[petits moments] perles de pluie au jardin d’iris

Comme chaque mois de mai, je suis allée voir les iris en fleurs aux Iris du Grand Barbu. Le jour où j’y suis allée, la météo était assez incertaine. D’ailleurs, pendant que j’admirais les fleurs, une grosse averse est venue arroser le jardin. Vite chassée par le retour du soleil, la pluie avait laissé des perles sur les pétales, créant de nouvelles perspectives photographiques… surtout lorsque le soleil est venu jouer avec les gouttes, comme autant de petits diamants !

Iris du Grand Barbu – Chabeuil – Drôme – mai 2021

(*) L’accès au jardin des iris du Grand Barbu est libre durant la période d’ouverture. La commande d’iris est possible. Ils sont alors à récupérer durant l’été.
Les conditions d’accès au jardin sont disponibles sur le site internet du jardin.

[projet 52-2021] semaine 21 – dans les environs

Cette semaine, je vous ai proposé d’aller faire un tour « dans les environs » pour le projet 52. Libre à chacun d’interpréter ce thème à sa guise, de définir la distance couverte par les environs, de décider s’il s’agit des environs de chez soi ou de ceux d’un lieu de villégiature…

Pour ma part, c’est autour de chez moi que je suis restée. Les limitations de distance vécues au fil de ces derniers mois m’ont parfois amenée dans des lieux proches de chez moi mais où je n’étais encore jamais allée ou ramenée dans d’autres que j’ai apprécié parcourir à nouveau.

Vendredi dernier, avec Melle 3e, à la fin de la journée, nous avons eu envie de prendre l’air. Nous sommes allées faire un tour dans la campagne environnante. A cette saison, les herbes sont hautes et attendent d’être fanées (ce qui d’ailleurs n’a pas tardé beaucoup après notre passage : les foins ont été ramassés en début de cette semaine).

Dans les environs donc, il y a la campagne, tranquille.

*******************

Pour voir ce qu’il y a dans les environs des autres participants, il suffit de suivre les liens dans les commentaires.

[les états d’esprit du vendredi] 28 mai 2021

Les états d’esprit du vendredi sont un exercice de style lancé par Zenopia et The Postman (qui ne bloguent plus maintenant). La règle est simple : on complète les différentes rubriques le vendredi.

[Vendredi 28 mai 2021] – [début xx.xx] [rédigé jeudi 27 mai tard… et programmé]

Fatigue : le long week-end a été appréciable

Humeur : toujours excellente !

Estomac : L’émission de la semaine dernière de Top Chef m’a donné envie de petits pois, et ça tombe bien car c’est la saison. J’ai donc pris des petits pois frais ainsi que des mangetouts chez un producteur en allant me balader lundi dernier.

Condition physique : rien à signaler

Esprit : vagabond

Boulot : les semaines de 4 jours, c’est bien aussi ! (et je recommence la semaine prochaine : il me restait un jour de congé à poser absolument avant fin mai..)

Culture : Nous sommes allés au Musée de Valence en famille, l’occasion de reparcourir les collections et l’exposition ALL-OVER de Philippe Favier qui est toujours installée dans l’ensemble du musée.
Nous avons regardé Avengers – End Game en famille également. Voilà un film plein de clins d’œil et de second degré qui clos un cycle tout en ouvrant de nouvelles perspectives avec les points de départ de Falcon et le Soldat de l’hiver, d’un nouvel épisode des Gardiens de la Galaxie, de Docteur Strange, ….
Et de mon côté, je continue à revoir Desperate Housewives

Penser à : aller au bac de tri sélectif

Avis perso : Il a fait meilleur cette semaine, ce qui a permis de manger dehors et c’était drôlement agréable.

Message perso : Bonne fête à toutes les mamans !

Loulous : Les CSO vont reprendre en juin pour Mr 1er et Melle 3e. L’épreuve orale d’anglais euro est finalement maintenue pour Mr 2e (pour mémoire, elle devait être supprimée dans le cadre de la mouture 2021 du bac, mais finalement mi-mai, ils ont appris que ça aurait lieu début juin. Du coup, c’était travail intensif toute la journée de mercredis pour mettre en forme quelque chose de cohérent à présenter).

