[petits moments] en allant faire les courses

Ces derniers temps, l’essentiel de mes sorties était pour aller faire les courses, récupérer une commande passée par téléphone ou aller déposer des choses aux bacs de tri pour le recyclage !

Mais chaque fois, j’ai essayé d’en profiter pour regarder autour de moi ces endroits où je vais habituellement machinalement… Qu’il s’agisse de vraiment voir les feuilles mortes sur le sol, ou encore d’observer le soleil jouer avec celles encore présentes sur les arbres…

Et bien sûr, je ne pouvais pas manquer d’admirer le kiosque Peynet en allant chercher le gâteau commandé à la pâtisserie

kiosque Peynet – Champ de Mars – Valence – Drôme

Depuis hier, le périmètre et la durée des sorties pour se promener sont élargis, et je dois dire que c’est drôlement agréable de pouvoir de nouveau aller en montagne !

[projet 52-2020] semaine 48 – partager

Partager… le thème de la semaine n’est pas arrivé par hasard quand j’ai établi la liste. En effet, fin novembre, on commence doucement à préparer les fêtes de fin d’année. D’ailleurs le premier dimanche de l’Avent est demain cette année. Et si les fêtes s’annoncent différentes de ce que nous avons pu connaître d’autres années, il ne tient qu’à nous d’en faire de jolies fêtes. Différent n’est pas nécessairement synonyme de moins bien, et regarder ce que l’on a plutôt que ce que l’on n’a pas est aussi une façon de revenir à l’essentiel dans la simplicité du cocon familial et de faire en sorte d’en tirer le meilleur.

Quoi qu’il en soit, la photo que j’ai choisie n’a aucun rapport avec Noël ! Et oui, fin novembre, c’est aussi l’anniversaire Mr 2e… Et hors de question de passer à côté et de ne pas partager un bon gâteau pour fêter cela !

(*) Pour les curieux, ce gâteau s’appelle Tango et comporte une mousse framboise, un crémeux fruits de la passion, un biscuit léger au chocolat et un croustillant au cacao. C’est une des nouveautés de cet hiver de la Maison Guillet et c’est un délice !

*****************

Pour voir ce que les autres participants ont à partager, il suffit de suivre les liens dans les commentaires..

[les états d’esprit du vendredi] 27 novembre 2020

Les états d’esprit du vendredi sont un exercice de style lancé par Zenopia et The Postman (qui ne bloguent plus maintenant). La règle est simple : on complète les différentes rubriques le vendredi.

[Vendredi 27 novembre 2020] – [début xx.xx] [rédigé jeudi 26 novembre tard… et programmé]

Fatigue : je ne serais pas contre une sieste certains après-midis….

Humeur : reste excellente

Estomac : on a profité de l’anniversaire de Mr 2e pour commander un gâteau dans une bonne pâtisserie dimanche dernier….

Condition physique : rien à signaler.

Esprit : vagabond

Boulot : beaucoup de changements en perspective, mais en attendant il faut continuer à faire tourner le quotidien, ce qui peut parfois être un peu lourd !

Culture : Toujours plongée dans Vikings et Damages. J’ai aussi commencé la série The Right Stuff (L’étoffe des héros), et du coup cela m’a donné envie de revoir le film éponyme. Et on a regardé en famille le début de la seconde saison de The Mandalorian.

Penser à : faire les listes au Père Noël

Avis perso : Je viens de réaliser que Noël est dans moins d’un mois… j’ai vraiment du mal à me rendre compte du temps qui passe cette année !

Message perso : je n’ai pas encore eu le temps d’aller faire un tour dans mes photos de fin d’année de l’an dernier mais je ne t’oublie pas ! (et si vous aussi vous voulez participer au Christmas Addict, toutes les explications sont chez Pomdepin !)

Loulous : ont tous été en classe en présentiel cette semaine mais pas tous sur le même rythme, et cela va continuer ainsi encore quelques temps… Il semblerait par ailleurs que le poney reprenne ce samedi, mais sans doute uniquement pour Melle 3e (car Mr 1er est majeur).

