[projet 52-2021] à la campagne

Pour ce thème « à la campagne » du projet 52, j’ai eu de très nombreuses idées ! C’est vrai qu’en habitant à la campagne justement, c’est sans doute un peu plus facile qu’en habitant en ville.

J’ai donc pensé en vrac aux champs très graphiques à certaines saisons, aux chemins se faufilant entre les prés et les bois, aux petites routes et à leurs rencontres parfois inattendues, aux fruits et légumes sur les étals des producteurs au marché, aux randonnées, aux tracteurs, aux oeufs frais achetés en vrac, aux animaux de la ferme, ….

Le plus compliqué a finalement été de faire le tri dans tout cela. Puis, j’ai vu mon bouquet de fleurs des bords de chemin, cueilli sur les talus à côté du centre équestre. Et je me suis dit que c’est cela aussi que l’on peut faire à la campagne : ramasser quelques fleurs, quelques branches, quelques brindilles pour faire entrer un peu de nature dans la maison !

**********************

Si vous voulez savoir ce que font les autres participants à la campagne, il suffit de suivre les liens dans les commentaires.

[Bretagne] dans les pas de Madame de Sévigné au château des Rochers

Lorsque nous avions visité le château de Grignan à l’automne dernier, nous avions noté de continuer à marcher dans les pas de la Marquise de Sévigné en allant voir le château des Rochers-Sévigné à Vitré.

J’étais déjà allée visiter ce château alors que j’étais adolescente, et je n’en gardais à vrai dire que le souvenir de l’effet wahou provoqué par le mur en ellipse et où il est possible de se parler à distance en chuchotant à condition de se placer sur les foyers de l’ellipse.

Le château des Rochers était le propriété de la famille du Marquis de Sévigné, et à la mort de celui-ci, Madame de Sévigné demande à conserver le domaine des Rochers pour son douaire. Éduquée, rompue à la gestion d’un domaine, elle le fera fructifier et lui permettra une bonne rentabilité. Elle fera également dessiner des jardins à la française par André Le Nôtre et construire une jolie chapelle octogonale sous l’impulsion de son oncle l’abbé de Coulanges. Une orangerie sera également ajoutée au domaine, afin de conserver les arbres desquels la marquise fera extraire l’eau de fleur d’orangers dont elle se parfume.

Si je suis tombée sous le charme de la discrète orangerie, le manoir breton en granit a également beaucoup d’allure, surtout dans l’écrin formé par les jardins où nous aurions bien passé un peu plus de temps si la pluie n’avait pas décidé de pointer ses gouttes !

Flâner dans les jardins
Marcher sur l’herbe à l’ombre des charmilles, pour ne pas prendre trop le soleil… comme au Grand Siècle
Le château domine le jardin à la française
La charmante orangerie du XVIIe siècle
Dans la tour se trouve depuis le XIXe siècle un musée consacrée à Mme de Sévigné
Dans la cour du château
Détail de la grille dans l’enfilade de l’allée centrale du jardin à la française
Le château et la chapelle depuis l’allée centrale du jardin à la française

Château des Rochers-Sévigné – Vitré – Ille-et-Vilaine – juillet 2021

(*)De nos jours, le château est une propriété privée, toujours habitée. Toutefois, il est possible de le visiter lors de visites guidées organisées par le service patrimoine de la ville de Vitré. Notre guide était absolument passionnant, et nous a abreuvé de nombreuses anecdotes sur la vie de Madame de Sévigné au château des Rochers et d’informations sur les us et coutumes du Grand Siècle.

[Bretagne] Dinan, ville ancienne et vallée de la Rance

Cela faisait quelques temps que j’avais envie de retourner faire un tour à Dinan, pour profiter des bords de la Rance et des jolies maisons médiévales du centre ancien de la ville.

Si Dinan est très fréquentée en été, nous avons eu la chance de trouver assez facilement un stationnement à proximité immédiate du centre ville. Nous sommes donc partis à pied pour arpenter rues et ruelles bordées de maisons à pans de bois.

