[les états d’esprit du vendredi] 21 février 2020

Les états d’esprit du vendredi sont un exercice de style lancé par Zenopia et The Postman (qui ne bloguent plus maintenant). La règle est simple : on répond aux questions dans l’ordre et le vendredi.

[Vendredi 21 février 2020] – [début xx.xx] [rédigé jeudi 19 février tard… et programmé]

Fatigue : encore une semaine avant les vacances…

Humeur : reste bonne !

Estomac : a des envies de thé vert…. (il n’y a aucun message caché, c’est juste que j’ai des périodes où je suis plus thé vert ou thé noir ou tisane ou café… ça change très souvent en fait)

Condition physique : convenable

Esprit : vagabond

Boulot : les choses commencent à bouger, doucement…

Culture : je suis allée visiter l’exposition sur Philolaos au musée de Valence. j’ai beaucoup apprécié et je vous en ai déjà parlé.

Penser à : passer à la librairie

Avis perso : je n’aime pas croiser des gens en sachant que je les connais mais sans réussir à me souvenir de qui ils sont !

Message perso : il y a forcément des solutions !

Loulous : sont tous en vacances ce soir.

Amitiés : c’est toujours sympa de croiser des copains en ville par hasard et de discuter un peu…

Sorties :  un saut à Grenoble, une balade dehors si la météo le permet ou un ciné ?

Divers :  il va falloir que je m’occupe de réserver mes billets de train pour le déplacement pro à Paris d’après les vacances avant de partir en vacances…

Courses : minimales

Envie de : prendre le temps

Pic : en fin de semaine dernière, après une journée de travail à Paris, explorer le quartier des Batignolles.

200213_Batignolles_1

 

 

 

[fin xx.xx ]

[Paris] architecture contemporaine dans le quartier Clichy-Batignolles

200213_Batignolles_3

Après une journée de travail à Paris, j’aime bien me balader, histoire de décompresser après des réunions souvent intenses.

J’avais aperçu des images du nouveau tribunal de Paris, situé Porte de Clichy, entre les boulevards des maréchaux et le boulevard périphérique, et cela avait piqué ma curiosité. Je me suis donc dirigée vers le quartier Clichy-Batignolles et c’est tout un monde d’architecture contemporaine que j’ai découvert !

Clichy-Batignolles, c’est un nouveau quartier en pleine construction. Situé entre le quartier ancien des Batignolles (qui fut même une commune indépendante avant l’édification des fortifications de Thiers et son rattachement à Paris en 1860), et le périphérique, cet écoquartier résulte de l’aménagement d’anciennes friches ferroviaires de la SNCF.

Le site avait d’abord été envisagé pour accueillir le village olympique dans le cadre de la candidature de Paris à l’organisation des jeux olympiques de 2012. Londres ayant été préférée à Paris pour les jeux olympiques, c’est un autre projet urbain qui voit le jour pour réaménager le quartier. Depuis une dizaine d’années, le quartier sort progressivement de terre, entre immeubles d’habitation, bureaux, et le grand parc urbain Martin Luther King (qui était fermé lorsque je suis passée… période hivernale oblige).

Des passerelles ont été installées au dessus du faisceau de voies de la gare Saint Lazare afin de relier le nouveau quartier à celui de la Plaine Monceau. L’architecture contemporaine trouve là un formidable terrain d’expression, et chaque immeuble apporte sa petite touche d’originalité.

Tout au bout du quartier, le nouveau tribunal de Paris s’offre en point de mire. Ce bâtiment formé de trois parallépipèdes de verre, imaginé par l’architecte Renzo Piano (à qui l’on doit aussi, entre autres, le Centre Pompidou à Paris et la Cité Internationale à Lyon), dresse ses 160 mètres de haut au delà du boulevard du Maréchal Berthier.  Il s’agit du deuxième plus haut bâtiment « habité » de Paris, après la Tour Montparnasse et il marque déjà le paysage parisien de sa silhouette originale.

Le quartier Clichy-Batignolles n’a pas encore terminé sa mutation et il sera intéressant d’y revenir dans quelques années pour avoir une vision de l’ensemble achevé.

