[petits moments] profiter du calme de la maison

Alors que les journées sont encore chaudes, que le rythme de travail a repris de façon déjà soutenue, il est bon d’être un peu au calme dans la fraîcheur (relative) de la maison…

J’ai repris un bouquet de fleurs à la productrice locale en passant au marché.

Vador profite des rayons du soleil tout en restant à l’ombre des rideaux…

J’ai acheté quelques chouquettes pour accompagner le thé…

[projet 52-2020] semaine 35 – héros

Cette semaine, dans le projet 52, je vous invite à illustrer la notion de héros. Ce thème, simple en apparence, cache en fait sa complexité dans la définition de héros, et tout ce qu’elle pourrait sous-entendre. Ainsi, on peut s’interroger sur l’universalité du héros (un héros l’est-il pour tout le monde ?), l’atemporalité du héros (un héros l’est-il en tous temps ?), …. Bref, un thème qui sous couvert de simplicité pourrait s’avérer plutôt philosophique !

Après, il y a des héros plus consensuels : ceux des livres, films et autres fictions, voire même les super-héros ! Il est donc possible de se contenter d’une photo d’une de leur représentation (et on évite ainsi la longue discussion philosophique !). Si c’est bien cette direction que je vais prendre, cela sera néanmoins par un chemin détourné !

Je vais d’abord revenir aux sources de l’héroïsme : l’Antiquité grecque ! Le héros est alors soit un demi-dieu comme Heracles ou Achille, soit un homme de grande valeur dont les actes lui valent un statut quasi-divin, tel Ulysse. Un culte héroïque se construit ensuite et ils sont invoqués dans des prières au même titre que les dieux. Leurs actes sont racontés (comme par exemple dans les épopées homériques que sont l’Illiade et l’Odysée) afin d’être transmis.

Lors de la transition greco-romaine, les cultes héroïques héllènes disparaissent tandis que la mythologie romaine fait apparaître de nouveaux héros, essentiellement liés à la fondation de Rome et à ses mythes : voici donc venir Romulus ou encore Enée, dont les actes sont transcrits en épopée dans l’Enéide de Virgile. S’ils ne sont plus des héros au sens divin donné par la Grèce Antique, ils deviennent les précurseurs de nos héros de fictions….

Tout cela pour expliquer mon choix d’une statuette romaine trouvée en Isère pour illustrer le thème du jour…

pour les curieux : cette statuette se trouve au Musée de l’Ancien Evêché de Grenoble

*********************

Pour découvrir les héros des autres participants, il suffit de suivre les liens dans les commentaires….

[les états d’esprit du vendredi] 28 août 2020

Les états d’esprit du vendredi sont un exercice de style lancé par Zenopia et The Postman (qui ne bloguent plus maintenant). La règle est simple : on complète les différentes rubriques le vendredi.

[Vendredi 28 août 2020] – [début xx.xx] [rédigé jeudi 27 août tard… et programmé]

Fatigue : se maintient à un niveau convenable.

Humeur : toujours excellente

Estomac : c’est la saison des reine-claudes, et ce sont vraiment mes prunes préférées !

Condition physique : commencer la semaine (littéralement, puisque ça a débuté dans la nuit de dimanche à lundi) par une migraine, ce n’était pas une bonne idée !

Esprit : vagabond

Boulot : j’ai gagné un jour de télétravail supplémentaire cette semaine…. soit une plus grosse journée de travail mais sans trajet et avec un réveil plus tardif, donc moins de fatigue !

Culture : Je suis allée voir le spectacle nocturne sur les façades du Musée de la Chaussure. C’est vraiment réussi et le cadre agréable permet de pique-niquer avant si on en a envie.
J’ai regardé la deuxième saison de The marvelous Mrs Maisel, et je n’ai pas été déçue : elle est à la hauteur de la première saison. J’ai aussi commencé la deuxième saison de Once Upon a Time et si j’avais quelques doutes sur la capacité des créateurs de la série à proposer une intrigue qui tienne la route après la fin de la première saison, je dois dire qu’ils ont vite été levés ! Le nouvel arc narratif n’est pas moins intéressant que le premier et la construction de la série en allers/retours me plait beaucoup.

