[Drôme] de ferme en ferme – au pied des Monts du Matin

Les Monts du Matin, depuis Rochefort Samson

Le week-end dernier avait lieu l’édition 2021 de l’opération De Ferme En Ferme. Après être allée visiter des exploitations agricoles dans la vallée de la Drôme l’an dernier (où en raison de la situation sanitaire, ces journées avaient été décalées en septembre), je suis cette fois allée du côté des Monts du Matin.

*******************

Premier arrêt : Sensations équestres, la ferme équestre de Julie Rozeron qui fabrique des savons avec le lait de ses ânesses sous la marque Juli’Anesse. J’ai connu les savons de Julie par hasard en m’arrêtant au printemps 2019 sur le petit marché de Rochefort Samson où elle est présente (et où elle était accompagnée d’un ânon ce jour-là !) alors que je rentrais d’une balade à La Baume d’Hostun. C’était donc une belle occasion d’aller voir in situ la ferme que j’avais aperçue dans le beau reportage consacré à Julie dans l’émission Faut pas rêver sur « Les amoureux de la Drôme ».

Située sur les contreforts du Vercors, sur les hauteurs de Rochefort Samson, la ferme est située dans un cadre magique. Sur place, le parking se fait à une petite distance de la ferme afin de pouvoir disposer d’un champ qui ne soit pas trop pentu pour y laisser les voitures. C’est aussi l’occasion d’une jolie petite balade pour finir d’arriver à la ferme pendant laquelle on ne peut qu’admirer les paysages environnants.

Le clou de la visite, ce sont bien sûr les ânesses… et surtout les ânons de l’année. Le plus jeune a 3 semaines. Même s’il est encore un peu farouche et ne s’approche pas pour chercher les caresses, difficile de ne pas craquer !

Au pied des Monts du Matin
Maman et bébé
Le dernier-né sur la ferme de Julie
Regard d’âne…
Les deux autres ânons
Vue sur la vallée de l’Isère
Un dernier coup d’œil aux montagnes avant de repartir…

(*) Sensations Equestres & Juli’Anesse, les Ravets, 26300 Rochefort Samson

*******************

Deuxième arrêt : Noix & Compagnie / Terres des Matras, une exploitation diversifiée autour des noix et des lavandes.

L’arrivée à la ferme se fait entre champs de lavandes et noyeraies. Le parking est à l’ombre des noyers, ce qui compte-tenu du soleil et de la chaleur de ce samedi est bienvenu ! Une fois stationnée, je ne peux pas m’empêcher de longuement photographier le champ de lavande situé au bord de l’espace de stationnement. En effet, la perspective avec la ferme-manoir en toile de fond est vraiment superbe.

Comme je suis seule, je patiente un peu avant l’arrivée d’autres visiteurs pour une visite guidée des installations de préparation des noix après récolte. J’en profite pour aller voir les moutons qui paissent sous les noyers un peu plus bas. Une pierre de sel est la source de petits conflits entre eux, et l’on entend de temps à autre les cornes s’entrechoquer.

Puis, il est temps de commencer à en apprendre plus sur la culture de la noix. L’exploitation fait partie de l’AOP Noix de Grenoble mais produit aussi des noix du Dauphiné. En fait, l’AOP exige certaines variétés et un calibrage minimal. Aussi, les autres variétés cultivées sur la ferme ou de calibre n’entrant pas dans le cahier des charges de l’AOP ne peuvent être vendues comme noix de Grenoble, et sont donc des noix du Dauphiné.

Nous découvrons ensuite l’ensemble de la chaîne de lavage, séchage et calibrage des noix. C’est un long cheminement, mélange d’opérations mécanisées et manuelles, et j’avoue que je n’imaginais pas une telle complexité avant l’ensachage quand je mangeais des noix ! Notre guide nous parle enfin des préparations qu’ils réalisent à partir des noix avant de nous conduire à l’espace dégustation.

A l’ombre des noyers (toujours aussi bienvenue), il est temps de goûter les spécialités salées et sucrées de Noix et Compagnie, mais aussi le sirop et les huiles essentielles de lavande et lavandin ou encore l’huile de tournesol au vrai goût de tournesol (celle vendue dans le commerce est désodorisée pour devenir une huile neutre).

Les lavandes en fleurs
Autour de la pierre de sel
Noix de Grenoble vs noix du Dauphiné
Un dernier coup d’œil aux lavandes….

