[petits moments] février 2022 en vrac

Ce mois de février a été marqué par quelques jours d’isolement familial pour cause de covid, et une dizaine de jours d’immobilisation de ma main droite pour cause de tendinite sur la liaison pouce/poignet… L’avantage, c’est que j’ai eu du temps pour me reposer ! Par contre, j’ai un peu ralenti le rythme par ici.

Mais février a aussi été le mois de mon anniversaire. Et ma mère m’a, cette année encore, fait livrer un superbe bouquet !

********************

Nous n’avons pas non plus dérogé à la soirée crêpes de la Chandeleur…

********************

J’ai pu profiter de magnifiques couchers de soleil…

Valence – 06/02/2022

********************

A l’occasion d’une course à faire à Montélier, j’ai fait un crochet par le Jardin Sémaphore où je n’étais pas allée depuis très longtemps. Il présente surtout l’intérêt d’être un bel espace de jeux pour les enfants, avec un petit canal au milieu et deux belles sculptures : un chat s’étirant, et deux fillettes se chuchotant des secrets. Toutefois, je préfère largement la poésie du Jardin des Rêves.

Chuchotis – Christian Maas (2000)
Toutes griffes dehors – Christian MAAS (2005)
Chuchotis – Christian Maas (2000)

Jardin Sémaphore – Montélier – Drôme

********************

J’ai reçu la boite de chocolats que j’avais gagné chez Chocoladdict… et ils sont délicieux !

Petits coeurs litchi et kalamansi de Bertrand Chocolatier (Roanne – Loire)

********************

Je suis passée à Romans pour quelques courses en centre-ville et j’ai profité d’avoir laissé la voiture le long de l’Isère pour flâner un peu….

********************

[projet 52-2022] semaine 8 – gourmandise

Je dois dire que j’ai eu du mal à choisir une photo pour illustrer ce thème gourmandise du projet 52. Non pas que je n’en avais pas, mais plutôt que j’en avais de nombreuses…

J’avais ainsi des photos de goûters gourmands, d’un diner en famille au Bac à Traille il y a une dizaine de jours, d’un brunch samedi dernier pendant les vacances, de gâteaux aussi beaux que bons….

Finalement, j’ai choisi une photo d’un petit déjeuner hyper gourmand pris chez Tamper & Yummy un samedi matin (il y a deux semaines) où il n’était initialement pas prévu que j’aille à Valence. Sur la table : un jus d’agrumes/gingembre fraichement pressé, un ginger latte au lait d’amande et une part de cheesecake…

*************************

Pour voir les gourmandises des autres participants, il suffit de suivre les liens dans les commentaires.

[exposition] Albert Voisin, dit Vanber – la collection de la ville de Crest

Vanber au Centre d’Art de Crest, voilà encore une exposition que je suis allée voir dans les derniers jours de sa présentation…. Je l’avais pourtant repérée dès son accrochage, mais faute de trouver le bon moment, j’ai reculé ma visite jusqu’à la semaine dernière. Cela aurait pourtant été dommage de ne pas aller voir cette exposition qui présente des œuvres variées d’Albert Voisin, dit Vanber. Peintures, collages, tapisseries issus de la collection de la ville de Crest sont ainsi exposés.

Créateur prolifique, Vanber a produit plus de 5000 œuvres tout au long de sa carrière artistique. La plupart sont signées mais ni datées ni nommées. Il refusera de vendre ses œuvres de son vivant, faisant par contre des dons, comme au musée de Valence qui se verra offrir une dizaine d’œuvres en 1994. La ville de Crest sera la bénéficiaire d’une donation des héritiers de Vanber en 1995 de 120 œuvres suite au décès de l’artiste quelques mois auparavant. C’est cette collection qui est présentée dans l’exposition au centre d’art de Crest.

Vanber découvre la Drôme et l’Ardèche à la fin des années 1940, dans le sillage de ses amis artistes comme Albert Gleizes, initiateur de la communauté de Moly-Sabata en Isère, et André Lhote, installé à Mirmande. Il finira pas s’installer définitivement à Crest en 1956, dans une maison située juste au pied de la Tour. La ville et ses environs deviendront alors un sujet récurrent de sa production artistique influencée par le cubisme et l’abstraction.

Les œuvres présentées dans l’exposition font donc la part belle aux vues de Crest et ses environs, et il est plaisant de s’amuser à situer les sujets des tableaux. Les couleurs pour représenter la Drôme sont toujours très lumineuses (les quelques vues de Normandie présentes dans la collection de la ville de Crest sont peintes dans des teintes plus sombres..), dans la lignée de celles d’André Lhote.

