d’une lumière féérique. L’Ardèche m’accueillait avec un paysage magique d’entrée de jeu !

Au col de l’Escrinet

Après avoir posé ma valise à l’hôtel, idéalement situé à une dizaine de minutes à pied du centre ville, je me suis dirigée vers la place du château. Il commençait à faire nuit et je n’ai eu qu’un aperçu rapide d’Aubenas. Mais ce que j’en ai vu était tout à fait charmant et m’a donné envie d’y revenir pour prendre le temps de me promener plus longuement dans les ruelles escarpées du centre ancien. J’ai eu beaucoup de chance avec la météo et j’ai pu profiter d’un diner en terrasse : l’été semblait vraiment se prolonger en Ardèche !

Sur la place du château à Aubenas
Ruelles d’Aubenas
le château d’Aubenas
Aubenas, Château avec vue

(*) Hôtel Villa Elisa M, rue Jean Beaussier, 07200 Aubenas

Rendez-vous à Jaujac

Le samedi matin, après une bonne nuit de sommeil et un copieux petit déjeuner plein de bons produits locaux, pris dans ma chambre face au soleil se levant au dessus des falaises de Jastres, j’ai pris la direction de Jaujac où j’avais rendez-vous à l’office de tourisme. Comme j’étais un peu en avance, j’en ai profité pour faire un petit tour de la place du Champ de Mars avec ses platanes et sa fontaine. J’ai aussi poussé un peu plus loin jusqu’à une autre fontaine, où je me suis souvenue que je n’avais pas rempli ma gourde…

Jaujac, un peu avant 9.0 du matin…

A l’office de tourisme, j’ai été accueillie par Magali, Anne-Laure et Arnaud pour Ardèche Tourisme, ainsi que par Angélique et Thomas d’Ardèche Sources et Volcans. J’ai retrouvé certains éclaireurs que je connaissais déjà et ai fait la connaissance des autres : Jérôme, Karen, Alexia, Kévin, Marie-Léa, Tony, Julie, Anaïs et Sandra. Après un café, nous étions tous prêts ! Il était temps de monter dans le mini-bus qui nous conduirait aux différents points de vue qui étaient au programme de notre journée.

Randonnée au Rocher d’Autureyre

Nous avons commencé par prendre la direction de Thueyts. Au cours du trajet, Angélique et Thomas nous indiquent différents lieux d’intérêt. Nous passons devant une carrière de pouzzolane ne laissant aucun doute sur la nature volcanique des sols. Le mini-bus emprunte une route qui monte doucement, puis nous dépose au bout d’un chemin qui s’enfonce dans la châtaigneraie. Un panneau indique la direction à emprunter pour gagner le rocher d’Autureyre.

Le sentier s’enfonce dans le sous-bois. Sous nos pieds, les châtaignes ont commencé à tomber. Nous nous mettons à échanger astuces et informations sur leur préparation et utilisation en cuisine. Progressivement, nous continuons notre ascension, et finissons par déboucher au dessus de la forêt. Là, des tapis de bruyères et d’ajoncs nous accueillent, ainsi qu’une statue de la Vierge et quelques autres signes religieux. L’endroit est réputé pour être un haut-lieu cosmo-tellurique et un lieu de pèlerinage. Mais il faut bien avouer que ce qui nous émerveille le plus, c’est le panorama qui se déploie à nos pieds, quasiment à 360° !

Nous nous avançons jusqu’au bout du rocher, admirant la vue, détaillant la végétation. Les couleurs d’automne pointent délicatement leurs teintes. Ce premier arrêt est déjà à la hauteur de mes attentes niveau paysages !

Sur le bord de la route déjà, les couleurs d’automne dorent les châtaigniers
Dans le sous-bois…
Vue sur la vallée
Au dessus des châtaigniers, la montagne..
La végétation a parfois des allures méditerranéennes
Paysage volcanique

A noter : la châtaigne d’Ardèche est un fruit AOP. A ce titre, il s’agit d’une culture et il n’est pas autorisé de le ramasser. La plupart des châtaigneraies sont d’ailleurs des propriétés privées. Il existe toutefois des possibilités d’aller ramasser soi-même les châtaignes chez certains castanéiculteurs. Vous pouvez vous renseigner à l’office de tourisme local pour avoir les bonnes adresses.

Point de vue de la tour-horloge de Burzet

Après la randonnée au rocher d’Autureyre, nous avons repris la route en direction de Burzet. Le changement d’ambiance est total puisque nous sommes cette fois au cœur d’un joli village aux ruelles escarpées. Celles-ci nous entrainent jusqu’au pied de la statue de la Vierge d’où nous dominons les environs. Juste en dessous, nous ne pouvons pas manquer la tour-horloge, construite en 1906 à l’emplacement de l’ancien château médiéval. Autour de nous, les couleurs de l’automne sont bien présentes. Nous profitons du point de vue, captivés par les paysages qui nous entourent.

Au pied de notre promontoire, la Bourges s’écoule paisiblement (le manque d’eau de cette année se fait encore cruellement sentir). En échangeant sur les lieux avec Angélique, nous apprenons la présence d’orgues basaltiques au niveau de la rivière et choisissons donc de redescendre par ce côté plutôt que par les ruelles du village. A plusieurs endroits, nous les apercevons, plus ou moins recouverts d’eau. Une petite cascade s’est même frayée un chemin à travers la coulée. Sous le pont, il y a un air de Chaussée des Géants miniature. Je suis fascinée par la capacité de la nature à créer des formes géométriques dans la roche et j’ai une attirance particulière pour les orgues basaltiques depuis que j’ai découvert leur existence lors d’un cours de SVT au collège.