Penser à : prendre rendez-vous chez le dentiste (le précédent avait été annulé pour cause de covid..)

Avis perso : parfois j’aimerais bien savoir parler chat. Cela me permettrait de mieux comprendre Vador !

Message perso : Bonne rentrée !

Loulous : se préparent à reprendre le chemin des salles de classes….

Amitiés : ça fait plaisir de revoir des collègues que je n’avais pas croisées « en vrai » depuis… début mars !

Sorties :  selon l’humeur et la météo

Divers : ça sert à quoi d’avoir un plan des branchements situés derrière les éléments de la cuisine si, quand on a besoin d’y accéder, ils ne sont pas à l’emplacement noté sur le plan ?
Bref, j’ai passé plusieurs heures à trouver où et comment le four est branché en cherchant à suivre le fil…. Et comme il est branché sur domino, je n’ai pas voulu tenter de le débrancher. Bon, au moins, je sais où ça se trouve et je n’ai plus besoin de vider et démonter la moitié des meubles de la cuisine !

Courses : minimales et locales….

Envie de :  profiter !

Pic : fleurs locales et de saison trouvées sur le marché (la semaine dernière… depuis il y a eu un autre bouquet ! )

[fin xx.xx ]

[Isère] la cascade de la Pisserotte

Juste avant de redescendre du massif de la Chartreuse, nous avons fait un petit crochet pour aller découvrir la cascade de la Pisserotte. Située à Saint Joseph de Rivière, cette cascade haute de 64 mètres tombe de la Grande Sure.

Du parking de la cascade, il y a environ 1 km pour arriver au pied de la cascade. La direction est bien indiquée sur le poteau et il suffit ensuite de suivre le seul chemin possible, à savoir le lit secondaire de la rivière… Celui-ci forme un large chemin très caillouteux en montée.

La balade est agréable, rafraichissante entre le couvert des arbres et le ruisseau voisin.

On finit par arriver au pied d’un rocher de poudingue au cœur duquel le ruisseau a creusé une cluse ( c’est la photo en tête de ce billet). Pour le passer, il n’y a pas beaucoup de choix possibles : il faut l’escalader ! Heureusement la poudingue permet des prises assez aisées tant pour les pieds que pour les mains. (J’ai également repéré quelques pitons qui permettent l’attache d’une corde)

Le parcours impose ensuite de remonter dans le lit du ruisseau qui prend toute la largeur… Il est donc préférable d’avoir des chaussures qui ne craignent pas l’eau !

Mais une fois les derniers arbres dépassés, le spectacle qui s’offre à nous valait les quelques efforts fournis : la cascade tombe au cœur d’un cirque de poudingue et se déverse dans une jolie mare.

Nous restons un bon moment à contempler les lieux… et à prendre des photos ! Puis, après avoir ramassé quelques cailloux, nous rebroussons chemin pour revenir à notre point de départ.

La fin du parcours se fait directement dans le lit du ruisseau

Vue sur le haut de la cascade
En pluie fine au niveau de la mare
Aller se mettre sous la cascade !
64 mètres de chute d’eau dans un cirque de poudingue….

Cascade de la Pisserotte – Saint Joseph de Rivière – Chartreuse – Isère – juillet 2020

(*) Pour accéder au parking de la cascade, il faut entrer dans le hameau des Grollets entre Saint Joseph de Rivière et le col de la Placette, puis continuer tout droit sur la route jusqu’à l’entrée de la forêt où se situe le parking. On aperçoit la cascade depuis la route quand on vient du col de la Placette.
Le temps de parcours du parking à la cascade est donné pour 20 minutes sur le poteau indicateur. Nous avons mis un peu moins de 15 minutes malgré un arrêt photos en cours de route.
Le chemin étant très caillouteux, il est impératif d’être correctement chaussé (mais c’est faisable en basket). La randonnée est classée comme facile sur le topo, mais l’approche finale de la cascade (escalade de la petite cluse et marche dans le ruisseau aux galets glissants) est un peu plus délicate et peut être difficile à gérer avec de jeunes enfants.

