[Auvergne] du Val de Sioule au Méandre de Queuille

Devant être à Montluçon assez tôt un matin pour participer à une cérémonie familiale, j’avais choisi de partir la veille et de faire un peu de tourisme. J’avais en particulier repéré le joli village de Charroux (la faute aux bougies… que j’avais découvertes lors de mon passage à Moulins il y a 2 ans et à la vendeuse de la boutique lyonnaise de la marque avec qui j’avais échangé au sujet du village un jou où j’étais allée me ré-approvisionner…). Me voilà donc partie pour le val de Sioule, une sortie en mode mini road-trip qui m’emmènera un peu plus loin que prévu jusqu’au méandre de Queuille !

**********************

L’église de Jenzat, église peinte du Bourbonnais

L’église peinte de Jenzat a été ma première surprise lors de ce mini road-trip. J’avais entendu parler des églises peintes du Bourbonnais, sans toutefois prévoir d’aller en visiter. Or, sur la route pour Charroux, j’ai traversé le village de Jenzat et le panneau indiquant l’église peinte a piqué ma curiosité. Et j’ai eu la très bonne idée de le suivre !

Déjà, le cadre était charmant. L’église est située sur une petite place arborée et enherbée d’où l’on a une jolie vue sur les environs. Là, j’ai croisé un chat qui a semblé vouloir jouer les guides pour moi, me conduisant jusqu’à la porte de l’église.

Une fois dans celle-ci, j’ai pu admirer ce qui est une véritable bande dessinée du Moyen-Âge sur les murs de l’église ainsi qu’un décor coloré. Un interrupteur permet d’éclairer les fresques, rendant leur découverte encore plus intense.

Suivez le guide…
Sur les murs, on devine les anciens décors
La vie de Sainte Catherine d’Alexandrie
La Passion du Christ
Décors du chœur et de la nef
La visite est terminée…

Jenzat – Allier – juillet 2022

**********************

Charroux, l’un des plus beaux villages de France

Charroux était donc le but initial de mon expédition…. Arrivée un peu après midi, j’ai d’abord entrepris de déjeuner dans un des nombreux restaurants du village. Puis, je suis partie me promener dans les rues médiévales.

Au fil des ruelles, je découvre de jolies petites maisons fleuries, une église pleine de charme, des cours bordées d’échoppes… Chaque croisement est une nouvelle invitation à la découverte des trésors secrets de Charroux. Le village mérite amplement sa place dans la liste des plus beaux villages de France, et je regrette de ne pas y être passée auparavant tant il est proche de ma route Drôme/Bretagne !

Je prolonge la promenade jusqu’au belvédère d’où la vue sur le val de Sioule est bien dégagée et offre un horizon à plusieurs dizaines de kilomètres. Puis, je gagne la fabrique la moutarde de Charroux (ce serait dommage de repartir les mains vides du village… et comme je suis allée acheter déjà des bougies peu de temps avant à ma boutique lyonnaise… ).

Après presque 2 heures à arpenter le village, il est temps pour moi de filer vers de nouvelles aventures !

Vieilles treilles et jolies maisons dans la rue principale du village médiéval
La boutique des bougies de Charroux est située dans la belle maison à pans de bois à côté de l’église
Derrière l’église, un charmant jardin apporte un peu de fraicheur dans un univers plutôt minéral
Faire le tour de l’église pour retourner dans la rue principale
L’une des deux portes restantes de la ville
Dans la cour des dames, vieilles pierres, rosiers grimpants et hortensias
La place du belvédère est entourée d’un muret de pierre et dominée par un vieux chêne
Vue sur le val de Sioule et les plaines de l’Allier
La fabrique de la moutarde est située au cœur du village

Charroux – Allier – juillet 2022

**********************

Le viaduc de Rouzat, construction Eiffel

La ligne de chemin de fer Gannat/Commentry doit à plusieurs reprises traverser la Sioule. A cet effet, il a fallu construire des viaducs. En 1869, le viaduc de Rouzat (et son frère le viaduc de Neuvial) est livré à la société de chemin de fer par la société Eiffel et Cie, fondée peu de temps avant par Gustave Eiffel. Il est aujourd’hui toujours emprunté par les trains circulant entre Montluçon et Clermont-Ferrand.

