[Paris] découvrir les monuments français à la Cité de l’Architecture et du Patrimoine

191024_cite_archi_0

La Cité de l’Architecture et du Patrimoine faisait partie de ces endroits dont j’avais pas mal entendu parler sans avoir l’occasion d’y aller. Profitant d’une soirée à Paris lors d’un déplacement professionnel, je m’y suis rendue un soir de nocturne.

Situé dans le Palais de Chaillot, le bâtiment impression déjà par lui-même : bâtiment Art Déco aux imposantes verrières zénithales héritées du Palais du Trocadéro, la Palais de Chaillot est en effet conçu pour l’exposition universelle de 1937 en reprenant une partie de la structure et des éléments de son prédécesseur qui avait été conçu pour celle de 1867. Par ailleurs, le musée en lui-même a aussi une longue histoire car, les collections de moulages ont commencé dès le XIXe siècle, sous l’impulsion de Viollet-Le-Duc. D’abord musée de sculpture comparée, puis musée des monuments français, il a été intégré à la cité de l’architecture et du patrimoine en 2004. Les galeries des moulages proposent une découverte des monuments majeurs de l’histoire de l’architecture en France à travers des moulages grandeur nature ainsi que quelques maquettes. Difficile de ne pas être impressionné par les portails d’églises richement sculptés, par la richesse des statuaires, par la proximité des éléments habituellement loin de nos yeux….

Je suis ainsi allée de surprise en surprise tout au long de mon parcours des galeries du rez-de-chaussée, éblouie par la finesse des détails, par la richesse des décors.

A l’étage, j’ai découvert avec intérêt la galerie d’architecture contemporaine et ses maquettes et dessins de conception de bâtiments de l’ère industrielle à nos jours. Les grands noms de l’architecture et les projets majeurs défilent : Marcel Breuer et la station de ski de Flaine, Jean Balladur et La Grande Motte, Le Corbusier et la Cité Radieuse de Marseille (dont une unité d’habitation est reproduite à l’échelle 1/1), les Perret et l’église du Raincy, les premières tours de La Défense, …..

J’ai terminé ma visite par la galerie des peintures murales. Je ne savais pas à quoi m’attendre et j’ai vraiment été stupéfaite ! Des chapelles entières sont reproduites en taille réelle avec leurs fresques….. En quelques pas, je suis transportée dans un monde parallèle !

Le retour à la réalité se fait doucement, en regardant la Tour Eiffel scintiller à travers les immenses baies vitrées du Palais de Chaillot… Car l’un des attraits de la cité, c’est aussi cette vue unique sur la grande dame de fer !

191024_cite_archi_1
moulage d’un chapiteau roman
191024_cite_archi_2
cache-cache version automne
191024_cite_archi_3
Moulage de la fontaine de Neptune de la place Stanislas de Nancy
191024_cite_archi_4
lumière zénithale sur la galerie des moulages
191024_cite_archi_5
moulage de la Mise au Tombeau de l’église de Saint Mihiel (Meuse)
191024_cite_archi_6
vue sur la Tour Eiffel depuis la galerie d’architecture contemporaine
191024_cite_archi_7
Unité d’habitation de la Cité Radieuse de Marseille par Le Corbusier
191024_cite_archi_9
reproduction de la crypte de l’église Saint Nicolas de Tavant (Indre-et-Loir)
191024_cite_archi_8
Tour Eiffel scintillante depuis la galerie des peintures murales

Cité de l’Architecture et du Patrimoine – Paris – octobre 2019

 

(*) La Cité de l’Architecture et du Patrimoine se trouve dans le Palais de Chaillot et est accessible depuis les stations de métro Iéna ou Trocadéro.
Les conditions de visite sont détaillées sur le site internet de la cité.

[Drôme] début d’automne au Parc Jouvet

19106_Valence_1

Mi-octobre, début de matinée… J’ai une demie-heure à occuper alors que je suis dans le centre de Valence. Il est trop tôt pour faire les boutiques qui sont encore fermées, mais pas pour un tour dans le Parc Jouvet.