[Isère] à la découverte du musée de la Grande Chartreuse

En complément de notre randonnée autour du monastère de la Grande Chartreuse, nous avons visité le musée. Celui-ci est situé à 2 kilomètres du monastère, dans les anciens bâtiments de la Correrie qui servait aux frères convers avant de devenir l’hôpital du monastère. En effet, sa situation moins encaissée et plus ensoleillée permettait aux moines chartreux malades ou âgés de bénéficier de meilleures conditions de vie. Aujourd’hui, le musée présente la vie des chartreux et l’organisation d’une chartreuse.

C’est au XIe siècle que Saint Bruno installe un ermitage en Chartreuse, rejoint par quelques compagnons. C’est le début de l’histoire de l’ordre des chartreux qui prennent comme nom celui du lieu qui les accueille. Suite à des avalanches ( mais c’est plus vraisemblablement des éboulements emportés par des coulées de neige qui ont détruit la maison haute d’origine) au XIIe siècle, la maison haute de la Chartreuse sera déplacée de quelques kilomètres en aval, permettant en outre son agrandissement. Le monastère que nous connaissons actuellement date du XVIIe siècle et a été construit en pierre suite à un incendie ayant détruit une grande partie des bâtiments qui existaient alors.

La Grande Chartreuse, comme les autres chartreuses, s’organise autour d’un grand cloître où sont répartis les ermitages des moines. Chacun de ces ermitages est en fait une petite maison où l’étage constitue la pièce unique divisée en quatre espaces : un lit, une place pour manger face à la fenêtre afin de pouvoir observer la nature, un espace d’étude et de travail et un espace de prière. Le niveau inférieur comporte un atelier où le moine peut faire des activités manuelles selon ses aptitudes et préférences (reliure, travail du bois… ) mais aussi couper le bois pour alimenter le petit poêle de sa pièce de vie. Un petit jardin permet la culture des plantes et la méditation. Le grand cloître permet de rejoindre l’église. Les journées des chartreux sont rythmées par la prière, individuelle ou collective, l’étude, le travail manuel. Les offices sont chantés.

Les chartreux se sont peu à peu spécialisés dans l’herboristerie et produisent depuis le XIXe siècle de façon industrielle une liqueur, la Chartreuse, dont ils sont les seuls à connaître la recette encore aujourd’hui.

Musée de la Grande Chartreuse – Saint Pierre de Chartreuse – Isère – juillet 2020

(*) Les conditions de visite du musée sont disponibles sur leur site internet. Il n’y a pas de réservation malgré la crise sanitaire mais l’accès à l’intérieur du musée est régulé afin de ne pas dépasser la capacité autorisée.

***************

A quelques kilomètres de la Grande Chartreuse, le musée d’art sacré contemporain Arcabas mérite un détour. L’église de Saint Hugues de Chartreuse a en effet été totalement décorée par l’artiste et c’est un décor unique de plus de 100 pièces qui nous est présenté in situ. Arcabas a débuté son travail dans l’église de Saint Hugues en 1952 et y est intervenu pendant une trentaine d’années. Arcabas est, en particulier, reconnu pour son travail d’art sacré contemporain et il a réalisé des œuvres pour de nombreuses églises, pour beaucoup en Isère et en Savoie.

Musée Arcabas en Chartreuse – Saint Hugues de Chartreuse – juillet 2020

(*) Le musée est situé dans l’église du village de Saint Hugues. L’entrée est gratuite. Les horaires et conditions de visites sont détaillées sur le site internet des musées de l’Isère.

[Isère] autour de la Grande Chartreuse

Lors de mon séjour dans le massif de la Chartreuse, la première randonnée a été autour du monastère de la Grande Chartreuse.

Partant du parking du musée de la Grande Chartreuse, nous avons suivi la route privée qui monte jusqu’au monastère. Agréablement ombragée et assez facile, en dehors d’une montée un peu plus raide à la fin, c’est une balade tranquille. Elle permet de se rendre compte de l’ampleur du site de la Grande Chartreuse puisqu’elle longe une bonne partie du monastère. On découvre également plusieurs bâtiments annexes : l’hôtellerie, des granges, une ancienne retenue d’eau, la scierie….