(*) Noix & Compagnie / Terres des Matras, impasse des Matras, 26300 Beauregard-Baret

********************

Troisième arrêt : sur le chemin du retour, j’ai fait un crochet par Bourg-lès-Valence afin de découvrir Les arômes de Genas dont j’avais plusieurs fois entendu parler. Ce producteur de plantes aromatiques propose toute une gamme de confits et sirops à partir de ses cultures. Je n’ai pas fait beaucoup de photos car à cette saison, les plantes n’étaient pas en fleurs… mais je suis complètement tombée sous le charme du lieu.

Le manoir de Genas est en effet un manoir du XVe siècle ayant été construit par François de Genas, trésorier de Louis XI. Résidant à Valence, il a fait construire la Maison Dupré-Latour. Le manoir de Genas était sa maison de campagne.

(*) Les arômes de Genas, quartier Genas, 26500 Bourg-lès-Valence

**********************

Et bien entendu, je ne suis pas rentrée les mains vides de ces visites….

De Ferme En Ferme édition 2021 – Drôme – 26 juin 2021

[petits moments] les rosiers en fleurs

Au fil des balades dans les villages et les jardins au cours du mois de mai, j’ai croisé de nombreux rosiers en fleurs. Un plaisir à la fois visuel et olfactif !

***************

Jardin Zen d’Erik Borja
Beaumont-Monteux – Drôme – mai 2021

*****************

Beauchastel – Ardèche – mai 2021

******************

Roynac – Drôme – mai 2021

PS : si vous connaissez une roseraie à une distance raisonnable de Valence, n’hésitez pas à m’en parler. C’est un peu tard pour cette année, mais je noterai l’information pour l’année prochaine.

[projet 52-2021] semaine 25 – Eté

L’été a commencé en début de semaine, le thème du projet 52 est donc parfaitement coordonné avec le calendrier.

J’aurais pu choisir une photo des lavandes en fleurs. J’aurais pu vous montrer un diner en terrasse sous les arbres. J’aurais pu vous proposer un rafraichissement coloré. J’aurais pu aller rechercher des images de bord de mer prises les années passées. J’aurais photographier les champs de céréales dorés par le soleil et bientôt prêts pour la moisson. J’aurais sans doute même pu mettre en image les orages estivaux dont nous avons quelques spécimens ces derniers jours.

Mais en passant dans un magasin de déco et d’accessoires pour la maison, à la recherche d’un tapis, avec Melle 3e, le rayon Plein Air était mis en avant : accessoires pour la piscine, pour le jardin, pour les repas en extérieur étaient ainsi au premier plan. Et plus, discrètement, quelques moulins colorés attendaient dans un coin. Sitôt que nous les avons aperçus, nous avons eu toutes les deux la même idée : il fallait en mettre un dans la cour ! Nous avons choisi celui qui avait le plus de couleurs. Il est maintenant planté dans le grand pot des iris et s’agite avec le vent.

Ces moulins qui ont pour moi le goût de l’enfance et des jeux de plage m’a ainsi semblé parfait pour illustrer l’été qui arrive.

******************

Pour voir ce que l’été inspire aux autres participants, il suffit de suivre les liens dans les commentaires.

[les états d’esprit du vendredi] 25 juin 2021

Les états d’esprit du vendredi sont un exercice de style lancé par Zenopia et The Postman (qui ne bloguent plus maintenant). La règle est simple : on complète les différentes rubriques le vendredi.

[Vendredi 25 juin 2021] – [début xx.xx] [rédigé jeudi 24 juin tard… et programmé]

Fatigue : Normale

Humeur : Excellente

Estomac : le nouveau pain de la boulangerie à côté du bureau avec du sarrasin est vraiment délicieux.

Condition physique : rien de particulier

Esprit : vagabond

Boulot : Un déplacement à Paris, des réunions dans tous les sens, … La semaine n’a pas été très calme !

Culture : On a regardé Raya et le dernier dragon, le dernier Disney… et on a été agréablement surpris ! Déjà, ce n’est pas en mode comédie musicale : il y a une chouette bande son mais pas de passages chantés. Ensuite, le thème abordé, la confiance (et un peu aussi « l’union fait la force »), n’avait jamais vraiment été exploré chez Disney. Enfin, on a devant deux héroïnes qui sont bien loin de leurs statuts de princesses, qui prennent leur destin en main, et qui n’ont pas besoin d’un prince pour les aider à quoi que ce soit. Et puis, le film est visuellement très réussi !

Penser à : prendre un rendez-vous chez le vétérinaire pour le vaccin de Vador

Avis perso : certains sont parfois un peu compliqués à comprendre

Message perso : vivement les vacances !

Loulous : Ca y est, Mr 2e a terminé ses épreuves du bac. Résultats le 6 juillet.
Melle 3e se prépare à passer le brevet en début de semaine prochaine. Et Mr 1er est en stage depuis déjà 2 semaines.