Je ne connaissais pas le travail de Vanber avant d’aller voir cette exposition, même si j’avais déjà eu l’occasion de croiser quelques-unes de ses œuvres. J’ai eu un réel coup de cœur pour plusieurs des tableaux présentés, à la composition complexe et aux traits simples, hypnotiques….

Face à la Tour de Crest et à la chapelle des Cordeliers…
Peintures & collages
Jouer avec les reflets
Jouer avec les reflets (bis)
Collage comme une peinture / Peinture comme un collage

Exposition Albert Voisin, dit Vanber / La collection de la ville de Crest
Centre d’Art de Crest
Drôme – février 2022

(*) L’exposition Vanber se tient au Centre d’Art de Crest (place du Champ de Mars) jusqu’au 27 février 2022… Il vous reste donc encore quelques jours pour en profiter !

[Drôme] aller à la Grotte de la Dame

Un samedi après-midi d’hiver, après avoir déposé Mr 1er et Melle 3e au centre équestre, nous avons décidé d’aller faire un tour du côté de la Grotte de la Dame avec Mr 2e.

Le soleil brille, et à travers la frondaison des arbres, le ciel est bien bleu. Nous prenons le petit chemin en direction de la cascade du Rif. Elle porte encore quelques traces des gelées des jours précédents. Cette fois encore, la lumière arrive pile sur l’eau, créant une ambiance particulièrement magique. Nous restons un long moment au bord de la mare à admirer l’effet des rayons du soleil filtrés par les branches des arbres sur l’eau qui s’écoule. Le lieu est tellement paisible que c’est chaque fois un bonheur de pouvoir profiter de ces instants.

Nous décidons de poursuivre notre chemin, en prenant le sentier qui monte vers la grotte de la Dame, puis de monter l’escalier métallique (attention, les marches ne sont pas très pratiques, et par temps humide, elles glissent !) afin de gagner la cavité. L’histoire de cette grotte est fortement liée au protestantisme. En effet, la Dame en question est Catherine de Cornillan, seigneur des lieux, qui a rejoint la Réforme, et entrainé avec elle l’ensemble du village. La grotte sert alors de lieu de repli pour les réformés lors des attaques durant les guerres de religion. Puis, lorsque l’édit de Nantes sera révoqué par Louis XIV, la grotte sera utilisée pour le culte au désert. (Aujourd’hui encore, le village de la Baume Cornillane est resté attaché au protestantisme et il ne comporte pas d’église, seulement un temple.) La grotte est de grande dimension, et offre depuis son porche une très belle vue sur les environs et la plaine de Valence.

Après une petite pause pour admirer la vue, nous reprenons le chemin en sens inverse pour regagner la voiture que nous avions laissée au bord de la route.

Le ciel est bleu et la température fraîche… une belle journée d’hiver !
Au pied de la cascade du Rif
Les rayons du soleil viennent éclairer la cascade
Magie d’un instant
Depuis le porche de la Grotte de la Dame, vue sur la plaine de Valence

La Baume Cornillane – Drôme – janvier 2022

[petits moments] une journée de CSO au bord du lac

Dimanche dernier, avec Melle 3e, nous étions à Montélimar pour une journée de CSO. Il s’agissait d’un gros concours et la reconnaissance du parcours pour la matinée avait lieu à 7.30. Aussi, après un départ de nuit (le rendez-vous était fixé à 5.30 aux écuries…), j’ai pu profiter d’un joli lever de soleil sur le lac de la base de loisirs de Montélimar, à deux pas du centre équestre où avait lieu le concours.

Petit matin au bord du lac
En regardant vers l’Ardèche et le pont du Teil
Lever de soleil…
Couleurs du matin sur la base de loisirs

La journée s’est ensuite enchainée au rythme des parcours pour Melle 3e (qui fera deux jolis tours sur deux chevaux différents en club 3 et club 2) et ses camarades. Finalement, nous repartirons après la tombée de la nuit, bien fatiguées de cette grosse journée dehors durant laquelle nous avons beaucoup marché !