J’ai choisi d’aller le voir « par en haut ». Pour cela, j’ai suivi les panneaux indiquant le viaduc de Rouzat depuis le centre du village de Saint Bonnet Rochefort, jusqu’à un petit parking au milieu de la campagne.

De là, une courte randonnée (toujours en suivant les panneaux indiquant le viaduc) permet de rejoindre un point de vue impressionnant sur le viaduc, où se trouvent quelques panneaux explicatifs.

le Viaduc de Rouzat vu depuis le belvédère
Le sol du sentier brillait avec le soleil jouant dans les micas du granit
Sur le chemin

Viaduc de Rouzat – Allier – juillet 2022

A noter : il est possible d’aller voir les viaducs de Rouzat et de Neuvial depuis le bas par la route. L’itinéraire est aussi fléché depuis le village de Saint Bonnet Rochefort.

**********************

Les gorges de la Sioule, havre de fraicheur

Comme il faisait bien chaud ce jour-là, j’ai décidé d’aller dans les gorges de la Sioule chercher un peu de fraicheur. Situées entre l’Allier et le Puy de Dôme, elles offrent de beaux paysages que l’on découvre au fil de la route qui longe la rivière.

Après avoir trouvé un stationnement sur un petit parking, je suis descendue jusqu’au lit de la rivière, en sous-bois : l’endroit parfait pour y tremper mes pieds pour une pause bienfaisante !

au bord de la Sioule
les pieds dans l’eau…

Gorges de la Sioule – Allier / Puy de Dôme – juillet 2022

**********************

Le méandre de Queuille, Horseshoe Bend auvergnat

J’ai ensuite continué la route le long de la Sioule avec comme objectif d’aller jeter un œil au méandre de Queuille. A cet endroit, la Sioule forme un fer à cheval très impressionnant.

Ayant vu de nombreuses photos (à raison, l’endroit est extrêmement photogénique), je craignais d’être un peu déçue, mais une fois sur place, le paysage m’a époustouflée !

Pour vous donner une idée de l’échelle, on aperçoit un petit bateau sur la rivière à gauche de la photo

Queuille – Puy de Dôme – juillet 2022

(*) pour admirer le méandre, il faut se rendre dans le village de Queuille où un belvédère accessible depuis la place de l’église offre un point de vue sur toute la vallée.

**********************

Le viaduc des Fades, (ex) plus haut viaduc du monde

Après Queuille, j’ai poussé de quelques kilomètres pour aller admirer le viaduc des Fades, toujours au dessus de la Sioule. Conçu en 1901, il était alors le plus haut viaduc du monde. Il est toujours dans les 50 plus hauts viaducs ferroviaires du monde. Ses piles, construites en moellons de granit, culminent à 92 mètres. Elles sont toujours les plus hautes piles de pont en maçonnerie traditionnelle au monde.

Contrairement au viaduc de Rouzat, le viaduc des Fades n’est plus utilisé pour le service ferroviaire. Son tablier s’est abimé au fil des années et fait aujourd’hui l’objet d’un projet de restauration. Un itinéraire de vélorail permet maintenant d’emprunter le viaduc (et j’imagine que les 375 mètres de sa traversée doivent être très impressionnants ! ).

Le viaduc des Fades traverse sur 375 mètres la vallée de la Sioule à plus de 90 mètres de haut !
Juste en amont du viaduc, le lac des Fades a été créé par la construction d’un barrage hydroélectrique à la fin des années 1960

Lac des Fades – Puy de Dôme – juillet 2022

**********************

La journée touche à sa fin, et il est temps pour moi de gagner Montluçon afin d’y passer la soirée….