Amitiés : C’est sympa de retrouver les collègues et de déjeuner ensemble.

Sorties :  je crois que je vais aller faire un tour De ferme en ferme, j’ai en particulier repéré des producteurs de plantes aromatiques.

Divers : Vador n’aime pas les orages et grogne à leur approche

Courses : cela sera sans doute un mix entre le marché, la baraque à fruits et les magasins de proximité

Envie de :  prendre l’air

Pic : fin de journée au pied du Vercors…

[fin xx.xx ]

[Ardèche] à la découverte du village de caractère de Beauchastel

Cela faisait un moment que Beauchastel était sur ma liste des villages à aller voir. Ce village de caractère est en effet situé à l’entrée de la vallée de l’Eyrieux et j’étais donc passée plusieurs fois devant déjà, sans jamais avoir pris le temps de m’y arrêter. Après avoir entendu qu’il y avait de nombreux rosiers (je vous montrerai cela plus longuement dans un billet dédié aux roses de ce printemps) au fil des ruelles, j’ai décidé d’aller voir cela de plus près.

Le parking est situé en contrebas du village installé à flanc de coteau sur la rive gauche de l’Eyrieux. Après y avoir laissé la voiture, j’ai donc pris le chemin du village médiéval. Sur la petite place, outre quelques chats, je repère assez vite une ancienne porte, l’église et une rue qui porte le nom intrigant de Rue du Ruisseau. En effet, un ruisseau court sous le pavage de la rue et si l’on prête l’oreille, on l’entend glouglouter.

Je remonte donc la rue du ruisseau en direction des ruines du château d’origine. Au pied de la tour, les genêts sont en fleurs et embaument l’air de leur odeur sucrée. Je jette un oeil depuis la table d’orientation, direction plein Sud. Juste en dessous des ruines de la tour, un petit jardin exotique où s’épanouissent cactées et succulentes fait le lien avec le théâtre de verdure et sa fenêtre sur la vallée du Rhône.

De là, j’emprunte les ruelles en escaliers qui se faufilent entre les habitations, les cours et les jardins pour redescendre doucement vers le pied du village. Je croise ainsi une source, la Fontaine du Chat (pour laquelle je n’ai pas trouvé l’histoire associée à ce nom).

C’est un vrai plaisir que de se perdre dans le labyrinthe des ruelles médiévales de Beauchastel, mais le temps file et je dois repartir….

Jardin exotique au pied de l’ancien donjon
Vue sur l’Eyrieux et la vallée du Rhône
Genêts en fleurs au pied de la tour
Depuis la table d’orientation
La fenêtre du théâtre de plein air
La vallée de l’Eyrieux
Au fil des ruelles
Passer sous les maisons
Rosiers fleuris au bord des ruelles
Tuiles  » L’Héritier – Turzon – par Charmes« 
Rue de la fontaine du chat

Beauchastel – Ardèche – mai 2021

[petits moments] dans les champs de lavandes en fleurs

Chaque année, le retour de la floraison des lavandes est un véritable plaisir. La semaine dernière déjà, j’avais aperçu que les champs à Divajeu commençaient à être déjà très bleus. J’avais alors fait un petit crochet pour voir ceux de La Baume Cornillane où j’étais allée l’an dernier, mais la floraison n’y avait pas encore débuté. La météo ayant été belle et chaude toute la semaine, j’y suis retournée hier… et j’ai bien fait !

Les champs de lavandes sont donc actuellement en pleines fleurs à La Baume Cornillane, pour le plus grand plaisir de mes yeux, mais également de mon odorat. A proximité des cultures, l’odeur suave et apaisante de la lavande se diffuse dans l’air. C’est un vrai bonheur !

J’ai donc une nouvelle fois pris plein de photos… Je me suis arrêtée au bord de cinq champs différents, dans différents secteurs de La Baume Cornillane. Trois faisaient partie de ceux vus l’an dernier, mais les deux autres ont été une belle surprise au détour d’un virage !

La Baume Cornillane – Drôme – juin 2021

[projet 52-2021] semaine 24 – avion(s)

Quand j’ai posé ce thème Avion(s) sur la liste pour le projet 52, je ne sais pas trop à quoi je pensais… Peut-être au meeting aérien à côté de chez moi qui n’aura pas encore lieu cette année ? Peut-être aux avions en papier que nous nous amusions à fabriquer et faire voler enfants ? Peut-être aux impressionants appareils de la Sécurité Civile qui stationne régulièrement sur l’aéroport devant lequel je passe chaque jour ?