Je traverse donc le Champ de Mars quasi désert. Mon Coeur Valence déploie sa typographie dans le calme du matin. Il est trop tôt pour la plupart des flâneurs, et je ne croise que quelques lycéens passant le temps avant le début des cours, ainsi qu’un ou deux promeneurs de chiens.

Je descends les escaliers vers le parc. Les couleurs d’automne ont commencé à prendre leurs quartiers dans les arbres mais les fleurs font encore un peu de résistance.

J’en profite pour enfin découvrir les sculptures d’art contemporain qui ont été installées dans le parc (mais aussi sur le Champ de Mars et dans d’autres parcs de la ville) depuis le printemps. Sculptez vos balades, ce sont des oeuvres monumentales de quatre artistes déposées ici pour deux ans sous la houlette de leur galeriste.

Autour du bassin les érables du Japon ont pris de jolies teintes mordorées. Je m’attarde un moment pour regarder les canards puis les chèvres et moutons de la ménagerie.

Le temps passe vite, et tandis que je croise un groupe de collégiens en pleine séance de course d’orientation, je m’aperçois qu’il est temps pour moi de repartir.

Je remonte donc vers le haut du parc, puis le Champ de Mars. Je jette un dernier coup d’œil au kiosque Peynet , intemporel.

Je traverse les boulevards avant de filer dans les rues du centre, en direction de mon rendez-vous, après avoir apprécié cette petite parenthèse automnale matinale.

19106_Valence_2

19106_Valence_3
Parcours Sculptez-vous : Bibal de Jean-Patrice Rozand
19106_Valence_4
Erable du Japon
19106_Valence_5
Vue sur le clocher de la cathédrale Saint Apollinaire
19106_Valence_6
Kiosque Peynet

Champ de Mars & Parc Jouvet – Valence – Drôme – octobre 2019

 

(*) L’accès au parc Jouvet peut se faire par le haut depuis le Champ de Mars (escaliers ou plans inclinés en traversant l’avenue Maurice Faure) ou par le bas (depuis l’avenue de Provence ou depuis l’avenue de la Comète).
Les sculptures monumentales sont exposées jusqu’en mars 2021.

[fourre-tout de la semaine] 10 novembre 2019

Les semaines passent à toute vitesse en ce moment….

J’ai quand même pris le temps d’un arrêt à La Fabrique pour acheter une pâtisserie de la maison Guillet pour un goûter le week-end dernier.

191101_gateau_Guillet

(*) La Fabrique, chemin de Devienne, 26100 Romans

********************

Le retour de jours moins cléments signe aussi le retour des gâteaux du dimanche… On a commencé avec le toujours apprécié gâteau au yaourt aux pépites de chocolat !

191102_gateau_yaourt

[projet 52-2019] semaine 45 – noir & blanc

Ces dernières semaines, j’ai pas mal travaillé en noir et blanc mes photos après mes visites au Louvre et à la Cité de l’Architecture et du Patrimoine. En effet, les éclairages nocturnes combinés aux sujets même des photos s’y prêtaient particulièrement.

J’aurais donc pu en piocher une parmi toutes celles-ci pour le thème de la semaine du projet 52… Mais j’ai choisi de plutôt vous montrer un escalier en béton ciré blanc dont les barreaux de la balustrade sont noirs (tout comme les vêtements de la personne au pied de l’escalier).

Pour les curieux, cet escalier contemporain est situé au Louvre dans le département des objets d’art, et ce sont ses lignes minimalistes qui m’ont attiré l’oeil.

52-2019_S45_noir_et_blanc

**************

Pour voir comment les autres participants ont traité le noir et blanc, il suffit de suivre les liens dans les commentaires.

[les états d’esprit du vendredi] 8 novembre 2019

Les états d’esprit du vendredi sont un exercice de style lancé par Zenopia et The Postman. La règle est simple : on répond aux questions dans l’ordre et le vendredi.

[Vendredi 8 novembre 2019] – [début xx.xx] [rédigé jeudi 7 novembre tard… et programmé]

Fatigue : variable

Humeur : Quand Riad Sattouf poste des illustrations sur la Bretagne, ça me fait vraiment sourire… A voir ici et par exemple.