[petits moments] promenade sur le bord de mer

Cela faisait très longtemps que je n’étais pas allée me promener à Dinard. Aussi, durant mon séjour en Bretagne cet été, j’ai eu envie d’y faire une balade le long de la mer…

En effet, Dinard présente la particularité de disposer d’un cheminement piéton (intégré dans le GR34, le fameux sentier des douaniers breton) qui permet de longer la mer en faisant le tour des pointes rocheuses par le bas ! La partie la plus connue est la promenade du Clair de Lune, particulièrement fleurie et plantée d’une végétation exotique. Mais la promenade peut continuer bien au-delà de l’embarcadère du Bec de la Vallée en direction de la plage de l’Ecluse, la grande plage de Dinard, au pied du casino.

Toutefois, pour des contraintes liées à la difficulté de trouver un stationnement dans la station balnéaire en plein été, ce n’est pas ce secteur que nous avons parcouru. En effet, nous avons débuté notre balade entre Saint Enogat et Saint Lunaire, sur le GR34. Nous avons ainsi rejoint la plage de Saint Enogat où nous avons rejoint le cheminement pédestre au pied des rochers.

A partir de là, au fil de l’avancée, les points de vue sur Saint Malo et les ilots qui l’entourent se multiplient. La progression se fait au ras de l’eau (l’itinéraire n’est pas accessible si la marée est trop haute), entre les rochers, longeant parfois de petites criques desservies par des escaliers privés descendant des villas XIXe siècle situées au dessus.

Nous finissons par apercevoir la plage de l’Ecluse, où nous choisirons de ne pas poursuivre la promenade (nous avons déjà parcouru plus de 3 km et il nous faudra retourner à la voiture… après avoir fait un peu de shopping dans les jolies boutiques de la station).

Nous profiterons de notre passage dinardais pour aller acheter un goûter chez Vent de Vanille, le dernier né des Maisons de Bricourt (la galaxie de la famille Roellinger). Leurs glaces en particulier associent les épices aux parfums traditionnels pour le plus grand plaisir des papilles !

Depuis la pointe de la Roche Pelée, vue sur Saint Malo et ses ilots
Villas au dessus de la plage de Saint Enogat
Cheminer le long de la mer…
Le long des plages, au pied des rochers
Regarder en arrière vers Saint Enogat
La pointe de la Malouine avec l’emblématique villa des Roches Brunes. En avant plan, on remarque l’oeuvre « Il Peso del Vento » de l’italien Penone sur le promontoire de la villa Greystones appartenant à François Pinault
Nous arrivons en vue de la plage de l’Ecluse
Saint Malo à l’horizon…
Sorbets framboise/harissa et fraise/poudre défendue (la poudre défendue est un mélange d’épices créé par Olivier Roellinger)

Dinard – Ille-et-Vilaine – août 2022

(*) Vent de Vanille, 3 bis Bd du Président Wilson, 35800 Dinard (en face de la piscine d’eau de mer)

[projet 52-2022] semaine 34 – en pleine nature

Cette semaine, le projet 52 nous emmène en pleine nature.

J’aime me retrouver en pleine nature, pour me promener, pour randonner, pour respirer, pour prendre l’air tout simplement. J’ai la chance d’avoir souvent habité à proximité de lieux où je pouvais facilement me retrouver en pleine nature. Enfin, je dis chance mais cela a aussi été un choix à certains moments !

Aujourd’hui, je peux aller dans le Vercors en quelques minutes de voiture ou me retrouver dans les bois à quelques minutes à pied. Quand j’étais en région parisienne, j’avais volontairement choisi mon lieu de vie à côté de forêts, dans lesquelles je pouvais me rendre à pied depuis chez moi. Enfant et adolescente, nous partagions nos dimanches entre l’herbu du Mont Saint Michel, la forêt de Villecartier, les promenades-cueillettes dans les chemins creux à la saison des champignons et des châtaignes… L’été, j’allais au bord de la mer chez mes grands-parents maternels, ou à la pêche aux coques dans la Baie du Mont Saint Michel avec mes grands-parents paternels.

Je peux affirmer que j’ai à la fois l’habitude et le besoin de me retrouver régulièrement en pleine nature pour équilibrer ma vie !

Alors, quand il a fallu choisir une photo pour illustrer le thème, j’ai eu du mal à faire un choix. En effet, je ne parvenais pas à me décider sur le lieu que j’allais vous montrer.