200213_Batignolles_2

200213_Batignolles_4
La passerelle Marcelle Henry au dessus du faisceau de voies ferrées de la gare Saint Lazare
200213_Batignolles_5
Le Tribunal de Paris, conçu par Renzo Piano
200213_Batignolles_6
Le Tribunal de Paris, conçu par Renzo Piano

Paris – février 2020

 

 

[exposition] Philolaos, dans l’atelier du sculpteur

200216_expo_Philolaos_0

L’exposition temporaire de cet hiver au Musée de Valence est consacrée au sculpteur Philolaos. Ce dernier est en effet connu ici pour être le concepteur des deux châteaux d’eaux qui dressent leurs silhouettes courbes et élancées dans le ciel valentinois et dont on célèbrera bientôt les 50 ans.

Philolaos est un sculpteur grec, formé à l’école classique des Beaux-Arts d’Athènes juste après la deuxième guerre mondiale et qui s’est installé à Paris au début des années 1950. Il poursuit alors son apprentissage de la sculpture et s’affranchit progressivement des lignes classiques pour aller vers une abstraction de plus en plus nette.

Au début des années 1960, il rencontre l’architecte André Gomis avec qui il collaborera à de nombreuses reprises, en particulier donc sur les châteaux d’eaux de Valence réalisés dans le cadre de l’aménagement de la ZUP de Fontbarlettes. Il travaille à partir de là avec de nombreux architectes et paysagistes, intégrant ses sculptures monumentales dans les espaces nouvellement créés : villes nouvelles, quartiers à urbanisation massive, ou encore quartiers d’affaires. Il crée ainsi trois oeuvres pour le quartier de la Défense dont la fontaine des Nymphéas et l’Oiseau Mécanique.

L’exposition présentée à Valence s’attache à nous présenter un côté moins monumental et plus intime de l’artiste. Quelques croquis issus de ses années de formation athéniennes donnent à voir la rigueur de l’apprentissage classique. Quelques bustes, plus ou moins abstraits, permettent d’appréhender le travail sur la matière (céramique, plomb, bronze..), et la façon pour Philolaos de l’utiliser, d’en tirer parti.

L’exposition présente aussi de nombreux « bois-reliefs », tableaux en trois dimensions de bois tournés et de bois flottés, réalisés lorsque Philolaos retourne en vacances en Grèce et utile ce dont il dispose sur place pour exprimer sa créativité : le bois déposé par la mer sur plage, les outils de menuiserie et de tournage sur bois de son père…. Ses petits tableaux, tellement éloignés de l’image que l’on peut se faire des oeuvres de Philolaos, ont été un véritable coup de coeur. Qu’ils soient figuratifs ou abstraits, ils dégagent une jolie poésie, une invitation au voyage, à la contemplation, à la méditation.

Puis, il est question de la découverte de l’acier inoxydable : un matériau rigide qui vrille pourtant naturellement, un matériau à dompter, un formidable terrain d’expression pour l’artiste. Il en fera son matériau de prédilection, multipliant les usages, tant en oeuvres monumentales qu’en mobilier et objets pour sa maison.

En effet, Philolaos concevra sa maison, la construira et fabriquera lui-même une grande partie du mobilier et des aménagements de celle-ci. On peut ainsi qualifier la maison de l’artiste d’oeuvre totale où tout devient prétexte à création : les meubles, la vaisselle, les objets…. On découvre ainsi les meubles de la salle à manger, des couverts, des fauteuils, le coffre pour cacher la télévision, des bouteilles, … Leurs lignes sont à la fois d’une sobriété très moderne et d’une esthétique futuriste très marquée dans les années 70.

Enfin, on découvre de nombreuses maquettes pour des réalisations monumentales : les châteaux d’eau de Valence (forcément !), des fontaines, des sculptures pour des parcs, des statues magistrales…. Parfois, plusieurs versions sont présentées, témoins du cheminement de la pensée créative de Philolaos.