Le chemin qui permet d’accéder au belvédère a des airs de conte de fées
Dominer le village !
la vallée de la Bourges
La tour-horloge de Burzet
Dans le lit de la Bourges, les orgues basaltiques donnent l’impression d’un pavage

Pause déjeuner au Point d’Orgues à Fabras

Il nous faut toutefois quitter Burzet : l’heure du déjeuner approche et nous sommes attendus dans un bistrot de pays à quelques kilomètres de là. Le Point d’Orgues est situé en bordure de la route, à l’écart du village de Fabras. Mais surtout, il domine le Lignon qui à cet endroit court au milieu d’orgues basaltiques. Comme il fait beau, nous avons la chance de déjeuner en terrasse avec une vue sur les orgues.

Le menu fait honneur aux produits locaux et de saison : velouté de châtaigne et butternut en entrée, burger traditionnel ou végétarien (avec une excellente galette de pois chiches, lentilles et châtaignes) en plat et une verrine à la crème de marrons pour le dessert. Dans le verre, le choix se fait entre des jus de fruits artisanaux, du vin ardéchois ou une bière brassée à Jaujac, à moins de dix kilomètres du restaurant. Nous nous régalons et profitons de ce moment pour échanger et mieux faire connaissance.

Vue sur les orgues basaltiques depuis la terrasse du restaurant

(*) Le Point d’Orgues, 495 route de l’échelette, 07380 Fabras

Panorama du Col de Meyrand

Après le déjeuner, nous avons repris le minibus pour une petite heure de route dans la montagne ardéchoise, direction le Col de Meyrand, dans le massif du Tanargue. Pas mal de virages au programme mais surtout des points de vue qui varient à chaque lacet de la route. Au fil de la montée, les couleurs mordorées de l’automne se font de plus en plus présentes, et sous le soleil, avec le ciel bleu, elles semblent encore plus éclatantes. Il faut dire que nous traversons des hêtraies dont les feuilles se teintent d’un joli jaune vif.

Nous nous arrêtons au niveau du col de Meyrand, qui culmine à 1370 m, et empruntons un sentier qui nous mène à travers les myrtilliers jusqu’au sommet. De là, le panorama sur la vallée de la Beaume est grandiose. Nous apercevons même le Mont Ventoux et sa silhouette caractéristique à l’horizon. Nous essayons d’ailleurs d’identifier les autres sommets et massifs que nous voyons dans le lointain.

Perchés sur le rocher, nous prenons un long moment de contemplation quand, soudain, un parapentiste s’élance au dessus de la vallée. Le ballet de la voile sur fond de montagne aux couleurs chaudes est hypnotisant. Nous regardons le parapente s’éloigner, presque à regret tant l’instant était beau. Cet après-midi là, à la porte des Cévennes ardéchoises, tout était réuni pour le plaisir de nos yeux !

Affleurement de granit dans le massif du Tanargue
Profiter des couleurs de l’automne…
Au sommet, le vent est un peu présent mais n’empêche pas de bénéficier de conditions météo quasi-estivales ce samedi d’octobre !
Photographes perchés !
Les paysages de l’Ardèche n’en finissent pas d’éblouir !
la vallée de la Beaume
le décollage du parapente

Couleurs lumineuses à Borne

L’après-midi est déjà bien entamée quand nous repartons du col de Meyrand. L’accès à notre destination suivante (la dernière au programme de la journée) nous entraine sur de toutes petites routes panoramiques. J’avoue être contente de ne pas être au volant entre l’étroitesse de la route et les lacets très serrés. Notre chauffeur semble aguerri à ce genre de passages, ce qui est plutôt rassurant, même s’il doit régulièrement faire des manœuvres pour passer un virage. Comme on ne peut pas rouler vite, on profite pleinement du paysage !

A un moment, nous quittons les prairies dénudées pour nous engager dans une forêt aux feuilles d’or. Nous approchons du village de Borne. D’ailleurs, nous traversons un petit pont de pierre dominé par un donjon médiéval qui surveille l’entrée des gorges de la Borne. C’est en face que nous ferons notre dernier arrêt : une pause goûter avec jus de fruits locaux et muffins à la farine de châtaigne.

Apercevez-vous le donjon (indice : il est sur la gauche) ? et le petit pont de pierre (indice : il est dans l’ombre avant l’entrée des gorges) ?
Vue sur la montagne
Le donjon, l’entrée des gorges de la Borne, le pont de pierre et les couleurs lumineuses de l’automne
Vieille maison en cours de restauration
« vue imprenable, calme, quelques travaux à prévoir »

Nous prendrons quand même le temps d’explorer un tout petit peu le village mais ne pourrons pas nous attarder assez pour visiter la petite église (on avait pourtant trouvé qui avait la clé !). Nous ne sommes pas en avance sur le planning et il faut que nous rentrions à Jaujac. Le trajet de retour nous permet encore de profiter des paysages ardéchois.

En arrivant à Jaujac, nous retrouvons la place du Champ de Mars beaucoup plus vivante qu’elle ne l’était tôt le matin. Les joueurs de pétanque ont investi le centre de la place tandis que les terrasses des bars sont pleines. Après avoir récupéré quelques produits ardéchois et beaucoup de documentation pour prévoir nos futures escapades dans le secteur, nous nous disons au revoir… Il est l’heure de repartir vers la Drôme, des souvenirs plein les yeux !