Finalement, j’ai opté pour une photo prise en bord de mer lors de mes dernières vacances en Bretagne. Nous sommes entre Saint Lunaire et Saint Enogat, sur le sentier des douaniers (sur une portion du superbe GR34), en train de randonner avec l’île de Cézembre face à nous.

*****************

Afin de découvrir où les autres participants vont nous emmener en pleine nature, il suffit de suivre les liens dans les commentaires

[Drôme] fin de journée estivale en Drôme Provençale

En juillet, nous sommes allées passer une fin de journée en Drôme Provençale avec Melle 3e. J’avais en effet réservé de longue date des places pour les Fêtes Nocturnes à Grignan, et nous avions prévu initialement de passer une bonne partie de la journée dans le secteur de Saint Paul Trois Châteaux (nous avions trouvé les paysages superbes lorsque nous y étions descendues pour une compétition d’équitation en juin). L’intensité de la chaleur (la Drôme était en alerte canicule depuis quelques jours déjà) nous a conduit à réviser nos ambitions à la baisse, sans toutefois nous faire complètement renoncer !


La Garde Adhémar, l’un des plus beaux villages de France

Nous sommes arrivées vers 17.00 à La Garde Adhémar, premier arrêt de notre fin de journée. Situé sur un éperon calcaire, le village a conservé sa structure médiévale, dominée par l’église (que l’on aperçoit d’ailleurs depuis l’autoroute A7). Comme cinq autres villages en Drôme (Mirmande, Grignan, Chatillon-en-Diois, Le Poët-Laval, Montbrun-les-Bains), La Garde Adhémar est classée parmi les plus beaux villages de France.

Depuis la place centrale, ombragée de platanes, nous avons parcouru les ruelles aux façades de pierres blanches jusqu’aux anciens remparts. Puis, nous avons gagné l’église romane, construite au XIIe siècle, et dont la sobriété invite au recueillement.

Depuis le parvis de l’église, nous avons pris le temps d’admirer la vue sur la plaine dans laquelle on devine le ruban bleu du Rhône. Puis, nous sommes descendues dans le jardin des herbes.

Façade de calcaire blanc et figuier de Barbarie… un petit goût de la Provence
L’église romane de La Garde Adhémar domine le village et le paysage
Vue sur l’église en descendant dans le jardin des herbes

Le jardin des herbes, jardin remarquable

Alors que nous descendons les escaliers, c’est une nuée de papillons qui nous accueille dans le jardin des herbes. Installés sur les anciens potagers en terrasse du village, ce jardin a été créé en 1990. Jardin municipal, il accueille plus de 200 espèces de plantes aromatiques et médicinales, soigneusement étiquetées avec leur nom et leurs usages.

Le lieu charme par son agencement et la richesse de sa flore qui se déclinent en de jolies palettes colorées et odorantes. Une source permet d’en assurer l’approvisionnement en eau, mais aussi l’épanouissement un figuier.

Le jardin des herbes domine la plaine du Rhône
Des dizaines de papillons se régalent des nectars des différentes fleurs du jardin
Petite pause à l’ombre des arbres… avant de repartir affronter la chaleur et le soleil !

Le Val des Nymphes, havre de fraicheur

Cela faisait un moment que j’avais envie de découvrir le Val des Nymphes, sur la commune de La Garde Adhémar, et comme c’était sur notre route vers Grignan en repartant du village, nous n’avons pas manqué de nous y arrêter.

Au cœur de la forêt, un panneau indique l’entrée du site et j’aperçois la chapelle depuis la route. Nous laissons la voiture un peu plus loin, sur un espace de stationnement. Nous longeons la route pour revenir jusqu’au chemin conduisant au site. Des chênes centenaires nous entourent alors que nous prenons le sentier menant à la chapelle.

C’est une impression de fraîcheur qui nous frappe en premier. En effet, une source et un réseau hydraulique sont présents sur le site. La source est d’ailleurs sans doute à l’origine de cultes antiques aux Mères Nymphes : sur la colline calcaire, l’eau se fraye presque miraculeusement un chemin pour s’écouler au cœur des rochers.