Estomac : champignons, pommes, poires, noix… les bons côtés de l’automne !

Condition physique : convenable

Esprit : vagabond

Boulot : semaine plutôt tranquille au regard des autres semaines… mais j’ai quand même eu beaucoup de choses à penser et à faire…

Culture : Je suis allée passer une journée à Vaison-la-Romaine pour visiter les sites antiques : c’est vraiment impressionnant… Je vous en reparlerai !

Penser à : vérifier s’il reste des croquettes pour Vador

Avis perso : encore un week-end rallongé qui se profile… ça va être appréciable avant les suivants qui s’annoncent bien remplis !

Message perso : Vador, je sais que tu as une vie compliquée où tu es obligé de dormir beaucoup mais c’est peut-être pas la peine de me narguer quand je travaille depuis la maison….

Loulous : ont repris le chemin des salles de classes…. ça ne peut pas toujours être les vacances  (et puis comme ça, je me sens moins seule à devoir me lever le matin !)

Amitiés : j’espère que tout le monde va bien…

Sorties : cela dépendra beaucoup de la météo….

Divers : je me suis demandée si un chat s’enroule toujours dans le même sens pour dormir… (oui, je me pose de vraies questions existentielles parfois…). Après plusieurs jours d’observation de Vador, la réponse est non !

Courses : il va bien falloir que je m’y colle si on veut manger !

Envie de : repos

Pic : feuilles d’automne

191031_feuilles_automne

[fin xx.xx ]

[Drôme] promenade automnale au parc de Lorient

191012_parc_Lorient_1
les anciennes écuries et la fontaine-abreuvoir

Tout proche de Valence, le parc de Lorient à Montéléger est un espace naturel sensible du département de la Drôme.

Proche de chez moi, j’aime m’y rendre pour une petite sortie tranquille, seule ou en famille. Il faut dire que l’endroit est simple d’accès, dispose d’un grand parking et permet une jolie balade entre parc aménagé, forêt et bord de la rivière. Le lieu propose également un espace d’initiation à la course d’orientation avec de nombreuses balises fixes, utilisé en particulier par les collèges du secteur. C’est d’ailleurs comme cela que j’ai découvert le parc de Lorient : les enfants y étaient allés faire de la course d’orientation avec le collège et avaient souhaité me montrer l’endroit.

Je crois que lorsque j’y vais, je fais toujours le tour dans le même sens : d’abord la partie « parc », vestige de l’ancien château qui se trouvait là, en partant des anciennes écuries et leur fontaine-abreuvoir et en longeant l’allée cavalière, puis le bord de la Véore (où si l’on a de la chance il est possible d’apercevoir des castors… je n’ai pas encore de chance pour ma part mais Mr 2e en a souvent vu lorsqu’il venait avec le collège tôt le matin), et enfin, un petit tour dans la forêt avant de traverser l’arboretum….

C’est donc bien ainsi que j’ai une nouvelle fois articulé ma promenade ce matin-là. En passant, j’ai remarqué que les jeux installés l’an dernier sont toujours là : jeu de memory, toile d’araignée dont il ne faut pas faire sonner les clochettes….

Doucement les couleurs de l’automne ont commencé à s’installer dans les arbres… et les champignons se pressent sur les souches mortes. Mais, l’été fait encore un peu de résistance et quelques fleurs parsèment la prairie.

Le parc est calme ce samedi matin-là, effet combiné de l’heure matinale et d’une météo un peu terne. Mais, ne vous y trompez pas : le parc de Lorient attire de nombreux visiteurs chaque année (environ 200 000 !) et il n’est pas rare que les parkings soient pleins !

191012_parc_Lorient_2
toute une forêt dans un grelot….
191012_parc_Lorient_3
couleurs d’automne
191012_parc_Lorient_4
quand la nature joue au tableau d’art contemporain
191012_parc_Lorient_5
fusain d’Europe
191012_parc_Lorient_6
début d’automne dans la ripisylve de la Véore
191012_parc_Lorient_8
champignon sur souche
191012_parc_Lorient_7
centaurée
191012_parc_Lorient_9
bord de la Véore

Espace naturel sensible du parc de Lorient – Montéléger – Drôme – octobre 2019

[Paris] retourner au Musée du Louvre

191023_Louvre_1

Cela faisait vraiment longtemps que je n’avais pas mis les pieds au Musée du Louvre : certainement depuis le déménagement dans la Drôme, mais sans doute depuis plusieurs années avant !