Très vite, nous avons gagné le haut de la montée du Jerzual pour aller en direction du port sur la Rance. Cette rue, très pittoresque, descend à flanc de coteau, presque en ligne droite. Pavée, elle est bordée de maisons anciennes et donne l’impression d’une véritable plongée dans le passé.

Une fois au port, la foule nous a dissuadés de nous balader le long de celui-ci. Nous avons donc passé le petit pont et pris la direction du chemin de halage vers l’amont. Bien nous en a pris, car rapidement, nous nous sommes retrouvés au cœur d’une nature verdoyante, loin du tumulte du port. Plusieurs points de vue sur le viaduc et sur les remparts de la ville se succèdent. Les lieux sont vraiment agréables. Cependant, nous ferons demi-tour après avoir marché un peu moins de 2 km sur le sentier. Nous n’avons en effet pas terminé de visiter le centre ville, et nous ne souhaitons pas non plus rentrer trop tard.

Nous empruntons de nouveau le Jerzual pour remonter mais nous bifurquons au niveau des remparts pour rester un peu au calme avant de nous rendre vers les rues et places animées bordées de maisons à pans de bois (il y en a plus de 130 à Dinan). Après avoir flâné un moment, nous décidons de prendre de la hauteur, et de monter au sommet du beffroi.

La tour a été édifiée à la fin du XVe siècle par les bourgeois de Dinan. Elle est alors destinée à servir de salle de réunion et de point de surveillance des départs d’incendies. Au tout début du XVIe siècle toutefois, la Duchesse Anne autorise Dinan à installer une horloge dans sa tour. La ville devient ainsi la 3e ville de Bretagne à posséder un beffroi, après Rennes et Fougères. Le mécanisme est toujours visible dans la tour. En montant l’escalier à vis de la tourelle, on accède à deux salles qui permettaient à la municipalité de se rassembler. C’est ensuite un escalier en bois (partiellement en échelle de meunier) qui conduit dans le faitage de la tour, et permet l’accès à la plateforme située autour des cloches (qui sonnent tous les quarts d’heure…bien que prévenus, nous avons été surpris par le tintement bruyant !). Là, à plus de 30 mètres de haut, nous découvrons le panorama à 360°. La ville s’étale à nos pieds, et la vallée de la Rance prolonge l’ensemble. Nous jouons à retrouver les endroits où nous sommes passés plus tôt dans la journée. L’endroit n’étant pas bien grand, nous laissons la place aux visiteurs suivants après en avoir bien profité et redescendons au niveau du sol.

Il est temps pour nous de prendre le chemin du retour… En revenant à la maison, j’ai vérifié et cela faisait plus de cinq ans que nous n’étions pas allés à Dinan. Ce délai est clairement bien trop long, et je vais essayer de ne pas laisser passer autant de temps avant notre prochaine visite, surtout que j’ai repéré de jolies balades à faire le long de la Rance. Je crois que la prochaine fois, nous partirons depuis le port de Dinan pour aller jusqu’à Léhon et son abbaye.

Maisons à pans de bois
Depuis le haut de la rue du Jerzual
L’imposante tour du Jerzual, limite entre la ville et ses faubourgs
Dans la rue du Petit Fort
La célèbre montée du Jerzual
Le viaduc depuis le port
Le port sur la Rance
Le charme du petit pont sur la Rance
Sur le chemin de halage
La rue et la tour de l’horloge
La ville et la vallée de la Rance à nos pieds depuis la Tour de l’Horloge

Dinan – Côtes d’Armor – juillet 2021

(*) L’accès à la Tour de l’Horloge est possible en été. Les conditions de visite sont à retrouver sur le site internet de la ville de Dinan.
L’office de tourisme propose un parcours de découverte de la ville à pied. Nous avons pour notre part construit notre visite nous-même car j’étais déjà venue de nombreuses fois à Dinan.