Mais c’est au Moyen-Âge qu’est édifiée la chapelle romane encore présente sur le site. L’endroit est alors un prieuré dépendant de la puissante abbaye de Tournus. Des fouilles et sondages archéologiques ont également permis de retrouver la trace d’un habitat médiéval et d’autres chapelles.

Nous explorons les lieux, à l’ombre des vieux chênes. Melle 3e escalade les rochers en surplomb de la source. Nous admirons le reflet de la chapelle dans le bassin à l’eau cristalline. Le site n’est pas très étendu mais nous prolongeons notre arrêt pour en profiter au maximum.

J’avais entendu parler du Val des Nymphes à de nombreuses reprises comme d’un lieu magique… Je crois que le qualificatif est encore en-dessous de ce que nous y avons ressenti.

La source du Val des Nymphes a été canalisée et une fontaine créée directement dans le calcaire du site.
La chapelle romane se reflète dans un bassin alimenté par la source

Grignan, en attendant le spectacle

Nous arrivons à Grignan alors qu’il est presque 19.00. Le spectacle commence à 21.00. Nous faisons un petit tour dans le village, explorant quelques rues où je n’ai pas l’impression d’être déjà allée.

Puis, nous allons diner au Café de Vignerons. Nous nous y étions arrêtés l’an dernier pour prendre un verre et avions regretté d’avoir déjà réservé ailleurs pour le diner. Cette année, nous avons anticipé et réservé une table pour déguster de délicieux tapas (la cuisine est rattachée à celle de l’établissement étoilé Le Clair de la Plume). Bien entendu, je les accompagne d’un verre de vin de l’appellation Grignan-les-Adhémar. Nous nous régalons et profitons tranquillement de notre début de soirée.

Nous prenons ensuite la direction du château où se joue le spectacle. Mais avant cela, nous avons le temps de profiter du coucher de soleil et de la vue depuis les terrasses du château. La Lune semble saluer le Mont Ventoux, tandis que de l’autre côté, l’astre solaire tire sa révérence.

L’heure de rejoindre notre place approche. Cette année, ce sont Les Fâcheux de Molière qui ont été montés. Jouée pour la première fois lors d’une fête au château de Vaux-le-Vicomte devant Louis XIV en 1661, elle ne fait pas partie des plus populaires du répertoire de l’auteur. Pourtant, cette comédie-ballet, reprise dans une version la plus proche possible de celle d’origine. Ainsi, Thomas Cousseau (que l’on avait pu voir l’an dernier sur la même scène dans le rôle du Capitaine Fracasse) reprend les rôles de presque tous les Fâcheux, joués par Molière lui-même dans la mise en scène initiale. Sur scène, 5 comédiens, 2 danseurs et 3 musiciens suffisent à faire revivre l’esprit du XVIIe siècle avec un texte qui trouve des résonances atemporelles.

Presque deux heures se sont écoulées à la fin de la représentation. Nous passons au bar du Bosquet dans les jardins du château afin de prendre un rafraichissement avant de reprendre la route vers la maison !

Heure dorée sur la façade du château
Le soleil dore la façade de la cour du puits
La Lune se lève au dessus du Géant de Provence
Fin de journée sur la terrasse du château

Malgré le programme un peu restreint à cause de la chaleur, cette fin de journée en Drôme Provençale aura été pleine de jolies découvertes et de bons moments… De quoi nous donner envie de revenir !

La Garde Adhémar & Grignan – Drôme – juillet 2022

[petits moments] en passant par l’Allier

J’ai passé deux journées dans l’Allier cet été : une première sur la route vers la Bretagne où j’ai profité d’une cérémonie familiale pour faire un peu de tourisme à la limite de l’Allier et du Puy de Dôme, puis une seconde sur la route du retour où je me suis arrêtée à la limite de l’Allier et du Cher, puis en forêt de Tronçais.

Je reviendrai en détail sur les principales découvertes de ces deux jours (je mettrai à jour les liens dans le bas de cet article dès qu’ils seront actifs), mais voici déjà quelques instantanés….

************************

En fin de journée à Montluçon, j’ai flâné dans les rues de la Cité Médiévale. La silhouette du château des ducs de Bourbon se repère de loin !