Je suis ressortie de l’exposition sous le charme des bois-reliefs et des créations en arts décoratifs, en particulier la vaisselle et les bouteilles en inox. J’ai pu découvrir la facette plus intime de cet artiste dont je connaissais déjà quelques oeuvres monumentales et c’est cette facette qui m’a le plus touchée.

200216_expo_Philolaos_1
Oeuvres de Philolaos en béton avec ruban d’acier (au 1er plan) et en acier (au 2nd plan) dans la cour du musée
200216_expo_Philolaos_2
Les Jumelles, sculpures en plomb
200216_expo_Philolaos_3
Buste en bronze
200216_expo_Philolaos_4
Vers l’abstration…
200216_expo_Philolaos_5
Les « bois-reliefs »
200216_expo_Philolaos_6
Les « bois-reliefs » – détail
200216_expo_Philolaos_7
Les « bois-reliefs » – détail
200216_expo_Philolaos_8
La découverte de l’inox
200216_expo_Philolaos_9
Etude pour un portail pour le Technocentre Renault de Guyancourt (78) / maquettes de statues : Christophe Colomb, Georges Pompidou, Pierre de Coubertin, Antoine de Saint-Exupéry
200216_expo_Philolaos_10
La salle à manger, mobilier et vaisselle de la maison de Philolaos
200216_expo_Philolaos_11
Etude pour un animal imaginaire en béton et ruban d’acier

Exposition « Philolaos, dans l’atelier du sculpteur » – Musée de Valence – Drôme – février 2020

 

(*) L’exposition se tient au Musée de Valence jusqu’au 8 mars 2020. Il s’agit de la première exposition retraçant l’ensemble de la carrière de Philolaos présentée dans un musée français.

 

[Drôme] au coeur de la Combe d’Oyans

200141_combe_oyans_2

Chaque fois que je passais sur la route entre Rochefort-Samson et Beauregard-Baret, je me disais qu’il faudrait que j’aille faire un tour dans la combe d’Oyans dont on aperçoit l’entrée des gorges, telle un coup de couteau dans la montagne.

C’est presque par hasard que je me suis décidée à m’y arrêter ce matin-là de janvier. J’avais initialement envisagé d’aller vers La Baume d’Hostun (ce n’est que partie remise !) mais en passant au droit de la combe, je me suis dit que ce ne serait pas une mauvaise idée d’aller y jeter un oeil.

J’ai laissé ma voiture au niveau du camping de la Combe d’Oyans. A cet endroit, nous sommes à l’extrémité de la combe qui se déploie ensuite dans la vallée. J’ai commencé à remonter la combe, espérant trouver un chemin qui longerait le lit du ruisseau qui l’a creusée.

Arrivée aux Marelles, la route semblait partir en impasse vers une ferme et j’ai alors suivi le chemin (balisé) qui monte dans le bois en direction du parking d’escalade des Ducs. En effet, les gorges forment un site d’escalade géré par le CAF de Romans.

Une fois le hameau des Ducs passé, l’ouverture des gorges semble prendre tout le paysage ! Suivant le chemin en direction du site d’escalade, je suis entrée dans un pré où paissait un troupeau de chevaux. Parmi eux, j’ai vite remarqué plusieurs poulains et s’ils étaient loin de moi à l’aller, je savais qu’il faudrait que je sois prudente au retour afin de ne pas les effrayer s’ils venaient à se rapprocher du sentier.

J’ai vite progressé jusqu’à l’entrée des gorges desquelles le ruisseau s’écoulait, coupant le chemin. Plusieurs panneaux mettent en garde à l’entrée du site d’escalade, en particulier sur les risques de chutes de pierres, et recommandent le port d’un casque. Vu comment les rochers sont « griffés », effectivement, cela doit régulièrement parpiner !

En l’absence de grimpeurs sur les parois et compte-tenu que nous n’étions pas en période de dégel, j’ai estimé le risque assez limité pour m’aventurer dans le canyon.

Au fond de celui-ci, on se sent vraiment tout petit, avec les falaises nous dominant de quelques centaines de mètres !