Amitiés : Compte-tenu des circonstances, on ne va pas monter en Bretagne pour Noël… Du coup, ce ne sera pas possible de se voir…

Sorties :  moins limitées…

Divers : j’ai dû ralentir un peu le rythme des billets sur le blog, faute d’avoir pu faire des balades ces derniers temps. Mais j’espère bien qu’avec l’allègement des restrictions, je vais pouvoir me rattraper… et aussi aller profiter des lumières de Noël dans les villes voisines !

Courses : je vais peut-être faire un tour au marché samedi matin.

Envie de :  prendre l’air !

Pic : en allant faire les courses, jouer un peu avec les feuilles mortes des platanes de la place du village…

[fin xx.xx ]

[Drôme] dans les rues de Grignan

Profitant d’une journée de congé en octobre, nous sommes allés faire un tour en Drôme Provençale. Si le but principal de la sortie était le château de Grignan (dont je vous reparlerai), nous en avons aussi profité pour une balade dans les rues du village.

La météo n’était pas forcément idéale et c’est entre deux averses que nous avons pu flâner un peu dans le village, classé parmi les Plus Beaux Villages de France (comme Mirmande par exemple aussi). En partant du château, nous sommes descendus vers la collégiale, dont le toit est la terrasse du château et offre un joli point de vue sur les environs. Cela permet aussi de surplomber le parvis de l’église au joli pavage noir et blanc, et l’escalier qui permet d’y accéder depuis la rue du village en contrebas.

Nous n’avons pas non plus manqué de passer par le lavoir monumental. De forme ronde, il a été construit au bout de la promenade du Mail. Il reste une des curiosités du village.

Par ailleurs, de nombreux rosiers sont installés un peu partout dans Grignan qui a le statut de village botanique de la Drôme. Courant octobre, les fleurs étaient rares mais au printemps, cela doit être splendide. Il faudra que j’y retourne à cette saison !

Le lavoir depuis la promenade du Mail
Sous la colonnade du lavoir
Vue sur les toits et les environs de Grignan depuis le toit de la collégiale / terrasse du château
La collégiale Saint Sauveur et son parvis
L’accès au parvis de la collégiale se fait par un escalier monumental depuis la rue en contrebas et par quelques marches depuis la rue venant du château
Le portail d’accès à l’escalier de la collégiale depuis la rue

Grignan – Drôme – octobre 2020

[en cuisine] la tarte fine aux pommes

Jusqu’à présent, lorsque je faisais une tarte, j’optais soit pour la version tarte rustique en utilisant une pâte sablée, soit j’utilisais un moule à tarte avec une pâte feuilletée (ou sablée d’ailleurs parfois également).

Je m’étais déjà plusieurs dit qu’il faudrait que je tente de faire une tarte fine, dans le style de celles que j’aimais acheter enfant à la boulangerie, découpée en parts rectangulaires. Mais je craignais que ce ne soit un peu technique…

En suivant Christophe Michalak sur les réseaux sociaux, j’ai plusieurs fois lorgné sur ses recettes de tartes fines et à force de regarder ses photos et vidéos pleines de petites astuces, j’ai décidé de me lancer !

Au final, c’était très simple à réaliser et délicieux à déguster !

Si vous aussi vous souhaitez essayer, voici les quelques petites astuces qui m’ont été utiles :
– je suis partie d’un disque de pâte feuilletée achetée dans le commerce (il est bien sûr possible de faire soi-même sa pâte feuilletée, mais ça demande plus de temps et de s’y prendre plus à l’avance…)
– j’ai saupoudré le dessous de la pâte feuilletée avec de la cassonade (cela rend l’ensemble encore plus croustillant puisque le sucre caramélise)
– j’ai fait une toute petite bordure en pinçant le bord de la pâte feuilletée
– j’ai étalé un tout petit peu de compote de pommes sur la pâte feuilletée
– j’ai ensuite disposé les pommes coupées en fines lamelles
– j’ai saupoudré l’ensemble d’un peu de cassonade
– j’ai fait cuire la tarte en utilisant une plaque à pâtisserie à petits trous

[projet 52-2020] semaine 47 – empilement

En cette période de confinement, pour ce thème Empilement, j’aurais pu vous montrer une des piles de revues ou de livres qui trainent un peu partout dans la maison… J’avais aussi hésité à reprendre une photos de l’exposition All-Over de Philippe Favier au Musée de Valence.