(*) La journée du samedi était une invitation d’Ardèche Tourisme (mais pas la soirée du vendredi ni la nuit à Aubenas). Quoi qu’il en soit, mon récit est complètement libre et ne reflète qu’un enthousiasme réel pour cette destination qui m’a enchantée et où je reviendrai !

[Ardèche] à la découverte des villages de caractère le long du Doux

A la fin de l’été, j’avais une journée de congé à prendre impérativement. La dernière fois que je m’étais retrouvée dans cette situation, j’en avais profité pour une randonnée dans les gorges de la Combe d’Oyans et avait apprécié cette journée de break. Cette fois, j’ai changé de département pour gagner la rive droite du Rhône : direction l’Ardèche ! J’ai pris la route vers Lamastre dans l’idée de me promener dans les jolis villages alentours. Après un arrêt à l’office de tourisme de Lamastre (où l’accueil était vraiment agréable et le conseil personnalisé), j’ai choisi de visiter deux villages de caractère : Désaignes et Boucieu-le-Roi, puis de continuer à descendre le long du Doux jusqu’à Tournon, en mode mini road-trip pour profiter des paysages.

Dans la Vallée du Doux, vue sur la montagne ardéchoise depuis Le Crestet

Désaignes, village médiéval

De Lamastre, j’ai pris la direction de Désaignes, un village médiéval, classé village de caractère. La route sinue entre les montagnes, le long du Doux, offrant de jolis points de vue sur les environs, et me permettant d’apercevoir un château ruiné. Je ne m’y suis toutefois pas arrêtée immédiatement, car je devrais prendre le même chemin au retour et j’avais choisi de visiter les lieux dans le sens du cours de la rivière.

Je ne m’étais encore jamais arrêtée à Désaignes. Le village n’est pourtant situé qu’à un peu plus d’ 1 heure de voiture de chez moi (et si la route qui y mène est très sinueuse, elle permet aussi d’admirer de jolis paysages). J’avais hésité à m’y arrêter en rentrant du Puy en Velay, mais ce jour-là, nous avions surtout hâte d’arriver à la maison. Cette fois était donc la bonne : je m’apprêtais à découvrir le charme de Désaignes !

J’ai laissé ma voiture sur un parking, aux allures de jardin public, à l’extérieur de l’enceinte médiévale. Face à moi, les collines de l’autre rive du Doux prennent le soleil pendant que je pique-nique. Un peu plus loin, une porte d’entrée dans le village m’invite à venir découvrir les ruelles.

Porte d’entrée du village de caractère de Désaignes

Je m’engage alors dans un dédale charmant, allant de place en place. Le village est dominé par son château (fermé à l’heure de mon passage, il aurait fallu que j’attende plusieurs heures pour le visiter… je reviendrai !). En ce lundi midi, les rues sont calmes, et je croise peu de monde. Je profite de la fraicheur des fontaines. Je flâne, m’arrêtant pour caresser un chat qui passe. Je perds sans doute un peu la notion du temps, bercée par l’architecture d’une autre époque. Je finis cependant par me retrouver à côté de la porte par laquelle j’étais entrée, marquant la fin de ma balade dans le village.

Profiter de la fraicheur des fontaines
Vieilles tuiles et valériane, tout le charme d’un vieux village ardéchois
Vue sur les collines de l’autre côté de la rivière
La place du village, accueillante
En plein été, le soleil est bien présent !
Peut-on imaginer un village de caractère ardéchois sans un chat ?
Image bucolique : dans la cour du château de Désaignes, quelques poules, un vieil arrosoir, une treille le long des murs..

Retourtour, château médiéval et pieds dans l’eau

En montant de Lamastre à Désaignes, j’avais aperçu les ruines d’un château. Je m’y suis arrêtée en redescendant de Désaignes. Construit au Xe siècle, le château-fort de Retourtour aurait été ruiné à partir du XIVe siècle suite à des querelles familiales de succession. Il domine une boucle du Doux et le petit hameau de Retourtour. J’ai fait le tour du village qui présente deux ou trois ruelles au charme ancien, blotties le long du rocher sur lequel le château avait été construit. L’accès aux ruines n’est par contre par possible.

Retourtour, son château médiévale en ruines au pied duquel se blottit un village

Mais une autre surprise agréable m’attendait à Retourtour. En effet, à cet endroit le Doux fait une boucle et un plan d’eau y a été aménagé pour la baignade. Une passerelle permet de passer d’une rive à l’autre au bord de la retenue, à pied presque sec. La journée était caniculaire et je n’ai pas résisté à la tentation de plonger mes pieds dans l’eau claire. J’ai donc avisé un rocher sur lequel je me suis installée, les pieds dans l’eau, jouant à regarder les petits poissons nager à cet endroit peu profond. J’ai regretté de ne pas avoir pensé à glisser mon maillot de bain et une serviette dans la voiture car j’aurais bien profité de la fraicheur du plan d’eau de Retourtour pour une baignade !

Vu depuis la passerelle du plan d’eau de Retourtour, le Doux reprend son cours sauvage

Boucieu-le-Roi, village typique du Vivarais

Après cette pause à Retourtour, j’ai repris la route pour continuer à descendre le long du Doux. J’ai traversé Lamastre sans m’y arrêter, et pris la direction de Boucieu-le-Roi, profitant tout le long du trajet des magnifiques points de vue sur les paysages environnants. En arrivant à Boucieu, j’ai laissé ma voiture sur le parking de la gare (Boucieu est sur l’ancienne voie ferrée du Doux, qui aujourd’hui se partage entre vélorail et chemin de fer touristique – encore une idée d’activité que j’aimerais bien faire d’ailleurs !) pour gagner à pied le cœur du village. J’ai pour cela emprunté le chemin d’accès historique à Boucieu, piste montant à flanc de coteau.