Plus loin, le ruisseau a creusé la roche profondément. Je repère quelques anciennes amorces de marmites maintenant situées un peu trop haut pour être régulièrement remplies.

Des chaînes fixes permettent de s’aider dans les passages un peu plus difficiles qui permettent de gagner les départs de certaines voies d’escalade. Le chemin se transforme en mini via ferrata… Etant seule ce jour-là, sans équipement et le téléphone ne captant pas dans le fond des gorges, je ne m’aventurerai pas plus loin par prudence !

Je retourne donc sur mes pas… Je fais un petit crochet sur l’autre versant du pré, situé sous la montagne de Motteret. Puis je remonte en direction du parking d’escalade.

Juments et poulains sont maintenant sur le chemin. Je m’approche doucement, leur parlant pour qu’ils m’entendent arriver tant qu’ils sont de dos. Je passe tranquillement, fixant les mères du regard et ne jetant qu’un oeil furtif aux poulains afin de n’inquiéter ni les unes, ni les autres. J’essaie également de ne pas me retrouver entre la mère et son petit. Je ne veux pas qu’ils me considèrent comme une menace (soyons clairs : ils me battent tous allègrement à la course et je ne fais absolument pas le poids ! ). Les oreilles des juments me rassurent sur la façon dont elles me perçoivent mais je continue toutefois sans m’arrêter jusqu’à avoir passé la barrière en haut du pré.

Je jette un dernier coup d’oeil à la montagne.. et aux chevaux, puis je retourne jusqu’au camping où j’ai laissé ma voiture.

200141_combe_oyans_1
Vue sur le Vercors depuis les Marelles
200141_combe_oyans_3
L’entrée des gorges se dessine…
200141_combe_oyans_4
A l’entrée du site d’escalade
200141_combe_oyans_5
Être dominé par les falaises
200141_combe_oyans_6
Progresser dans le fond des gorges
200141_combe_oyans_7
Au coeur de la combe d’Oyans
200141_combe_oyans_8
Le ruisseau a creusé la montagne pour se faire un passage
200141_combe_oyans_9
Quand la Drôme a de faux airs d’Écosse…
200141_combe_oyans_10
Le plus vieux des poulains se fait rassurer par sa mère
200141_combe_oyans_11
Le jeune poulain est inquiet de ma présence et commence à paniquer
200141_combe_oyans_12
Minéral et végétal…

Combe d’Oyans – Rochefort-Samson – Vercors – Drôme – janvier 2020

 

(*) Le site d’escalade présente pas mal de dangers. Il est important d’en tenir compte et de ne pas s’y aventurer sans précautions. Le port d’un casque en particulier est fortement conseillé compte-tenu des forts risques de chutes de cailloux.
Plusieurs randonnées permettent de voir les gorges « d’en haut » : grotte des Ussets, Pas du Loup, Col de Saint Genis, etc… Les ruines du château de Rochefort Samson dominent également la combe d’Oyans (je crois que ce sera le but d’une prochaine sortie…)

[fourre-tout de la semaine] 16 février 2020

Cela faisait un moment que nos samedis matins ne nous avaient pas conduits à Crest (à cause d’obligations variées en ville j’avais du coup fait mon marché à Valence ces samedis-là). Samedi dernier, tout était réuni pour se diriger vers Crest : du temps, pas de contrainte (en dehors de déposer Melle 3e en début d’après-midi au centre équestre… mais sans avoir un timing trop serré : elle montait à 17.00 !), et du soleil ! Nous en avons donc profité pour également retourner déjeuner chez Soie… qui nous plait toujours autant : accueil sympathique, lieu agréable, assiettes délicieuses et généreuses….

200208_Soie_2
Velouté de chou-fleur et croûtons à l’ail – réconfortant et délicieux !
200208_Soie_1
Brioche végé à la crème de lentilles corail, carottes et betteraves rapées, pousses d’épinard et graines de tournesol, accompagnée de sa salade de saison (et d’un bol de potatoes)
200208_Soie_3
Le meilleur bannofee que j’ai goûté (et en arrière plan le bol de yaourt/granola de Mr 1er)

(*) Soie, 17 rue Archinard, 26400 Crest

******************

Au détour d’une rue de village, faire une jolie rencontre !