Mais finalement, le hasard a fait que je suis allée chercher une photo dans celle des randonnées de l’été dernier en Chartreuse. Au coeur du cirque de Saint Même, sous le couvert des arbres et surplombant des rochers tombés de la montagne, quelques petits empilements de cailloux jouaient les sentinelles au bord du chemin….

*****************

Pour découvrir ce que les autres participants ont empilé, il suffit de suivre les liens dans les commentaires….

[les états d’esprit du vendredi] 20 novembre 2020

Les états d’esprit du vendredi sont un exercice de style lancé par Zenopia et The Postman (qui ne bloguent plus maintenant). La règle est simple : on complète les différentes rubriques le vendredi.

[Vendredi 20 novembre 2020] – [début xx.xx] [rédigé jeudi 19 novembre tard… et programmé]

Fatigue : les non-trajets pour aller au bureau, c’est quand même drôlement plus reposant.

Humeur : reste excellente !

Estomac : je crois que j’étais un peu mieux organisée cette semaine pour les repas… sans doute que noter ce que j’avais pris en faisant les courses m’a aidée à y voir un peu plus clair dans le contenu du réfrigérateur au fil de la semaine !

Condition physique : à force de peu bouger, fatalement, le dos commence à tirer.

Esprit : vagabond

Boulot : Entre flou et confinement, pas toujours simple de soutenir les collègues…

Culture : J’ai continué à regarder Vikings. J’aime beaucoup l’ambiance (même si c’est parfois un peu brutal / sanglant) superbement soulignée par la mise en scène, et la photo !
Je me suis laissée happer par la série Damages avec Glenn Close, magistrale dans ce rôle d’avocate complètement tordue… (et oui, j’ai plus de 10 ans de retard ! )

Penser à : préparer les calendriers de l’Avent…

Avis perso : On va bientôt commencer à mettre en place les décorations pour Noël, et j’en suis ravie !

Message perso : Je vais essayer de regarder ce week-end si j’ai quelques clichés en stock de la fin d’année dernière pour le Christmas Addict !

Loulous : Après avoir finalement passé une radio, on a eu confirmation que le gros orteil de Mr 2e n’est pas cassé. Par contre, il a bien une méga-entorse : déjà plus d’un mois qu’il s’est blessé et il a toujours mal. Le médecin a prolongé l’arrêt de sport de 3 semaines avec nécessité de reprendre en douceur. Melle 3e aimerait bien que le collège soit aussi en semi-confinement. Et Mr 1er pourrait avoir quelques TD en présentiel….

Amitiés : j’espère que tout le monde va bien !

Sorties :  toujours limitées…

Divers : Je suis au point pour faire un strapping d’immobilisation de gros orteil !

Courses : j’ai des livres à récupérer à la librairie… et puis quelques bricoles pour les repas du week-end et du début de semaine prochaine.

Envie de :  profiter !

Pic : reflet du ciel bleu dans ma tasse de café….

[fin xx.xx ]

[coin lecture] Par le feu

Par le feu – Will HILL

Ce roman est à la fois un coup de coeur d’un de mes libraires (celui qui est le plus spécialisé en littérature jeunesse) et de Mademoiselle Troisième. Cela faisait au moins un an qu’il trainait dans ma pile à lire, mais une fois plongée dedans, je n’ai pas mis très longtemps à le finir !