Vue sur la vallée du Doux depuis Boucieu-le-Roi… ou les jolis paysages ardéchois
Une courte marche sur un sentier bien pentu permet d’accéder au cœur du village depuis la gare

Une fois en haut du chemin, impossible de douter : je suis bien dans un village de caractère ! En effet, la Maison du Bailli, bâtiment emblématique de Boucieu-le-Roi me fait face. Construite au XVe siècle, cette demeure flanquée d’une échauguette abritait le bailliage de Boucieu. Cette cour royale de justice du Haut Vivarais avait été installée ici par Philippe le Bel au XIIIe siècle, et a marqué le début du développement du village qui a connu son apogée au XVIe siècle, nous laissant un riche patrimoine bâti. Ainsi en se promenant dans les rues du village, on croise de très nombreuses maisons à l’architecture typique du Vivarais.

La Maison du Bailli et son échauguette à Boucieu-le-Roi

Ces maisons vivaraises sont construites selon un plan rationnel, adapté au climat local et à un mode de vie rural. L’habitation était située au premier étage, desservie par un escalier de pierre menant à l’aître, un perron protégé par un auvent. Dans l’espace sous l’aître, chaque famille élevait un cochon destiné à fournir de la viande. On y trouve également l’accès à la cave ou à la remise, semi-enterrée. Une grande partie des maisons de Boucieu est construite sur ce type, même si parfois l’auvent de l’aître a disparu (certains auvents étaient portés par des piliers de bois, tandis que d’autres étaient en pierre de taille). Il en résulte une jolie harmonie quand on se promène dans le village.

Sur la maison à droite, on voit l’escalier desservant l’étage d’habitation et l’aître
L’auvent a parfois disparu mais l’architecture des maisons reste typiquement vivaraise.

Un autre élément remarquable à Boucieu-le-Roi est son chemin de croix, conçu sur le modèle d’un Grand Voyage. Un grand voyage était un chemin de croix extérieur, ponctué de stations chapelles, idéalement utilisant la topographie locale pour rappeler celle des différents lieux de Jérusalem par lesquels Jésus est passé durant sa Passion (on peut trouver un autre exemple de Grand Voyage à Romans-sur-Isère). Le but du grand voyage est de permettre de vivre le pèlerinage de Jérusalem à ceux qui n’ont pas la possibilité de se rendre sur place. Le chemin de croix de Boucieu se compose de 35 stations chapelle, et fait le tour du village. A l’origine, il en comportait 39, mais suite aux destructions de la Révolution Française, 4 emplacements n’ont pas pu être retrouvés.

Le grand voyage de Boucieu a été créé par le père Pierre Vigne au XVIIIe siècle. Né à Privas, formé par les Lazaristes de Lyon, Pierre Vigne devient prêtre missionnaire itinérant, suivant l’exemple de Saint François Régis qui avait œuvré un siècle plus tôt entre Vivarais et Velay. Pierre Vigne s’installe à Boucieu entre deux missions à partir de 1712, où il fondera aussi la communauté des Soeurs du Saint Sacrement (aujourd’hui installée à Valence). Figure notable de l’histoire locale ayant laissé son empreinte dans la vie catholique, il a été béatifié en 2004 par le pape Jean-Paul II. Aujourd’hui encore, le chemin de croix de Boucieu attire un grand nombre de pèlerins, en particulier le Vendredi Saint.

Une station chapelle du chemin de croix dans la montée vers l’ancienne maison des Soeurs du Saint Sacrement. Les peintures des scènes de la Passion ont été remplacées par des bas-reliefs de Dante Donzelli dans les années 1960.
L’église Saint Jean Baptiste abrite la sépulture du Bienheureux Pierre Vigne
Les stations chapelles ont parfois été intégrées au bâti, comme celle sur la droite de la photo.

Retour vers la vallée du Rhône

De Boucieu, je suis redescendue dans la vallée du Rhône en longeant la rivière. La route permet en particulier de traverser les gorges du Doux, et d’apercevoir leur mythique voie ferrée. Elle est toujours régulièrement empruntée par le Mastrou, un train à vapeur.

Je n’ai pas fait d’autres arrêts car la journée était déjà bien avancée. Toutefois si vous avez envie de prolonger le road-trip, vous pouvez partir en direction de Saint Félicien au lieu de revenir directement dans la vallée du Rhône. Il est également possible de profiter du passage par Tournon pour découvrir la ville et ses environs. Voici quelques idées que j’ai pu tester au fil de temps :

[petits moments] bonjour Printemps !

Chaque année, je scrute l’arrivée du printemps, et surtout celle des premières fleurs. Comme vous le savez peut-être (sans doute ?) déjà, j’aime beaucoup prendre les fleurs en photos. Je commence à devenir impatiente de retrouver les fleurs sauvages ou cultivées dès que les jours se mettent à rallonger de façon notable (mon point de repère est lié au fait que le jour est levé ou presque quand je prends le train le matin, et qu’il ne fait pas encore nuit quand j’en descends le soir à la gare, ce qui se situe globalement fin février). Je me mets alors à scruter les bas côtés des routes de campagne et les arbres dans les vergers à la recherche de signes de floraison. Et petit à petit, j’aperçois des fleurs dans les arbres fruitiers ou des petites tâches de couleur au bord de la route. Je note alors mentalement de revenir avec l’appareil photo ou qu’il est temps d’aller voir si le printemps a gagné mes spots favoris pour les fleurs sauvages….