200208_montvendre_chat_1

200208_montvendre_chat_2

******************

On a partagé (avec une semaine de décalage sur la vraie date) un magnifique millefeuilles de la Maison Guillet pour mon anniversaire.

200209_millefeuilles

(*) Maison Guillet, place du Champ de Mars à Valence / place Jean Jaurès à Romans (26)

******************

 

 

[projet 52-2020] semaine 7 – porte

Il va de soi qu’en choisissant le thème Porte pour le projet 52, je pensais aux jolies portes de maisons ou d’immeubles que j’aime beaucoup photographier….

Il va de soi que j’ai des dizaines de photos qui auraient pu correspondre dans mes archives….

Il va de soi (bon peut-être un peu moins mais quand même un peu) que j’ai encore photographié des portes dans la semaine qui vient de s’écouler….

Mais finalement, j’ai trouvé que ce serait un peu trop simple alors j’ai choisi une toute autre porte…

Voici la Porte d’Urle, une entaille dans la falaise qui borde le plateau de la Gagère, aussi appelés alpages de Font d’Urle, et permet d’y accéder depuis le Val de Quint.

52-2020_S07_porte

*******************

Pour voir les portes des autres candidats, il suffit de suivre les liens dans les commentaires….

 

 

[les états d’esprit du vendredi] 14 février 2020

Les états d’esprit du vendredi sont un exercice de style lancé par Zenopia et The Postman (qui ne bloguent plus maintenant). La règle est simple : on répond aux questions dans l’ordre et le vendredi.

[Vendredi 14 février 2020] – [début xx.xx] [rédigé jeudi 13 février tard… et programmé]

Fatigue : j’ai l’impression que « très fatiguée » est en train de devenir mon état de fatigue normal….

Humeur : je travaille à la garder bonne malgré tout ce qui pourrait la contrarier

Estomac : il y a du cresson dans la salade « du moment » à la boulangerie à côté du bureau… J’aime beaucoup le cresson, à la fois poivré et acidulé. Il faudrait donc que je trouve une belle botte de cresson pour faire une grosse salade ce week-end.

Condition physique : je crois que j’ai une entorse à la cheville… depuis presque 3 semaines… J’ai mal depuis quasi 3 semaines, et en vérifiant (non, je ne l’avais pas fait avant…), j’ai vu que c’était un peu enflé. Localisation et douleurs sont compatibles avec une entorse… Puis je me suis souvenue qu’il y a quasi 3 semaines, j’ai glissé sur une marche et que je me suis tordu cette cheville… Donc, voilà, je crois que j’ai une entorse…

Esprit : vagabond

Boulot : à Paris pour cette fin de semaine…

Culture : quelques vidéos, quelques articles de presse, … rien de bien notable.

Penser à : prendre les billets pour le prochain déplacement à Paris

Avis perso : mon billet sur la très instructive et pas du tout rébarbative exposition « La guerre après la guerre », sur la présence française en Proche Orient entre 1918 et 1923, au Centre du Patrimoine Arménien de Valence a fait la Une du site Les Blogueuses mercredi…. Outre la petite fierté personnelle, j’aime l’idée qu’une exposition de qualité montée par un petit musée non localisé à Paris puisse trouver ainsi un peu d’écho.

Message perso : il y a certes pire, mais ça ne veut pas dire que c’est bon pour autant….

Loulous : Mr 1er est content d’avoir repris le sport à la prépa (il me l’a dit au moins 3 fois le week-end dernier, donc il doit vraiment être content). Mr 2e a passé ses E3C et est satisfait de son résultat lors d’une compétition de tir. Melle 3e est enchantée à l’idée de faire un stage d’équitation durant les prochaines vacances.

Amitiés : Merci d’être là pour me supporter, même quand je suis fatiguée et pénible !

Sorties :  un tour en ville samedi, et un aller/retour à Grenoble dimanche

Divers :  les iris que j’avais replantés à la fin de l’été, que Vador s’était évertué à déterrer chaque nuit, que j’avais patiemment remis en terre chaque matin semblent avoir pris : des petits bouts de feuilles commencent à se deviner !