Amitiés : c’est confirmé : je suis toujours aussi nulle en dates d’anniversaires ! Il y avait celui d’une amie cette semaine et si on ne me l’avait pas rappelé, j’aurais allégrement zappé…

Sorties :  en fonction de la météo….

Divers : Mes congés pour cet été sont posés et validés.

Courses : peut-être un saut au marché, en magasins de proximité sinon.

Envie de :  prendre l’air…

Pic : Pivoines…

[fin xx.xx ]

[Drôme] autour du domaine équestre des Pialoux

Durant les vacances de printemps, alors que Mr 1er et Melle 3e prenaient une leçon d’équitation, j’ai profité du soleil de la fin d’après-midi pour aller (enfin) découvrir ce qui se cache sur les hauteurs du centre équestre. En effet, cela fait bientôt 10 ans que je fréquente de façon régulière les lieux… et je ne m’étais jamais aventurée sur certains sentiers qui partent dans la montagne au dessus du domaine des Pialoux !

Partant du parking, j’ai d’abord suivi la route, puis au bout de celle-ci, j’ai pris la piste sur la droite. Celle-ci mène à différents prés occupés par les chevaux. A cette saison, les prés sont couverts de fleurs jaunes, et les couleurs éclatantes. Certains chevaux me jettent vaguement un regard mais ils sont trop occupés à brouter l’herbe verte pour vraiment s’intéresser à moi.

Je continue mon ascension, toujours sur la piste. Je croise un ruisseau que je retrouverai un peu plus loin. Je découvre de nouveaux points de vue sur la montagne de la Raye. J’admire le panorama sur la plaine de Valence avec la montagne ardéchoise qui se dessine à l’horizon.

La piste me mène dans une cluse, creusée par le ruisseau que j’entends s’écouler plus bas, au pied des parois rocheuses. L’environnement est alors plus minéral, plus austère. Mais bien vite, je rejoins une combe. Là, l’espace est suffisant pour permettre une activité agricole dans un vaste champ bordé de forêts et longé par le ruisseau. Face à moi, la piste devient chemin et mène en direction des hauteurs de Combovin, vers Combe Grand et les Terres Blanches.

Pour ma part, je fais demi-tour : j’ai un horaire à respecter ! En redescendant, je remarque plusieurs orchis pourpres que je n’avais pas vu en montant, alors que j’étais focalisée sur le paysage…

Un dernier coup d’œil aux chevaux, et je rejoins mon point de départ.

Chevaux au pré
Vue furtive sur la montagne de la Raye
En direction de la cluse
Arrivée dans la combe de l’Abbaye
Vue sur la montagne de la Raye
Panorama sur la plaine de Valence

Domaine équestre des Pialoux – Montvendre – avril 2021

[Drôme] le long des canaux de Châteauvert

A Valence, les canaux sont un véritable trésor. Conçus dès l’époque médiévale pour canaliser les différentes sources de la ville et les utiliser pour les activités humaines (maraîchage, moulins, tanneries…. ), ils sont aujourd’hui un havre de biodiversité au cœur de la ville. Il y a une quarantaine de kilomètres de canaux à Valence, en particulier dans le quartier de Châteauvert où beaucoup sont encore à ciel ouvert (certains ont été recouverts au fil du temps pour permettre l’expansion urbaine).

Profitant d’avoir une course à faire en ville et d’une belle journée de printemps, je suis allée me promener le long de ces petits cours d’eau. Je suis partie du parc de Châteauvert où j’espérais pouvoir faire un tour dans la zone humide. Malheureusement, suite à des dégradations, elle était fermée lorsque je suis passée. J’ai du coup rejoint le canal de la Grande Marquise que j’ai remonté en suivant une cane et ses petits.

J’ai ensuite pris le chemin de Robinson pour gagner la fontaine des Malcontents. Ce terme de fontaine est à prendre ici au sens premier : il s’agit en fait d’une source. Un bassin a été aménagé duquel part le canal des Malcontents. De là, j’ai gagné la zone humide de Laprat.