A Paris un mercredi soir pour le travail, j’ai décidé de profiter de la nocturne…. C’est souvent une bonne idée car il y a nettement moins de monde le soir qu’en pleine journée. Je suis donc arrivée vers 19.00, et en effet, il n’y avait quasiment aucune attente pour passer la sécurité ou acheter un billet. Une dizaine de minutes après être sortie du métro, j’entrais dans le musée.

Je n’ai pas pris le plan car je n’avais pas prévu de voir telle ou telle oeuvre particulièrement. J’ai pris un escalier au hasard, et quand je me suis retrouvée dans la cour des chevaux de Marly, je me suis aperçue que ce n’était peut-être pas tout à fait le hasard qui m’avait guidée, mais plutôt un vieux réflexe… J’ai toujours beaucoup aimé cette cour : je lui trouve une dimension grandiose, différente de celle des salles « intérieures ».

Tout autour se trouvent les sculptures françaises. Dans la lumière du jour déclinant, elles prennent encore une autre dimension. Je me suis un peu attardée autour des gisants et des orants (avec forcément une petite pensée pour Pomdepin). Puis j’ai pris l’escalier du ministre pour gagner les appartements Napoléon III.

A cet endroit, le musée redevient Palais… et ces salles ont toujours fait partie de mes préférées, m’émerveillant à chaque fois. Elles ont été restaurées depuis mon dernier passage, et elles sont encore plus belles. Les salons, la salle à manger nous livrent leurs velours fastueux sous les lustres de cristal.

De là, j’ai continué à parcourir le département des objets d’art. Cette partie du musée relativement peu fréquentée est quasi déserte une fois la nuit tombée et permet une découverte plus intimiste, parfois à la seule lueur des candélabres…

Au bout de l’aile, j’ai emprunté un escalier majestueux pour traverser le département de peinture et en particulier les salles dédiées aux peintres du nord. Des Rembrandts, des Rubens, des Weermer m’ont discrètement fait de l’oeil. Mais les visiteurs étaient là plus nombreux, alors j’ai continué vers les Antiquités : les Egyptiens d’abord, puis les Grecs…

C’est par la grande salle des sculptures grecques que j’ai terminé ma visite. Au fond de celle-ci trône la Venus de Milo, imperturbable. L’heure se faisant plus tardive, il n’y avait pas grand monde autour d’elle, permettant de vraiment l’admirer sous tous les angles.

Un peu plus loin, Hermaphrodite est plongé dans un sommeil de marbre, tandis que Diane s’apprête à courir.

Je suis ressortie après plus d’une heure et demie de visite, où je n’ai pas compté mes pas.

Il est bien entendu impossible de tout voir au Louvre en une seule visite. Il faut soit déterminer quelles oeuvres on souhaite voir et se créer un itinéraire de visite sur mesure, soit (comme je préfère le faire) flâner de salle en salle en se laissant guider par son instinct.

191023_Louvre_3
Chapiteaux sculptés médiévaux
191023_Louvre_4
tombeau de Philippe Pot, grand Sénéchal de Bourgogne
191023_Louvre_6
Orants du XVIe et XVIIe siècles
191023_Louvre_2
Escalier du ministre
191023_Louvre_7
Appartements Napoléon III
191023_Louvre_9
le Louvre, version intimiste

191023_Louvre_10

191023_Louvre_8

191023_Louvre_11
Antiquité égyptiennes
191023_Louvre_12
Antiquités grecques
191023_Louvre_13
Vénus de Milo
191023_Louvre_14
Hermaphrodite endormi
191023_Louvre_15
Diane (Antiquités grecques)

Musée du Louvre – Paris – octobre 2019

 

(*) Le site internet du musée du Louvre détaille horaires et conditions de visite, ainsi que les jours et horaires de fermetures de certaines salles.
Si vous en avez la possibilité, je vous conseille vraiment de venir le visiter en soirée lors des nocturnes : il y a moins de monde et l’ambiance est vraiment particulière.