Un peu plus loin, devant l’imposant bâtiment XIXe siècle de la mairie, le spectacle des jets d’eaux m’a fasciné un bon moment….

Montluçon – Allier – juillet 2022

************************

Sur la route du retour, j’ai dormi une nuit au cœur de la forêt de Tronçais… Au petit matin, l’ambiance sur l’étang était particulièrement magique…

Cela m’a vraiment donnée envie d’organiser un petit séjour pour randonner et découvrir cette magnifique chênaie !

Étang de Tronçais – Allier – août 2022

************************

Juste avant de reprendre l’autoroute pour rentrer, nous avons fait un arrêt-découverte dans le petit village de Hérisson, qui avait été classé 3e de l’émission Le village préféré des français en 2021.

A deux pas du marché, dans les petites rues médiévales du village….

Nous avons en particulier apprécié de nous promener dans les ruines du château médiéval qui domine le village…

Hérisson – Allier – août 2022

************************

Liste des articles relatifs à ces passages dans l’Allier :

[projet 52-2022] semaine 33 – carte postale

Le thème « Carte postale » de cette semaine du projet 52 me fait immanquablement penser aux vacances. J’aime bien en effet envoyer (et recevoir) des cartes postales quand je suis en vacances, que ce soit loin ou proche de chez moi. Je leur trouve un côté intemporel, et j’apprécie qu’il faille un peu de temps pour les recevoir. C’est tellement en opposition avec l’immédiateté des réseaux sociaux et autres partages instantanés de clichés…

Je passe donc pas mal de temps à scruter les présentoirs de cartes postales (et j’en achète aussi pour ramener à la maison d’ailleurs en guise de souvenirs !). Voici donc un présentoir croisé au détour d’une rue dans une petite ville de bord de mer…

***********************

Pour découvrir les cartes postales des autres participants, il suffit de suivre les liens dans les commentaires.

NB : c’est l’été et si les vacances sont terminées, je compte bien profiter de mon week-end. Je vais donc être assez peu disponible ce week-end. Toutefois, pas d’inquiétude, je passerai au moins valider les commentaires qui seraient en modération !

[Drôme] Mirmande & Cliousclat, villages perchés

Cela faisait un moment que j’avais envie de retourner me balader à Cliousclat, un village perché plein de charme. Aussi, un dimanche matin, je suis partie pour m’y promener… Mais le hasard est parfois un peu farceur et une erreur à une bifurcation sur la route m’a fait arriver au pied de Mirmande, un autre village perché. Qu’à cela ne tienne, j’ai d’abord fait le tour de Mirmande avant de rejoindre Cliousclat, les deux villages n’étant distants que de quelques kilomètres.


Mirmande, tôt le matin…

Mirmande est un village classé parmi l’un des plus beaux villages de France. Cette classification, amplement méritée, a pour conséquence que les visiteurs s’y pressent nombreux à la belle saison. Pour éviter une trop importante foule, j’y vais généralement en arrière saison ou tôt le matin. Comme j’étais partie tôt de chez moi le matin afin d’éviter la chaleur lors de ma balade, il était encore tôt quand je suis arrivée à Mirmande.

J’ai donc emprunté les petites ruelles pour monter vers l’église (où une exposition sur Boncompain, un artiste drômois est présentée cet été jusqu’au 30 septembre, mais j’étais trop tôt pour pouvoir la visiter… on ne peut pas avoir que des avantages à être matinal dans les lieux touristiques !). C’est chaque fois un vrai plaisir que de flâner sans plan, passant d’une calade à un escalier, d’un point de vue sur la vallée à une vue sur les toits…

Je n’ai croisé presque personne, mais j’ai pu faire connaissance avec plusieurs chats, plus ou moins curieux de ma présence. Et j’ai terminé cette balade par un café en terrasse… Comme un goût de vacances avant que celles-ci n’aient commencé !

A l’heure où les commerces commencent à peine à ouvrir…
French touch
Sous la treille
Croiser quelques chats…
Le café en terrasse, un goût de vacances !