Prêtes à y aller…
Concentration..
Où l’on se rend compte que les cours de mise en selle ne sont pas inutiles… Melle 3e a « perdu » son étrier deux obstacles plus tôt !
L’attente…

Base de loisirs & centre équestre de Montélimar – Drôme – février 2022

(*) Il est possible de faire intégralement le tour du lac à pied. La promenade fait environ 2.5 km. Je l’aurais bien faite mais une fois que Melle 3e a eu terminé ses tours, la météo s’était largement couverte et la pluie menaçait. J’ai donc préféré ne pas prendre le risque de me retrouver loin de tout abri au moment où l’averse s’abattrait…

[projet 52-2022] semaine 7 – un coin de ciel bleu

Ces dernières semaines, la météo nous a gratifiés de plusieurs jours très ensoleillés, de quoi faire le plein de vitamine D au cours de promenades ou de moments de détente au parc.

Vous avez d’ailleurs pu le constater dans mes derniers billets : le ciel était souvent bleu, que ce soit à la Tour de Barcelonne, en montagne ou en campagne….

J’avoue qu’en conséquence, j’ai eu un peu de mal à choisir la photo pour illustrer le thème. Finalement, je vous emmène au Parc de l’Île Girodet, à Bourg-les-Valence où je suis allée me promener récemment. Le soleil brillait et s’il y avait bien quelques nuages épars, il y avait un joli coin de ciel bleu au dessus du bassin de joutes, le long du Rhône !

**********************

Pour voir le ciel bleu chez les autres participants, il suffit de suivre les liens dans les commentaires.

NB : ce week-end sera les seuls jours de vacances que j’ai en commun avec tous mes enfants alors nous comptons bien en profiter en famille. Je ne sais donc pas exactement quand je pourrai valider les commentaires qui se trouveraient en modération, ni quand je ferai un tour sur vos blogs…

[Drôme] monter au sommet de la Croix de Chabreille

Alors qu’au début de l’hiver, je n’avais pas eu le temps d’aller profiter de la neige en montagne avant qu’elle ne fonde, j’ai pu y aller mi-janvier après de nouvelles chutes. Je n’ai pas eu besoin d’aller très loin et je me suis arrêtée avant le Col des Limouches en montant dans le Vercors depuis la plaine de Valence.

J’avais repéré il y a quelques années une petite randonnée en direction de la croix de Chabreille, mais n’avais alors pas pu la faire en raison d’une entorse au genou encore trop récente. Cette fois, aucune blessure ne viendrait m’en empêcher !

Un peu avant le Col des Limouches (quand on y monte depuis Valence donc), on trouve sur la gauche de la route un petit parking faisant face à un grand champ. Lorsqu’il a neigé, il est impossible de louper l’endroit, surtout les jours sans école, car le champ se transforme alors en immense piste de luge pour le plaisir des petits et des grands… et le parking est vite complet (J’ai eu de la chance car une place venait de se libérer quand je suis arrivée). Le sommet portant la Croix de Chabreille est sur la droite du champ, et ses pentes servent aux glissades.

Toutefois, pour gagner la Croix, il faut faire le tour de la butte. Pour cela, j’ai commencé par traverser tout le champ de glisse en laissant la butte sur ma droite. Une fois arrivée au bout du champ (littéralement), un chemin sur la droite monte doucement vers un autre pré qu’il faut également traverser.

Au bout de ce pré, toujours sur la droite, on devine un sentier qui monte à flanc de colline. C’est par là qu’il faut passer. La pente est raide (et c’est ce qui m’avait fait rebrousser chemin la fois précédente). Mais à l’approche du sommet, on voit se profiler la croix.

Une fois en haut, le panorama est grandiose avec d’un côté la plaine de Valence (hélas un peu cachée par la pollution ce jour-là) bordée par les falaises du Vercors et de l’autre les sommets du Vercors et les flancs du plateau de Font d’Urle. La présence de la neige ajoute un peu de magie supplémentaire au tableau.

Je décide de continuer un peu à travers les buis, pour prolonger le plaisir de marcher dans la neige en admirant le paysage de tous les côtés. J’hésite à continuer sur le chemin afin de rejoindre la route en contre-bas, mais je choisis finalement de faire demi-tour afin d’éviter d’avoir à marcher au bord de la route trop longtemps.

De retour dans le grand champ, je constate que le soleil a décliné et plongé une grande partie des lieux dans l’ombre. Il fait plus frais et les familles commencent aussi à prendre le chemin du départ.