 

 

[Drôme] à la découverte du parc éolien de Marsanne

191005_PArc_Eolien_Marsanne_1

Mr 2e a découvert le parc éolien de Marsanne, en Drôme Provençale, à l’occasion d’une sortie scolaire, et il a eu envie de partager ses découvertes avec moi. Un samedi après-midi, nous avons donc pris la route en direction de la forêt de Marsanne pour une petite randonnée au cœur du champ d’éoliennes.

Situé au dessus du Col de la Grande-Limite, le parc éolien de Marsanne s’étend sur environ 2 km de long. Il est constitué de huit grandes tours éoliennes, numérotées de T1 à T8.

Lors de la sortie scolaire de Mr 2e, le vent était très léger si les pales tournaient, elles n’étaient guère bruyantes. Par contre, le jour où j’y suis allée avec lui, le vent était un peu plus soutenu et le vrombissement des pales battant l’air était très net. Le bruit régulier nous a donc accompagnées tout au long de notre balade.

Les éoliennes de Marsanne ont commencé à être installées il y a une dizaine d’années sur un site orienté vers la vallée du Rhône d’un côté et la plaine de Cléon d’Andran de l’autre. Si on les aperçoit depuis l’autoroute ou la plaine de Cléon, elles sont toutefois complètement masquées par le massif depuis les deux villages perchés, Marsanne et Mirmande, qui en sont les plus proches.

Implanté en pleine forêt, le site offre toutefois quelques points de vues partiels en particulier vers la vallée du Rhône pour peu que l’on quitte le chemin et que l’on s’approche de la lisière des bois.

Concernant l’impact écologique du parc éolien, je n’ai pas trouvé d’informations fiables relatives à la faune, avifaune et chiroptères en particulier. Par contre, il semblerait que l’ouverture du milieu boisé ait favorisé la biodiversité de la flore…

191005_PArc_Eolien_Marsanne_2

191005_PArc_Eolien_Marsanne_3

191005_PArc_Eolien_Marsanne_4

191005_PArc_Eolien_Marsanne_5

191005_PArc_Eolien_Marsanne_6

191005_PArc_Eolien_Marsanne_7

191005_PArc_Eolien_Marsanne_x

191005_PArc_Eolien_Marsanne_xx

191005_PArc_Eolien_Marsanne_xxx
Centaurée

Parc éolien – Marsanne – Drôme – octobre 2019

 

(*) Le parc éolien est situé sur le domaine de la forêt communale de Marsanne et est donc entièrement ouvert au public. L’accès à pied peut se faire depuis le col de la Grande-Limite où se trouve un parking. Il faut ensuite traverser le site d’accrobranche pour monter vers la crête. La randonnée se fera alors en aller/retour (environ 5 km).
Depuis le parking, un chemin d’interprétation balisé permet également d’accéder au site éolien tout en faisant une boucle.

 

[projet 52-2019] semaine 44 – conte

Cette semaine, dans le projet 52, il est question de conte…

J’ai d’abord un peu séché sur le thème… J’ai eu envie d’aller prendre en photo la petite porte dans l’arbre sur la place de la Pierre de Valence mais l’arbre a souffert d’un coup de vent et a dû être abattu. J’ai alors pensé ressortir une des petites portes de Florizale mais je vous en avais déjà montré beaucoup. J’ai envisagé de faire une maison en pain d’épices mais il est encore un peu tôt pour préparer Noël. J’ai réfléchi à vous montrer un livre de contes mais je n’arrivais pas à me décider.

Puis, le sujet de ma photo est apparu comme une évidence alors que je venais d’installer dehors ma citrouille d’Halloween ! En effet, quand j’étais enfant, j’avais un livre Les Contes de la Prairie dont la 3e histoire était celle d’un Jack O’Lantern.

52-2019_S44_conte

***************

Pour savoir quel conte les autres participants vont évoquer, je vous invite à suivre les liens dans les commentaires…