Mirmande – Drôme – juillet 2022


Cliousclat, village de potiers

Je n’étais venue qu’une seule fois à Cliousclat, il y a déjà plusieurs années. Plus petit que Mirmande, le village n’en est pas moins charmant.

Je me suis promenée dans les petites rues du village, allant d’une place ombragée à une autre. J’ai fait un arrêt rafraichissant au bord du lavoir-fontaine où de petites plantes avaient été déposées dans des pots de terre brisés. J’ai laissé mon regard s’attarder sur les rebords de fenêtre garnis de pots de fleurs.

Il faut dire que Cliousclat est un village renommé de potiers. Plusieurs ateliers y sont installés, faisant perdurer une tradition séculière. En effet, le travail de la terre vernissée se fait depuis le XIXe siècle dans le village qui dispose d’une carrière d’argile. Au début du XXe siècle, la fabrique de poterie de Cliousclat est construite, permettant de réunir en un même lieu l’ensemble des étapes du travail du potier. La fabrication s’industrialise, et la production se diversifie, passant des récipients nécessaires au travail de la ferme à ceux de la table familiale. Les familles Anjelaras puis Sourdive assurent la direction de l’établissement qui emploie de nombreux ouvriers.

En 2012, la production industrielle s’arrête sur le site. Une SCIC est alors créée sous l’égide de la mairie afin de racheter la poterie et relancer une fabrication dans le lieu classé Monument Historique depuis 1997. Aujourd’hui, la Poterie de Cliousclat produit des jarres et pots pour le jardin ainsi que de la poterie culinaire. Un petit musée a également été installé dans le bâtiment… et il est très difficile de repartir les mains vides de la boutique (je n’ai pas réussi en tous cas !).

Charmantes ruelles du village
Sous la fontaine du lavoir…
Reflet dans le lavoir
Pause fraicheur au bord du lavoir
Bord de fenêtre fleuri
impossible de ne pas faire un tour à la Poterie !
plat vernissé ancien avec un décor « au clou »
Poterie culinaire à la boutique…

Cliousclat – Drôme – juillet 2022

[petits moments] entre Bretagne & Normandie – été 2022

Les vacances en famille se sont achevées en fin de semaine et je vais reprendre le chemin du bureau mardi matin. J’ai cette année encore fait de jolies balades et visité de beaux endroits. J’ai bien entendu fait de (très) nombreuses photos. J’ai pas mal d’articles à écrire pour tout vous raconter, tout vous montrer… Cela me prendra sans doute un peu temps (je mettrai à jour les liens dans le bas de cet article au fur et à mesure des parutions).

J’ai aussi quelques images qui ne trouveront pas de place dans un article sur un lieu en particulier, aussi les voici en mode fourre-tout

Peu de photos d’hortensias cette année en raison de la sécheresse. Ceux de la cour de ma maison d’enfance étaient en effet tous secs, et j’espère qu’ils réussiront à repartir pour l’année prochaine… Celui-ci poussait dans un vallon ombragé, au pied d’une source qui n’était pas tarie, ce qui explique sa bonne forme !

*******************

Après avoir accompagné Mr 2e à la gare de Rennes, je suis allée en ville avec Melle 3e pour quelques achats. Nous en avons profité pour aller (re)voir les Portes Mordelaises où les fouilles archéologiques et les travaux ont pris fin. Vestiges des anciens remparts de la ville, je les ai toujours trouvées très impressionnantes. Nous avons également fait le tour de l’imposante cathédrale qui se trouve à proximité des portes.

La rue des Portes Mordelaises est bordée de maisons à pans de bois
Façade à pans de bois du XVIIe siècle (On a construit très tardivement des maisons à pans de bois dans Rennes en raison du manque de pierre de construction à disposition sur place)
Les Portes Mordelaises
La cathédrale de Rennes, de style classique

Rennes – Ille-et-Vilaine – août 2022

*******************

En faisant le marché, j’ai trouvé un stand d’épices et le Kari Breizh a attiré mon œil. Il est inspiré du Kari Gosse, le mélange d’épices lorientais. En effet, Lorient était un port d’importation des épices, fondé pour servir de port de base à la Compagnie des Indes au XVIIe siècle.

