[Drôme] fin de journée estivale en Drôme Provençale

En juillet, nous sommes allées passer une fin de journée en Drôme Provençale avec Melle 3e. J’avais en effet réservé de longue date des places pour les Fêtes Nocturnes à Grignan, et nous avions prévu initialement de passer une bonne partie de la journée dans le secteur de Saint Paul Trois Châteaux (nous avions trouvé les paysages superbes lorsque nous y étions descendues pour une compétition d’équitation en juin). L’intensité de la chaleur (la Drôme était en alerte canicule depuis quelques jours déjà) nous a conduit à réviser nos ambitions à la baisse, sans toutefois nous faire complètement renoncer !


La Garde Adhémar, l’un des plus beaux villages de France

Nous sommes arrivées vers 17.00 à La Garde Adhémar, premier arrêt de notre fin de journée. Situé sur un éperon calcaire, le village a conservé sa structure médiévale, dominée par l’église (que l’on aperçoit d’ailleurs depuis l’autoroute A7). Comme cinq autres villages en Drôme (Mirmande, Grignan, Chatillon-en-Diois, Le Poët-Laval, Montbrun-les-Bains), La Garde Adhémar est classée parmi les plus beaux villages de France.

Depuis la place centrale, ombragée de platanes, nous avons parcouru les ruelles aux façades de pierres blanches jusqu’aux anciens remparts. Puis, nous avons gagné l’église romane, construite au XIIe siècle, et dont la sobriété invite au recueillement.

Depuis le parvis de l’église, nous avons pris le temps d’admirer la vue sur la plaine dans laquelle on devine le ruban bleu du Rhône. Puis, nous sommes descendues dans le jardin des herbes.

Façade de calcaire blanc et figuier de Barbarie… un petit goût de la Provence
L’église romane de La Garde Adhémar domine le village et le paysage
Vue sur l’église en descendant dans le jardin des herbes

Le jardin des herbes, jardin remarquable

Alors que nous descendons les escaliers, c’est une nuée de papillons qui nous accueille dans le jardin des herbes. Installés sur les anciens potagers en terrasse du village, ce jardin a été créé en 1990. Jardin municipal, il accueille plus de 200 espèces de plantes aromatiques et médicinales, soigneusement étiquetées avec leur nom et leurs usages.

Le lieu charme par son agencement et la richesse de sa flore qui se déclinent en de jolies palettes colorées et odorantes. Une source permet d’en assurer l’approvisionnement en eau, mais aussi l’épanouissement un figuier.

Le jardin des herbes domine la plaine du Rhône
Des dizaines de papillons se régalent des nectars des différentes fleurs du jardin
Petite pause à l’ombre des arbres… avant de repartir affronter la chaleur et le soleil !

Le Val des Nymphes, havre de fraicheur

Cela faisait un moment que j’avais envie de découvrir le Val des Nymphes, sur la commune de La Garde Adhémar, et comme c’était sur notre route vers Grignan en repartant du village, nous n’avons pas manqué de nous y arrêter.

Au cœur de la forêt, un panneau indique l’entrée du site et j’aperçois la chapelle depuis la route. Nous laissons la voiture un peu plus loin, sur un espace de stationnement. Nous longeons la route pour revenir jusqu’au chemin conduisant au site. Des chênes centenaires nous entourent alors que nous prenons le sentier menant à la chapelle.

C’est une impression de fraîcheur qui nous frappe en premier. En effet, une source et un réseau hydraulique sont présents sur le site. La source est d’ailleurs sans doute à l’origine de cultes antiques aux Mères Nymphes : sur la colline calcaire, l’eau se fraye presque miraculeusement un chemin pour s’écouler au cœur des rochers.

Mais c’est au Moyen-Âge qu’est édifiée la chapelle romane encore présente sur le site. L’endroit est alors un prieuré dépendant de la puissante abbaye de Tournus. Des fouilles et sondages archéologiques ont également permis de retrouver la trace d’un habitat médiéval et d’autres chapelles.

Nous explorons les lieux, à l’ombre des vieux chênes. Melle 3e escalade les rochers en surplomb de la source. Nous admirons le reflet de la chapelle dans le bassin à l’eau cristalline. Le site n’est pas très étendu mais nous prolongeons notre arrêt pour en profiter au maximum.

J’avais entendu parler du Val des Nymphes à de nombreuses reprises comme d’un lieu magique… Je crois que le qualificatif est encore en-dessous de ce que nous y avons ressenti.

La source du Val des Nymphes a été canalisée et une fontaine créée directement dans le calcaire du site.
La chapelle romane se reflète dans un bassin alimenté par la source

Grignan, en attendant le spectacle

Nous arrivons à Grignan alors qu’il est presque 19.00. Le spectacle commence à 21.00. Nous faisons un petit tour dans le village, explorant quelques rues où je n’ai pas l’impression d’être déjà allée.

Puis, nous allons diner au Café de Vignerons. Nous nous y étions arrêtés l’an dernier pour prendre un verre et avions regretté d’avoir déjà réservé ailleurs pour le diner. Cette année, nous avons anticipé et réservé une table pour déguster de délicieux tapas (la cuisine est rattachée à celle de l’établissement étoilé Le Clair de la Plume). Bien entendu, je les accompagne d’un verre de vin de l’appellation Grignan-les-Adhémar. Nous nous régalons et profitons tranquillement de notre début de soirée.

Nous prenons ensuite la direction du château où se joue le spectacle. Mais avant cela, nous avons le temps de profiter du coucher de soleil et de la vue depuis les terrasses du château. La Lune semble saluer le Mont Ventoux, tandis que de l’autre côté, l’astre solaire tire sa révérence.

L’heure de rejoindre notre place approche. Cette année, ce sont Les Fâcheux de Molière qui ont été montés. Jouée pour la première fois lors d’une fête au château de Vaux-le-Vicomte devant Louis XIV en 1661, elle ne fait pas partie des plus populaires du répertoire de l’auteur. Pourtant, cette comédie-ballet, reprise dans une version la plus proche possible de celle d’origine. Ainsi, Thomas Cousseau (que l’on avait pu voir l’an dernier sur la même scène dans le rôle du Capitaine Fracasse) reprend les rôles de presque tous les Fâcheux, joués par Molière lui-même dans la mise en scène initiale. Sur scène, 5 comédiens, 2 danseurs et 3 musiciens suffisent à faire revivre l’esprit du XVIIe siècle avec un texte qui trouve des résonances atemporelles.

Presque deux heures se sont écoulées à la fin de la représentation. Nous passons au bar du Bosquet dans les jardins du château afin de prendre un rafraichissement avant de reprendre la route vers la maison !

Heure dorée sur la façade du château
Le soleil dore la façade de la cour du puits
La Lune se lève au dessus du Géant de Provence
Fin de journée sur la terrasse du château

Malgré le programme un peu restreint à cause de la chaleur, cette fin de journée en Drôme Provençale aura été pleine de jolies découvertes et de bons moments… De quoi nous donner envie de revenir !

La Garde Adhémar & Grignan – Drôme – juillet 2022