[petits moments] les surprises des trajets quotidiens

Après une longue période où je suis moins souvent allée au bureau, entre congés et télétravail à plus ou moins plein temps, me voilà de nouveau 4 fois par semaine à Lyon. Mais l’avantage à la fin de l’été/début de l’automne, c’est que mes horaires correspondent aussi à ceux du lever et du coucher du soleil. Je peux ainsi profiter de belles couleurs dans le ciel et d’heures dorées magiques sur la campagne.

Et parfois, le destin ajoute un petit plus pour que le trajet soit encore plus exceptionnel. Cela a été le cas un soir où en rentrant, il y avait des paons qui picoraient tranquillement au bord de la route accompagnés de quelques poules.

Lever de soleil au-dessus du Vercors depuis Chabeuil
Petit matin à la gare de Valence TGV
Croiser des paons au bord de la route dans la campagne de la plaine de Valence
Poule à l’heure dorée dans la campagne de la plaine de Valence

********************

J’ai également retrouvé le métro lyonnais au quotidien… L’occasion de faire quelques photos plus graphiques.

[projet 52-2021] semaine 37 – carnet de notes

En cette période de rentrée, le thème Carnet de Notes du projet 52 m’a inspiré essentiellement deux idées.

Tout d’abord, il y a tous ces petits carnets sur lesquels je prends des notes, je griffonne, j’écris des pense-bêtes ou des listes de courses. Je dois dire que c’était ce que je comptais initialement prendre en photo, mais je n’ai pas trouvé d’idée de mise en œuvre qui me satisfasse.

J’ai donc opté pour un autre sens de carnet de notes : celui qui nous rappelle nos années scolaires d’enfance et d’adolescence. Mais de nos jours, le carnet papier où étaient inscrites nos notes au fur et à mesure n’a plus court et a été remplacé par une rubrique sur les ENT (Espace Numérique de Travail) des élèves. J’ai bien songé à rechercher mes propres bulletins scolaires du collège, du lycée ou même du début de mes études supérieures mais je n’en ai pas eu le temps (surtout que je n’ai qu’une très très vague idée d’où ils pourraient être et que je ne suis même pas certaine qu’ils ne soient pas restés chez mes parents).

J’ai donc sorti un joker de ma bibliothèque ! Quand j’étais enfant, ma grand-mère m’avait offert un de ses livres de prix obtenu quand elle même avait une dizaine d’années. Celui-ci me suit depuis, de déménagement en déménagement, toujours en très bonne place dans ma bibliothèque (les autres livres de prix de ma grande-mère, nombreux, sont restés pour le moment dans la maison de mes parents). Collée sur la 2e de couverture, un papier rappelle l’année, l’objet et le récipiendaire du prix : ma grand-mère avait donc reçu en 1925 le prix d’honneur…

*****************

Pour voir les carnets de notes des autres participants, il suffit de suivre les liens dans les commentaires.

A noter : cette semaine voit la reprise des activités sportives, mais ce sont aussi les Journées du Patrimoine. Mon week-end s’annonce donc bien rempli. Par conséquent, je vais peu me connecter à l’ordinateur et je ne garantis donc pas de délai de validation des commentaires qui iraient en modération (mais je les validerai dès que possible). Profitez bien vous aussi de votre week-end !

[Normandie] à la pointe du Grouin du Sud, après la pluie

Si nous avons pu aller nous promener dehors quasiment chaque jour durant nos vacances entre Bretagne et Normandie, il y a eu des jours où la pluie s’est invitée. Et les jours un peu gris, une des sorties que nous apprécions, c’est aller profiter de la lumière de la Baie du Mont Saint Michel et de la vue sur celui-ci depuis la pointe du Grouin du Sud !

Nous sommes arrivés en début d’après-midi alors qu’il avait plu une partie de la matinée et que le ciel était toujours couvert. Le vent était assez présent, aussi après avoir fait un tour sur la petite plage adjacente à la pointe, nous sommes partis marcher de l’autre côté.