C’est un concert de grenouilles qui m’a accueillie. Il n’a pas été très difficile de les trouver et les observer. J’ai également passé un bon moment à admirer le ballet des libellules et à regarder les têtards. Après avoir longé les jardins ouvriers, c’est une allée de verdure avec un petit canal bordé de vieux osiers et d’iris des marais que j’ai empruntée. Alors que le soleil était haut, c’était un véritable écrin de verdure et de fraîcheur. S’il n’y avait eu les parkings d’immeuble de part et d’autre, il aurait été difficile de croire que j’étais toujours en pleine ville !

Après avoir contourné le stade des Baumes, j’ai retrouvé le canal de la Grande Marquise qui m’a ramenée au Parc de Châteauvert.

Le canal de la Grande Marquise dans le parc de Châteauvert
La fontaine des Malcontents
Dans la zone humide de Laprat
Dans la zone humide de Laprat
Prendre le temps d’écouter l’écoulement de l’eau…
Iris des marais
Canal de la Petite Marquise
Canal de la Grande Marquise
En passant devant les maisons, admirer les vieilles glycines en fleurs..

Valence – Drôme – avril 2021

(*) Valence Romans Tourisme propose un plan des canaux avec plusieurs circuits : canaux de Châteauvert (la balade que j’ai faite correspond grosso modo à ce circuit en enlevant la boucle canal des Moulins/canal des Malcontents Nord), canaux du Grand Charran (où je retournerai une prochaine fois), canaux de l’Epervière (au départ du Parc Jouvet). Le plan est téléchargeable dans la partie Brochures du site internet de Valence Romans Tourisme.

[petits moments] flâneries printanières

Je suis retournée plusieurs fois au Jardin des Sables… Chaque fois, j’ai eu l’impression d’un jardin différent alors que les floraisons se succèdent. Début mai, les pivoines n’étaient plus fleuries. Les érables du Japon étaient couverts de feuilles dont les teintes s’accentuaient. Les iris s’épanouissaient… Et les pissenlits en graines piquaient la vedette aux pâquerettes dans les pelouses.

Jardin des Sables – Montvendre – Drôme – mai 2021

[projet 52-2021] semaine 20 – architecture

Pour ce thème Architecture du projet 52, j’avais au départ pensé vous montrer un bâtiment contemporain. Il y a en effet de jolis immeubles qui sont sortis de terre ces dernières années sur Valence. J’avais aussi envisagé de vous montrer la gare de Valence TGV, mais cela fait quelques semaines que je n’y ai pas mis les pieds. Je m’étais également demandé si je ne vous montrerais pas une belle rénovation, comme celle de la médiathèque Latour-Maubourg à Valence.

Mais, en partant me promener sur Saint Antoine l’Abbaye (je vous en reparlerai), je suis passée devant l’ancienne gare de Saint Paul lès Roman. Et j’ai eu envie de vous parler d’architecture ferroviaire !

Lorsque les premières lignes de train ont été mises en service, il a fallu construire des gares. Si dans les grandes villes, on a construit de vastes halles, architectures de verre et de métal, desservant de grands bâtiments monumentaux, tout le long des lignes, ce sont des petites gares qui ont vu le jour. Afin de limiter les coûts, les petites gares d’une même ligne (voire d’une même compagnie ferroviaire) étaient construites selon le même plan, très fonctionnel. On retrouve ainsi des éléments communs à l’ensemble des petites gares : un bâtiment donnant d’un côté sur une place/parvis et de l’autre sur l’un des quais, comportant une salle principale pour la vente et l’attente, des petites annexes techniques de chaque côté et un logement pour le chef de gare à l’étage.

Si beaucoup de ces petites gares ont fermé ces dernières années, soit par abandon des lignes, soit par rationalisation de celles-ci en raison du développement d’autres modes de déplacements (dont essentiellement la voiture), elles restent les témoins d’une époque où le voyage s’envisageait autrement et où le train était partout un moyen de déplacement du quotidien. Et elles continuent de me charmer chaque fois que j’ai l’occasion d’en croiser une (ou mieux d’en emprunter une…).

*******************

Pour voir ce que les autres participants ont choisi de montrer comme architecture, il suffit de suivre les liens dans les commentaires.