Par contre, il est peu probable que je pensais à des voyages lointains car je ne suis pas très avion pour les voyages, même s’il m’est arrivé de le prendre car certaines destinations ne peuvent pas être rejointes par le train ou parce que cela m’avait été imposé dans le cadre d’un déplacement professionnel (depuis, pour les mêmes destinations, également accessibles en train, j’ai refusé l’avion et exigé le train…).

En tous cas, je n’ai plus trop pensé au thème jusqu’à la fin de cette semaine. J’ai donc dû faire appel à mes archives. Je suis repartie (virtuellement) au Musée Européen de l’Aviation de Chasse de Montélimar. Plus de 60 avions de chasse, ainsi que quelques autres aéronefs et nombres de pièces ou objets liés à l’aviation, composent le fond de ce musée situé en bordure de l’aérodrome de Montélimar. J’y suis déjà allée deux fois, chaque fois avec autant de plaisir (et en écrivant ce billet, je me dis qu’il faudrait que j’y retourne).

Pour illustrer le thème, ce n’est pas un avion complet que j’ai choisi, mais un détail qui m’impressionne toujours. Voici donc une tuyère d’avion de chasse…

********************

Pour voir les avions des autres participants, il suffit de suivre les liens dans les commentaires…

[les états d’esprit du vendredi] 18 juin 2021

Les états d’esprit du vendredi sont un exercice de style lancé par Zenopia et The Postman (qui ne bloguent plus maintenant). La règle est simple : on complète les différentes rubriques le vendredi.

[Vendredi 18 juin 2021] – [début xx.xx] [rédigé jeudi 17 juin tard… et programmé]

Fatigue : Après un dimanche bien long et bien rempli, le début de semaine a été un peu au radar !

Humeur : toujours excellente

Estomac : Les melons sont de nouveau sur les étals, ainsi que les abricots !

Condition physique : avec la chaleur, la cheville où j’ai eu une entorse à la fin de l’hiver gonfle beaucoup et devient douloureuse en fin de journée. Alors, c’est poche de glace tous les soirs.

Esprit : vagabond

Boulot : C’est le retour des déplacements professionnels avec une journée de réunion à Paris prévue la semaine prochaine.. et ce sera aussi un retour un peu plus intensif au bureau, avec 3 jours par semaine.

Culture : Je suis en train de relire les Technopères de Jadorowski. J’aime un peu moins cette série que celle des Méta-barons, mais c’était celle qui était à la médiathèque !

Penser à : faire quelques courriers administratifs

Avis perso : Le réveil pour partir avant 5.00 du matin un dimanche, la journée à marcher, piétiner dans la poussière au soleil jusqu’à plus de 20.00, le temps passé à attendre, le retour à presque 22.00 à la maison, bien fatiguée (et sale !), ça pourrait sembler pas terrible sur le papier… mais en vrai c’était une belle journée de CSO !
En plus, la vue depuis le centre équestre (à Saint Péray, en Ardèche) où cela se passait était sympa !

6.30 du matin – depuis le parking du centre équestre de La Syrah – vue sur la montagne de Crussol
Fin d’après-midi – depuis le centre équestre de La Syrah – vue sur les vignes de Saint Péray et Cornas

Message perso : Vivement les vacances !

Loulous : Melle 3e a donc repris les concours d’équitation dimanche dernier.

Mademoiselle Troisième avec Pilou

Amitiés : je suis ravie à la perspective qu’on puisse se voir ce vendredi !

Sorties : pour profiter du beau temps…

Divers : En passant à Romans le week-end dernier, je suis retournée au Terrarium, la céramiste chez qui j’avais acheté un de mes cadeaux de Noël. Je suis allée acheter une tasse, qui était ma première idée pour Noël (j’avais finalement pris un ravissant photophore et une assiette). J’aime beaucoup son travail, et je dois chaque fois me freiner pour ne pas acheter plusieurs objets (bon, OK, pour ne pas acheter plus de 2 objets quand je venais pour 1… je suis donc – encore – repartie avec une assiette en plus).

Courses : des fruits, des fruits et un peu de légumes…

Envie de :  prendre l’air !

Pic : au bord de la route, les premières lavandes en fleurs

Divajeu – Drôme

[fin xx.xx ]

[Drôme] le printemps au jardin zen d’Erik Borja

J’étais déjà allée au jardin zen d’Erik Borja en automne. Cette fois, j’avais envie de le découvrir au printemps. J’ai donc profité du lundi de Pentecôte où je ne travaillais pas pour y aller.