********************

Mais, je n’ai pas forcément besoin de sortir de chez moi pour voir le printemps approcher. Il me suffit de faire attention à ce qu’il se passe dans ma cour. En effet, les petites jonquilles (dont j’ai planté les bulbes durant le premier automne dans ma maison, en 2016) y fleurissent autour de la mi-février.

Dans la cour – mi-février 2022

********************

Ce sont généralement les orchis géants qui « lancent » la saison des photos de fleurs sauvages. Autour de chez moi, ils fleurissent vers le début du mois de mars, par exemple le long du Rhône à Bourg-lès-Valence ou sur certains talus que j’ai pu repérer. Mais cette année, c’est mi-février en sud Ardèche que j’ai trouvé « mon » premier spécimen fleuri… et même si la photo n’est pas terrible (la lumière en plein milieu de journée n’est pas idéale…), j’aime la symbolique de « ma première orchidée sauvage de l’année » !

Saint Montan – Ardèche – 17 février 2022

(Je vous emmènerai dans les prochaines semaines à la recherche des orchidées sauvages dans toute leur diversité…)

********************

Les hellébores sont aussi des fleurs précoces et on trouve des variétés sauvages assez facilement au bord des chemins ombragés, en sous-bois.

Bois des Naix – Bourg de Péage – Drôme – février 2022

********************

Les jonquilles commencent à faire leur apparition dans les parcs et plate-bandes à compter de la fin février. J’aime bien aller au Bois des Naix à Bourg de Péage où elles sont nombreuses à agrémenter les grandes pelouses, mais également au Parc Jouvet à Valence. J’apprécie également de les voir le long de certaines rues ou sur quelques ronds-points valentinois.

Début de floraison des jonquilles au Bois des Naix
Bourg de Péage – Drôme – fin février 2022

********************

Il est difficile de passer à côté de la floraison des vergers quand on circule quotidiennement sur les routes drômoises. L’arboriculture est en effet très présente dans plusieurs secteurs, dont la plaine de Valence. Il y a ainsi de très nombreux champs d’arbres fruitiers et c’est chaque année un vrai plaisir de les voir fleurir. Ce sont les abricotiers précoces qui ouvrent le bal, généralement fin février. Les autres variétés d’abricots et de pêches suivent alors, puis c’est le tour des cerisiers et des autres fruitiers. Durant quelques brèves semaines, les champs sont parés de blanc et de rose.

Cette année, j’ai pu m’arrêter prendre quelques photos alors que la floraison venait tout juste de débuter dans un champ d’une variété précoce d’abricots. (Malheureusement un épisode de gel nocturne est survenu quelques jours après, faisant des dégâts importants sur les fleurs fragiles…)

Chateauneuf sur Isère – Drôme -fin février 2022

J’y suis retournée deux semaines plus tard. La floraison était alors nettement plus avancée. Ainsi les champs de pêchers étaient parés du rose de leurs fleurs, parmi lesquelles de petites feuilles vertes commençaient à faire leur apparition. Toutes ces fleurs ne manquaient d’ailleurs pas d’attirer les abeilles qui se trouvaient fort affairées à butiner. La récolte du pollen semblait d’ailleurs fructueuse si l’on en croit les gros paquets jaunes qui venaient alourdir leurs pattes !

Au cœur des champs en fleurs
On remarque certains pétales abimés par le gel. Ce verger a été protégé des effets du froid par l’allumage de bougies de paraffine.
Les abeilles sont au travail !

Chateauneuf-sur-Isère – Drôme – mi mars 2022

********************

[projet 52-2022] semaine 10 – ensemble

Pour cette dixième semaine du projet 52, nous allons rester Ensemble !

J’avais dans l’idée de montrer une photo réunissant Mr 1er, Mr 2e et Melle 3e. Mais ce genre de photo a tendance à se faire plus rare car nos emplois du temps respectifs coïncident de moins en moins. Et si nous avons passé du temps ensemble lors de mes dernières vacances (où seule Melle 3e était aussi en vacances), je n’ai pas pensé à prendre des photos d’eux trois… Les dernières photos où ils sont tous les trois remontent donc au séjour de Noël en Bretagne.

Par contre, durant ces dernières vacances, Melle 3e et moi avons passé du temps ensemble dont toute une journée en road-trip sur les routes ardéchoises. J’ai pris beaucoup de photos durant cette journée, et Melle 3e apparait sur un certain nombre d’entre elles. En particulier, lors de notre arrêt à proximité du Pont du Robinet, nous avons croisé un cygne… l’occasion pour toutes les deux de prendre des photos en même temps… ensemble donc !

*******************

Pour voir ce que les autres participants font ensemble, il suffit de suivre les liens dans les commentaires.

[Ardèche] à la découverte de Viviers et ses environs

Durant les dernières vacances d’hiver, avec Melle 3e, nous sommes parties faire un mini road-trip sur les routes ardéchoises autour de Viviers.

*********************

Notre première étape s’est faite au passage du Rhône par le Pont du Robinet. Ce pont suspendu est situé au débouché du défilé de Donzère. Datant du milieu du XIXe siècle, le pont du Robinet a eu une histoire mouvementée, entre les dommages dus aux tempêtes et crues, la destruction d’une partie du tablier par la Résistance lors de la 2e guerre mondiale et les menaces de fermeture pour raisons de sécurité dans les années 1970… Finalement, il sera sécurisé, rouvert à la circulation à la fin des années 1970, classé au titre des Monuments Historiques en 1985 et sa chaussée en platelage de bois sera asphaltée en 2010. Aujourd’hui, le pont du Robinet, long d’environ 300 mètres, continue à assurer la liaison routière entre les deux rives du Rhône. Il est un des derniers ponts de type Seguin sur le Rhône.