Après la scierie, nous délaissons le chemin qui mène vers la chartreuse originelle, la chapelle Saint Bruno et le Grand Som, trop fréquentée. Et nous empruntons une route forestière qui monte à flanc de montagne et nous permet de surplomber assez rapidement le site que nous apercevons entre les arbres.

Un peu plus loin, nous passons sous un tunnel creusé dans le rocher. Juste après, un panneau indique que le bûcheronnage est en cours et que l’accès est donc interdit par mesure de sécurité. Dommage car nous aurions bien poussé jusqu’au Habert de Billon d’où la vue semble superbe…

Comme il est l’heure de pique-niquer, nous nous installons sur la zone de dépôt de bois au carrefour de la route de Chartrousette et de la route de Billon. Nous posons notre « table » sur de grosses grumes. Le bruit de la tronçonneuse cesse bientôt dans le lointain, et nous avons l’impression d’être seuls au monde, en plein milieu de la forêt de la Chartreuse.

Le retour s’effectue en rebroussant chemin. Nous remarquons un ancien petit moulin que nous n’avions pas vu en montant.

Arrivés au niveau du monastère, sous le Grand Som, nous entrons dans la prairie qui surplombe le site avec son calvaire, et nous nous dirigeons vers l’entrée de la chapelle. Bien entendu, celle-ci est fermée pour respecter le vœu de silence et de prière des moines, mais mon regard s’attarde sur les moulures de la porte.

Nous continuons à redescendre vers la Correrie où se situe le musée. Avant d’aller visiter celui-ci, nous nous arrêtons sur les bancs situés face à l’alpage où les vaches paissent tranquillement. Nous profitons du calme des lieux, tout simplement.

C’est parti !
Land art sur une grume dans un dépôt de bois aux abords du monastère
Le monastère sous les falaises du Grand Som
La prairie de Combe Bachais
Tunnel creusé dans le rocher
En redescendant vers le monastère
Campanule à larges feuilles
Détail de la porte de la chapelle, dédiée à Notre Dame
Sous le Grand Som
Vaches à l’alpage

autour de la Grande Chartreuse – Saint Pierre de Chartreuse – Isère – juillet 2020

(*) Toute la zone où nous avons randonné fait partie de la zone de silence du désert de Chartreuse. Il convient donc de la respecter afin de ne pas troubler la tranquillité des moines qui ont choisi un site isolé pour éviter d’être perturbés par le bruit.
Le monastère ne se visite pas. Le musée (dont je vous reparlerai) permet d’avoir une vision de la vie au sein de la chartreuse.

[petits moments] en passant par Montluçon

Dimanche dernier, sur la route de retour de Bretagne vers la Drôme, j’ai fait un arrêt à Montluçon. Je reviendrai en détail sur ma balade dans la ville dans un billet plus complet, mais voici déjà des petits moments… en passant !

Il y a d’abord eu ce chat installé sur son rebord de fenêtre, pas vraiment dedans, pas vraiment dehors.

Faire tenir une église dans un verre… jeu de reflet clin d’oeil à Oth !

Alors que le soleil se couchait, il jouait joliment dans les jets d’eau de l’avenue Marx Dormoy.

Et en allant chercher un café avant de reprendre ma voiture, je suis passée au pied d’un immeuble Art Déco qui présentait une jolie mosaïque, sur l’avenue Marx Dormoy .

[projet 52-2020] semaine 34 – dans le vent

Il faut que j’avoue que j’avais un peu compté sur mon séjour en Bretagne pour illustrer le thème dans le vent (qui ne tombait donc pas à cette période de l’année complètement par hasard..).

J’imaginais déjà des images de voiliers prenant la mer, de drapeaux flottants dans les airs, d’ULM survolant la baie du Mont Saint Michel, d’herbes ondoyant dans la brise. Mais je crois que j’ai un peu manqué d’à-propos en prenant mes photos durant les vacances….