En longeant le chenal de la Séé-Sélune, nous étions en effet abrités du vent par la pointe rocheuse. Là, nous avons emprunté un bout du GR223 qui nous a emmené au bord d’un pré occupé par des taureaux (La ferme des Cara-meuh est toute proche, peut-être en étaient-ils pensionnaires…). Nous avons continué à avancer sur le sentier tracé dans les herbes hautes un moment avant de faire demi-tour.

L’occasion était trop belle pour ne pas tenter quelques ricochets dans la tangue gorgée d’eau. Nous avons encore profité un moment de la vue sur la baie et sur le Mont Saint Michel. Puis nous avons rejoint la voiture, direction la ferme des Cara-meuh pour quelques achats caramélisés !

A la pointe du Grouin du Sud..
Arriver au « bout du monde »
Passage sur la plage…
Sur le GR223, longer le chenal de la Séé-Sélune
Au repos…
En pleine nature…
Vue sur le Mont Saint Michel
La mer grignote les prés…
Un dernier regard à la pointe du Grouin du Sud et au Mont Saint Michel..

Pointe du Grouin du Sud – Vains – Manche – juillet 2021

(*) L’accès à la pointe du Grouin du Sud se fait depuis la route d’Avranches à Carolles / Jullouville. Un grand parking est disponible sur le site, ainsi qu’un espace où pique-niquer.

[Normandie] dominer la baie du Mont Saint Michel depuis les falaises de Carolles

Cela faisait très longtemps que je n’étais pas allée sur les falaises de Carolles. Le point de vue sur la Baie du Mont Saint Michel y est pourtant fabuleux.

S’il est possible de partir depuis la grande plage de Carolles, nous avons fait un autre choix. En effet, la journée était belle, et la marée idéale pour la pêche à pied, aussi le parking de la plage risquait d’être complet. Nous sommes donc allés nous stationner sur le parking de la cabane Vauban, sur le haut des falaises.

De là, un sentier se faufile dans le bocage pour rejoindre le GR223 qui longe les côtes de la Manche (le département…. car si le sentier se prolonge sur les côtes de la Manche, la mer, il change de numérotation à son arrivée en Bretagne). Les foins ont été coupés peu de temps avant et les ballots apportent du relief dans les champs bordant la mer.

Assez vite, nous arrivons au niveau de la cabane Vauban. Ce petit corps de garde tout en pierre a été construit au XVIIe siècle et faisait partie d’un réseau de surveillance maritime conçu par Vauban. (D’autres cabanes Vauban sont d’ailleurs visibles à Champeaux et Saint Jean le Thomas également). Il faut dire que d’ici la vue est dégagée et permet de surveiller la côte de Cancale à Granville, en passant par le Mont Saint Michel.

Autour de nous, c’est un paysage de lande qui se déploie sur les falaises avec de nombreuses bruyères en fleurs. En contrebas, la mer basse prend des teintes magiques sous le soleil, et donne au lieu un air de paradis.

Nous passons un long moment contemplatif assis sur les rochers au pied de la cabane Vauban. Puis, après avoir hésité à partir sur le chemin qui longe la côte, nous choisissons finalement de reprendre la voiture pour nous rendre à Saint Jean le Thomas où nous ferons une pause sur la cale pour prendre un goûter avec vue sur le Mont Saint Michel !

Dans le bocage
Allée de contes de fées
Depuis la cabane Vauban vers Champeaux par le GR223
Point de vue de la cabane Vauban
Un abri conçu pour résister aux aléas météorologiques !
Tâches violettes de bruyères sur la falaise
Des airs de mers du Sud…
Le Mont Saint Michel depuis Saint Jean le Thomas et sa grève
L’endroit parfait pour le pêche à pied !