*******************

Liste des articles relatifs à ce séjour :

[projet 52-2022] semaine 32 – été

Cette semaine, le projet 52 nous invite à illustrer l’été… Alors que nous sommes au milieu du mois d’août, on peut dire que c’est de saison !

Cette année, l’été est particulièrement chaud et, tout comme l’hiver et le printemps qui l’ont précédé, extrêmement sec… J’avais pensé descendre un peu le lit de la rivière qui traverse mon village afin de trouver l’assec, même pas 2 kilomètres plus bas. Je n’avais encore jamais vu le niveau de celle-ci aussi bas et il est possible de la traverser à pied sec au cœur même du village. Mais je n’en ai pas eu le temps avant de partir en Bretagne (dont je reviens normalement ce samedi ! – cet article est programmé).

L’été, ce sont aussi les glaces, les terrasses, les soirées qui se prolongent… et les balades dans les vieux villages tôt le matin afin de profiter de la relative fraicheur et du peu de monde déjà sur place !

Voici donc le paysage tel qu’on peut le découvrir depuis les hauteurs de Mirmande, un village perché à une trentaine de kilomètres de chez moi mais où le dépaysement est déjà présent, où tout chante encore plus le Sud que chez moi, où la Provence se profile réellement…

*******************

Pour voir ce que l’été a inspiré aux autres participants, il suffit de suivre les liens dans les commentaires..

NB : vous l’avez sans doute compris : je suis sur la route du retour de Bretagne. Je ne sais donc pas à quelle heure je vais arriver (puisqu’à l’heure où j’écris, je ne sais pas à quelle heure je serai partie…). Et à mon arrivée, j’aurai encore pas mal de choses à faire à la maison .Toutefois, pas d’inquiétude, je passerai valider les commentaires qui seraient en modération dès que possible !

[petits moments] chercher la fraîcheur au Parc des Trinitaires

Après plusieurs jours de canicule, c’est au parc des Trinitaires que Melle 3e et moi sommes allées chercher un peu de fraîcheur. C’est un parc valentinois que nous connaissons bien (Melle 3e y pratique parfois la course d’orientation) : plus sauvage que le parc Jouvet voisin, il présente l’avantage d’être non seulement parcouru par un ruisseau et de nombreux canaux mais aussi celui d’être en sous-bois. Nous y étions d’ailleurs allés en famille l’été dernier dans un but similaire…

Si nous avons bien trouvé l’ombre attendue, et une relative fraîcheur, nous avons été surprises du faible niveau d’eau dans le ruisseau de l’Epervière. De même, certains canaux étaient asséchés, le débit de la source ne permettant pas de tous les alimenter… Cette année est vraiment catastrophique et il faut vraiment fermer les yeux pour ne pas se rendre compte de la sécheresse que nous vivons (pour mémoire, la Drôme est en vigilance sécheresse depuis avril. Cela a été remonté d’un niveau fin mai pour finalement être placée en alerte maximale sécheresse mi-juillet).

Quoi qu’il en soit, nous étions contentes d’avoir eu cette idée (nous devions être à Valence vers 13.00 pour déposer Mr 2e au train, et cherchions donc une promenade à faire pas trop loin de la gare et qui ne serait pas trop pénible en début d’après-midi). Cette promenade s’est révélée une fois de plus fort agréable malgré la (très) forte chaleur de ce jour-là.

Depuis le quartier de la Comète, rejoindre le parc des Trinitaires en longeant le ruisseau de l’Epervière
A l’ombre des arbres…
Plongée au cœur d’un monde de verdure
Comme une envie de mettre les pieds dans l’eau !
Se contenter de plonger les mains dans l’eau fraîche d’un canal

Parc des Trinitaires – Valence – Drôme – juillet 2022

(*) Différents accès sont possibles pour le Parc des Trinitaires : depuis le parc Jouvet et le quartier de la Comète via la 2e impasse de la Comète (suivre le fléchage Jouvet-Epervière), depuis l’avenue Maurice Faure située en surplomb du parc, depuis le quartier de Valensolles par l’allée de l’Epervière…
Le tour complet du parc fait environ 1.5 km