[les états d’esprit du vendredi] 21 mai 2021

Les états d’esprit du vendredi sont un exercice de style lancé par Zenopia et The Postman (qui ne bloguent plus maintenant). La règle est simple : on complète les différentes rubriques le vendredi.

[Vendredi 21 mai 2021] – [début xx.xx] [rédigé jeudi 20 mai tard… et programmé]

Fatigue : normale pour une fin de semaine

Humeur : excellente

Estomac : café en terrasse mercredi midi, bière en terrasse mercredi soir, pizza en terrasse jeudi soir… il fallait bien mettre à profit la réouverture !

Condition physique : J’ai eu ma première injection de vaccin anti-covid. Suite aux Etats d’Esprit de Pom de Pin vendredi dernier, j’ai regardé sur internet s’il n’y aurait pas des rendez-vous disponibles autour de chez moi. Après en avoir loupé un à Romans le temps de m’identifier sur la plateforme de prise de rendez-vous, j’en ai eu un pour le jour-même à une vingtaine de kilomètres de chez moi (de toutes façons, tous les centres de vaccination des environs sont à une vingtaine de km de chez moi). En plus « mon » centre de vaccination est installé dans un très joli lieu : un ancien moulinage de XIXe siècle, accolé à la maison de maître et entouré d’un joli parc.

Esprit : vagabond

Boulot : week-end de trois jours en vue !

Culture : Quinze ans après tout le monde, je regarde Prison Break… et c’est très prenant ! Je continue aussi à revoir la 2e saison de Desperate Housewives.

Penser à : aller chercher des croquettes pour Vador

Avis perso : c’est quoi cette météo ? On est en mai. On est censé manger dehors midi et soir, prendre le soleil, profiter du beau temps avec les jours trop chauds…. Et il pleut ! Tous les jours (ou presque) !

Message perso : je n’oublie pas que j’ai des réservations de restos à prévoir.

Loulous : Melle 3e est allée au cinéma avec ses copains voir un film qu’ils avaient prévu de voir de longue date puisqu’il devait sortir en mai… 2020. Et Mr 2e va voir le même film aujourd’hui, avec ses copains aussi. Mr 1er a trouvé son stage pour juin/juillet, avec un sujet intéressant et sur Valence !

Amitiés : une connaissance m’a indiqué un super pépiniériste pour acheter des plants (et semences) de plantes potagères. J’y suis passée samedi dernier…. et j’ai eu du mal à rester raisonnable. Je n’avais jamais vu autant de choix de variétés sur un même type de plante : menthes, basilics, fraisiers, tomates, thyms, sauges,… J’ai tout de même réussi à rester dans la limite des pots disponibles que j’avais à la maison. Mais, je me demande si je ne vais pas racheter quelques jardinières…

Sorties : J’ai réservé pour ce soir pour un diner en famille en terrasse…. en espérant que la pluie ne s’en mêle pas. On a aussi envie d’aller au musée (vu que la météo ne s’annonce pas hyper clémente).

Divers : Le week-end dernier, des personnes du quartier ont fait du tri dans leurs placards/leur grenier, et se sont débarrassés de vaisselle en la déposant dans des cartons au pied des containers à poubelles afin que chacun puisse se servir s’il le souhaitait. C’est ainsi que j’ai trouvé un charmant vase vintage en verre, pile la hauteur que je cherchais (et pas à 30 € comme je l’avais vu dans une boutique de seconde main à côté de Paris l’an dernier !), ainsi qu’un plat « à compartiments », vintage également (correspondant aux critères que nous avions évoqué avec Melle 3e une dizaine de jours auparavant )….

Courses : Il faut un pantalon d’équitation pour Melle 3e puisque le sien est percé depuis plusieurs semaines mais on attendait la réouverture des magasins pour en racheter un. Et il faudrait que je passe chez Lindt aussi.

Envie de :  soleil !

Pic : c’est la saison des coquelicots….

Le Poët Célard – Drôme – mai 2021
Montvendre – Drôme – mai 2021

[fin xx.xx ]

[Drôme] du Parc de Lorient à Beauvallon

A la recherche d’une balade tranquille, nous avons opté pour le Parc de Lorient. Aux beaux jours, il est souvent pris d’assaut mais en arrivant tôt, il est possible de le parcourir sans trop croiser de monde.