Carolles & Saint Jean le Thomas – Manche – juillet 2021

(*) L’accès au parking de la cabane Vauban est fléché depuis la route d’Avranches à Carolles. L’accès à la cabane ne peut se faire qu’à pied et est bien indiqué depuis le parking.

[petits moments] une fin de journée au centre équestre

Fin de la semaine de reprise au travail. Le soleil brille et l’été n’est pas encore parti. C’était l’occasion parfaite pour filer passer la fin de la journée au centre équestre, profiter du beau temps, prendre une leçon d’équitation pour Mr 1er et Melle 3e, regarder le soleil décliner au dessus de la mare, prendre une dose de zénitude en observant les chats, caresser les chevaux…. En résumé : passer un très bon moment en famille pour prolonger l’impression d’être en vacances.

Leçon d’équitation avec vue…
Fin de journée sur la mare
Quand le calme est revenu, les félins se dirigent vers le point d’eau..
Sieste au soleil
L’heure de la toilette
Passion hortensias…

Centre équestre des Pialoux – Montvendre – Drôme – août 2021

[projet 52-2021] semaine 36 – Ombre et lumière

Pour cette nouvelle semaine du projet 52, je vous ai proposé d’illustrer « Ombre et lumière ». J’avoue que je n’avais pas d’idée a priori sur le thème lorsque je l’ai ajouté dans la liste, mais je trouvais que ça sonnait joliment…

Au moment de m’occuper de trouver LA photo pour illustrer « Ombre et lumière », j’ai un peu hésité. J’avais d’abord pensé à des jeux d’ombres projetées par un rideau ou des éléments d’huisseries. Mais je n’étais pas pleinement satisfaite de ce que j’obtenais.

Lors d’une promenade en forêt de Saoû, les rayons du soleil jouaient à travers des feuillages des arbres avec l’ombre de la combe : mon sujet était d’un coup tout trouvé !

*********************

Pour voir comment les autres participants jouent avec l’ombre et la lumière, il suffit de suivre les liens dans les commentaires…

[Bretagne] Cancale, à marée haute

Lorsque je vais à Cancale, je ne regarde généralement pas les horaires de marée avant. Ainsi, c’est toujours une surprise en arrivant de découvrir si la mer est haute ou pas ! Ce jour-là, la marée était clairement haute, et conjuguée avec une météo estivale, les conditions étaient parfaites pour passer un bon moment.

Après avoir laissé la voiture sur le parking le long du quai, nous avons longé le port de la Houle. Arrivés au bout de la jetée, nous nous y sommes engagés pour avoir un panorama comme depuis la mer sur la ville. Après avoir fait demi-tour au bout de la jetée, nous avons traversé le marché aux huîtres (où nous ne nous arrêtons pas, car personne n’aime les huîtres à la maison ! ) pour nous rendre sur la grève.

La mer étant très haute, la balade se transforme rapidement en crapahutage dans les rochers. Même si les rochers de schiste de Cancale sont moins favorables à une progression rapide que ceux de granit que l’on trouve un peu plus loin, nous avançons assez vite, et nous éloignons ainsi de la foule.

La couleur de l’eau est féérique. Le calme sur l’eau et les conditions météo nous incitent à nous arrêter sur un rocher au pied duquel la mer vient jouer pour une pause les pieds dans l’eau. Le temps s’étire au soleil.

C’est finalement la perspective d’une glace sur le port qui nous donnera l’envie nécessaire pour repartir après un long moment de détente….

Sur le port de la Houle
Vue sur la ville depuis la jetée
Vue sur la pointe de la Chaîne et les Rimains depuis la jetée
au bord de l’eau….
Choisir le rocher où s’arrêter un moment
.. et mettre les pieds dans l’eau !

Cancale – Ille & Vilaine – juillet 2021

(*) Attention les rochers de Cancale, en schiste, sont très coupants. Il convient d’être prudent en se déchaussant pour aller dans l’eau, et de ne pas oublier que sous l’eau également, il y a des rochers !