Je me suis cependant amusée à prendre en photo les oiseaux sur les toits depuis la fenêtre du couloir, celle qui donne sur la cour. Les pigeons m’ont semblé plus nombreux cette année d’ailleurs que les autres années. Ils se réunissent sur le faitage ou sur les cheminées et semblent tenir de grands conciliabules, en attendant de s’élancer… dans le vent !

**************

Pour voir où le vent nous porte chez les autres participants, il suffit de suivre les liens dans les commentaires.

***************

PS : ce samedi, comme la plupart des samedis de l’été, je ne sais pas quand j’aurai l’occasion de me connecter dans la journée. Donc, si par hasard votre commentaire ne s’affichait pas, ne paniquez pas : il est très certainement parti en modération et je le validerai dès que possible….

[les états d’esprit du vendredi] 21 août 2020

Les états d’esprit du vendredi sont un exercice de style lancé par Zenopia et The Postman (qui ne bloguent plus maintenant). La règle est simple : on complète les différentes rubriques le vendredi.

[Vendredi 21 août 2020] – [début xx.xx] [rédigé jeudi 20 août tard… et programmé]

Fatigue : c’est une bonne idée de conserver l’habitude de ne pas se coucher trop tard….

Humeur : toujours excellente

Estomac : a retrouvé avec plaisir les bons fruits de la Drôme…

Condition physique : convenable

Esprit : vagabond

Boulot : semaine de reprise… beaucoup de mails à traiter, pas encore trop de réunions.

Culture : J’ai regardé la première saison de The Marvelous Mrs Maisel, et j’ai passé un bon moment. Je ne vais pas tarder à regarder la deuxième saison.
J’ai également commencé à regarder Once upon a time (oui, j’ai presque 10 ans de retard…) et j’accroche bien. Il faudra cependant voir comment cela s’articule dans les saisons suivantes.

Penser à : aller récupérer la commande passée à la papeterie pour la rentrée

Avis perso : Quelle bonne idée que ce week-end qui arrive !

Message perso : Happy birthday !

Loulous : 20 ans !

Amitiés : Ca sent la fin des congés dans le TGV et nous sommes de plus en plus nombreux à nous retrouver chaque matin !

Sorties :  à voir selon la météo et l’humeur… un petit tour en montagne peut-être.

Divers : Vador était super content de rentrer à la maison après ses deux semaines de « vacances »… Il était hyper câlin : je ne pouvais pas faire un pas lundi et mardi sans l’avoir à côté de moi ! Et il est resté très proche toute la semaine…

Courses : il faut que j’envisage de refaire un tour chez le producteur de fruits.

Envie de :  calme…

Pic : Goéland en attente de décollage !

Dans les ruelles du Mont Saint Michel

[fin xx.xx ]

[Bretagne] sur la grève à Cancale

Aller se promener à Cancale fait vraiment partie de nos sorties récurrentes. Il faut dire que le cadre est magnifique et qu’il est facile de s’éloigner de la foule.

C’est encore une fois ce que nous avons choisi ce jour-là, alors que de nombreux touristes se pressaient sur le port de la Houle. Après avoir trouvé un stationnement derrière l’église, nous sommes descendus vers l’Abri des Flots.

Délaissant le GR34 plutôt fréquenté dans ce secteur encore urbain, nous avons profité de la marée basse pour partir sur la grève en direction des Rimains. Si la progression (dans les galets de schiste) y est moins aisée que sur le sentier, elle est aussi plus ludique, entre escalade de rochers et observation de la vie dans les mares… Le paysage m’émerveille chaque fois, immensité de bleu entre ciel et mer sous le soleil.

La marée montante recouvre peu à peu les parcs à huitres. Les ostréiculteurs ont quitté les lieux depuis un moment et les pêcheurs commencent à remballer leur matériel.

Cela fait partie des endroits où il n’y a pas besoin de grand chose pour que le temps s’écoule agréablement. On ne le voit donc pas passer et l’heure du goûter approche.

Après une brève hésitation à retourner jusqu’au port par la grève, nous choisirons finalement de remonter chercher une pâtisserie ou une crêperie dans le haut de la ville, à l’abri de l’agitation et de la foule…

Cancale – Ille-et-Vilaine – août 2020