Courses : au marché ou en magasins de proximité (en fait, je fais le « mois sans supermarché » à peu près en permanence… enfin, sauf pour la litière du chat)

Envie de : repos, balade, grand air….

Pic : les jonquilles de la cour ont pointé leurs corolles, à la même période que les années précédentes.

200209_jonquilles

 

 

 

[fin xx.xx ]

[exposition] La guerre après la guerre – la France au Proche Orient, 1918 – 1923

200111_CPA_guerre_apres_la_guerre_2

La guerre après la guerre – la France au Proche Orient, 1918 – 1923 est la troisième grande exposition du Centre du Patrimoine Arménien depuis sa réouverture en septembre 2018.

Elle nous emmène sur les vestiges de l’empire Ottoman, entré dans la Première Guerre Mondiale aux côtés des empires centraux (dont l’empire Allemand et l’empire Austro-Hongrois), en première ligne du front du Levant et qui a signé un armistice fin octobre 1918 avec les pays de l’Entente.

Partagé entre les grandes nations coloniales, essentiellement la France et l’empire Britannique, l’empire Ottoman apparaît alors comme un gros gâteau dont il faut exploiter les ressources. Le traité de Sèvres, élaboré en 1920, confirmera le démantèlement de l’empire Ottoman : détachement des régions à majorité arabe de l’empire et mise sous tutelle de la Société des Nations de la quasi totalité des autres régions selon les accords Sykes-Picot.

Territoire composite, l’ancien empire Ottoman voit rapidement la montée de nationalismes turcs tandis que les minorités cherchent un foyer où leurs droits seront garantis pour s’installer.

Ainsi, au cours des cinq années qui suivront l’armistice de 1918, l’armée française sera encore engagée dans plusieurs guerres au Proche Orient. Au côté des soldats français et coloniaux, on trouvera aussi de nombreux arméniens, engagés dès 1916 dans la légion d’Orient.

Ces guerres seront à l’origine de plusieurs déplacements de population, ainsi que de l’errance de nombreux orphelins ou de l’enlèvement de jeunes femmes.

L’exposition revient donc sur les aspects géopolitiques d’alors qui ne peuvent qu’être éclairants des conflits actuels dans cette région du monde, mais aussi sur les aspects humanitaires : création et gestion d’orphelinats pour recueillir les enfants et leur apprendre un métier, camps de réfugiés… Finalement, 100 ans après, tout ceci semble encore terriblement d’actualité !

200111_CPA_guerre_apres_la_guerre_1

200111_CPA_guerre_apres_la_guerre_3

200111_CPA_guerre_apres_la_guerre_4

200111_CPA_guerre_apres_la_guerre_5

200111_CPA_guerre_apres_la_guerre_6

Exposition « La guerre après la guerre » – Valence – Drôme – janvier 2019

(*) L’exposition se tient au Centre du Patrimoine Arménien jusqu’au 15 mars 2020. Les informations pratiques sont disponibles sur le site internet du CPA.

*****************

Après la visite de l’exposition temporaire, nous avons fait un tour dans l’exposition permanente qui traite du génocide et de l’exode arméniens.

Et comme à chacun de mes passages, j’ai été happée par l’oeuvre de Michka Anceau et ses 220 petits personnages qui accueillent les visiteurs : exode, marche vers un avenir meilleur, migrations…. Elle est porteuse de multiples sens et ne me laisse pas insensible.

200111_CPA_guerre_apres_la_guerre_9

200111_CPA_guerre_apres_la_guerre_8

200111_CPA_guerre_apres_la_guerre_7

Centre du Patrimoine Arménien – Valence – Drôme – janvier 2019

 

(*) Centre du Patrimoine Arménien, 14 rue Louis Gallet, 26000 Valence

 

 

[Ardèche] sur les hauteurs de Saint Georges les Bains

200118_st_georges_les_bains_1

J’avais repéré Saint Georges les Bains lors d’une balade à Charmes sur Rhône. En cherchant à savoir pourquoi Saint Georges s’appelait les Bains, j’avais découvert l’existence d’une source thermale connue depuis l’antiquité.