La neige est suffisamment glacée pour rendre l’utilisation des raquettes superflue
Au bord de la forêt
Il y a beaucoup de familles venues faire de la luge
En direction du petit pré
C’est parti pour l’ascension vers la Croix de Chabreille
Au sommet, profiter de la vue
Au sommet, profiter de la vue (bis)
La Croix de Chabreille (qu’on ne voit d’ailleurs pas depuis le bas de la butte !)
Marcher dans la neige…

Croix de Chabreille – Châteaudouble – Drôme – janvier 2022

[projet 52-2022] semaine 6 – souvenir d’enfance

Cette semaine encore, je vais faire court et simple pour ma participation au projet 52. En effet, si ma main va mieux, je dois encore largement la ménager…

Pour ce souvenir d’enfance, je vous propose ces livres de Beatrix Potter. J’ai découvert les aventures de Peter Rabbit quand j’étais en CE1, chez une amie qui avait reçu un livre en cadeau par la jeune fille au pair venue l’été précédent chez elle. Comme nous ne lisions pas l’anglais, nous nous racontions l’histoire à travers les images ! Lorsque, étudiante, je suis allée quelques jours en Angleterre, je me suis acheté ces 3 livres…

*******************

Pour découvrir les souvenirs d’enfance des autres participants, il suffit de suivre les liens dans les commentaires.

PS : pour les mêmes raisons que ce billet est bref, je ne pense pas être en mesure de commenter beaucoup cette semaine…

[Drôme] dans les ruines du château de Rochefort-Samson

J’avais repéré les ruines du château de Rochefort Samson lors de précédentes sorties dans la combe d’Oyans. Depuis, les circonstances ne m’avaient pas permis d’y aller. Ce début d’après-midi, j’étais initialement partie pour faire un tour dans les ruines du château de Pellafol à Barbières. Puis, j’ai aperçu l’éperon rocheux de Rochefort Samson et j’ai trouvé que c’était la journée idéale pour ajouter son château ruiné à ceux que j’ai déjà exploré sur les contreforts du Vercors !

J’ai laissé ma voiture sur le parking du site d’escalade et j’ai suivi les balisages indiquant la direction du château. Après une première montée le long du pré conduisant aux gorges, j’ai rejoint la route sur quelques dizaines de mètres. Puis, le chemin est parti à l’assaut de la montée vers le château. Bien raide (j’ai calculé ensuite que la pente moyenne était au-delà de 20%), très humide des neiges et des pluies des jours précédents, souvent à flanc de coteau, le sentier met à l’épreuve les genoux et le cardio ! Heureusement la montée n’est pas trop longue (environ 1 km entre mon point de départ et l’esplanade au pied de la butte sur laquelle se trouve le château). Et le paysage d’un côté sur la plaine de Valence, de l’autre sur le vallon de Saint Genis et le Vercors vaut largement l’effort !

Je continue mon ascension vers les ruines en passant à côté des deux petits dômes de l’observatoire du club d’astronomie Alpha-Centaure. Du château à proprement parler, il ne reste qu’un pan de mur percé de quelques fenêtres par lesquelles on peut apercevoir les montagnes de Musan et de l’Epenet parées d’une fine couche de neige. Il faut toutefois continuer un peu au-delà des ruines pour arriver jusqu’à une table d’orientation sur un paysage à 360°, située juste au-dessus du col de Saint Genis. Le ciel bien dégagé me permet de m’amuser un long moment à retrouver les points remarquables indiqués sur la plaque émaillée. Toutefois, le vent souffle sur le promontoire et m’incite finalement à redescendre.

Pour regagner ma voiture, je décide de faire le tour par le col de Saint Genis. Si le trajet est un (tout petit) peu plus long par là, il est aussi en pente plus douce… et il me permet de voir le château sous un autre angle.

Vue sur la plaine de Valence
Dans la montée vers le château depuis les Ducs
On aperçoit l’observatoire astronomique sur la gauche
Les montagnes de Musan et de l’Epenet sont légèrement enneigées
Vue le vallon Saint Genis (qui a la réputation d’être un excellent spot à orchidées au printemps)
Dans les ruines du château
Entre les montagnes, les gorges de la Combe d’Oyans
Sur le chemin du col Saint Genis depuis le château
Un coup d’oeil à la « Momie » du Vercors
Un dernier regard au château

Rochefort Samson – Drôme – janvier 2022

[projet 52-2022] semaine 5 – à la bougie

Je vais faire bref cette semaine car une tendinite me vaut une immobilisation de la main droite… donc je ne peux pas faire de photo ni de retouche et je vais à vitesse d’escargot pour saisir quelques mots.

Cette photo a donc déjà été publiée… mais je l’aime bien, et l’éclairage du bouquet est fait à la bougie !

*************************

Pour voir ce qu’il se passe à la bougie chez les autres participants, il suffit de suivre les liens dans les commentaires.

PS : pour les mêmes raisons que je fais un billet très court, je ne pense pas être en mesure de commenter beaucoup cette semaine…