Depuis la rive ardéchoise du Rhône
Au pied de l’entrée ardéchoise du pont
Le pont du Robinet est situé au pied du défilé de Donzère
Vue sur le défilé de Donzère
Reflets…

Pont du Robinet – entre Drôme et Ardèche – février 2022

(*) Le passage du pont du Robinet est possible en voiture dans les deux sens de circulation. Il se situe au niveau de Donzère, et est (plutôt) bien indiqué.

*********************

Nous avons ensuite pris la direction de Viviers dont nous souhaitions découvrir le secteur sauvegardé. Siège de l’évêché depuis le IVe siècle, Viviers a été une cité florissante tout au long du Moyen-Âge et de la Renaissance, réussissant à être globalement épargnée par les différents conflits. Ainsi, elle nous présente aujourd’hui un plan médiéval quasiment intact, tant en ville basse, celle des marchands, qu’en ville haute dans le quartier canonial encore entouré de ses murs.

Après avoir laissé la voiture à l’entrée de la vieille ville, nous sommes parties dans les ruelles et calades découvrir au fil de nos pas les anciennes maisons romanes et gothiques, les passages voûtés, les hôtels particuliers mais aussi les monuments emblématiques de Viviers. Parmi ceux-ci, on note la Maison des Chevaliers, dont la façade Renaissance a été commandée par Noël Albert, un marchand ayant fait fortune dans le commerce du sel (mais également très opportuniste lors des guerres de religion…). La façade, rénovée de façon récente grâce à la Mission Bern, a retrouvé toute sa splendeur (et un grand projet est en cours concernant l’intérieur de la maison).

Puis, nous sommes montées dans l’ancienne cité épiscopale. La cathédrale Saint Vincent est la plus petite cathédrale en activité de France. Elle est aussi un joyau du gothique flamboyant avec un chœur au plafond magnifiquement décoré et le couronnement extérieur du chevet est splendide. Lors de notre passage, les tapisseries des Gobelins qui ornent normalement le chœur de la cathédrale étaient en restauration, faisant paraitre les murs bien vides… Quant au clocher, il est intégré dans une tour campanile située sur l’ancienne porte d’accès à la cité canoniale.

De là, nous gagnons le belvédère de Chateauvieux situé à l’extrémité du rocher sur lequel la ville ancienne est construite. Le point du vue nous permet de découvrir d’un côté le Rhône, dominé par les montagnes avec le Vercors et le Diois au loin, et de l’autre la ville que nous dominons alors complètement.

C’est dans le jardin du belvédère, au pied de l’ancienne tour, que nous nous installerons d’ailleurs pour faire notre pique-nique du midi.

la façade de la Maison des Chevaliers
Au cœur de la Maison des Chevaliers
Dans la vieille ville
Depuis le belvédère de Chateauvieux
…vue sur la vieille ville… On remarque la Maison des Chevaliers sur la droite
Depuis le jardin du belvédère, vue sur la cité épiscopale et la cathédrale
Simplicité de l’intérieur de la cathédrale
Magnificence du couronnement gothique flamboyant de la cathédrale
Flâner dans les rues de la vieille ville…
Hôtel de Beaulieu
Hôtel de Tourville

Viviers – Ardèche – février 2022

(*) La cathédrale est ouverte en journée (9.00/17.00 en hiver et 9.00/18.00 en été). Il ne faut pas hésiter à en pousser la porte !

*********************

Après Viviers, nous avons choisi d’aller découvrir le village de caractère de Saint Montan, situé à une dizaine de kilomètres. Situé sur un promontoire rocheux, entouré de montagnes calcaires, le vieux village de Saint Montan se dévoile au détour de la route qui y mène depuis la vallée du Rhône.

Quasiment détruit, envahi de végétation, le village n’avait pas fière allure à la fin des années 1960. Il a fallu toute l’énergie et la détermination d’un groupe de passionnés ainsi que de nombreux chantiers de jeunesse pour que le bourg médiéval et son château se relèvent de leurs ruines. Grâce à eux, nous pouvons maintenant parcourir les calades du village telles qu’elles étaient des siècles en arrière, et profiter des points de vue sur la vallée et les montagnes environnantes.

Partir dans les calades
Ocre des façades
Imbrication des habitations et des ruelles
Au pied du château

Saint Montan – Ardèche – février 2022

(*) Le jour de notre passage à Saint Montan, le château n’était pas ouvert mais il aurait été un complément intéressant au parcours et à la découverte des ruelles du vieux village.

*********************

Avant de terminer cet article sur notre mini road-trip aux alentours de Viviers, je ne peux pas m’empêcher de partager avec vous ces deux photos de chats croisés ce jour-là, l’un à Viviers au pied de la cathédrale, l’autre dans une calade de Saint Montan.

Devant la cathédrale de Viviers
Au coeur du vieux village de Saint Montan

[Ardèche] street art au Pont des Lônes

Cela faisait très longtemps que je n’étais pas allée faire un tour du côté du Pont des Lônes. Ayant vu passer quelques photos sur les réseaux sociaux de nouvelles œuvres de street art, j’ai profité d’un dimanche ensoleillé pour y faire un saut.

Afin de profiter du beau temps, j’ai choisi de ne pas aller jusqu’aux arches peintes du pont en voiture mais de marcher un peu pour y arriver. La sortie a donc commencé comme une balade bucolique, le long d’une petite route. L’automne déploie ses couleurs et sa lumière sur les lônes, ces petits bras du Rhône en marge du lit principal du fleuve.