C’est à partir du Moyen-Âge que les pouvoirs de guérison de la source sont reconnus. Un seigneur local aurait ainsi été guéri de la lèpre après plusieurs bains dans cette eau. La première piscine date de cette époque et au fil des siècles de nombreux personnages célèbres sont venus y chercher un traitement pour des problèmes de peau, dont le lieutenant Bonaparte à l’époque où il était affecté à Valence. Au milieu du XIXe siècle, le maire fait construire une nouvelle piscine (qui existe toujours). A peu près à la même époque, un petit chalet est construit pour permettre les consultations médicales dans de meilleurs conditions et l’accueil des curistes avec un petit hébergement. Un hôtel de luxe sera également construit à proximité (aujourd’hui, le Château est un centre de convalescence). Après la Première Guerre Mondiale, la station périclite progressivement jusqu’à fermer complètement.

Au départ du village, j’ai suivi le chemin des Bains qui passe en contrebas du Château et descend dans les gorges du Turzon. Arrivée au niveau de la rivière, je suis passée sur l’autre rive… J’étais devant les anciennes installations thermales, délaissées peu à peu depuis une centaine d’années.

En contournant le bâtiment, on arrive en surplomb de la piscine, que la source alimente toujours d’une eau sulfureuse, ce qui lui donne une couleur bleue si particulière. Plus haut un bâtiment en ruine abritait sans doute les piscines avant la construction du bassin au XIXe siècle. Plusieurs sources s’écoulent dans les environs. Certaines sont clairement ferrugineuses et colorent le lit des ruisseaux qu’elles colorent d’orange.

Je continue un peu à monter le long du ruisseau. Je croise un ancien réservoir où la nature reprend peu à peu ses droits.

En retournant vers le village, je jette un oeil au Château…. et je profite de la vue sur la Vallée du Rhône, avec les Trois Becs enneigés au fond.

200118_st_georges_les_bains_2
Au bord du Turzon
200118_st_georges_les_bains_3
Pont sur le Turzon
200118_st_georges_les_bains_4
La piscine à l’eau naturellement bleue
200118_st_georges_les_bains_4b
La piscine dans son environnement, en plein cœur de la forêt, au bord du Turzon
200118_st_georges_les_bains_5
L’ancien bâtiment en ruines
200118_st_georges_les_bains_6
Ancien réservoir
200118_st_georges_les_bains_7
Vue sur la vallée du Turzon
200118_st_georges_les_bains_8
« Les bains » de Saint Georges
200118_st_georges_les_bains_9
Vue sur la vallée du Rhône depuis les hauteurs de Saint Georges les Bains

200118_st_georges_xx

Saint Georges les Bains – Ardèche – janvier 2020

 

(*) Depuis le village, il faut prendre le chemin des Bains, passer sous le château et continuer sur le chemin jusqu’au pont sur le Turzon. Un sentier passe derrière le bâtiments des Bains et permet d’accéder aux sources, au bâtiment ruiné et de continuer pour monter le long des gorges du Turzon.

[fourre-tout de la semaine] 9 février 2020

J’ai reçu un joli bouquet pour mon anniversaire… (par contre, pour des questions d’organisation, on n’a pas encore mangé le gâteau : ce sera pour ce midi !).

200203_bouquet_anniv

****************

L’avantage de partir en concours d’équitation alors qu’il fait encore nuit, c’est qu’on ne rate pas le lever du soleil !

200202_matin_Livron_1
Ecurie des Cercols – Livron – Drôme
200202_matin_Livron_2
Ecurie des Cercols – Livron – Drôme

**************

La Maison Deschamps propose une nouvelle tartine, sucrée cette fois. L’association poire/chocolat qui est toujours fructueuse est sublimée par la noisette !

200205_tartine_poire_choco

 

(*) Maison Deschamps, 26 rue du Sergent Berthet, 69009 Lyon

*******************