Moonbeam a grandi dans la Légion du Seigneur, une secte messianique installée dans le désert texan et contrôlée par le Père John. L’histoire commence par la fin apocalyptique de la Base, incendiée au cours d’une intervention des forces de l’ordre. Rescapée, Moonbeam se retrouve, avec d’autres enfants issus de la Légion, dans un hôpital psychiatrique pédiatrique. Suivie par le Dr Hernandez, interrogée par l’agent Carlyle, elle recompose progressivement le puzzle de sa vie, dévoile les éléments de la vie à l’intérieur de la Base, retrace comment l’inévitable est arrivé.

Le sujet, assez librement inspiré de l’histoire de la secte des davidiens et du siège de Waco, est tout sauf léger. Cependant, tout en dénonçant très clairement les dérives de la secte, l’auteur s’applique aussi à faire comprendre comment les membres ont pu être aveuglés par un personnage charismatique élevé au rang de quasi divinité, comment ils ont pu se retrouver endoctrinés mais aussi pris au piège pour peu qu’ils aient commencé à apercevoir la vérité, comment ils ont pu abdiquer toute volonté individuelle au profit d’un dessein qui leur était présenté comme plus grand.

Le choix narratif de suivre Moonbeam, adolescente résiliente, dans son parcours psychiatrique permet d’aborder ces différents points de façon non linéaire, de se détacher de la chronologie réelle des évènements pour les remettre dans la perspective de la reconstruction de ceux-ci par l’adolescente, par sa prise de conscience progressive au fur et à mesure que son esprit intègre l’anormalité des pratiques qui régissaient la vie à la Base.

Ce roman (abordable dès la quatrième pour un bon lecteur) permet d’appréhender les techniques d’endoctrinement au nom d’un idéal, un thème qui résonne très fortement dans l’actualité récente.

[Drôme] se croire en Terre du Milieu

Quand je vais marcher au dessus de la Baume Cornillane en automne, j’ai vite fait de me sentir transportée dans un autre monde, et je ne serais guère surprise d’y croiser quelque créature légendaire. Je m’attends presque à voir surgir hobbits, elfes ou nains lancés dans une quête aux confins de cette Terre du Milieu.

Il faut dire qu’entre les chemins tracés à travers les bois, les ruines du château des Cornillans et les roches de la Pangée, le site a quelque chose de magique. Situé sur les contreforts du Vercors, il domine la plaine de Valence d’un côté et se fait surplomber par les crêtes de la Raye de l’autre. Au loin, la montagne ardéchoise dessine sa silhouette. Tandis qu’à nos pieds, les ruisseaux ont creusé quelques cluses dans la roche dure.

J’aime aller marcher sur la crête au pied des roches verticales. Le chemin est souvent battu par le vent. Les points de vue sont superbes de chaque côté, entre paysages agricoles et forestiers.

Je ne manque pas non plus de pousser jusqu’aux ruines du château qui dominent le village. Quelques pans de murs, un reste de donjon…. et l’imagination fait le reste ! Que d’histoires à inventer à partir de ces lieux !

Proche de chez moi, c’est un secteur où je vais régulièrement randonner et dont je ne me lasse pas. C’est également un bel endroit pour venir admirer le coucher du soleil au dessus de l’horizon ardéchois….

Paysages agricoles
Sous le vent…
Contreforts du Vercors
Sur la crête, se faufiler entre les arbres…
Couleurs d’automne sur la Raye
Entre roches dures et tendres…
Les roches verticales « de la Pangée »
Au pied de la Raye
En arrivant au château…
Le donjon des Cornillans

La Baume Cornillane – Drôme – octobre 2020

(*) Partant des roches de la Pangée, j’ai suivi la crête jusqu’à retrouver le route départementale à peu de distance du Pas du Pont. J’ai ensuite rebroussé chemin pour revenir vers le château. Je suis descendue en direction du Pont d’Ourches avant de retourner en longeant la route là où j’avais laissé ma voiture. La sortie devait faire entre 3 et 4 km.

(**) Si vous ne connaissez pas les lieux, il existe un sentier de découverte qui permet de faire le tour du site de la Pangée et du château. Balisé par de petits panneaux directionnels et agrémenté de panneaux explicatifs, il permet de voir l’ensemble des éléments remarquables.

Sur le sentier de découverte du site de la Baume Cornillane