Assez vite, j’arrive au niveau du pont des Lônes et surtout de sa demi-douzaine d’arches recouvertes de fresques. Le pont des Lônes est en effet un pont routier construit au début des années 2000 au sud de Valence pour traverser le Rhône. Sur la rive côté Ardèche, les dessous de la culée d’accès au pont offrent un magnifique spot pour les collectifs d’artistes graffeurs de la région. On y retrouve ainsi des artistes dont on peut croiser les œuvres également aux Locaux Rock.

Il faut ainsi revenir de temps à autre car les fresques changent régulièrement, recouvertes par d’autres œuvres, toujours aussi monumentales. Les nombreux hommages au graffeur Ivory, décédé accidentellement en juin 2019, laissent peu à peu la place à d’autres œuvres. Sweety graffitis, la dernière fresque du collectif valentinois Sorry Graffiti, tout en rose bonbon et autres couleurs acidulées, a ainsi le goût de l’enfance douce et heureuse : Bisounours, My Little Poney, Gummi Bears, Hello Kitty et autres petits animaux kawai s’étalent ainsi que les murs….

Après avoir fait le tour des lieux, il est temps de repartir à travers la campagne, le long des lônes…

Ambiance bucolique sur les lônes
J’aime beaucoup ce petit personnage peint par Alone
Ce marchand de sable est un reste d’une ancienne fresque partiellement recouverte
Hommage à Ivory
Hommage à Ivory
Bisounours….
My Little Pony par Lemak
Où l’on retrouve le petit personnage d’Alone
Trop kawai !
Douceur de l’automne sur les lônes

Pont des Lônes – Soyons – Ardèche – novembre 2021

(*) L’accès aux fresques du pont des Lônes se fait depuis la rive ardéchoise du Rhône. A Soyons, au niveau de l’entrée du pont, il faut suivre la direction de la Via Rhôna et de la Voie Bleue (2 voies douces passant sous le pont). Des parkings pour accéder à ces voies douces sont disponibles et permettent de se stationner à proximité du pont. Il est aussi possible de continuer jusques sous le pont par la route. Des espaces permettent de se stationner juste à côté.

[Ardèche] de Tournon à Saint Félicien

Aller faire un tour sur le plateau ardéchois… une idée lancée un samedi matin, qui s’est transformée en mini road-trip !

Partant de Tournon, nous avons pris la direction de Saint Jean de Muzols, et avons commencé à grimper en direction d’Etables. Très vite, nous sommes arrivés sur le plateau, et les horizons ont commencé à s’élargir. Au bord de la route, les fleurs sauvages sont légions et les bleuets se font particulièrement remarquer.

Toute la route nous offre des paysages grandioses, mais je trouve peu d’endroits où m’arrêter prendre des photos. Par contre, nous en profitons et nous émerveillons.

Sur les hauteurs de Saint Jean de Muzols
Bleuets au bord des champs

********************

Nous continuons notre route et arrivons à Saint Victor. Une fontaine sur une place attire mon regard. Nous nous arrêtons, et partons explorer le village. Depuis la terrasse de la maison des associations, le paysage se dévoile, majestueux. Un peu plus loin, nous longeons des murets couverts de valérianes sur des chemins à travers la campagne. De nombreux sentiers de randonnée passent par là et nous notons qu’il faudra y revenir en ayant regardé à l’avance un itinéraire pour en profiter.

La fontaine au bord de la route à Saint Victor
Horizon lointain depuis Saint Victor
A travers la campagne autour de Saint Victor
Saint Victor, point de départ de randonnées

******************

De Saint Victor, nous rejoignons Saint Félicien. Il est encore tôt dans l’après-midi lorsque nous y arrivons et la plupart des commerces sont fermés pour la pause méridienne. Cela ne nous empêche pas de partir à la découverte du village. Quelques ruelles bordées de maisons en pierre serpentent autour de l’église. Mais c’est en descendant vers la rivière que nous avons trouvé un paysage insolite. Le long d’une petite vallée encaissée, les jardins s’étalent en contrebas des bâtiments de l’ancien couvent. Avec la pluie qui était tombée régulièrement au fil du printemps, les lieux étaient très vert, offrant un paysage bucolique en pleine ville.

Nous aurions bien acheté un peu de fromage avant de repartir mais il nous aurait fallu attendre encore un bon moment avant l’ouverture de la boutique. Ce sera pour une prochaine fois.

Autour de l’église de Saint Félicien
Autour de l’église de Saint Félicien
Saint Félicien, côté jardins
Saint Félicien, côté jardins
Le caillé doux est la spécialité de Saint Félicien, et a pris le nom du village

**********************

Pour finir ce mini road-trip, nous avons fait étape à Tournon sur le trajet du retour pour aller à La Fabrique Givrée pour déguster une glace en terrasse… et ramener quelques pots à la maison !

Sorbets Pêche-Verveine / Hibiscus / Jus de pommes

(*) La Fabrique Givrée, 55 Impasse Burgunder, ZAE Champagne, 07300 Tournon-sur-Rhone

*******************

Ardèche – juin 2021

[petits moments] les rosiers en fleurs

Au fil des balades dans les villages et les jardins au cours du mois de mai, j’ai croisé de nombreux rosiers en fleurs. Un plaisir à la fois visuel et olfactif !