La météo n’était pas au beau fixe et j’ai même eu droit à quelques gouttes de pluie au cours de la promenade. Peu importe, cela n’enlève rien au charme des lieux.

Sitôt le pavillon d’accueil franchi, je suis plongée dans un autre monde, où le végétal règne en maître. A peine voit-on parfois le minéral venir tenter de lui ravir la place, mais toujours avec discrétion.

Dans le jardin, au bord des pièces d’eau, les iris sont en fleurs et les grenouilles paradent. Un peu partout, l’eau s’écoule, profitant des bénéfices des jours de pluie qui ont précédé. Le glougloutement ajoute à la sensation d’apaisement.

Je déambule sans parcours précis. Je cherche juste à profiter de la beauté et du calme des lieux. Je m’assied sur les bancs. Je respire l’atmosphère de sérénité qui berce l’endroit. Le temps s’écoule doucement, paisiblement. L’instant semble complètement suspendu.

Je croise quelques autres visiteurs. Je m’aventure à jeter un œil dans la bambouseraie. La densité des troncs est toujours impressionnante.

Au bord de l’étang, je cherche les grenouilles du regard. Certaines se reposent sur les feuilles des nénuphars. Un peu plus loin, la floraison des nymphéas a débuté, ponctuant le sombre de l’eau de touches de couleurs gaies. Le printemps est bel et bien à l’œuvre. Il suffit de jeter un œil aux pivoines et rosiers disséminés ici ou là au cœur des massifs.

Je termine la balade par un détour dans le jardin méditerranéen. Il permet faire une transition en douceur du voyage au Japon au retour dans la Drôme.

Jardin Zen d’Erik Borja – Beaumont-Monteux – Drôme – mai 2021

(*) Les horaires et conditions de visite du jardin Zen d’Erik Borja sont à retrouver sur le site internet du jardin.

[Isère] en balade à Saint Antoine l’Abbaye

Cela faisait plusieurs années que je n’étais pas allée à Saint Antoine l’Abbaye. Durant le week-end de l’Ascension, je cherchais une idée de balade qui n’impliquerait pas de me retrouver sur l’axe des départs en vacances en raison de la forte circulation. C’était donc l’occasion parfaite pour retourner dans ce plus beau village de France.

En arrivant, je me suis stationnée en bas du village, au bord de la rivière. J’ai alors repéré un panneau proposant un circuit de visite du village. Je ne l’ai pas entièrement suivi mais il m’a conduite dans un quartier aux allures médiévales situé au pied de la terrasse de l’abbaye. Des maisons à pans de bois, un ruisseau, des ruelles étroites formaient un ensemble vraiment charmant.

De là, j’ai gagné le parvis de l’abbatiale. En raison de travaux de restauration, la façade gothique était masquée, et l’entrée ne pouvait pas se faire par là. Je me suis donc dirigée vers la porte latérale pour faire un petit tour dans l’église (là aussi, pas mal de travaux étaient en cours).

En ressortant dans l’ancien cloître devenu une place du village baignée de l’ombre des tilleuls (qui hélas, commencent à vieillir et montrer des signes de faiblesse), j’ai été frappée par le calme. Comme les terrasses des bars et restaurants ainsi que les boutiques et musées étaient encore fermés, les lieux étaient nettement plus paisibles que lors de mes précédentes visites.

Je suis alors passée sous le porche des anciens bâtiments conventuels pour monter à l’arrière de l’abbaye. La route s’est transformée en chemin et j’ai rapidement surplombé l’ensemble du site. La vue de ce côté est plus inattendue mais pas moins impressionnante que celle que l’on a en arrivant par le village.

De là, j’ai prolongé la balade sur un chemin de campagne, à travers champs. Quelques noyeraies ponctuaient le paysage du vert intense de ce printemps bien humide que nous avons eu. J’ai finalement fait demi-tour au bout d’environ 2 km car l’après-midi avançait.

De retour sur la place aux tilleuls, je suis repartie en passant par l’ancienne porterie de l’abbaye, devenue mairie du village et qui mène à une jolie place bordée de platanes et de glycines. Puis au fil des rues et des goulets, je suis retournée jusqu’au parking où j’avais laissé ma voiture.

Maisons à pans de bois au pied du village
Sur la terrasse de l’abbaye
Au pied de l’abbatiale
Vue sur l’arrière de l’abbaye et les bâtiments conventuels
Au milieu des champs
L’abbaye dans son écrin de verdure
Noyeraies
Chemin de campagne
A l’ombre des tilleuls
L’ancienne porterie de l’abbaye
Glycines en fleurs

Saint Antoine l’Abbaye – Isère – mai 2021