Après avoir laissé la voiture sur le parking (provisoire, dans un champ de l’autre côté de la départementale, puisque le grand parking était en travaux), nous avons commencé notre promenade par la grande allée cavalière ombragée. Après avoir testé le nouveau mobilier mis en place, nous avons continué notre chemin en jetant un oeil aux cultures en bordure du parc.

En croisant la Pass’Rêve, nous étions un peu obligés d’aller voir de quoi il s’agit : une charmante passerelle entre chemin de bois et filets, proposant de nombreux sièges pour s’asseoir sous les arbres et rêver. Voilà de quoi imaginer bien des histoires !

Arrivés au bord de la Véore, nous sommes sortis du parc et avons emprunté le sentier qui longe la rivière. Tout en discutant, nous n’avons pas vraiment vu la distance et nous sommes arrivés à l’entrée de Beauvallon rapidement.

De là, deux choix étaient possibles : revenir sur nos pas ou changer de rive pour longer la Véore puis son affluent le Pétochin jusqu’à revenir à Montéléger et regagner le Parc de Lorient. Nous avons cette fois choisi de rebrousser chemin. Le retour s’est fait aussi rapidement que l’aller !

Pour regagner la sortie du parc, nous avons choisi de faire un petit crochet par le chemin de bois qui parcourt la ripisylve, asséchée à cette saison, avant de traverser la grande prairie.

Mobilier de repos du parc
La Pass’Rêve
Sur le chemin qui longe la Véore en rive droite
Papillon « Aurore » sur une fleur de cardamine (?)
Retour par la ripisylve
La grande prairie

Parc de Lorient – Montéléger – Drôme – avril 2021

(*) L’aller/retour de l’entrée du parc de Lorient à Beauvallon fait environ 5 km sur un chemin sans difficulté

[Drôme] sur les chemins de campagne à Montélier

En allant découvrir le château de contes de fées à Montélier, j’avais repéré un chemin qui filait vers la campagne. Je n’avais pas le temps ce jour-là de voir où il menait alors, j’ai regardé sur la carte et j’ai trouvé de quoi faire une jolie petite boucle entre champs et ruisseaux. Le premier jour des dernières vacances, le soleil était de la partie : le temps idéal pour une belle sortie en campagne.

Laissant la voiture à proximité des terrains de tennis, nous voilà partis en direction du château de Monteynard devant lequel nous passons, non sans nous attarder un peu pour l’admirer. Même s’il ne s’est passé que quelques jours depuis mon précédent passage, les feuilles ont nettement poussé sur les arbres et le château se cache un peu plus.

Nous continuons ensuite tout droit, prenant le chemin de terre qui fait suite à la petite route. Nous voici à marcher entre les champs, avec le Vercors qui se déploie à notre droite et la silhouette de la montagne ardéchoise à notre gauche. Nous écoutons les oiseaux et apercevons un petit mulot qui file se cacher à notre approche.

Arrivés à un croisement avec une route, nous prenons celle-ci vers la gauche. Un peu plus loin, des chèvres et moutons paissent dans un champ sous la garde de deux gros chiens. Ils nous observent, évaluant si nous constituons une menace pour le troupeau, et comme nous continuons notre chemin, ils décident que non…

Nous arrivons alors au canal de la Bourne, que nous traversons par un petit pont avant de tourner à gauche, en longeant le canal. Nous croisons le joli lavoir des Marteaux (devant lequel j’ai l’habitude de passer en voiture quand je rentre de la gare par les chemins de traverse). Ni les iris qui le bordent ni ceux qui poussent dans le ruisseau en aval ne sont en fleurs cette fois. Nous continuons à longer le canal et empruntons le pont suivant pour le retraverser et rejoindre en suivant le chemin de terre notre point de départ.

Le château de Monteynard
La ferme du château de Monteynard
Blé en herbe avec l’Ardèche en toile de fond
Un troupeau de chèvres et moutons et la silhouette du Vercors
Sur le canal de la Bourne
Le lavoir des Marteaux
Retour vers le village
Jaune colza

Montélier – Drôme – avril 2021

(*) La boucle effectuée fait un peu moins de 4 km et ne présente aucune difficulté.