***************

Jardin Zen d’Erik Borja
Beaumont-Monteux – Drôme – mai 2021

*****************

Beauchastel – Ardèche – mai 2021

******************

Roynac – Drôme – mai 2021

PS : si vous connaissez une roseraie à une distance raisonnable de Valence, n’hésitez pas à m’en parler. C’est un peu tard pour cette année, mais je noterai l’information pour l’année prochaine.

[Ardèche] à la découverte du village de caractère de Beauchastel

Cela faisait un moment que Beauchastel était sur ma liste des villages à aller voir. Ce village de caractère est en effet situé à l’entrée de la vallée de l’Eyrieux et j’étais donc passée plusieurs fois devant déjà, sans jamais avoir pris le temps de m’y arrêter. Après avoir entendu qu’il y avait de nombreux rosiers (je vous montrerai cela plus longuement dans un billet dédié aux roses de ce printemps) au fil des ruelles, j’ai décidé d’aller voir cela de plus près.

Le parking est situé en contrebas du village installé à flanc de coteau sur la rive gauche de l’Eyrieux. Après y avoir laissé la voiture, j’ai donc pris le chemin du village médiéval. Sur la petite place, outre quelques chats, je repère assez vite une ancienne porte, l’église et une rue qui porte le nom intrigant de Rue du Ruisseau. En effet, un ruisseau court sous le pavage de la rue et si l’on prête l’oreille, on l’entend glouglouter.

Je remonte donc la rue du ruisseau en direction des ruines du château d’origine. Au pied de la tour, les genêts sont en fleurs et embaument l’air de leur odeur sucrée. Je jette un oeil depuis la table d’orientation, direction plein Sud. Juste en dessous des ruines de la tour, un petit jardin exotique où s’épanouissent cactées et succulentes fait le lien avec le théâtre de verdure et sa fenêtre sur la vallée du Rhône.

De là, j’emprunte les ruelles en escaliers qui se faufilent entre les habitations, les cours et les jardins pour redescendre doucement vers le pied du village. Je croise ainsi une source, la Fontaine du Chat (pour laquelle je n’ai pas trouvé l’histoire associée à ce nom).

C’est un vrai plaisir que de se perdre dans le labyrinthe des ruelles médiévales de Beauchastel, mais le temps file et je dois repartir….

Jardin exotique au pied de l’ancien donjon
Vue sur l’Eyrieux et la vallée du Rhône
Genêts en fleurs au pied de la tour
Depuis la table d’orientation
La fenêtre du théâtre de plein air
La vallée de l’Eyrieux
Au fil des ruelles
Passer sous les maisons
Rosiers fleuris au bord des ruelles
Tuiles  » L’Héritier – Turzon – par Charmes« 
Rue de la fontaine du chat

Beauchastel – Ardèche – mai 2021

[les états d’esprit du vendredi] 18 juin 2021

Les états d’esprit du vendredi sont un exercice de style lancé par Zenopia et The Postman (qui ne bloguent plus maintenant). La règle est simple : on complète les différentes rubriques le vendredi.

[Vendredi 18 juin 2021] – [début xx.xx] [rédigé jeudi 17 juin tard… et programmé]

Fatigue : Après un dimanche bien long et bien rempli, le début de semaine a été un peu au radar !

Humeur : toujours excellente

Estomac : Les melons sont de nouveau sur les étals, ainsi que les abricots !

Condition physique : avec la chaleur, la cheville où j’ai eu une entorse à la fin de l’hiver gonfle beaucoup et devient douloureuse en fin de journée. Alors, c’est poche de glace tous les soirs.

Esprit : vagabond

Boulot : C’est le retour des déplacements professionnels avec une journée de réunion à Paris prévue la semaine prochaine.. et ce sera aussi un retour un peu plus intensif au bureau, avec 3 jours par semaine.

Culture : Je suis en train de relire les Technopères de Jadorowski. J’aime un peu moins cette série que celle des Méta-barons, mais c’était celle qui était à la médiathèque !

Penser à : faire quelques courriers administratifs

Avis perso : Le réveil pour partir avant 5.00 du matin un dimanche, la journée à marcher, piétiner dans la poussière au soleil jusqu’à plus de 20.00, le temps passé à attendre, le retour à presque 22.00 à la maison, bien fatiguée (et sale !), ça pourrait sembler pas terrible sur le papier… mais en vrai c’était une belle journée de CSO !
En plus, la vue depuis le centre équestre (à Saint Péray, en Ardèche) où cela se passait était sympa !

6.30 du matin – depuis le parking du centre équestre de La Syrah – vue sur la montagne de Crussol
Fin d’après-midi – depuis le centre équestre de La Syrah – vue sur les vignes de Saint Péray et Cornas

Message perso : Vivement les vacances !

Loulous : Melle 3e a donc repris les concours d’équitation dimanche dernier.

Mademoiselle Troisième avec Pilou

Amitiés : je suis ravie à la perspective qu’on puisse se voir ce vendredi !

Sorties : pour profiter du beau temps…

Divers : En passant à Romans le week-end dernier, je suis retournée au Terrarium, la céramiste chez qui j’avais acheté un de mes cadeaux de Noël. Je suis allée acheter une tasse, qui était ma première idée pour Noël (j’avais finalement pris un ravissant photophore et une assiette). J’aime beaucoup son travail, et je dois chaque fois me freiner pour ne pas acheter plusieurs objets (bon, OK, pour ne pas acheter plus de 2 objets quand je venais pour 1… je suis donc – encore – repartie avec une assiette en plus).

Courses : des fruits, des fruits et un peu de légumes…

Envie de :  prendre l’air !

Pic : au bord de la route, les premières lavandes en fleurs

Divajeu – Drôme

[fin xx.xx ]